Métro Montréal n°2020-07-28 mardi
Métro Montréal n°2020-07-28 mardi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2020-07-28 de mardi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (279 x 286) mm

  • Nombre de pages : 12

  • Taille du fichier PDF : 15,6 Mo

  • Dans ce numéro : mobilisation pour une reprise verte.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
À la maison ou au chalet, les rassemblements, c'est 10 personnes maximum. D On continue de bien se protéger. Gardez vos Lavez Toussez dans Nettoyez distances vos mains votre coude les surfaces Québec.ca/coronavirus 1 877 644-4545 uébec 1 : 1 métr journalmetro.com Mardi 28 juillet 2020 4 Les jeunes appelés à la vigilance Transmission. Québec observe une recrudescence des infections de COVID-19 chez les jeunes de 15 à 34 ans. La ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, demande aux jeunes de « devenir des influenceurs » pour éviter la transmission. FRANÇOIS CARABIN fcarabin@journahetro.com À Québec, les autorités de Santé publique craignent désormais que les personnes moins âgées, statistiquement moins à risque, transmettent la maladie à leurs proches plus âgées. « Ça a des conséquences désastreuses. Si ce n'est pas sur eux, [ce sera] sur d'autres », a fermement affirmé la vice-première ministre et ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, hier. « Je vous demande de vous mobiliser pour respecter les consignes de la Santé publique. Vous avez le pouvoir entre vos mains » a-t-elle lancé aux jeunes, leur demandant de devenir des « influenceurs » auprès de leurs amis. Selon le conseiller médical stratégique à la Direction Peur de reprendre une vie norma'- « Près des deux tiers des répondants se sont dits "très préoccupés" par les risques pour la santé que représente la reprise des spectacles, festivals, films ou événements sportifs (66%) ou des voyages par avion (64%) », a révélé Statistique Canada. Les 65 ans et plus sont 67% à être très préoccupées par les risques pour la santé associés aux rassemblements de grands groupes. MÉTRO f co le Geneviève Guilbault, vice- remière ministre du Québec/JOSIE OMNIUMS/MÉTRO générale de santé publique, DrRichard Massé, l'augmentation du nombre de cas chez les jeunes « reflète un changement d'attitude ». Pas de nouveaux décès Hier, la Santé publique a rapporté 145 nouveaux cas et aucun décès. Le nombre d'hospitalisations a augmenté de trois. Le réseau de la santé a par ailleurs continué de tester en vrac à travers le Québec. Dans les cinq derniers jours, les autorités ont procédé au dépistage quotidien de plus de 15 000 personnes en moyenne. Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, demande aux Québécois d'aller se faire tester le plus tôt possible s'ils ont des doutes. Délais rallongés Hier, Ottawa et Québec ont annoncé leur décision de reporter la date butoir de paiement des impôts pour les particuliers, les sociétés et les fiducies. Les personnes concernées ont donc jusqu'au 30 septembre 2020 pour payer leurs impôts sans pénalités de retard ni intérêts. Idem pour le paiement des acomptes provisionnels. mémo 128% Chez les jeunes de 20 à 29 ans en particulier, le nombre de casa augmenté de 128% dans la période du 8 au 14 juillet par rapport à la semaine précédente, selon les autorités sanitaires. Sans quoi, d'importantes « chaînes de transmission » peuvent se former avant l'intervention de la Santé publique. Les rassemblements d'opposants au port obligatoire du masque organisés la fin de semaine dernière forcent la ministre de la Sécurité publique à se mobiliser, s'activant à « resserrer les mesures répressives » pour les personnes qui ne respecteraient pas cette obligation. ÉQUIPEMENT MÉDICAL Pas de pénurie en vue Les lacunes d'approvisionnement de matériel médical « ne sont plus un enjeu ». C'est du moins de qu'avance le ministre de la Santé et des Services sociaux. « [...] Les gants, les blouses, les masques, on a 40 à 50 jours [de capacité] », a assuré Christian Dubé lors d'un point de presse tenu lundi à la Place des Arts, à Montréal agio
métr journalmetro.com Mardi 28 juillet 2020 PERSPECTIVE La pandémie modifie le monde du Irma Les dernières décennies ont permis d'améliorer les conditions de travail des Canadiens sur plusieurs plans, mais ces avancées seraientelles compromises par les répercussions de la crise du coronavirus sur l'économie ? Des experts donnent leur point de vue. ZACHARIE GOUDREAULT zgoudreauft@journaErnetro.com Au cours des 40 dernières années, le marché de travail a grandement évolué, comme en témoignent des rapports de Statistique Canada publiés en juin. Les salaires ont notamment crû de 18% de 1981 à 2019. Des coupes permanentes L'agence constate par ailleurs que les taux coupures de postes ont diminué dans les dernières décennies chez les travailleurs canadiens de 25 à 64 ans, passant de 8,3% de 1978 à 1980 à 6,6% entre 2010 et 2016. « Les préoccupations relatives à la suppression d'emplois ont pris une nouvelle importance dans le contexte de la pandémie de COVID-19 », souligne toutefois l'organisme fédéral Alors que de nombreux commerces n'ont eu d'autre choix que de fermer temporairement leurs portes au plus fort de la pandémie, faisant gonfler le taux de chômage, plusieurs entreprises ont migré vers le télétravail dans les derniers mois. Des bouleversements qui ont affecté la situation financière de nombreux travailleurs. Dans un rapport publié le 8juillet, l'Institut national de santé publique du Québec constate d'ailleurs que près du quart des Québécois rapportaient une baisse du revenu de La pandémie pourrait avoir des effets durables sur les conditions de travail pensent des experts. i ALEKSANDR DAVYDOV/123RF Les répercussions du télétravail La pandémie, en entraînant une vaste migration d'employés vers le télétravail, a du même coup chamboulé les habitudes de nombre d'entre eux. Si le travail à domicile peut convenir à plusieurs, notamment ceux qui demeurent loin de leur bureau, il peut aussi être une source d'anxiété et contri- leur ménage en date du 31 mai en raison de la crise sanitaire. Des impacts à long terme ? Si les impacts de cette crise sur l'économie dans les derniers mois sont tangibles, doiton s'attendre à ce qu'elle ait des impacts à long terme sur les conditions de travail des Canadiens ? « C'est encore difficile à dire, mais c'est évident que les moments de crise sont des moments de restructuration, des moments pour revoir les façons de faire », pense la chercheure Julia Posca, de l'Institut de recherche et d'informations socio-économiques (IRIS). « II y a probablement beaucoup de magasins qui vont fer- buer à l'isolement social, constate un récent sondage mené auprès de 1000 travailleurs canadiens. Le travail à domicile peut aussi engendrer des coûts supplémentaires pour les travailleurs. « 11 faut parfois aménager une pièce supplémentaire ou acheter des logiciels », note Julia Posca, qui demande aux employeurs d'aider leurs employés dans cette situation à couvrir ces dépenses. mer. On voit déjà une tendance à la fermeture des centres d'achat aux États-Unis », constate également le professeur au Département d'économie appliquée à HEC Montréal, Germain Belzile. II appréhende un virage rapide de plusieurs entreprises vers la vente en ligne. A cet égard, le détaillant DavidsTea, qui éprouve d'importantes difficultés financières, entend limiter le nombre de succursales dont il disposera au pays au moment de sa réouverture, misant davantage sur le commerce en ligne. Les employés non syndiqués écopent Dans son rapport, Statistique Canada mentionne que les pertes d'emplois au pays ont « Il y a des changements de fond qui se produisent dans l'économie et la COVID-19 va peut-être seulement accélérer les choses. » Germain Belzile, professeur au Département d'économie appliquée de HEC Montréal surtout touché des emplois temporaires et non syndiqués, notamment le secteur du commerce de détail. Si plusieurs de ces travailleurs se retrouveront un emploi rapidement, d'autres, plus âgés ou ayant une certaine ancienneté, pourraient en subir les contrecoups à long terme, prévient M. Belzile. Des sociétés pourraient aussi décider de réduire les conditions de travail de leurs employés pour éponger les pertes, craint Mme Posca. Les femmes écoperaient davantage que les hommes de la crise sanitaire, étant surreprésentées dans le secteur des services, selon une récente étude. Les personnes racisées, pour leur part, semblent avoir plus de difficultés à se trouver un nouvel emploi dans le contexte du déconfinement, constate l'Observatoire québécois des inégalités dans son Baromètre des inégalités du mois de juillet. Les petites entreprises D'autre part, Statistique Canada souligne que les petites entreprises sont surreprésentees pour ce qui est des mises à pied survenues ces dernières années au pays. Une tendance qui pourrait bien se poursuivre alors que de nombreux commerces locaux écopent de la crise sanitaire. « J'aurais tendance à dire que les petites entreprises sont plus vulnérables. Elles ont donc soit dû fermer ou réduire leurs activités pour survivre », explique l'analyste principal des politiques à la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante (FCEll, Gopinath Jeyabalaratnam. 5 L'ÉTÉ, BELLE SAISON Pour la rouille et l'antirouill TANTIROUILLEB ROPORTAill ParBroneSt-Onge, Président,Co-fondateur Antirouille Métropolitain Voilà qui étonne bon nombre de nos clients  : la rouille peut se faire très active lors des chaudes journées d'été. En fait, l'activité chimique de la corrosion se produit quand il fait chaud, et non par temps froid. Ainsi, les jours de canicule offrent des conditions idéales à la rouille pour se développer, et ce, pour plusieurs raisons. D'abord, plus la température est douce, plus le calcium que votre véhicule a accumulé en hiver s'active sur le métal. De plus, comme l'humidité est un élément clé du développement de la corrosion, les jours collants que nous subissons parfois en été sont très « rouillants ». Enfin, comme la chaleur provoque l'expansion du métal, celui-ci offre plus de prise aux particules humides. Les avantages de contre-attaquer en été Heureusement, l'été est en même temps une saison propice aux traitements antirouille. Votre véhicule et vous-même pouvez en bénéficier de plus d'une façon. Sous l'effet de la chaleur, le métal en expansion donne plus de place à ce qui provoque la corrosion et il en fait de même pour ce qui peut la combattre efficacement, tel qu'un produit fait à base d'huile. La chaleur augmente également la fluidité de la formule donc celle-ci pénètre plus rapidement et plus en profondeur le métal. POUR U TEMPS LIMITÉ SPÉCIAL D'ÉTÉ-20$ DE RABAIS Sur un traitement antirouille complet à prix courant Cette promotion peut prendre fin sans préavis MESURES PRÉVENTIVES COVID-19 antirouille.com/coronavirus.html Anjou Longueuil Laval Blainville Terrebonne 514-356-1519 450-651-5531 450-668-9883 450-818-3600 450-824-3881 N.D.G. Pierrefonds St-Hyacinthe Châteauguay 514-488-7300 514-685-5055 450-778-3030 514-492-8222 SANS FRAIS  : 1-866-268-4768 RENDEZ-VOUS:ANTIROUILLE.COM



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :