Métro Montréal n°2020-09-04 vendredi
Métro Montréal n°2020-09-04 vendredi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2020-09-04 de vendredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (279 x 286) mm

  • Nombre de pages : 12

  • Taille du fichier PDF : 14,3 Mo

  • Dans ce numéro : groover en famille.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
métr's" journalmetro.com Week-end 4-7 septembre 2020 4 PERSPECTIVE Les deepfakes, un danger pour le journalisme et les médias Société. Métro explore ce qui se cache derrière le cas d'Olivier Taylor, un journaliste fictif dont les articles ont été publiés dans de vrais journaux et qui pourraient grandement nuire à la différenciation entre réalité et fiction, selon des experts. MIGUEL VELÀZQUEZ Metro World News w Les trucages en ligne ont atteint un niveau inégalé avec le cas d'Olivier Taylor, un étudiant de l'Université de Birmingham, au Royaume-Uni, mais aussi un « journaliste israélien » dont les éditoriaux et les articles rédigés à la pige révèlent un grand intérêt pour l'antisémitisme et les affaires juives. Malgré les nombreuses publications, Taylor semble être un personnage créé artificiellement, car l'université n'a aucun dossier sur cet homme d'une vingtaine d'années aux yeux marron, tandis que ses photographies semblent être un deepfake. Les textes d'Olivier Taylor ont été publiés dans plusieurs journaux, dont le Jerusalem Post et le Times of Israel. Tous deux ont déclaré qu'ils ont essayé et échoué à confirmer son identité. Dans un article du journal juif américain The Algemeiner, Taylor a accusé l'activiste Masri et sa femme, la militante des droits des Palestiniens Ryvka Barnard, d'être des « sympathisants terroristes connus ». Des effets néfastes sur l'opinion publique « Si l'intention du deepfake d'Olivier Taylor est de révéler publiquement un couple d'activistes militant contre les intérêts d'Israël, alors cela aura un effet néfaste sur la crédibilité du gouvernement israélien aux yeux du reste du monde », a expliqué à Métro David Tuffley, maître de conférences en cybersécurité à l'Université Griffith, en Australie. Il a ajouté  : « Le gouvernement israélien n'était peutêtre pas derrière Taylor, mais le monde le percevra toujours comme responsable. Cela pourrait faire partie d'une campagne de désinformation destinée à nuire à l'image d'Israël dans le cadre d'une stratégie géopolitique plus large. C'est ainsi que des "psyops" [opérations psychologiques] sournoises peuvent être menées. » Selon les experts, les avancées de la technologie deep- Des articles écrits par un journaliste fictif sont parus dans plusieurs journaux israéliens. i ARCHWES/MÉTRO « Les deepfakes comme celui d'Olivier Taylor ont le potentiel de pervertir le cours de la justice. Si la plupart des voix que nous lisons sont fausses, comment pouvons-nous trouver la vérité ? » Toby Walsh, co-lauréat et professeur en intelligence artificielle à l'Université de Nouvelle-Galles du Sud, à Sydney fake rendent de plus en plus difficile la différenciation entre la réalité et la fiction. « La technologie deepfake s'améliore avec l'aide de la puissance de l'intelligence artificielle (IA) qui peut créer esEIRAktuk. GuideVacances.ca un visage parlant et une voix qui sonne exactement comme l'original », a déclaré Tuffley. « En revanche, c'est l'IA qui offre aussi la meilleure défense en fournissant une détection des deepfakes. Les humains sont complexes, mais agissent de manière plus ou moins constante avec le temps, c'est pourquoi une IA peut être programmée pour reconnaître une oeuvre censée avoir été écrite par un humain, mais qui n'en a pas la complexité ou la cohérence. L'IA peut aussi comparer ce travail avec d'autres travaux antérieurs d'une personne. Et s'il n'y a pas ou peu de travaux antérieurs de cette personne, c'est suspect », conclut-il. Siwei Lyu, professeur, Département d'informatique et d'ingénierie de l'Université de Buffalo, Université d'État de New York Pourquoi le cas du faux journaliste Olivier Taylor est-il dangereux ? Le danger le plus important selon moi est que ces deepfakes d'imitation érodent notre confiance dans les médias en ligne. Avec le portrait synthétique réaliste et le profil personnel, il est difficile de dire si une personne est réelle ou si elle a été créée dans le but de tromper et d'induire en erreur. Comment savoir si la source de l'information est Risette ? Une détection visuelle est possible en se concentrant sur les artefacts introduits par l'algorithme de synthèse. Entre autres, les arrièresplans utilisés pour ces images sont généralement flous ou incohérents (les lignes ne sont pas continues ou sont ondulées), les détails des poils ou de la pilosité faciale sont flous, les deux yeux ont des couleurs différentes, et si des bijoux sont présents, ils ne peuvent pas être reproduits avec précision. la meilleure approche pour discréditer une telle falsification est la LE SITE WEB GRATUIT POUR ORGANISER SON ÉTÉ.1 validation croisée. Un faux ne peut paraître réel que d'un seul point de vue. Ne vous contentez pas de regarder les profils Linkedln. Dans le cas qui nous occupe, si les victimes font une recherche sur le journaliste et le journal qu'il est censé représenter, la désinformation peut être dévoilée. Existe-t-il des lois à cet égard ? 11 n'existe aucune preuve suggérant qui était derrière cette affaire. Nous attendrons de voir la conclusion de l'enquête. Le Congrès américain dispose de la loi IOGAN qui restreint l'utilisation d'images de synthèse d'IA pour usurper l'identité d'une personne. Faut-il s'attendre à d'autres cas similaires à revenir ? Le niveau de sophistication et de réalisme de ce type d'attaques augmentera dans l'avenir. Nous pourrions voir davantage d'attaques qui se répandent sur les plateformes sociales pour rendre le faux profil plus crédible. Il est peu probable que les faux médias en ligne disparaissent, et nous devons apprendre à vivre avec eux. ivrees souvenirs,artout
Changements climatiques. La déforestation, les incendies de forêt et le réchauffement climatique modifient les « composés organiques volatils biogéniques » qui déterminent la fragrance des espèces et même des écosystèmes. Métro a enquêté sur ce phénomène. d% DANIEL CASILLAS Metro World News Les changements climatiques affectent notre planète et, selon une nouvelle étude appelée « Les composés organiques volatils biogéniques amazoniens » parue dans le journal Global Change Biology, l'odeur de la Terre ne fait pas exception. L'article confirme que la déforestation, les incendies et le réchauffement climatique modifient les fragrances de la forêt amazonienne. Ces facteurs affectent ainsi les composés organiques volatils biogéniques (COVB). Les COVB sont « une très vaste variété de composés chimiques émis par les organismes vivants, les animaux, les champignons, les bactéries, les algues et la végétation en général ». « On peut dire que la grande variété des COVB émises par des organismes et leurs irmom- VISITE LIBRE dimanche le 6 septembre de 14hrs à 16hrs. 5601 Des Épinettes, Montréal, H1T2S5 No. Centris 15827100 Située dans le prestigieux secteur de Cité Jardin, cette magnifique demeure au cachet indéniable, est un oasis de paix à proximité de tous les services urbains et de grands espaces verts, dont le Parc Maisonneuve. - -,.-plirti7e La déforestation contribuerait à la modification de l'odeur de la Terre. MARIO TAMA/GETTY IMAGES brables combinaisons aident à définir les caractéristiques des fragrances, comme l'odeur florale, celle des agrumes, de la pluie ou encore de la mer », explique à Métro Juan Acosta Navarro, un chercheur en prédictions climatiques au Département des Sciences de la terre au Barcelona Supercomputing Center (Espagne). Arrêter de polluer « Les changements météorologiques comme les sécheresses et les canicules peuvent aussi modifier les émissions de COVB », ajoute M. Navarro. Jonathan Williams, chef de groupe au Max Planck Institute for Chemistry, en Allemagne, confirme  : « Au fur et à mesure que l'atmosphère se réchauffe, les COVB contenus dans les plantes devraient être libérés PERSPECTIVE 5 la planète pourrait changer d'odeur Michele Spensieri mspensieri@mmontreal.com I 514-232-2745 M IMMOBILIER - AGENCE IMMOBILIÈRE MIMMOBILIER.COM « À un niveau planétaire, la déforestation est aujourd'hui sûrement le facteur le plus important dans le dérèglement des émissions de COVB. » Juan Acosta Navarro, chercheur en prédictions climatiques au Département des Sciences de la terre au Barcelona Supercomputing Center en plus grande quantité car leur émission est proportionnelle à la température. Dans plusieurs régions du monde, les concentrations d'ozone dans l'air augmentent il a également été démontré que les réactions de l'ozone à la surface des feuilles des plantes induisent des émissions de COVB plus fortes, mais d'un autre côté, une augmentation de l'ozone signifie également que les COVB sont oxydés plus rapidement, de sorte que les insectes peuvent avoir plus de difficulté à localiser les fleurs. » Ces changements ne modifient pas seulement l'odeur de notre planète, mais aussi les interactions entre les éléments des écosystèmes, de l'air et du climat. Mais il est possible d'arrêter ce phénomène. « La première et la plus importante action que nous pouvons faire pour arrêter cela, ou du moins le ralentir, est de cesser la déforestation. Ensuite, c'est d'arrêter d'émettre du carbone dans l'atmosphère pour contrer les changements climatiques et l'acidification des océans », affirme Juan Acosta Navarro. À la maison ou au chalet, les rassemblements, c'est 10 personnes maximum. On continue de bien se protéger. Gardez vos Lavez Toussez dans Nettoyez distances vos mains votre coude les surfaces Québec.ca/coronavirus 1 877 644-4545 ec cm



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :