Métro Montréal n°2020-07-09 jeudi
Métro Montréal n°2020-07-09 jeudi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2020-07-09 de jeudi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (279 x 286) mm

  • Nombre de pages : 12

  • Taille du fichier PDF : 11,9 Mo

  • Dans ce numéro : un premier pas contre le profilage.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
métra  : journalmetro.com Jeudi 9 juillet 2020 4 OpIATf INS\\larchniers, TRIBUNE LIBRE Les aires protégées à la défense de la santé Alors que les Québécoises et Québécois s'évadent en nature à la sortie du confinement, nous réalisons plus que jamais l'importance de notre territoire et des liens qui nous y unissent. C'est en ce sens que le gouvernement du Québec se doit d'atteindre sa cible de donner le statut d'aires protégées à 17% de la superficie du territoire terrestre québécois et 10% du territoire marin d'ici la fin de 2020. Il en va de la santé de notre population. En effet, les aires protégées ont le potentiel d'engendrer des bénéfices importants sur la santé, et ce, tout particulièrement si elles sont accessibles pour la population peu importe la région et le niveau socioéconomique. C'est ce qu'établit un récent La police de la police est-elle légitime ? Le 8 juillet 2019, le Bureau des enquêtes indépendantes (BEI) déposait le bilan de ses premières trois années de mise en opération. Le BEI qui fait son propre bilan, c'est comme la police qui enquête sur la police  : un processus dont la légitimité soulève le doute. Ainsi, les nombreuses critiques de familles de personnes décédées aux mains de la police brillent par leur absence dans le bilan du BEI. En fait, le BEI se pète plutôt les bretelles. Il n'y a visiblement pas de place pour la fausse modestie au BEI. Tenez, à la page 29 de son bilan, le BEI rapportait que « seuls trois compléments d'enquêtes ont été demandés par les procureurs [du directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP)] », ce que l'organisme interprétait généreusement comme étant « la démonstration que les enquêtes menées par le BEI sont complètes et rigoureuses, à la satisfaction du DPCP ». Rien de moins. Or, les chiffres du BEI sont rapport produit par 12 Planète s'invite en santé et appuyé par la Société pour la nature et les parcs (SNAP Québec), Nature Québec et la Fédération des kinésiologues du Québec. L'année 2020 est charnière pour la biodiversité et la lutte aux changements climatiques au Québec avec la date butoir pour les cibles de création d'aires protégées. Malheureusement, un triste constat s'annonce  : ces cibles ne seront probablement pas atteintes. Pourtant, de nombreux bénéfices contredits par un tableau de données que le DPCP m'a transmis en application d'une décision interlocutoire rendue par la Commission d'accès à l'information en décembre 2019. Ce tableau révèle en effet que le DPCP a demandé non pas trois, mais bien 10 compléments d'enquête au BEI, et ce, entre le ter juillet 2016 et le 16 janvier 2019. Ce qui suggère que le DPCP n'est peut-être pas aussi satisfait du BEI que le BEI veut bien le faire accroire. Surtout que le DPCP a demandé deux compléments d'enquêtes dans deux dossiers différents, dont l'un porte sur l'intervention du Service de police de la ville de Montréal qui a coûté la vie à Pierre Coriolan, 58 ans, le 27 juin 2017. Un décès ayant par ailleurs donné lieu à une enquête publique du coroner, toujours en cours, lors de laquelle les méthodes de travail du BEI n'ont pas toujours fait bonne impression  : annonce du décès fait par téléphone à l'une des deux soeurs de M. Coriolan, prise d'une déclaration auprès d'un témoin clairement sous l'effet de la boisson. Bref, plus on gratte les couches de vernis brillant que le BEI a Faites-nous découvrir vos talents ! a vos appareils ! Courez la chance de voir votre cliché publié dans les pages Opinions de votre journal favori... Faites-nous parvenir vos photos de vos fleurs/jardins à opinions@journalmetro.com. MÉTRO sont attribués aux aires protégées. Le gouvernement du Québec en mentionne d'ailleurs plusieurs  : « Environnemental, écologique, scientifique, éducatif social, culturel, spirituel et économique. » Il oublie de mentionner un pilier majeur  : celui de la santé humaine. La santé des Québécoises et Québécois a été mise à l'épreuve cette année avec la pandémie. Or, l'Organisation mondiale de la santé le rappelle  : protéger la nature est essentiel pour la santé humaine, apposé sur son propre bilan, moins on a envie de donner le bon dieu sans confession à cette « police de la police ». ALEXANDRE POPOVIC Le racket des contraventions de stationnement Samedi 27 juin. Les abords du Palais des congrès, rue St-Antoine, sont déserts. J'ai dûment payé mon stationnement mais, de bonne foi, j'ai confondu une place régulière avec un emplacement pour les voitures électriques. La petite voiture rouge et blanche (vous savez celles qui roulent par tous les temps, même dans les pires tempêtes sociales ou météo) passe par là. L'agent ne me rate pas  : 171$ dont 50$ de frais administratifs (faut oser !) et 20$ de contribution (7). Le service est compris. Je mérite une contravention mais, 171$, cela représente 13,68 heures de travail au salaire minimum ! Ce ne sont plus des contraventions, c'est un véritable racket ! Les augmentations viseraient « à modifier les comportements dein- réduisant le risque d'émergence de nouvelles zoonoses tel le virus de la COVID-19. Par ailleurs, au Québec, l'inactivité physique est présente chez plus de 30% de la population québécoise de plus de 15 ans et les problèmes de santé mentale et de maladies chroniques prennent toujours de l'ampleur. Dans ce contexte, il apparaît prioritaire de reconnaître que les aires protégées font partie de la solution. Effectivement, elles contribuent à notre santé en permettant une exposition à un territoire favorisant l'activité physique et la santé mentale, en mitigeant l'impact des changements climatiques, en protégeant la biodiversité, en réduisant des coupes de forêt nuisibles aux cours d'eau et en limitant les impacts d'une exploitation d'hydrocarbures. Le gouvernement du Québec a donc tout intérêt à atteindre ses cibles d'aires protégées en raison des bénéfices majeurs qui y sont associés et devrait être plus ambitieux encore. Par exemple, le gouvernement fédéral s'est engagé à suivre une cible de 25% d'ici 2025 et de 30% d'ici 2030 pour sa superficie terrestre et océanique. À cet égard, de création d'une aire quants et problématiques des automobilistes, afin de renforcer la sécurité de tous les usagers sur le réseau, en cohérence avec le plan d'action Vision zéro » (article de Kathleen Lévesque, La Presse, du 13 janvier 2020). Est-ce qu'on pourrait arrêter ce genre de désinformation ? La sécurité, c'est avant tout le contrôle de l'alcool ou de la drogue au volant, de la vitesse, de l'agressivité routière. Pour que l'approche Vision zéro, qu'on ne peut qu'applaudir, soit un succès, il faudrait concentrer les actions sur les vrais dangers et pas seulement sur les machines à sous. protégée pour les monts Chics-Chocs de la Réserve faunique de Matane constitue un excellent exemple. Ce territoire québécois exceptionnel doit être préservé des impacts durables des activités industrielles. Ce projet pourrait rapidement bénéficier de l'attribution d'un statut d'aire protégée de catégorie BI de l'Union internationale de la conservation de la nature, soit une réserve de biodiversité. En tant que professionnels de la santé, la santé humaine est au coeur de nos considérations. Nous savons qu'elle l'est également pour les populations que nous desservons. Nous demandons au gouvernement du Québec de prendre ses responsabilités face aux objectifs d'établissement des aires protégées qu'il s'est lui-même fixés. Plus encore, nous recommandons que ces aires soient plus accessibles à la population, et ce, en tenant compte de la localisation géographique et des aspects sociaux limitant l'accès à ces territoires de qualité. Il en vaut de la santé et du bien-être de l'ensemble des Québécoises et Québécois. SARAH BERGERON, MÉDECIN ET MEMBRE DU CONSEIL EXÉCUTIF DE LA PLANÈTE S'INVITE EN SANTÉ ET TROIS AUTRES SIGNATAIRES Enfin, il est urgent d'instaurer, comme en Finlande, un système d'amendes proportionnelles aux revenus, ce serait juste et efficace. Ah ! j'oubliais  : peut-on demander aux préposés aux stationnement d'éviter de se garer en double file quand c'est possible  : c'est dangereux. ALAIN BRAINE L'actualité vous fait réagir ? Écrivez-nous ! opinions @journalmetro.com Volume  : 118 Numéro  : 2 À Montréal, Métro est publié par Métro Média. loi, boul. Marcel-taurin, Montréal H4N 2M3 Tél.  : 514 286-1066  : 514 286-9310 Imprimé par  : Transcontinental Transmag, 10807, rue Mirabeau, Anjou, Québec, H1J 1T7 Distribué par Metropolitan Media Services/Directrice de la distribution  : Danielle Tessier Directeur principal des ventes  : Patrick Marsan Contrôleur  : François Dallaire Directeur de l'information  : Olivier Robichaud Chef de pupitre  : Carole Côté Actualité  : Chloé Machillot et Elena Broch Vous avez une opinion à nous faire parvenir ? opinions@journalmetro.com Vous voulez annoncer dans nos pages ? publicite@journalmetro.com Vous avez une nouvelle à nous faire parvenir ? info@journalmetro.com. ISSN 1716-9895
cuLTur métr ÉJ.:1 journalmetro.com Jeudi 9 juillet 2020 7 Un capitalisme sentimental Cinéma. L'amitié et le capitalisme ne font pas toujours bon ménage dans First Cow, le plus récent opus de Kelly Reichardt. MARTIN GIGNAC info@journalmetro.com Kelly Reichardt est une des plus importantes cinéastes américaines en activité. Depuis qu'elle a adapté Old Joy de Jonathan Raymond en 2006, le duo a créé quelques-unes des plus puissantes fresques du siècle, dont Meek's Cutoff et Certain Women. « First Cow est la première chose que j'ai lue de Jonathan en 2004, évoque la réalisatrice en entrevue. Ça m'a pris tout ce temps-là pour trouver la bonne façon de le mettre à ma main. C'est une histoire ambitieuse, se déroulant sur quatre décennies et deux continents. On s'est concentrés en 1820, autour d'un territoire qui n'était pas encore l'Oregon, et où les Premières Nations côtoyaient les gens qui arrivaient. Tout le monde était des immigrants. » Amitié au naturel Une terre vierge où tout est encore possible. Les populations autochtones et les nouveaux arrivants formant d'ailleurs une communauté inclusive. Une relation particulière finira par se développer entre un cuisinier blanc (John Magaro) et un étranger chinois (Orion Lee), comme une rencontre entre l'Occident et l'Orient. L'amitié étant au coeur de son oeuvre, ce nouveau récit présenté à la Berlinale en révèle une intimité inédite. « Ce sont deux hommes tendres et lumineux qui tranchent avec les figures masculines First Cow sera à l'affiche dès demain./COLLABORATION SPÉCIALEI. « On est aux prises avec cette idée que le rêve américain existe, qu'il faut seulement être fort et travailler suffisamment pour se retrouver au sommet. Mais c'est faux, c'est un mythe, un système. Notre pays s'est enraciné dans le capitalisme dès le début et tout le monde est attiré par ce mélange étrange d'économie, de liberté et d'exploitation. » Kelly Reichardt, cinéaste souvent décrites de l'époque, explique la créatrice de Night Moves. Ils décident d'être ensemble plutôt que de rester seuls dans leur coin, ce qui leur permet de trouver leur place dans le monde. » Un monde baigné dans la nature et ses silences. Fidèle à ses habitudes, la femme derrière Wendy and Lucy prend son temps afin d'accompagner ses personnages marginaux dans leur quotidien. Un style minimaliste, doux et réconfortant au possible. La douloureuse réalité finira toutefois par faire exploser cette bulle utopique de bonheur. Afin de survivre, il faut de l'argent. Le duo décide chaque nuit de voler un peu de lait à une vache pour concoc- ter une recette spéciale qui se vend comme des petits pains. Une décision qui leur permettra de mieux vivre mais qui ne sera pas sans conséquences lorsque le propriétaire de l'animal (Toby Jones) découvrira le pot aux roses. « Le vrai crime n'est pas d'avoir volé du lait mais d'en avoir fait un élément de propriété, tranche Kelly Reichardt. C'est un film sur le capitalisme. C'est l'idée que cette vache appartienne à quelqu'un et cela renvoie à cette terre que l'on possède à l'insu des autres. À cette nouvelle économie qui s'est installée et qui a évacué de nombreuses personnes, comme les peuples autochtones et les personnes moins fortunées. » L'OSM en concert à l'aéroport Montréal-Trudeau défaut de pouvoir renouer avec son public en salle, l'Orchestre symphonique de Montréal (OSM) se produira exceptionnellement à l'aéroport international Montréal-Trudeau le 5 août. MÉTRO Boycott de klacebook. Le MAC rejoint le mouvement BENOITVALOIS-NADEAU bvalois-nadeau@journalmetro.com Le Musée d'art contemporain (MAC) de Montréal a indiqué hier qu'il retirait tous ses investissements publicitaires de la plateforme Facebook, et ce jusqu'au 31 juillet La mesure vaut également pour Instagram, qui appartient à l'entreprise dirigée par Mark Zuckerberg. L'institution veut ainsi protester contre l'inaction du géant américain face à la prolifération de messages haineux ou discriminatoires sur ses plateformes. Le Musée d'art contemporain a également décidé de suspendre ses publications sur Facebook et Instagram sociaux jusqu'à la fin du mois de juillet. Guide Vacances.ca Le MAC de Montréal/ARcirvEs MÉTRO À Québec, le Musée de la civilisation a décidé d'entreprendre une démarche semblable. « Nous prenons la décision d'emboîter le pas à ce mouvement rapidement, [pour] exprimer [notre] désaccord envers une pratique qui est contraire aux valeurs d'inclusion et de respect que nous portons », a commenté Stéphan La Roche, son président-directeur général. où ALLER, "'Quoi FAIRE, OU MANGER, QUOIMISITERL où I5'AMUSER ? LE SITE WEB GRATUIT POUR ORGANISER SON ÉTÉ J CHRONIQUES VIDÉOS CONCOURS BALADOS #stophateforprofit Une campagne de boycott nommée #stophateforprofit a été lancée le 17 juin par plusieurs associations antiracistes, dans la suite du mouvement Black Lives Matter et la mort de George Floyd, afin de protester contre les messages haineux et les fausses nouvelles sur le réseau social. Plusieurs institutions et groupes ont suivi le mouvement au Québec, dont le gouvernement provincial. Desjardins, IGA, la BN et Air Canada ont également emboîté le pas. ivre es souvenirsartout



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :