Métro Montréal n°2020-07-09 jeudi
Métro Montréal n°2020-07-09 jeudi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2020-07-09 de jeudi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (279 x 286) mm

  • Nombre de pages : 12

  • Taille du fichier PDF : 11,9 Mo

  • Dans ce numéro : un premier pas contre le profilage.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
métra journalmetro.com Jeudi 9 juillet 2020 MI. 8 Ii iiljr - - sKe,.A,. Des céréales santé haut de aamme _77 Fourmi bionique présente sa dernière réalisation  : Müska. Cette gamme de mueslis compte trois déclinaisons  : Nature, Vitalité et Aphrodisiaque.',- Composés de flocons de céréales complètes biologiques et rehaussés de la recette Dukkah Brunch (mélange d'inspiration égyptienne de graines et de noix - =., torréfiées avec des épices), les mueslis sont nourrissants et idéaux pour un petit déjeuner santé. Offert au coût de 5,50 $ dans les supermarchés. » duot.4.. Exagère-t-on la désinfection des surfaces ? Coronaviru Les autorités sanitaires et les entreprises ont-elles exagéré l'importance de désinfecter régulièrement les surfaces afin de prévenir la propagation du coronavirus ? Un expert en santé publique remet en question les études portant sur la durée de vie du virus sur celles-d. ZACHARIE GOUDREAULT zgoudreault@journalmetrocom Le professeur Emanuel Goldman, du Département de microbiologie, de biochimie et de génétique moléculaire à l'Université Rutgers, au New Jersey, a publié vendredi dernier un commentaire scientifique sur le site web de la revue médicale The Lancet. L'expert y souligne que plusieurs études réalisées ces dernières semaines ont fait état d'une survie du coronavirus sur les surfaces sèches et les objets pouvant varier de deux à six jours. Or, « aucune de ces études ne présente des scénarios s'apparentant à des situations de la vie réelle », soulève M. Goldman. Les chercheurs à l'origine de celles-ci auraient alors utilisé un « très large » échantillon du virus par rapport aux gouttelettes qu'émettent les personnes contagieuses lorsqu'elles éternuent, par exemple. « Dans une étude où les auteurs ont tenté de recréer les conditions actuelles dans lesquelles une surface pourrait être contaminée par un patient, aucun [coronavirus] n'avait été détecté sur les surfaces », ajoute l'expert. D'autres recherches font pour leur part La Société de transport de Montréal a augmenté la fréquence de nettoyage des surfaces du réseau du métro en raison de la pandémie. osie DESMARAIS/MÉTRO « Les chances de transmission par les surfaces inanimées sont très minces. » Emmanuel Goldman, professeur du Département de microbiologie, de biochimie et de génétique moléculaire à l'Université Rutgers état d'une survie du virus de quelques heures seulement sur différentes surfaces sèches. Trop de précautions ? M. Goldman termine son commentaire en remettant en question les mesures de désinfection prises dans plusieurs lieux publics. À Montréal, par exemple, la Ville a décidé pendant la pandémie de fermer les modules de jeux pour enfants dans ses parcs parce qu'elle ne pouvait assurer leur désinfection régulière. De nombreuses entreprises, incluant les épiceries et les pharmacies, ont aussi accru le nettoyage des surfaces à contacts multiples. La Société de transport de Montréal a également augmenté considérablement la fréquence de nettoyage de son réseau de bus et de métro en raison de la pandémie. « Je ne suis pas en désaccord avec le principe de la prudence, mais cela peut aller à des extrêmes qui ne sont pas justifiés par les données », ajoute M. Goldman. L'expert reconnaît néanmoins la pertinence d'appliquer des protocoles de nettoyage accrus dans les hôpitaux. Le principe de prudence De plus en plus d'études penchent en effet pour un risque faible de contamination par les surfaces. C'est notamment le cas d'une recherche effectuée en mai par le Centre américain pour le contrôle et la prévention des maladies. Celle-d souligne que la contamination au coronavirus par des objets, bien que possible, est plutôt rare. « En tant qu'épidémiologiste, le premier réflexe demeure la prudence quand on connaît mal un agent infectieux émergent. Alors, peutêtre en faisons-nous un peu trop, mais honnêtement, cette option est nettement préférable à une alternative de ne pas en faire assez », a dit à Métro la professeure à l'École de santé publique de l'Université de Montréal, Hélène Carabin. Le professeur au Département des sciences biologiques de l'Université du Québec à Montréal, Benoit Barbeau, estime également que la désinfection « à outrance » au début de la pandémie était « louable », compte tenu de l'information dont disposaient alors les experts en santé publique. Il est maintenant temps de revoir certaines de ces pratiques à la lumière des récentes études, estime-t-il toutefois. « Il faut peser le pour et le contre et revoir l'utilité d'une décontamination exhaustive », souligne l'expert, qui rappelle qu'une exposition régulière à certains produits nettoyants peut avoir des effets nocifs sur la santé. Si l'expert reconnaît la pertinence de nettoyer fréquemment les surfaces dans le métro, il questionne celle de désinfecter régulièrement des aires de jeux pour enfants ou encore les rampes d'accès aux piscines publiques, par exemple. « IL n'y a pas lieu d'avoir des mesures de précaution si exhaustives », tranche l'expert, qui souligne que le port du masque, le lavage des mains et le respect de la distanciation physique sont les mesures sanitaires à privilégier dans les lieux publics fermés. "nmériqr- COVID-19  : Chloé répond à vos questions MARYSE DERAÎCHE mderaiche@journemetro.com Vous avez été en contact avec une personne atteinte de la COVID-19 et vous ne savez pas quoi faire ? Vous devez vous isoler et avez besoin de soutien ? Le leader montréalais des soins de santé virtuels Dialogue apporte aux Canadiens des réponses en temps réel à ces questions et à bien d'autres en lien avec le coronavirus grâce au lancement d'une assistante médicale virtuelle baptisée Chloé pour la COVID-19. Facile à utiliser et automatisée, cette ressource s'appuie sur l'intelligence artificielle pour apporter une aide quotidienne aux personnes en isolement et leur indiquer où et quand se faire tester pour le virus. « Lorsque la pandémie a frappé, nous nous sommes demandés ce que nous pouvions faire pour aider le public », déclare Alexis Smirnov, cofondateur et directeur de la technologie de Dialogue. « Nous fournissions déjà des services de santé virtuels à des millions de Canadiens par l'entremise de notre service d'entreprise, mais nous estimions avoir une plus grande responsabilité d'appuyer le public au sens large. » L'évolution du service L'équipe a commencé par développer Chloé pour la COVID-19 en mars en tant que ressource d'information permettant aux gens d'accéder à des données pertinentes et précises et d'alléger le volume d'appels du 811. Lancée en juin grâce à l'appui financier de l'organisme national voué à l'innovation Mitacs, la dernière version propose des fonctionnalités utiles telles que des capacités de questions-ré ponses très larges, un accompagnement quotidien pour les personnes qui doivent s'autoisoler pendant 14 jours et des informations en temps réel sur les tests du coronavirus, y compris les centres de test les plus proches dans tout le pays et s'il est nécessaire ou non d'avoir un rendez-vous. Accessible sur la page web « Si vous devez vous auto-isoler, Chloé vous contactera chaque jour afin d'effectuer un suivi de vos symptômes et vous fournir des conseils pour savoir à qui vous adresser si vous avez besoin d'aide. » Alexis Smirnov, cofondateur et directeur de la technologie de Dialogue covidl9.dialogue.co, l'assistante virtuelle Chloé pour la COVID-19 se présente sous la forme d'un avatar inspiré de la première infirmière embauchée par l'entreprise lors de son lancement en 2016. Elle s'appuie sur des informations issues de sources médicales et gouvernementales canadiennes. Des étudiants contribuent Des étudiants à la maîtrise de'Université de Montréal et de Mila, l'Institut québécois d'intelligence artificielle, participent au développement de cette technologie en partageant leur expertise. Leur stage est financé par Mitacs, qui offre actuellement une promotion spéciale aux entreprises canadiennes développant des solutions pour lutter contre la COVID-19  : celle-ci leur permet d'investir seulement 3 750$ sur un financement total de 15 000$ qui couvre l'allocation d'un stagiaire jusqu'à six mois. Ce projet peut accueillir d'autres stagiaires de recherche. Les étudiants en génie logiciel, intelligence artificielle ou télémédecine de partout au Canada peuvent contacter l'équipe de développement des affaires de Mitacs.
journalmetro.com métre jeudi 9 jui[let 2020 golin 9 ‘11ILDEv Food to go, pour un frigo bien rempli ! Nouveauté Ne laissez plus la faim vous tenailler en fin de soirée grâce à un nouveau concept québécois de livraison de grignotines et de plats préparés. MARYSE DERAICHE mderaiche@journahetro.com Lancée en juin avec l'agence Excellence Brandz qui représente plusieurs manufacturiers québécois de l'industrie alimentaire, Food to Go a pour but d'aider les entrepreneurs d'ici à maximiser leurs ventes en utilisant une plateforme de commerce électronique qui re joint davantage de consommateurs. Parmi les marques du catalogue, on trouve notamment  : French Cancan et son maïs soufflé préparé à Saint-Eustache depuis 30 ans, les délicieux Chocolats Lamontagne, pro - ON BOIT QUOI ? Voici les coups de coeur de la rédaction pour se rincer le gosier cette semaine. Belgian Moon Lightsky Avec la canicule qui n'en finit plus, on souhaite la bienvenue à cette nouvelle bière légère ! Son taux d'alcool de 4%, ses 4 grammes de glucide et ses 100 calories par canette plaira à la gent féminine (et masculine). Cette bière de blé embaume les agrumes, la mandarine en particulier et détient un subtil caractère malté sucré et une touche d'amertume. MARYSE DERAICHE 18$ x 12 canettes, dans Les supermarchés « Quand la crise a débuté, on s'est demandé comment nous pouvions soutenir les marques et les manufacturiers avec lesquels on travaille. Notre idée  : leur permettre d'utiliser Internet pour maximiser leurs ventes et rejoindre le plus grand nombre de consommateurs québécois. Alors on a créé la plateforme Food to Go. » Jennifer Landry, présidente d'Excellence Brandz duits à Sherbrooke, Mermax spécialisé dans les fruits de mer et différentes viandes, basée Abel sien au Saguenay-Lac-Saint-Jean, qui propose des boîtes découvertes parfaites pour le BBQ, Aliments Jardis et ses produits en vrac préparés à Sherbrooke, Café William et leur café préparé à Sherbrooke. Pas envie de cuisiner ? Resto to Go, en collaboration avec MTY Food Group et MS3 Food, propose une offre variée de plats préparés et surgelés. Des repas provenant d'adresses comme Bâton Rouge, Thaï Express, Scores, Mikes, Thaïzone et plusieurs autres. Il est possible de personnaliser sa boîte de 5, 10 ou 18 repas avec ses plats préférés qui arrivent directement à la maison. I. I incliEsur tâNtAr 1 Jx Nouveauté alarép et vénétaHpnnp ! L'entreprise québécoise SNO a installé ses desserts glacés végétaliens sur Les tablettes des marchés en 2018. Cette année, elle s'associe avec Laura Secord et lance une nouvelle saveur gourmande  : fudge fondant et brownies. Le goût du cacao est intense et la texture est délicate ; un plaisir pour Les amoureux du chocolat ! Offert au coût de 7$ dans les supermarchés. tablai Chez Métro, on raffole des gins québécois ! Celui-ci est aromatisé au miel et à la propolis. En plus d'être délicieux Abel tente d'éveiller les consciences à la lutte contre la mortalité des abeilles. D'ailleurs, une partie des revenus de l'entreprise est réinvestie dans des causes. Dans le verre, Abel dégage des notes de fleurs, de conifères et de fruits tropicaux. L'ajout du miel lui confère une texture soyeuse douce sur la langue. MARYSE DERAICHE 38$, à La SAQ Les jeux-questionnaires de l'Oktoberfest de Repentigny seront animés par un humoriste différent à chaque fois./COLLABORATION SPÉCIALE Festival. L'Oktoberfest de Repentigny s'organise L'Oktoberfest de Repentigny fait rayonner les microbrasseries et les produits gourmands du Québec chaque année depuis maintenant 14 ans. Cette année, le célèbre festival se voit dans l'obligation de reporter sa 15e édition étant donné la situation actuelle. Mais qu'à cela ne tienne, l'équipe a autre chose à proposer... L'Oktoberfest présentera une série de quatre jeux-questionnaires en ligne animée par des humoristes. Le premier a lieu ce soir, à 20 heures, et l'humoriste invité est Arnaud Soly. Le public est convié à tester ses connaissances générales en répondant aux questions élaborées par les pros des jeux Randolph. Gratuits et ouverts à tous, les jeuxquestionnaires permettront aussi de découvrir et d'encou- I Les jeux-questionnaires se dérouleront tous les deuxièmes jeudis du mois, à 20h, en direct de la page Facebook de l'Oktoberlest de Repentigny. rager des producteurs locaux de bières, sous les conseils du sommelier bière de l'Oktoberfest Yan Lortie. Une semaine avant la diffusion du jeu-questionnaire, M. Lortie proposera (sur la page Facebook de l'Oktoberfest de Repentigny) deux accords bières et bouffe. Pour vivre l'expérience totale, les gens peuvent se procurer les produits sélectionnés avant le début du jeu-questionnaire. MARYSE DERAICHE Donnhoff Off Dry Riesling 2018 Agriculture urbaine Ce Riesling allemand vous fera remettre ce fabuleux cépage à l'honneur ! Délicat en bouche, avec une pointe de sucre résiduel et une acidité sophistiquée, ce Riesling demi-sec est issu des sols volcaniques de la région centrale de Nahe en Allemagne. Ses arômes et ses saveurs de pommes et de fleurs se marient au poulet pour un accord parfait. MARYSE DERAICHE 28$, à La SAQ Vous vous demandez quoi faire de votre cour arrière et êtes amateurs de petits déjeuners santé ? À l'heure où les questions environnementales sont sur toutes les tribunes et que les Québécois privilégient une alimentation saine et locale, l'installation d'un poulailler en milieu urbain s'inscrit dans les réalités citadines d'aujourd'hui et de demain. L'expérience de l'auteure avec des poules pondeuses et ses recherches sur le sujet permettront aux personnes ne sachant pas trop par où commencer de trouver toute l'information et le savoir-faire nécessaires pour cohabiter harmonieusement avec des poules urbaines. Ce guide offre des outils et des conseils pratiques afin de pouvoir réaliser son projet dans les règles de l'art. MARES& DERAÎCHE Des poules dans ma cour, Louise Arbour, 35$, Éditions Ecosociété



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :