Métro Montréal n°2020-06-05 vendredi
Métro Montréal n°2020-06-05 vendredi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2020-06-05 de vendredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (279 x 286) mm

  • Nombre de pages : 12

  • Taille du fichier PDF : 11 Mo

  • Dans ce numéro : la fin des camps de fortune à Montréal.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
Ne cherch plus vos nouvelles, recevez-les à chaque jour Nos infolettres vous suivent partout. Abonnez-vous sur journalmetro.com métr journalmetro.co métr journalmetro.com Environnement. Qui dit 5 juin, dit Journée mondiale de l'environnement. Et cette année, la date est toute spéciale pour Montréal, qui sera ville hôte de cet événement d'envergure en Amérique du Nord. HENRI OUELLETTE-VÉZINA houeitette-vezina@journalmetro com Le directeur général d'Espace pour la vie, Charles-Mathieu Brunelle, en sera au coeur, lui qui organise avec son équipe un colloque en ligne auxquels assisteront plusieurs personnalités politiques et scientifiques. « Le thème cette année, c'est la biodiversité. Et ça tombe bien, parce que pour se mettre en action pour l'environnement, il faut avoir un certain état d'esprit. On veut réfléchir ensemble à ce que ça prend pour adopter des gestes responsables », explique le principal intéressé. Entièrement en ligne, une conférence réunira aujourd'hui la mairesse de Montréal, Valérie Plante, ainsi que deux ministres fédéraux. Le CULTURE Une Saint-Jean « 100% télé » sur ni infra réSeaUX Week-end 5-7 juin 2020 COVID-19 oblige, il n'y aura pas de rassemblements partout au Québec cette année pour la Saint-Jean-Baptiste. Mais les organisateurs s'attendent tout de même à une assistance très importante pour le spectacle télévisuel du 23 juin, qui regroupera des dizaines d'artistes québécois sur quatre chaînes, une première. D'autres annonces devraient être faites dans les prochains jours en ce qui concerne la région de Montréal. mémo Le directeur général d'Espace pour la vie, (harles-Mathieu Brunette/JOSE DESMAIWSPAÉIRO chercheur américain Stanley Asah, spécialisé en comportements « pro-environnementaux », ainsi que la spécialiste de l'écoanxiété Anne-Sophie Gousse-Lessard y seront aussi. La ministre du Développement économique, Mélanie Joly, veut pour sa part conjuguer écologie et économie, alors que les pertes d'emploi s'accumulent au pays. « On doit discuter des moyens d'amener les gens à reconnaître l'importance de lutter contre les changements climatiques dans un contexte de crise économique », dit-elle. Sa « grande préoccupation » est que la crise soit une source de création d'emplois. « Dans plusieurs régions, les gens vivent de l'exploitation des ressources natu- RELANCE La vitesse au détriment de l'environnement ? Au lendemain du dépôt du projet de loi 61, censé accélérer la réalisation de 202 projets d'infrastructure, les oppositions ont accusé la CAQ de mettre de côté ses obligations de lutte à la corruption et en matière d'environnement. Les groupes d'oppositions avaient tous indiqué hier qu'ils se pencheraient sur le P1.61 avant de commenter ses tenants et ses aboutissants ; 24 heures plus tard, les critiques fusaient MÉTRO ACTUALITÉ Montréal célèbre la biodiversité relies, qui est cyclique. Cela dit, quand le cycle est à la baisse, la ville au complet est affectée. Présentement, on a une opportunité de créer un secteur touristique qui pourrait contrer ces cycles-là, en étant plus résilient », ajoute l'élue fédérale. Plus loin pour l'environnement Avec un panel aussi diversifié, M. Mathieu-Brunelle entend aller « beaucoup plus loin » que les priorités du monde politique. « Ce qu'on veut, c'est créer un engouement pour les projets qui en font plus pour la planète. L'idée, c'est que ce ne soit pas juste un coup de célébration, mais le début de quelque chose », dit-il. Pour plusieurs experts, la crise de la COVID-19 est aussi FRANÇOIS CARABIN fcarabin@journalmetro.com Le gouvernement de la Coalition avenir Québec veut mettre fin aux délais de 30 ans que doivent respecter les victimes de violences sexuelles et conjugales pour poursuivre leur agresseur. La ministre de la Justice, Sonia LeBel, a déposé un projet de loi en ce sens hier matin. Si elle est adoptée, cette mesure législative modifierait le Code civil du Québec. Celui-ci impose actuellement cette prescription à toutes les victimes de violences. « La pandémie de la COVID-19 nous invite à repenser notre relance économique et sociale en faisant une place importante à la résilience de nos villes. » Valérie Plante, mairesse de Montréal liée à la perte de biodiversité à travers le monde. « C'est pour ça qu'on veut avoir une conversation plus orientée sur ce qu'on peut faire, en tant qu'humains », illustre celui qui gère notamment le Jardin botanique. Des solutions concrètes Selon Patrick Bonin, porteparole de Greenpeace, les gouvernements doivent réaliser qu'on ne doit pas « revenir à la normale » en matière d'environnement Augmentation des aires protégées et des espaces verts en ville, subventions en agriculture locale, interdiction des plastiques à usage unique, barrières à l'expansion des infrastructures pétrolières  : les solutions sont « multiples », illustre M. Bonin. « Si on est sérieux dans l'intention de protéger la santé de nos populations, il y a des moyens de créer de bons emplois verts », croit-il. Violences% exueues, Vers une abolition des délais 4 « L'abolition du délai, ça reconnaît les tabous qui entourent encore la dénonciation. » Sophie Gagnon, directrice de Juripop Le projet de loi prévoit par ailleurs de maintenir un délai dans un cas ou l'accusé est décédé. À ce moment-là, la victime aurait trois ans après la mort de son agresseur pour le poursuivre. En point de presse, hier avant-midi, la ministre Le- Bel a affirmé vouloir éviter l'imposition d'un « compte à rebours » pour les victimes.
métr journalmetro.com Week-end 5-7 juin 2020 5 PERSPECTIVE Noirs et Blancs, même combat ? Polémique. La mort de George Floyd aux États-Unis réveille des comparaisons entre l'expérience des Afro-Québécois et des Canadiens-Français. Des propos inutiles, selon plusieurs experts noirs, qui exhortent les Québécois blancs de s'éduquer sur le « passé de colonisateur » de leur peuple. FRANÇOIS CARABIN fcarabin@journaimetro.com La mort de George Floyd, tué par un agent de police aux Etats-Unis, trouve des échos au Québec et à Montréal. Dimanche, dans les rues de la métropole, des milliers de personnes ont dénoncé les comportements de racisme et de profilage racial. Sur les réseaux sociaux, des usagers dressent des comparaisons entre les Québécois de descendance canadiennefrançaise, « colonisés » par les Anglais, et l'esclave noir. « Les Québécois sont parmi les moins racistes dans le monde car ils sont passés par le même genre de chemin, écrit l'un d'eux sur Twitter. On a été colonisé, exploité et exproprié. » « Les Canadiens-Français, comme on nous appelait, portent 400 ans d'injustices anglo-canadiennes », ajoute un autre utilisateur. « Foutaises » Des « foutaises », selon le rappeur et historien Webster. 11 exige de faire attention à ces comparaisons. « Je n'ai jamais vu des Québécois à vendre dans les journaux. 11 n'y a jamais personne qui a possédé des Québécois de par leur langue », constate-t-il. — int Une manifestation s'est déroulée à Montréal dimanche dernier.,'PARIA ORTIZ/MÉTRO Maxime Lanachelle Esi-re que les bancs a.rnencains parte « sur leurs épaules 40d. ans eetelOvegO ? Ourdie cornparason slup+de OC insonsiblal a..SI marc'Yves Les CanaulionsFrançais comme on nous appelail porto 400 ans crinjuslices Afilei-C.arIartlienne ça pueirierait une forme de violence.selon vous. ere dans ta STU PIDITÉ Même son de cloche chez la militante noire Anastasia Marcelin. « Ce n'est pas la même chose. Les Québécois ont pu passer à autre chose », lance-telle. Selon elle, les Québécois francophones, devenus majoritaires avec le temps, ont pu construire un Québec à leur image. « Ils sont chez eux », indique-telle. Webster convient que les Québécois ont pu faire face à de la discrimination. « On n'est pas en train de nier que, par la langue, il y a eu des injustices. Mais on ne peut pas analyser l'histoire de par ce que le Québec a vécu », lance-t-il. Selon l'activiste Will Prosper, les internautes derrière ces messages font preuve d' « égoïsme ». « C'est un jeu de hiérarchisation qui est centré sur soi-même », dénonce-t-il. « Histoire coloniale » Ces propos enragent d'autant Webster, de son vrai nom Ali Ndiaye, que « le Québec a aussi une histoire de colonisateur », explique-t-il. La réalité oubliée, croit-il : l'esclavage des Noirs ici même au Canada français. « C'est une information qui a été évacuée de notre histoire. » Anastasia Marcelin souhaite voir l'histoire des Noirs au Québec mieux illustrée dans les manuels d'histoire. Une façon, selon elle, d'éviter des propos du genre. « Certains ne comprennent pas le privilège blanc qu'ils ont. Ça passe par l'éducation », lancet-elle. M. Prosper demande pour sa part au premier ministre François Legault de revoir ses opinions sur le racisme du Québec. Lundi, le chef de la Coalition avenir Québec affirmait qu'il « n'y a pas de discrimination systémique » dans la province. « Le rôle du politicien, c'est un rôle de pédagogue. Ce n'est pas juste d'aller chercher des votes, insiste le militant. Si tu n'es pas capable de reconnaître les injustices profondes dans notre société, tu crées un Québec injuste. » On a besoin du meilleur de toi r Deviens préposé en CHSLD Nouvelle attestation d'études professionnelles menant à un métier gratifiant - Formation de 3 mois en milieu de travail et en classe - Bourse d'études de 760$ par semaine pendant la formation — Accès direct à un emploi en CHSLD — Salaire annuel de 49000$ inscris-toi —) Québec.ca/devenirpréposé Fin des inscriptions  : 5 juin, 17 h Votre j. gouvernement Québec.À



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :