Métro Montréal n°2020-08-05 mercredi
Métro Montréal n°2020-08-05 mercredi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2020-08-05 de mercredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (279 x 286) mm

  • Nombre de pages : 12

  • Taille du fichier PDF : 11,6 Mo

  • Dans ce numéro : explosions à Beyrouth.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
métr journalmetro.com Mercredi 5 août 2020 OPINION ri Faites-nous découvrir vos talents ! ASPIRER À DEVENIR A"IRÉ CHRONIQUE IN LI BRO VERITAS FRÉDÉRIC BÉRARD docteur en droit et politologue Printemps 2020. La COVID brûle de partout Particulièrement et surtout se plaisent à nous rappeler le premier ministre Legault et le bon Dr Arruda, dans les CHSLD. Se plaisent ? Dans l'optique où ceci semble servir de paravent voire d'excuses. Du genre  : n'eut été de ces mêmes CHSLD, la performance du Québec en matière de lutte à la pandémie serait irréprochable. Comme si lesdits centres opéraient sur une planète parallèle, non-assujettis à la juridiction québécoise. Comme si tel désastre, réel et anticipé, relevait de la faute d'autrui. Ottawa, par exemple. Motif du grief ? C TRIBUNE LIBRE Culture du viol  : j'ajoute ma voix Je ne passerai pas par quatre chemins  : j'ai été violée par mon frère. Mon frère, celui qui porte le même nom de famille que moi. Aucun doute possible dans mon esprit  : en aucun cas, je n'ai pu être consentante. Nous avons ici un cas typique où il n'y a aucune zone floue sur le sujet Un viol « en bonne et due forme », si vous me permettez l'expression. Aujourd'hui, j'écris pour joindre ma voix au mouvement de dénonciation. J'entends beaucoup de gens se plaindre des dénonciations anonymes. Ces gens invitent les dénonciatrices à « ne pas laver leur linge sale en public » et à « utiliser les voies officielles pour Avoir lambiné dans l'envoi de soldats. Euh... minute... Vous avez dit soldat dans le sens de militaire ? Sir Yes Sir ! Pour éviter la cata dans des centres de longue durée ? Sir Yes Sir ! Y avait pas de façon de procéder autrement genre en appliquant les méthodes de Dr Liu — une vraie spécialiste, celle-là — au plus vite ? Sir No Sir ! Bon, mais il va faire quoi, Pipo-le-militaire, comme tâches ? Celles de préposés aux bénéficiaires, Sir ! Il était temps, on en convient mais c'est à ce moment précis que le Québec réalisa, enfin, l'ampleur du désastre quotidien dans ces mêmes centres. Notamment porter plainte ». J'aimerais vous sensibiliser sur la place que prend la culture du viol dans notre société. C'est seulement 10 ans après avoir été agressée par mon frère que j'ai compris qu'il s'agissait d'une agression. En dépression après une tentative de suicide, j'ai finalement décidé de porter plainte à la police. La déposition a très bien été reçue, j'ai été entendue et crue. [...] là où l'histoire se corse, c'est dans le cercle familial et amical. Pour commencer, ma mère m'a suppliée à maintes reprises de retirer ma plainte à la police. Affirmant qu'elle me croyait elle voulait tout de même que je sache qu'il ne valait pas la peine que je brise la vie de mon frère, que ça ne réparerait pas la mienne. Ensuite, les amis que j'avais en commun avec mon frère ont cessé de me voir. Plusieurs m'ont avoué trouver la situation difficile et ont finalement choisi de prendre des distances avec moi Mon père a, quant à lui, fait un souper de Noël chez lui et nous la sous-présence, parlons euphémisme, desdits préposés. Peu après les mesures drastiques (mais nécessaires) de confinement, bière avec André, ami depuis une bonne décennie. Chum d'abord de musique, devenu frère, en quelque sorte. Rencontre retardée par le fait qu'il ne pouvait voir ni Ève ni Adam, pour cause de services rendus à son père âgé et par définition, plus vulnérable au virus ambiant Pour quiconque connaît le bougre, aucune surprise-là. Prolonger son état d'isolement (déjà pénible, merci) afin d'aider autrui ? Moindre des choses, vous répondrait-il. Et contrairement à d'autres adeptes de la formule, il le pense. Sincèrement Parce que bien que l'antithèse du chrétien traditionnel, l'abnégation réside, sinon au centre de son existence, au moins dans celui de ses valeurs profondes. — Je vais me faire embau- Jardiniers, à vos appareils ! Courez la chance de voir votre cliché publié dans les pages Opinions de votre/journal favori... Faites-nous parvenir vos photos de vos fleurs/jardins à opinions@journalmetro.com. MÉTRO « [..] leur moule respectif devrait être conçu, conservé et rappliqué, au nom de l'humanisme. » cher en CHSLD, comme préposé aux bénéficiaires. — Quand ça ? —là. — Pis le virus ? (Nous étions, à ce moment précis, au fort de la tempête.) — Quoi le virus ? — Tsé, la COVID ? T'as entendu parler ? Paraît que ça fait des ravages, cette petite bête-là... T'aimes pas mieux attendre la fin de la crise ? — Genre quand on n'aura plus vraiment besoin de moi ? — Ma gueule. Après s'être heurté aux dédales administratifs de l'opération-embauche, lesquels en vinrent à retarder sa formation de plusieurs semaines, le Jour.1 arrive enfin. 11 est content Et pas a invité mon frère et moi, malgré le processus judiciaire enclenché. Je lui ai mentionné qu'il m'était mentalement et physiquement impossible de voir mon frère le temps d'un souper. Mon père m'a affamé qu'il ne voulait pas avoir à choisir ni avoir à trouver une solution hybride. En ne choisissant pas, il choisissait puisque mon frère n'a jamais été gêné de sa présence. En ne choisissant pas, il m'excluait [...] Mon frère a par la suite été reconnu coupable et fait de la prison à domicile. Puis vint l'épluchette familiale du côté de ma mère, où mon onde a fait la même chose que mon père, et ce, en dépit de l'interdiction de contact que mon frère devait respecter, et en dépit de sa culpabilité. [...] Finalement vint le mariage de mon autre frère. [...] L'interdiction de contact étant terminée, mon frère et moi pouvions être légalement dans le même environnement J'étais prête à piler sur mes douleurs internes pour permettre à mon autre frère de vivre son mariage comme il le souhaitait seulement en apparence. — Puis ? — C'est rougit. Vraiment physique. — lb tiens le coup ? — Oui. Aujourd'hui, une vieille dame m'a frappé dans le ventre. — Hein ? — Ouais. Pas contente que j'essaie de la laver ou un truc du genre. — Sympathique. Le temps passe. Cours théoriques complétés. Pas si complexes, apparemment Mais le gars est brillant, donc ça vaut ce que ça vaut Le stage, maintenant — Tb penses que la cible de 10 000 nouveaux PAB sera atteinte ? —rsais pas. On a déjà perdu pas mal de monde. Notre prof, excellente par ailleurs malgré l'absence de ressources, nous a lancé d'emblée  : si vous le faites pour les 49 000$, vous allez être déçus. Parce que J'ai fait des démarches de médiation citoyenne pour entrer en contact avec l'agresseur, afin de pouvoir briser la glace avant le mariage, question que ce ne soit pas aux mariés à gérer cette difficile situation. Aucun signe de vie de la part de l'agresseur. [...] J'ai pris la décision de ne pas assister au mariage. Lorsque je l'ai annoncé aux futurs mariés, mon frère a éclaté en colère. Il m'a alors expliqué que  : « Toutes les familles ont des chicanes, et on ne manque pas un mariage pour cela ».[...] Il ne s agit pas d'une chicane de ça reste des pinottes, pour l'ampleur du job. — Elle a raison ? — Hey [xm]. lb passes tes journées à ramasser du vomi. A parler à des gens qui ne souviennent pas qu'hier, faute à l'Alzheimer, tu les as aidés à se relever d'une chute. À les torcher, au propre et au figuré, de fond en comble. À côtoyer la détresse humaine, le désarroi et l'abandon. — Mais au-delà du noble, y a aussi un truc de beau dans cet engagement ? — Sais pas. Mais faut le faire. Donc je le fais, c'est tout Si Camus disait que « la vraie générosité envers l'avenir consiste à tout donner au présent », il a omis de préciser que certains se veulent plus généreux que d'autres. Et que leur moule respectif devrait être conçu, conservé et rappliqué, au nom de l'humanisme. Aspirons à devenir des André. Et merci à ceux qui le sont déjà. famille, mais bien d'un acte criminel. Dans une chicane, deux personnes ont leurs torts. Dans cette situation, je n'ai aucune responsabilité à porter. La culture du viol, c'est enraciné plus profond que l'on ne le croit C'est le fait de rendre la victime responsable de son agression, ou des répercussions que celles-ci peuvent avoir sur la vie des autres. C'est le fait de l'isoler des sphères sociales, malgré sa non responsabilité Ma mère m'a affirmé que ma plainte ne valait pas la peine, qu'elle briserait la vie de mon frère. Mais... Est-ce réellement moi qui ai brisé sa vie ? [...] Cessez d'affirmer que les victimes lavent leur linge sale en public et qu'elles brisent la vie des présumés agresseurs. [...] A. TREMBLAS (NOM D'EMPRUNT POUR DES RAISONS DE CONPIDENTLUTTÉ) Écrivez-nous ! opinions @journalmetro.com Volume  : 133 Numéro  : 2 À Montréal, Métro est publié par Métro Média. lot boul. Marcel-Laurin, Montréal H4N 2M3 Tél.  : 514 286-1066 Téléc.  : 514 286-9310 Imprimé par  : Transcontinental Transmag, 10807, rue Mirabeau, Anjou, Québec, HL 1T7 Distribué par Metropolitan Media Services/Directrice de la distribution  : Danielle Tessier Directeur principal des ventes  : Patrick Marsan Contrôleur  : François Dallaire Directeur de l'information  : Olivier Robichaud Chef de pupitre  : Carole Côté Actualité  : Elena Broch Vous avez une opinion à nous faire parvenir ? opinions@journalmetro.com Vous voulez annoncer dans nos pages ? publicite@journalmetro.com Vous avez une nouvelle à nous faire parvenir ? info@journalmetro.com. ISSN 1716-9895
métr 971 journalmetro.com Mercredi 5 août 2020 CULTURE Chambre 212 prend l'affiche ce vendredi./COLLABORATION SPÉCIALE Conte conjugal Cinéma. Cinéaste romanesque par excellence, Christophe Honoré continue avec Chambre 212 de s'intéresser aux élans du coeur, ceux qui font rire et pleurer. MARTIN GIGNAC info@journaimetro.com Après son plus sombre Plaire, aimer et courir vite qui se déroulait pendant l'épidémie du sida, Christophe Honoré avait un besoin urgent de tourner rapidement, en toute liberté, et de renouer avec sa muse, Chiara Mastroianni. « Quand je la filme, j'ai un peu l'impression de faire un autoportrait, avoue le réalisateur au bout du fil, qui la dirige pour la sixième fois. On pense souvent que les metteurs en scène se projettent dans les acteurs du même sexe. Mais pas moi. » La fille de Catherine Deneuve incarne dans ce huis clos une femme qui multiplie les amants et qui prend une pause de son mari — le chanteur Benjamin Biolay, qui est également l'ancien époux de Mastroianni — afin de réfléchir, seule. Malgré un sujet empreint de gravité, le ton est à la « En tant que spectateurs et journalistes, on attend du cinéma qu'il donne une vision nette, précise et exacte du monde d'aujourd'hui. Hors, ce n'est pas ça du tout. Au contraire, le cinéma est un miroir déformant, un miroir de fiction. » Christophe Honoré, cinéaste légèreté, porté par un vent enchanteur qui fait cohabiter poésie et mélancolie. « Je me méfie du cinéma d'auteur solennel et des personnages trop sérieux », dit Honoré à ce sujet. « Cela vient certainement du fait que j'ai tourné pour la première fois en studio, explique celui qui en est à son 13e long métrage. Le studio a un côté boîte magique qui permet de faire des plans qui ont de la fantaisie. » L'amour, toujours l'amours Cette comédie sentimentale ponctuée de répliques pétillantes permet surtout au créateur des inoubliables Chansons d'amour de replonger dans ses thèmes fétiches  : l'usure du temps, l'amour qui détruit et qui n'est pas forcément fait pour rendre heureux. « Mais en même temps, c'est la seule aventure qui vaut la peine d'être vécue en tant que vivant, maintient Christophe Honoré. Dommage que les gens soient si incompétents en amour... Je crois qu'on est tous un peu perdu face à nos histoires d'amour et Chambre 212 parle de ça. D'un couple qui ne sait plus comment faire. Elle essaie de s'isoler pour réfléchir et plus elle réfléchit, moins les certitudes arrivent. Tout devient contradictoire, mélangé. » Ce ne sont pas les fantômes omniprésents qui apaiseront l'héroïne. Il y a ceux, cinématographiques (Truffaut, Allen, Guitry, Bergman, Resnais...) qui se terrent dans l'ombre. Puis, ceux fantasmés qui se matérialisent en version âgée ou rajeunie d'un conjoint, d'une ancienne maîtresse. « C'est quelque chose que je vis quotidiennement, lance en riant le réalisateur de 50 ans, qui est présentement en tournage sur le projet Le côté de Guermantes de Marcel Proust. Parfois, je me sens beaucoup plus vieux que je le suis et à d'autres moments, j'agis comme si j'avais toujours 20 ans, notamment dans les rapports amoureux. On est multiple, on a vraiment des âges fluctuants au cours d'une même journée. » 7 RAC//DEC ACCÉLÉRÉ//AEC//ATELIERS FORMATION CONTINUE Des formations en ligne ou en présentiel1 ATTESTATION D'ÉTUDES COLLÉGIALES Investigation en sécurité privée Au terme de cette formation, vous pourrez  : Conduire une enquête Mener des entrevues Rédiger des rapports d'enquête Utiliser des logiciels d'application courante à des fins d'investigation privée Appliquer les différentes méthodes de surveillance et d'observation Détails : Formation de soir en semaine et de jour le samedi Début  : 9 novembre 2020 Durée  : 12 mois Séance d'information en ligne 18 août, 8 ou 22 septembre à 18 h 30 Selon la situation, le Collège dispose de la technologie nécessaire pour offrir ses activités de formation en ligne ou en présentiel. À Inscrivez-vous à une séance d'information fc.cmaisonneuve.qc.ca 514 254-7131, poste 6203



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :