Métro Montréal n°2020-06-30 mardi
Métro Montréal n°2020-06-30 mardi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2020-06-30 de mardi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (279 x 286) mm

  • Nombre de pages : 12

  • Taille du fichier PDF : 11,4 Mo

  • Dans ce numéro : le port du masque bientôt obligatoire.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
métr journalmetro.com STM Accident avec un autnbuç Un chauffeur de la Société de transport de Montréal (STM) a été hospitalisé après avoir percuté le derrière d'un camion immobilisé à un feu rouge à Montréal- Nord. L'accident s'est produit vers 9h à l'intersection du boulevard Henri-Bourassa et de l'avenue Pelletier. Selon les premières informations recueillies par le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), Mardi 30 juin 2020 ACTUALITÉ 4 l'autobus roulait sur Henri- Bourassa lorsqu'il est entré en collision avec l'arrière d'un poids lourd de 53 pieds. Le chauffeur, un homme dans la quarantaine, a été coincé dans l'autobus de la STM pendant un long moment. NÉ. » BOULEVARD DÉCARIE Les commerçants s'innuiètent Crainte et incertitude règnent chez les commerçants du boulevard Décarie qui sont en quête de solutions pour tenir le coup. À la société de développement commercial (SDC) Quartier D, patience est le mot d'ordre. Bien que le plan de déconfinement se poursuit à Montréal et ailleurs au Québec, la clientèle serait pour le moment craintive à reprendre ses habitudes de consommation. « On ne peut pas trop les augmenter non plus, parce que les gens ne veulent pas dépenser. Si tu veux encourager les gens à dépenser, tu ne peux pas augmenter les prix », explique une fleuriste de l'endroit. MÉTRO Bon déménagement McLivraiso% 0 2020, McDonald's Aide Trudeau persiste à défendre la PCU Justin Trudeau, premier ministre du Canada/ARCHIVES AFP C:5 FRANÇOIS CARABIN fcarabin@journalmetro.com Sous le feu de critiques provenant notamment du Québec, le premier ministre Justin Trudeau se porte à la défense de la Prestation canadienne d'urgence (PCU). À ses yeux, le soutien aux contribuables prime sur la relance économique. À plusieurs reprises, le gouvernement provincial et son premier ministre, François Legault, ont fait part de leurs inquiétudes pour le retour à l'emploi des travailleurs. Hier matin, le ministre du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale, Jean Boulet, a réitéré ces craintes dans une entrevue au Journal de Montréal. « Il ne faut pas que la PCU soit un désincitatif au travail », a-t-il affirmé au quotidien montréalais. Mais Justin Trudeau persiste et signe. « Il y a des millions de Canadiens qui n'ont pas d'emploi, qui voudraient en avoir un. Il va falloir continuer de leur donner l'aide nécessaire. C'est ça la priorité », a mentionné l'élu libéral lors de son point de presse quotidien. La PCU, disponible depuis trois mois pour soutenir les Canadiens ayant perdu leur emploi en raison de la COVID-19, a été prolongée récemment pour une période de huit semaines. « Nous allons toujours privilégier l'appui aux gens durant cette pandémie. » Justin Trudeau, premier ministre Une autre aide en voie d'être prolongée La PCU n'est pas le seul programme fédéral qui pourrait bénéficier d'une période d'application plus longue que prévue. M. Trudeau envisage de prolonger l'aide d'urgence pour les loyers commerciaux. Celle-ci permet aux entrepreneurs qui louent leur local de refiler 75% de leur facture locative au fédéral. « Nous entendons prolonger l'aide d'un mois. On travaille avec les provinces et les territoires pour y arriver », a ajouté le premier ministre, hier. Fin des points de presse quotidiens C'en est d'ailleurs terminé des points de presse quotidiens du gouvernement fédéral. Après François Legault, M. Trudeau adoptera une formule allégée pour s'adresser aux Canadiens. Il estime pouvoir tenir quelques conférences par semaine. Les mises à jour quotidiennes sur la pandémie continueront de paraître. Selon le premier ministre, « les choses avancent dans la bonne direction » malgré la menace d'une seconde vague.
ACTUALITÉ 5 L'OMS réitère ses inquiétudes rompe Alors que le monde a atteint dimanche les 10 millions de cas de coronavirus, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a réitéré hier ses vives inquiétudes à l'égard du déconfinement dans plusieurs pays, implorant les citoyens de ne pas négliger les mesures sanitaires comme la distanciation sociale et le port du masque pour freiner la transmission « qui s'accélère ». HENRI OUELLETTE-VÉZINA houeette-vezina@journalmetro.com « Même si plusieurs États ont fait des progrès [...], nous n'avons pas du tout stoppé la pandémie. Le virus a encore beaucoup d'espace pour bouger », a rappelé le directeur exécutif de l'organisme, Tedros Adhanom Ghebreyesus, lors d'une conférence de presse tenue en ligne hier. Le danger du déconfinement Il avance que plusieurs pays ont vu resurgir des éclosions en rouvrant leur économie, ce qui appelle à redoubler de prudence, malgré l'arrivée de la saison chaude. « Nous voulons tous que ce soit terminé, nous voulons tous continuer notre vie. Mais la dure réalité, c'est que ce virus n'est même pas près d'être derrière nous », a avoué l'ancien ministre de la Santé de l'Éthiopie. Nous sommes tous dans le même bateau, et nous sommes tous là pour le long terme. C'est le temps d'augmenter nos niveaux de résilience, de patience, d'humilité et de générosité », a dit Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus À la mi-juin, alors que plusieurs pays européens rouvraient leurs frontières, L'OMS avait enregistré un nouveau Le directeur énérat de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebre esus/ARCHIVES AP record quotidien de nouveaux cas de coronavirus. « Depuis deux mois, on a recensé pas moins de six millions de cas. On voit très bien que le virus accélère et qu'il bouge très rapidement », avait alors prévenu le dirigeant. L'OMS souligne six mois de la COVID-19 Cela fait exactement six mois que le premier cas officiel de coronavirus aura été rapporté en Chine. Au-delà de sa symbolique, cet anniversaire est un moment, selon l'OMS, « pour se rappeler des leçons que nous avons apprises », et de se « réengager à faire tout ce qui est possible pour sauver des vies ». Porter une attention particulière aux aînés et aux plus vulnérables, assurer un approvisionnement et une formation dans le réseau de la santé, partager de l'information de source fiable ou encore offrir de l'aide  : l'organisation a dressé hier une « liste de priorités » que tous les pays devront suivre jusqu'à nouvel ordre. On y inclut notamment l'accélération de la recherche, alors qu'un vaccin est urgent, car il demeure « la principale solution à long terme pour contrôler la pandémie ». « Il y a encore beaucoup de choses qu'on ne connaît pas sur ce virus, et beaucoup d'outils dont on a besoin », a reconnu M. Ghebreyesus. Une seconde réunion du comité exécutif de l'OMS aura lieu cette semaine pour « réévaluer les priorités de 10 154 984 Nombre de cas confirmés de coronavirus au moment d'écrire ces lignes. On compte 502 0413 décès, mais également plus de 5,1 millions de guérisons. recherche pour la prochaine étape » de la crise sanitaire. « L'unité nationale et la solidarité mondiale sont essentielles pour implanter une stratégie globale et minimiser les impacts socioéconoiniques », a ajouté le leader de l'organisme, d'un ton ferme. Le combat continue au Canada « Le virus n'a pas disparu. Il pourrait y avoir une résurgence à tout moment. » C'est le message lancé hier par l'administratrice en chef de la Santé publique canadienne, Dre Theresa Tain. Selon les experts, quelques semaines à peine de relâchement pourraient engendrer une deuxième vague prématurée. D'ailleurs, les tests de dépistage continuent agressivement avec près de 2 640 315 personnes qui en ont bénéficié jusqu'ici. En moyenne, 38 000 personnes sont dépistées chaque jour. De ce nombre, environ 1% s'avèrent positifs. Le pays compte aujourd'hui 103 250 cas de personnes infectées par la CO- VID-19. On dénombre depuis le début de cette pandémie près de 8 522 décès. Néanmoins, 64% des personnes infectées sont aujourd'hui déclarées guéries. Même en temps) de pandémie, vous pouvez consulter. Si vous avez besoin d'une consultation médicale et ne présentez aucun symptôme d'allure grippale, de la gastroentérite ou de la COVID-19, communiquez avec : - votre médecin ; - votre clinique médicale ; - votre groupe de médecine de famille ; - ou Info-Santé 811 si vous n'avez pas de médecin pour obtenir une consultation par téléphone ou, au besoin, en personne. Le port du couvre-visage est recommandé lors d'une consultation. Il peut toutefois vous être demandé de le remplacer par un masque de procédure à l'arrivée. Toussez dans Lavez Gardez vos Portez votre coude vos mains distances un masque (si à moins de 2 mètres) On lâche pas. On continue de se protéger. Québec.ca/coronavirust. 1 877 644-4545 Votre Je gouvernement Québec



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :