Métro Montréal n°2020-07-07 mardi
Métro Montréal n°2020-07-07 mardi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2020-07-07 de mardi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (279 x 286) mm

  • Nombre de pages : 12

  • Taille du fichier PDF : 12,1 Mo

  • Dans ce numéro : des bars et des déboires.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
01 I 4> O. r A à ENCOURAGEONS L'ACHAT MÉDIA LOCAL obi des dollars médias sont investis dans des médias non canadiens. « Véhiculer un bon message c'est aussi le véhiculer avec les médias de chez nous, car au fond, ce sont eux qui font rayonner nos communications auprès des clients de nos clients !. » - Dominic Cayer Président, Agence Tapage Ag or métre 411e a #NOSMEDIASLOCAUX investissons dans les gens d'ici ea2 journalmetro.com Mardi 7 juillet 2020 8..ON Pourquoi apprendre 1 I, les arts à l'école ? Comme l'école se donne la mission de former l'élève dans sa globalité, l'enseignement de disciplines artistiques y est tout indiqué. di MU/PROF PARENTS Arts plastiques, musique, art dramatique et danse permettent de stimuler la créativité, l'imagination et la sensibilité tout en favorisant l'autonomie, l'expression de soi et l'interaction avec son milieu. Pourquoi ? Pourquoi dessiner, apprendre à jouer d'un instrument de musique ou faire de l'art dramatique à l'école ? Si votre enfant s'interroge sur la pertinence des cours d'art qu'il doit suivre, voici quelques éléments de réponse que vous pourriez lui donner. L'école est un lieu de développement global Les disciplines artistiques viennent stimuler la créativité, l'imagination et la sensibilité, des composantes de l'intelligence au même titre que la logique ou la capacité à s'exprimer (Boudreau et Grenier, 2003). Ces disciplines encouragent également l'organisation de la pensée, le développement de la motricité, le sens critique et l'éveil des sens. Développer des qualités recherchées La créativité, l'imagination et h sensibilité sont des qualités largement recherchées sur le marché du travail qui implique, par exemple, de créer, de trouver des solutions, d'émettre des critiques constructives, d'être en relation d'aide ou en contact avec le public. Elles offrent aussi l'occasion de parfaire sa culture générale, ce qui contribue à enrichir sa connaissance du monde et à aiguiser son sens critique. Avoir une meilleure connaissance des choses, c'est pouvoir mieux les apprécier, se faire une opinion éclairée et prendre des décisions réfléchies. S'exprimer différemment Enfin, les disciplines artistiques permettent à l'élève d'exprimer son unicité, d'entrer en relation avec les autres et d'interagir avec son environnement. Elles représentent un mode de communication supplémentaire qui peut être aussi riche que la parole. De plus, elles peuvent être de bons moyens pour exprimer ses émotions et évacuer les tensions. Comment ? C'est ce que nous allons voir ! Un outil de connaissance de soi À la base, le dessin participe à la formation de l'enfant, car il l'aide à façonner progressivement son intelligence, l'habitue au travail personnel et éveille son goût de la découverte (Conseil supérieur de l'éducation, 1988). Les arts plastiques permettent à l'enfant de prendre conscience de son environnement enieproduisant ce qu'il voit et en l'interprétant à sa manière. De plus, comme ils l'amènent à puiser en lui-même, à exprimer sa sensibilité et à faire appel à sa logique, il s'agit aussi d'un outil de connaissance de soi. La musique, une mine d'or d'habiletés Apprendre à jouer d'un instrument de musique est un défi qui sollicite plusieurs sens, comme la vue, l'ouïe et le toucher, et qui participe à la formation de l'intelligence de l'élève. En plus de permettre racquisition de connaissances musicales, l'apprentissage de la musique favorise le développement de plusieurs compétences, dont  : la polyvalence la concentration la mémoire la patience la persévérance l'esprit de communauté Le saviez-vous ? Selon Jonathan Bolduc, professeur à la Faculté d'éducation de l'Université lavai et titulaire de la Chaire de recherche en musique et apprentissages, les connaissances musicales (sons, rythmes, tonalités) aident les jeunes enfants à apprendre à lire. « Meilleure est la conscience des sons, des rimes, meilleurs les enfants sont en lecture et en écriture. » L'art dramatique et la danse, des moyens d'expression L'art dramatique favorise l'expression orale en public dans un contexte amusant, encourageant ainsi l'imaginaire, la créativité, l'esprit de collaboration et le sens de l'effort En plus d'aider l'enfant à renforcer son estime de lui-même, il sollicite l'expression corporelle. D'ailleurs, à l'instar de la danse, l'art dramatique amène le jeune à prendre conscience de son corps, à se mouvoir dans l'espace et à être à l'écoute de ses émotions et de ses sensations. En contribuant au développement de son estime de soi, de sa personnalité et de son ouverture sur le monde, l'enseignement des arts à l'école est assurément une valeur ajoutée à la formation scolaire de l'élève., iSUGGESTIONS Pour stimuler l'intérêt de votre enfant pour les arts à la maison Chanter des comptines avec lui. Écouter une musique qu'il aime et chanter avec lui. Dessiner avec lui (sur une feuille, sur les vitres) en expérimentant divers médiums (feutres, pastels, etc.), en proposant des thèmes concrets (dessine-moi ton sport préféré) ou plus abstraits (représente en images la joie, la peur, le bonheur, etc.). Peindre, faire de la pâte à modeler, de l'origami ou des bricolages. S'intéresser à ses créations, lui demander d'expliquer ses oeuvres et valoriser ses projets artistiques. Danser avec lui. Faire de l'improvisation ou jouer à « fais-moi un dessin ». Fabriquer des instruments de musique et les expérimenter  : casseroles (tambour), bouteilles en verre remplies d'eau (flûte), plat de plastique rempli de pois ou de riz (maracas).
métre journalmetro.com Mardi 7 juillet 2020 Guider les entrepreneurs en temps de crise Dans son nouvel ouvrage Évolution, Alexandre Vézina revient sur cette période difficile dans laquelle les entrepreneurs ont dû réagir subitement aux impacts dévastateurs de la COVID-dg. L'entrepreneur-conseil partage ses astuces et ses trucs pratico-pratiques pour les outiller afin de surmonter la crise. Évolution, 2.5.5, Les Éditions GML. sente Les SDC, vigiles du commerce local Consommation. À quoi peut servir une Société de développement commercial quand le pays est frappé par une crise sanitaire et que l'activité économique est à l'arrêt ? Aider les commerces et les industries à demeurer vivants, rien de moins. £D AMINE ESSEGHIR aesseghir@metromedia.ca Le retour des activités économiques après une pause de près de trois mois a mis en alerte la Société de développement commercial (SDC) District central. Avec ses 1800 entreprises, elle est la plus importante de l'arrondissement et une des plus grandes à Montréal. La crise a donné à la SDC un rôle de vulgarisateur. Cela vaut pour de la compilation des communications gouvernementales et les synthèses des programmes d'aides publiques, mais aussi pour la mise en avant de ce que les entreprises du District central réussissent « On partage les bonnes pratiques. Quand une entreprise fait un bon coup, quand elle a compris un processus ou une démarche, on essaie de communiquer cela aux autres pour lesquelles c'est plus difficile », souligne la directrice, Hélène Veilleux. Cette façon de faire permettra de faciliter le retour à l'activité. « Nous cherchons aussi à voir comment nous pouvons être facilitateurs dans les processus qui se mettent en place », mentionne-t-elle. L'organisation des espaces de travail et la mise en place des horaires restent tout de même du ressort exclusif des entreprises. Dans District central qui s'étend sur près de 25 millions de pieds carrés, il y a de tout  : des usines et des ateliers de vêtements du secteur Chabanel, mais aussi des entreprises de haute technologie et des commerces de détail C'est la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail qui communique aux employeurs les mesures à prendre pour respecter les normes de distanciation physique et d'hygiène dans les locaux. du Marché central Le plus difficile était d'ouvrir des canaux de communication entre eux. Selon Mme Veilleux, la crise a favorisé les liens et a développé un sentiment d'appartenance chez les entrepreneurs. « On a pu faire des maillages et faire connaître les entreprises du secteur les unes aux autres », dit-elle. A n La crise sanitaire a donné à la SDC un rôle de vulgarisateur./MÉTRO Découvrez le plaisir de lire votre actualité autrement Nos infolettres vous suivent partout. Abonnez-vous sur journalmetro.com métr 9 journalmetro.com



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :