Métro Montréal n°2020-07-08 mercredi
Métro Montréal n°2020-07-08 mercredi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2020-07-08 de mercredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (279 x 286) mm

  • Nombre de pages : 12

  • Taille du fichier PDF : 11,5 Mo

  • Dans ce numéro : le couvre-visage pour tous ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
n Facebook Q Twltter Llnkedln 0 Instagram stminfo CONNAISSEZ-VOUS L'EFFET PISTON ? Ce qui provoque le vent dans le métro QUE VOUS LE SENTIEZ SUR LES QUAIS À'APPROCHE D'UN TRAIN OU DÈS VOTRE ENTRÉE À L'OUVERTURE DES PORTES D'UNE STATION, ILY A VRAIMENT UN MOUVEMENT D'AIR DANS LE MÉTRO. CE PHÉNOMÈNE S'AP- DELLE « L'EFFET PISTON ». Cet effet s'explique par le déplacement des trains dans les tunnels. En effet, le train qui entre dans une station pousse et tire de l'air dans l'étroit tunnel. Ce déplacement de l'air se fait exactement comme dans un tube ou un piston. On ressent donc ce vent sur les quais, mais aussi dès l'ouverture des portes des stations de métro. LES PORTES PAPILLONS C'est pour atténuer les conséquences de l'effet piston que, dans les années 70, on a dessiné les portes « papillons », uniques au métro de Montréal. Étant donné que ces portes pivotent autour d'un axe central, l'effet piston exerce une pression équivalente sur chaque côté au moment de leur ouverture. Bien qu'il ne soit pas possible d'atténuer complètement l'effet piston, la porte papillon permet à l'air de "in exemple d'échafaudage temporaire dans une station. s'échapper plus facilement à l'extérieur lorsqu'elle est actionnée. Moins de pression sur la porte que l'on tire équivaut donc à moins de résistance à son ouverture. Ces portes de conception montréalaise ont été accréditées par la National Fire Protection Association (NFPA)". Elles ont été installées à partir de 1976 alors que de nouvelles stations s'ajoutaient au réseau. Depuis ce temps, des portes papillons ont été déployés dans la plupart des entrées de stations, et leurs modèles continuent d'évoluer au fil du temps. LES EFFETS DE L'AIR Nos équipes d'entretien des structures du métro doivent aussi considérer la brise que vous ressentez sur les quais. Ainsi, lorsqu'il faut monter un échafaudage pour effectuer un travail en station, il faut s'assurer que la structure puisse supporter une charge supplémentaire due à la pression de l'air qui circule dans la station. *La mission de cet organisme international est d'établir des standards en matière de codes, normes, recherche, formation et éducation en matière de protection contre le feu. Une porte papillon à la station Angrignon Àpartir du 13 juillet Le port du couvre-visage sera obligatoire dans le transport collectif. stminfokoronavirus GARDONS NOS DISTANCES DANS LES ESCALIERS MÉCANIQUES Lorsque pressé, il peut être tentant de vouloir dépasser dans les escaliers mécaniques. S'il vous plait, prenez votre temps, gardez votre droite et restez en file en maintenant une distance appropriée. Et si vous le pouvez, l'utilisation des escaliers fixes est également une bonne alternative santé. L'ÉTIQUETTE RESPIRATOIRE UNE BONNE HABITUDE À PRENDRE Lorsque vous toussez ou éternuez, couvrez-vous la bouche et le nez avec un papier-mouchoir. Jetez-le et ensuite lavezvous bien les mains. Si vous n'avez pas de papier-mouchoir, toussez et éternuez dans le pli de votre coude ou dans le haut de votre bras. Telle qu'énoncée par la Santé publique, la solution demeure, individuellement, de pratiquer les mesures d'hygiène habituelles. > stm
métr journaimetro.com Mercredi 8 juillet 2020 3 AC'. Ai Le masque partout « fortement » envisagé Couvre-visage La Santé publique fait des « analyses très intenses » sur le port obligatoire du masque dans tous les lieux publics. Au point où le gouvernement devra « prendre des décisions sous peu », a affirmé Dr Horacio Arruda, hier. FRANÇOIS CARABIN fcarabin@journalmetro com À partir du 27 juillet, la Ville de Montréal procédera en ce sens sur tout son territoire, annonçait lundi la mairesse de la métropole, Valérie Plante. Talonné sur le sujet hier, lors d'un point de presse dans Lanaudière, Dr Arruda a tergiversé sur la question. Mais ses équipes « évaluent très, très fortement » une obligation du couvre-visage. C'est mot pour mot ce qu'avait indiqué l'expert le jour précédant l'annonce par Québec de l'imposition du masque dans les transports en commun. Interrogé quant à l'applicabilité d'une telle mesure, le/- L Dr Horacio Arruda évoque des difficultés liées au port du masque dans tous les lieux publics. DESMARAIS/ARCHIVESMÉTRO spécialiste de la Santé publique a évoqué des difficultés. Évolution dans le temps D'abord balayé du revers de la main au début de la pandémie, le port du masque est devenu une évidence aux yeux de la Santé publique. Il y a une semaine jour pour jour, le gouvernement du Québec confirmait qu'il visait une imposition du masque dans le transport collectif, sous peine de ne plus pouvoir l'emprunter. Lundi, c'est la mairesse Plante qui a devancé les directives du gouvernement provincial. La ville-centre votera prochainement sur un règlement visant l'ensemble des lieux publics. Selon Mme Plante, il n'y a « qu'un pas » entre le port obligatoire dans le transport et dans le reste de l'espace public. « Les municipalités ont des possibilités, a commenté Dr Arruda, lundi, avançant qu'il n'avait pas connaissance de la décision de la Ville. On préfère toujours savoir ce qui s'en vient, mais je ne perdrai pas d'énergie là-dessus. » Legault ne ferme pas la porte Hier, la mairesse Valérie Plante a fait part de son intérêt à ce que le reste du Grand Montréal emboîte le pas à Montréal. Si la ville liée de Westmount a confirmé Première étape de la déconstruction du pont Champlain Une première étape a été franchie dans le processus de la déconstruction du pont Champlain. Le contrat, qui qui se terminera à l'hiver 2024, a été signé. Le montant de la déconstruction s'élève à plus de 225,7 M$. MÉTRO « C'est facile de le rendre obligatoire, mais comment on va l'appliquer ? S'il y a des amendes, à qui on va les donner ? » D'Horacio Arruda, directeur national de la Santé publique qu'elle « s'alignera à Montréal », Longueuil et Laval ont indiqué ne pas avoir encore tranché la question. En conférence de presse à Saint-Jérôme, François Legault a indiqué qu'il discutera prochainement avec la mairesse de Montréal afin de comprendre « comment on peut mettre en place et faire respecter ce règlement ». Le premier ministre n'exclut d'ailleurs pas de s'inspirer de la décision prise par Montréal. « Je suis ouvert à ce que le port du masque soit obligatoire à Montréal et peut-être dans le reste du Québec. Mais je veux m'assurer d'avoir l'adhésion de la population du Québec », a-t-il déclaré. Il n'exclut également pas d'appliquer des mesures sanitaires distinctes d'une région à l'autre. AVEC LA COLLABORATION DE ZACHARIE GOUDREAULT La COVID-19 sans symptômes Dans le cadre d'une étude disponible sur le site de l'Université Cornell, plus de 15 chercheurs italiens et américains ont analysé les données de 5 484 personnes ayant fait l'objet d'un traçage numérique en Lombardie, une région de l'Italie. De ce nombre, 2 824 ont reçu un diagnostic positif au coronavirus. Seulement 31% ont développé des symptômes typiques du coronavirus. Le pourcentage de personnes atteints mais asymptomatiques est plus élevé chez les moins de 60 ans. « Les jeunes, ils se tiennent ensemble, ils s'infectent. Peut-être que la majorité d'entre eux n'auront pas de symptômes graves, mais peut-être qu'eux côtoient des personnes plus à risque qui sont plus âgés », soulève Denis Archambault, professeur au Département des sciences biologiques de l'UQAM. 74% Selon une étude publiée sur le site de l'Université Cornell, près de 74% des personnes infectées au coronavirus de moins de 6o ans n'avaient pas développé de symptômes typiques. Selon l'étude, qui n'a pas encore été révisée par les pairs, près de 65% des personnes atteintes de 80 ans et plus développent des symp- tômes par rapport à 18,1% pour celles ayant moins de 20 ans. Une autre étude, publiée dans la revue The Lancet, fait état d'une situation similaire dans les centres de soins de longue durée de la Belgique. Sur toutes les personnes testées dans le cadre de l'étude, environ 75% ne présentaient aucun symptôme apparent de la COVID-19. ZACHARIE GOUDREAULT Lieux itrmés. La mairesse défend sa décision ZACHARIE GOUDREAULT zgoudreault@journalmetro.com La mairesse de Montréal, Valérie Plante, défend sa position alors qu'elle s'apprête à rendre le port du masque obligatoire dans les lieux publics fermés d'ici trois semaines. Mme Plante a causé la surprise hier, en fin d'après-midi, en annonçant que la Ville tiendra une séance du conseil municipal extraordinaire dans les prochaines semaines afin d'adopter un règlement qui rendra le port du masque obligatoire dans les lieux publics fermés à partir du 27 juillet. Cette mesure s'appliquera notamment aux magasins, aux bars et aux restaurants, de même qu'aux bibliothèques et aux centres sportifs de la métropole. En entrevue hier matin sur les ondes d'ICI Radio- Canada Première, la mairesse Valérie Plante a défendu cette décision. Elle a rappelé que le port du masque deviendra obligatoire à partir du 13 juillet dans les transports en commun de la province. À la suite d'une période de grâce de deux semaines, Québec appliquera formellement cette mesure à partir du 27 juillet. « Pour moi, il n'y a qu'un pas [à faire] entre le port du masque obligatoire dans le métro et les bus, qui sont des lieux fermés, et ensuite de passer aux restaurants, aux bars et aux commerces », a indiqué Valérie Plante. CANICULE Montréal passe en made alerte Les températures ayant été élevées ces derniers jours, Montréal a lancé son plan « Chaleur extrême », hier. La Ville a rouvert, au cours des semaines précédentes, plusieurs installations pour se rafraîchir comme les plages, jeux d'eau, piscines et lieux climatisés. Il faut toutefois y respecter certaines mesures sanitaires. ento Valérie Plante/ARCHIVES/MÉTRO « On doit déjà se préparer pour l'automne et pour moi, c'est important d'agir. » Valérie Plante, mairesse de Montréal Épicentre Elle a assuré avoir abordé cette question avec la Santé publique en amont. « Mais il vient un temps où il faut poser des gestes forts [...]. 11 faut se rappeler qu'à Montréal, c'est ici qu'il y a eu le plus grand nombre de morts. On parle de l'épicentre [de la pandémie] au Canada », a-t-elle ajouté. Mme Plante, qui préside la Communauté métropolitaine de Montréal, a d'ailleurs fait part hier de son intérêt à ce que l'ensemble des villes du Grand Montréal emboîte le pas par souci de « cohérence ». La Ville de Montréal devrait présenter les détails de son futur règlement dans les prochains jours. Aro



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :