Métro Montréal n°2020-09-30 mercredi
Métro Montréal n°2020-09-30 mercredi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2020-09-30 de mercredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (279 x 286) mm

  • Nombre de pages : 12

  • Taille du fichier PDF : 11,7 Mo

  • Dans ce numéro : 28 jours pour sauver la mise.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
métra $ journalmetro.com Mercredi 30 septembre 2020 8 Lisanne Rhéaume ic.s. Séance publique d'information Le conseil d'administration du CHU Sainte-Justine invite la population à assister à sa séance publique d'information. Vendredi 30 octobre 2020 11 hà 12 h Par webdiffusion Inscription obligatoire  : chusj.org/AGA Des travailleuses stressées Une intervenante en petite enfance sur deux affirme avoir vécu une diminution du bien-être au travail et une hausse du stress au début de la pandémie. C'est ce qui ressort d'une étude menée le printemps dernier par les professeures Nathalie Bigras et Lise Lemay, du Département de didactique de l'UQAM en collaboration avec le Regroupement des CPE de la Montérégie.rdnao Faciliter le maintien à domicile ÉlzSrnnobinnitz La proportion de personnes âgées au sein de la population n'a cessé d'augmenter depuis 1960. Mais malgré cela, les aidants qui désirent offrir des soins à domicile à un de leur proche en perte d'autonomie sont souvent démunis face à une situation inconnue. MARYSE DERAICHE mderaiche@journaimetro.com Le 23 septembre, l'ergothérapeute Lisanne Rhéaume a publié le Guide des aidants — stratégies pratiques de soutien à domicile des personnes en perte d'autonomie afin d'offrir les outils nécessaires aux proches aidants. Entrevue avec une ergothérapeute qui souhaite prévenir et diminuer l'impact de la perte d'autonomie. Pourquoi avoir écrit le Guide des aidants ? Lorsque j'étais à l'université, nous avions accès à des livres majoritairement écrits en anglais. Je m'en suis plainte auprès de la directrice du programme qui m'a répondu  : « Si tu veux des livres en français, tu n'as qu'à en écrire ! » Bien des années plus tard, alors que j'avais accumulé beaucoup d'expérience sur le terrain, sa réponse me trottait toujours en tête. J'ai alors décidé de me mettre à l'ouvrage et sept ans plus tard, mon savoir est devenu accessible, en français, à tous ceux qui s'intéressent aux enjeux relatifs au maintien à domicile des personnes en perte d'autonomie. À qui est-il destiné ? Je l'ai écrit pour  : — les proches aidants qui sont confrontés à la perte Dans son Guide des aidants, Lisanne Rhéaume répond à de nombreuses interrogations pour prendre soin d'un proche en perte d'autonomie./MÉTRO d'autonomie d'un de leur proche, afm qu'ils sachent quoi faire et qu'ils se sentent moins seuls, moins démunis. C'est très utile d'avoir des réponses, des conseils, des idées accessibles sur sa table de salon, surtout compte tenu des délais d'attente pour obtenir l'aide d'un professionnel de la santé et des services sociaux ; — les étudiants et les professionnels de la santé en début de carrière qui interviennent auprès des personnes en perte d'autonomie, afin qu'ils aient accès à un livre de référence pratique pour les guider ; — les professionnels de la santé expérimentés qui ont besoin d'élargir leur champ de compétence, afm de mieux contribuer à l'autonomisa- C9 CHU 11 Solirts-Jusens Le centre hosplIder uni* miverenfent Uviveratté IT de Montréal tion des personnes âgées ou handicapées ; — les leaders de notre société, afin qu'ils élargissent leur vision du soutien aux personnes en perte d'autonomie et qu'ils prennent des décisions éclairées quant aux besoins de cette population. Peut-on réellement retrouver une bonne qualité de vie avec les solutions que vous proposez ? Ça dépend de ce que vous entendez par « qualité de vie ». Si vous voulez dire « participer à des activités plaisantes d'une manière différente, pouvoir sortir de la maison, avoir quelque chose à faire de ses journées, avoir des occasions d'éprouver du plai- Se muscler les neurones en s'amusant Gilles Bergeron est à la fois un spécialiste de la psychologie cognitive et un passionné des jeux éducatifs. Il a élaboré le programme cerveaux actifs (cerveauxactifs.com) pour tous ceux qui souhaitent stimuler leur matière grise de façon ludique. Ce créateur de jeux ne cesse de se creuser les sir, être plus à l'aise dans sa vie de tous les jours, mieux dépenser son énergie, forcer moins, se déplacer plus loin, etc. », alors oui, je crois que les stratégies proposées améliorent la qualité de vie des personnes en perte d'autonomie et celle de leurs proches aidants. Que pensez-vous des centres d'hébergement et de soins de longue durée pour personnes âgées ? Ils sont absolument essentiels pour les personnes qui n'ont pas les ressources à domicile pour compenser une perte d'autonomie sévère. Cela dit, ce type d'établissements n'aura plus sa raison d'être le jour où chaque individu de notre société aura accès à l'aide dont il a besoin à domicile, peu importe la sévérité de sa perte d'autonomie. Malheureusement, je ne pense pas voir cela de mon vivant ! Selon vous, quelles vont être les retombées de la crise sanitaire dans les centres d'hébergement pour personnes âgées survenue lors de la pandémie ? Je pense que cette crise a sensibilisé nos gouvernements et l'ensemble de la population aux inconvénients relatifs au regroupement dans un même lieu de dizaines de personnes en perte d'autonomie et ayant une santé fragile. Cette méninges pour faire travailler celles des autres. En février 2020, il publie le livre Cerveaux actifs Le grand livre qui comprend 285 jeux stimulants, aux éditions Bravo !. Ce livre de jeux unique en son genre a su conquérir les jeunes et les moins jeunes. Il a été un divertissement quotidien pour beaucoup pendant le confinement et s'est vendu à près de 40 000 exemplaires en six mois. Parallèlement, M. Berge- sensibilisation permettra à tout le monde de mieux comprendre les avantages relatifs au maintien à domicile de ces personnes. Pensez-vous que le maintien à domicile sera désormais privilégié, alors que depuis quelques décennies les centres étaient des options d'hébergement valorisées ? Absolument ! Avec le vieillissement rapide de la population, il sera impossible d'avoir de la place pour héberger toutes les personnes âgées ou en perte d'autonomie dans des milieux leur étant destinés. Les longues listes d'attente pour y accéder le prouvent déjà ! Notre société n'a pas d'autres choix que de développer les soins à domicile et les outils pour soutenir toutes ces personnes ayant besoin d'aide pour prévenir ou compenser des incapacités physiques ou mentales. J'y contribue par l'intermédiaire de ce guide ! Guide des aidants — Stratégies pratiques de soutien à domicile des personnes en perte d'autonomie, 30$, aux éditions Modus Vivendi ron a élaboré un programme d'ateliers Cerveaux actifs qui s'adresse plus particulièrement aux personnes de 50 ans et plus. Adepte de codes secrets, de rébus et d'énigmes, il sait combien il est important de s'amuser pour bien stimuler son cerveau. Cerveaux actifs Le grand livre, 20$, aux éditions Bravo ! Cerveaux actifs Spécial Québec, 17$, aux éditions Bravo !
métre Mercredi Management. Les travailleurs apprécient le télétravail, mais d'un autre côté, le bureau et sa routine manquent à certains. CAROLE CÔTÉ ccote@journaimetro.com « Oui, on a des échos de travailleurs qui se sentent très isolés », affirme Noémie Ferland-Dorval, conseillère, affaires publiques, à l'Ordre des conseillers en ressources humaines et en relations industrielles agréés du Québec (CRHA). « Les pauses avec des humains me manquent, avoue Éva Larouche, une fonctionnaire fédérale dont le bureau est situé à Lévis. On fait des Zoom avec nos collègues une fois par mois, sur notre heure de pause pour souligner les &tes du mois, mais ce n'est pas pareil évidemment que de se rencontrer en personne. » Car le travail, c'est aussi un lieu de socialisation, rappelle la spécialiste, surtout pour certaines personnes qui n'ont pas beaucoup d'activités sportives ou récréatives. Dans certains cas, le travail devient un lieu d'évasion, car il existe des personnes qui vivent des situations très lourdes à la maison. Au CEMEQ, de Sherbrooke, le travail de la maison a eu des effets inattendus  : la productivité s'est accrue, l'équipe a pris moins de journées maladie que par le passé et le temps supplémentaire payé a diminué, malgré une hausse de la demande. « Comme tout le monde devait avoir la même information, on s'est fait un point d'honneur de bien communiquer à toutes les étapes », explique Véronique Iacroix, responsable de l'édition chez l'éditeur de guides d'apprentissage. C'est le CEMEQ qui a produit le matériel pour le nouveau programme de formation des Préposés aux bénéfi- journaimetro.com 30 septembre 2020 X0 E3 J K Mes collègues me manquent ! Télétravailleurs avertis Réservez-vous des moments en solitaire et afin de vous reposer, lorsque cela est possible. Créez des routines le matin et le soir. Assurez-vous que votre famille ou vos colocataires comprennent que vous travaillez à domicile. Évitez de tomber dans le piège de vouloir rester en pyjama toute la journée. Faites attention à votre posture en travaillant à domicile. Sources  : Ordre des psychologues du Québec et youmatter ciaires, lancé dans l'urgence par Québec récemment Comme pour plusieurs firmes, la vie sociale a été réduite à néant, tout passe maintenant par le web. Garder le contact, une priorité Une des priorités du gestionnaire devrait être de garder le contact avec tous les membres de son équipe. Et ce contact ne passe pas uniquement par les courriels. « C'est important de se parler de vive voix et de se voir via les outils de conférence à distance », mentionne Noémie Ferland- Dorval. Voir la personne, voir sa réaction, réajuster le tir au besoin, c'est important de garder ce contact avec toute l'équipe. Le fait de se voir et de toucher à d'autres sujets que le travail, c'est important les conversations informelles sont riches de sens et donnent des indications sur l'état émotionnel des gens. « C'est sûr qu'en tant que collègues de se cacher durant une webconférence n'est pas bonne pratique. On a un rôle à jouer [auprès de nos collègues]. Il faut aussi faire attention aux mots employés dans les courriels et scruter attentivement nos écrits, par exemple, et surtout, ne pas oublier les salutations d'usage. » « Il faut faire un effort en gardant sa caméra ouverte, participer aux activités de l'entreprise, conseille Mme Ferland-Dorval. Il faut prendre le temps de demander des nouvelles de ses collègues, comme on le faisait à la pause-café. Attention aux caractères gras, aux majuscules dans les couniels, qui peuvent être mal interprétés. Comme il n'y a pas de ton de voix dans les courriels ou dans les messageries instantanées, si la personne le reçoit mal, on ne pas réagir immédiatement et cela peut entraîner des malentendus. C'est pour cela qu'il faut privilégier la visioconférence quand c'est possible. Aux personnes timides ou mal à l'aise de laisser entrer les collègues (et le patron !) dans leur intimité, on peut s'adosser à un mur pour ne pas laisser voir le décor ou mettre en place un faux fond derrière soi, réalisable en trois clics avec Teams, par exemple. « L'important est de voir la personne, pas le décor », rappelle la conseillère. An. c‘ri là ; CHRONIQUE AU BOULOT ! ALAIN SAMSON Auteur et conférencier En raison des nombreux livres que j'ai écrits sur le sujet, on me demande fréquemment de présenter des conférences sur le thème de la psychologie positive. À chaque fois, naturellement, je dresse la liste des avantages d'une attitude positive face à la vie  : plus longue espérance de vie, plus grande créativité, un réseau de contacts plus aidant, une plus grande facilité à convaincre, etc. Et à chaque fois, à la pause, quelqu'un vient me raconter que ce que je dis est faux. Pour preuve, il me mentionne une amie qui était très positive, qui souriait constamment et qui a tout de même développé un cancer. Ils en déduisent que ce que je présente ne repose donc sur rien. Au début, je ne savais pas trop quoi répondre. Maintenant, j'ai une réponse pour eux et je vous la livre immédiatement Je commence par demander à mon interlocuteur la question suivante  : Êtes-vous d'accord avec le fait que le tabagisme réduit l'espérance de vie et augmente et. 04.1/tg.'4St Des emplois par milliers Près de 175 entreprises proposant plus de 7 000 emplois seront présentes au Salon virtuel de remploi et de la formation continue qui sera en ligne au lien  : https://evenementcarrieres virtuel.easyvirtualfaincom/du 7 au 16 octobre 2020. MÉTRO "sychologie À propos de votre vieil oncle malade... IP Nous offrons Une formation gratuite pour l'obtention de votre permis classe 2. les risques de développer un cancer ? Invariablement, ils répondent par l'affirmative. Je peux donc continuer avec  : « Laissez-moi en douter. J'avais un oncle qui fumait comme une cheminée. En plus, il buvait comme un trou. Eh bien, il est mort à 95 ans pétant de santé. Qu'en dites-vous ? » Tout de suite, il répond qu'il y a des exceptions mais que le tabac est vraiment nuisible à la santé. Ce qui nous permet de revenir à la psychologie positive. Ce que la science démontre, c'est l'impact de certains comport e - ments sur une majorité des membres d'une population. Il y aura toujours des exceptions qui n'ont rien à voir avec le tabagisme, l'alcoolisme ou l'attitude fondamentale à l'égard de la vie. Dans tout échantillonnage, il y en a qui vont à contre-courant de la majorité. Et toute chose n'étant pas égale par ailleurs, d'autres facteurs peuvent venir influer sur l'avenir d'une personne. Prenons la santé. Savezvous pourquoi la majorité des gens qui prévoient vivre plus longtemps sont généralement plus en santé ? Tout simplement parce que, supposant qu'ils vivront longtemps, ils font plus attention à leur corps. Et ce faisant, ils augmentent leurs chances d'une vie plus longue sans maladie. Est-ce magique ? Pas du tout. Notre attitude a des conséquences énormes sur les déci-/sions que nous prenons. Alors, abordez\tous ces sujets avec une belle ouverture d'esprit sans vous imaginer que tout le monde fait partie de la moyenne. Et retenez qu'une vie où vous avez fait la paix avec le passé, où vous profitez des moments qui passent et où vous nourrissez un regard optimiste sur ce qui est à venir fait grimper vos chances de bonheur, de réussite et d'accomplissement Travaillez de jour du Lundi au Vendredi et profitez de vos fins de semaine ! ous tette botutipe. Deveee1. obauttee Wel:v autobus scoVere. d'Transeo Visitez ca.firstgroupcareers.com ou appelez au 514.240.1546.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :