Métro Montréal n°2020-07-23 jeudi
Métro Montréal n°2020-07-23 jeudi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2020-07-23 de jeudi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (279 x 286) mm

  • Nombre de pages : 12

  • Taille du fichier PDF : 11,5 Mo

  • Dans ce numéro : menaces sur les nuits montréalaises.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
n Facebook Q Twltter Llnkedln 0 Instagram stminfo LA REPRISE GRADUELLE SE POURSUIT Lundi, on embarquera à L'avant dans encore plus de bus LA REPRISE DE LA VALIDATION DES TITRES ET DE L'EMBARQUE- MENT PAR LAVANT DANS LES BUS REPRENDRA DÈS LE LUNDI 27 JUILLET SUR LES LIGNES RATTACHÉES AUX CENTRES DE TRANSPORT MONT-ROYAL ET LEGENDRE. AYEZ VOTRE DE TITRE DE TRANSPORT EN MAIN ! Dans ces bus, vous remarquerez le nouveau panneau de protection pour le chauffeur ainsi que de l'affichage qui délimite une zone de deux mètres autour de lui. Le siège situé derrière le chauffeur, réservé aux personnes ayant des limitations fonctionnelles, a dû être relocalisé à l'extérieur de la zone. L'affichage vise également à assurer une circulation plus fluide à l'intérieur du bus : l'embarquement se fait obligatoirement par l'avant et la sortie, par l'arrière (à l'exception des personnes ayant des limitations fonctionnelles). Cette nouvelle configuration, qui suit les recommandations de l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) et de la CNESST, permettra d'assurer la sécurité de tous. 01 Sur le panneau de protection près du chauffeur, nous avons tenu à vous accueillir avec un Bonjour. 02 Cette affiche vous invite à vous déplacer vers l'arrière et à rester derrière la ligne hachurée. 03 Pour garder une distance de deux mètres, le siège réservé situé à proximité du chauffeur a été déplacé ailleurs dans le bus 04 Et des indications vous rappellent votre nouvelle bonne habitude à prendre  : sortir à l'arrière du bus. CENTRES DE TRANSPORT MONT-ROYAL ET LEGENDRE LES LIGNES DE BUS CONCERNÉES Centre de transport Mont-Royal Ei 11, 14, 25, 27, 47, 51, 97, 359, 368, 410, 427, 430 Centre de transport Legendre Ei 19, 41, 45, 52, 54, 56, 67, 69, 121, 135, 130, 140, 146, 180, 193, 197, 365, 439, 440, 460, 467, 469 02 » stm info S'IMMOBILISER AUX ARRÊTS ET RESTER DERRIÈRE LE BUS Attendez de connaître l'intention du chauffeur avant d'avancer. stm.infoicyclistes PRÉVENTION DU SUICIDE DE LAIDE DISPONIBLE En juillet, nous nous associons à Suicide Action Montréal (SAM) pour faire connaître la ligne téléphonique 1-866-APPELLE (277-3553), disponible 24 h/7jours, partout au Québec. Cette action s'inscrit dans le contexte de la crise de la COVID-19 qui entraîne une hausse de détresse psychosociale auprès de la population. La ligne offre une aide immédiate en cas de crise suicidaire. Des gestes qui peuvent aider Si vous êtes témoin d'une situation pouvant potentiellement mettre en danger la vie d'une personne, faites-en le signalement le plus rapidement possible. Vous pouvez alors soit utiliser un des téléphones rouges situés dans les niches d'assistance sur les quais du métro, soit contacter un membre du personnel travaillant dans le métro, qu'il s'agisse par exemple d'un inspecteur, d'un agent de station ou d'un employé d'entretien.
métr's" AC'journaimetro.com jeudi 23 juillet 2020 3.ALITÉ La vie nocturne, autre victime de la pandémie Fête Riche de ses nombreux festivals, bars et discothèques, Montréal est reconnue depuis plusieurs années comme l'une des villes avec le meilleur nightlife du monde. Mais risque-t-elle de perdre sa réputation, faute d'innovations dans le contexte de la COVID-1.9 ? ZACHARIE GOUDREAULT zgoudreault@journalmetro.com C2 Montréal a décidé, comme plusieurs, d'innover à la suite de l'annulation de son événement annuel. Elle met désormais son compte Instagram à la disposition d'organismes pour réaliser des événements ponctuels d'une journée. Cela dans le cadre de la série en ligne appelée « C2 Takeover ». L'organisme MTL 24/24 prendra par exemple d'assaut les réseaux sociaux de C2 aujourd'hui, dès 10h et diffusera une série de conférences avec des experts abordant UMM MM'OB mir mir law. 11 ffla.W.:7\- ri "-.rie MIRE Mathieu Grondin souhaite que la Ville prenne des mesures pour préserver la vie nocturne montréalaise./JOSIE DESMARAISMIÉTRO les enjeux de la vie nocturne. « On réalise qu'il faut trouver des alternatives en extérieur où la distanciation sociale peut être respectée », indique le directeur général de MTL 24/24, Mathieu Grondin. « Sinon, il y a plein de parties privés qui vont se faire et les gens vont se ramasser dans les parcs », ajoute-t-il. Le premier ministre François Legault avait d'ailleurs affirmé que les rassemblements privés intérieurs ont joué un rôle dans la récente hausse du nombre de cas de coronavirus. MTL 24/24 et plusieurs autres représentants du secteur pressent la Ville de mettre en place des mesures pour faciliter la tenue d'événements extérieurs après minuit cet été. Comme en convertissant des zones industriels en espaces publics. Préserver la vie nocturne Mathieu Grondin a fondé le mois dernier le Conseil de nuit afin de trouver des solutions à proposer à la Ville de I UNIS : le ministre des Finances rembourse 41000$ Bill Morneau a indiqué hier avoir remboursé à UNIS 41000$. Ces dépenses étaient liées à deux voyages humanitaires organisés par UNIS effectués en 2017 au cours duquel M. Morneau et sa famille se seraient rendus en Équateur et au Kenya, selon plusieurs médias. mémo « Il n'y a plus personne dans les rues après minuit. On est en train de mettre à mal l'économie de notre centre-ville. » Mathieu Grondin, directeur général de Mil 24/24 Montréal pour assurer la survie de son industrie nocturne. Celui-ci compte une douzaine de personnes spécialisées dans le secteur, dont le professeur Will Straw, de l'Université McGill. Le pionnier des études sur le nightlife à Montréal constate une diminution dans les dernières années du nombre d'établissements contribuant à la réputation de Montréal à cet égard. « Il y a beaucoup de gentrification qui fait en sorte que des boîtes de nuit doivent fermer en raison de la hausse des loyers et des voisins qui se plaignent du bruit », soulignet-il. M. Straw appréhende par ailleurs la fermeture de plusieurs autres commerces en raison de la crise sanitaire. Il questionne aussi la décision de la Santé publique d'ordonner la fermeture des bars à minuit. « Dans plusieurs villes, en fermant à 6h du matin, ça permet d'étendre les clients dans les bars sur une plus longue période », Arsenic. Émissions encore trop élevées dans l'Est Les émissions d'arsenic dans l'est de l'île de Montréal sont en baisse, mais demeurent au-dessus des normes provinciales, constate la Santé publique, qui demande à la Ville de ne pas se concentrer sur une seule entreprise pour s'attaquer à cet enjeu. Après avoir fait l'objet d'un rapport fort médiatisé concernant ses émanations d'arsenic dans l'air de l'est de Montréal, l'usine de cuivre CCR a mis en place plusieurs mesures en 2018. Elle s'est notamment procuré un dépoussiéreur pouvant filtrer l'air, permettant de diminuer ses émissions d'arsenic de 50%, selon des données compilées par la Ville. Toujours trop d'arsenic Les efforts de l'entreprise ont ainsi permis de diminuer de 20% les émissions d'arsenic comptabilisées à une des trois stations d'échantillonnage du secteur. Les deux autres stations ont toutefois rapporté l'an dernier des concentrations du polluant excédant les normes provinciales, constate la DRSP. « Il y a d'autres sources » qui émettent de l'arsenic dans ce secteur », indique le médecin spécialiste à la DRSP, David Kaiser. Afm de faire face à cette situation, la Ville a entrepris des démarches afin de savoir qui sont ces autres pollueurs pour les forcer à réduire leurs émissions d'arsenic. oyez informé soyez branche avec Métro 3 façons de rester connecté jour tro. om Suivez l'actualité locale, nationale et internationale en temps réel. eseaux sociaux L'infolettre Restez informé et interagissez sur l'actualité de dernière minute. Abonnez-vous et recevez l'essentiel de l'actualité dans vos courriels. En 2018, un rapport d'experts prévoyait que la concentration d'arsenic à Montréal- Est était en voie d'atteindre 200% de la limite fixée par Québec. « La Ville investigue actuellement afin d'identifier les autres sources possibles afin qu'on puisse les réduire à la source et que les émanations respectent les normes », a indiqué Mme Bourgeois. La Ville a d'ailleurs déjà approché certaines entreprises du secteur, a confirmé l'élue à Métro, sans dévoiler leur identité. Impacts sur la santé Au cours des dernières années la DRSP a constaté un écart de quelques années entre l'espérance de vie des résidents de l'est de l'île par rapport à ceux de l'Ouest. « Les niveaux d'arsenic qu'on voit à Montréal, et même dans le secteur en question, sont faibles. Et les normes provinciales sont très protectrices », a affirmé David Kaiser. L'expert estime ainsi « qu'avec les niveaux [d'arsenic] qu'on a, on ne peut pas identifier un lien direct avec la survenue de cancers du poumon ». M. Kaiser a toutefois convenu que l'exposition à ces contaminants sur une longue période pourrait avoir des effets nocifs sur la santé des résidents concernés. ZACHARIE GOUDREAULT métr Jo u



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :