Métro Montréal n°2020-06-02 mardi
Métro Montréal n°2020-06-02 mardi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2020-06-02 de mardi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (279 x 286) mm

  • Nombre de pages : 12

  • Taille du fichier PDF : 11,8 Mo

  • Dans ce numéro : une aide de 400 M$ pour la culture.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
métr Isolatrni1CAlrinle La situation est passagère journaimetro.com Mardi 2 juin 2020 8 En temps de pandémie, la peur de l'inconnu et l'impression de perdre le contrôle sur leur vie sont autant de sentiments qui jouent en défaveur de la persévérance scolaire des adolescents. Dans ces conditions, pour aider votre ado à faire un choix éclairé et à rester accroché, vous pouvez  : maintenir une bonne communication ; miser sur le fait que la situation actuelle est passagère ; imaginer le futur. Retourner aux études à l'âge adulte n'est pas si facile Après des années hors du circuit scolaire, retourner aux études à l'âge adulte représente un défi qui exige une grande motivation, beaucoup de persévérance et du soutien. Pourquoi retourner aux études à l'âge adulte est-il si complexe ? Voici quelques pistes de réflexion à exploiter afin de répondre à la question  : après une longue période sans aller à l'école, plusieurs acquis scolaires ont été oubliés, et il faut redoubler d'efforts pour être à niveau ; habitué à un rythme de vie et à une routine, il est difficile de tout chambouler ; la conciliation famille-boulot-école demande une grande gymnastique ; le cerveau est moins performant avec l'âge et les apprentissages sont donc plus complexes. 5 arguments pour convaincre son ado de rester accroché Après plusieurs mois loin de récole, votre ado ne voit plus la pertinence d'y retourner pour toutes sortes de raisons. Si c'est le cas du vôtre, voici des arguments pour raider à s'accrocher. ALLOPROF PARENTS La clé de l'autonomie passe par les études Avoir son indépendance financière, vivre en appartement et prendre des décisions concernant savie personnelle ne sont là que quelques-uns des visages de l'autonomie. Être autonome, c'est beaucoup plus que cela. C'est aussi être en mesure de: faire des choix politiques ; comprendre les codes résoudre des problèmes ; sociaux ; travailler sans encadrement ; apprendre à communiquer ; planifier son temps ; utiliser son libre arbitre. Et toutes ces aptitudes s'apprennent et se développent grâce aux études. Outiller les familles pour faire face à la crise Apprentissage Dans l'objectif de donner des ressources aux parents, l'organisme DOD Basketballa mis sur pied une trousse de survie à leur intention. FÉLIX LACERTE-GAUTHIER flacerte-gauthier@metromedia.ca Cette trousse vient équiper les parents pour qu'ils puissent aider leur enfant à poursuivre les apprentissages scolaires. « On avait été mandaté par le Collectif jeunesse de Saint- Léonard pour le faire, explique Beverley Jacques, directeur général de DOD Basketball. On ne fait pas que du sport, on a aussi un volet social, c'est notre réalité, on ne peut pas que se limiter à cet aspect. » Long d'une trentaine de pages, le guide conçu par DOD « Si tu as besoin d'aide pour te ressourcer, on est là pour toi ! C'est le message qu'on veut lancer. » Beverley Jacques, directeur de DOD Basketball permet de rassembler plusieurs ressources offertes aux familles et de les regrouper par catégories. Différents sites Web éduca- 1 tifs et des loisirs offerts gratuitement en ligne y sont réunis. Dans la même optique, on y retrouve également les coordonnées de différentes banques alimentaires et des ressources d'aide psychologique. Pour M. Jaques, il était important d'occuper les jeunes malgré les circonstances. « Ce qui est en jeu, c'est leur santé mentale, croit-il. Le but est aussi de montrer que ce n'est pas parce qu'on est confiné qu'on ne peut rien faire. » Le saviez-vous ? Quand vous aidez votre ado à se servir de ses erreurs pour avancer et apprendre, vous contribuez au développement de son autonomie. #11 Il est possible d'obtenir du soutien Si, malgré vos efforts et votre engagement, votre adolescent manifeste toujours l'envie de décrocher, vous pouvez l'inviter à consulter une ressource externe pour l'aider à faire le point Par exemple, cette personne pourrait être  : un autre adulte en qui il a confiance ; un membre du personnel enseignant un conseiller d'orientation ; une connaissance qui a vécu la même situation. Sans diplômes, les perspectives d'avancement sont plus minces Peut-être qu'en ce moment pour toutes sortes de raisons, le salaire et les conditions de travail offerts à votre ado lui conviennent En ne voyant que le côté avantageux de sa situation actuelle, peut-être envisage-t-ilde quitter définitivement l'école. Pour aider le vôtre à se projeter clans l'avenir et à faire des choix en lien avec ses idéaux, vous pouvez rinviter à  : faire la liste de ses ambitions (gérer une équipe, voyager, avoir des enfants, une voiture, une maison, etc.) ; faire un budget réaliste (prix d'un loyer, de la nourriture pour une famille, d'un véhicule, des vêtements, etc.) ; imaginer le travail de ses rêves. La trousse comprend un guide d'une trentaine de pages rassemblant diverses ressources. i METRO
journaimetro.com métre CAksiIÈRFr Ir ART (ART ROM EIK.D IL 771.11 hnuuLoNs 714 keNTHE-ci-mord WINT-Lt m Lancer un produit en pleine pandémie Commerce, Alors qu'il n'est déjà pas évident de s'aventurer dans le monde des affaires, se lancer pendant que le monde entier est sur pause demande beaucoup d'ingéniosité. MARYSE DERAICHE mderaiche@journaimetro.com Ivan Marenco et Christine Albert sont les deux cofondateurs de l'entreprise québécoise Art Kombucha, la première sociétécanadienne à fabriquer du kombucha alcoolisé. Créée en 2019, Art Kombucha a produit ses premières boissons l'été dernier et a procédé à un prelancement dans le but de tâter le terrain. « Afin d'obtenir un produit de qualité, il m'a fallu deux ans de recherche et de développement dans ma cuisine, explique Ivan Marenco. Je n'ai pas réussi du premier coup. J'ai aussi mis deux ans parce qu'au Québec et au Canada, il n'y a pas d'autres entreprises qui fabriquent du kombucha alcoolisé. Je n'avais pas d'aide. » Commercialisation C'est donc au début de l'année 2020 que l'entreprise comptait faire connaître ses produits en procédant à des dégustations à Mardi 2 juin 2020 9 -u- travers la province. Mais la pandémie de la COVID-19 a changé la donne. « Ça a été assez horrible, affirme M. Marenco. En tant que nouvelle entreprise, on passe le plus clair de notre temps à chercher des points de vente. la pandémie a rendu cela presque impossible. » « Les dégustations étaient un point majeur dans notre stratégie de commercialisation ; on avait recruté des gens pour faire déguster les boissons en mars, mais tout est tombé à l'eau », souligne Christine Albert. Un produit québécois unique Sans sucre et naturellement produit par les levures du kombudia lors de la fermentation, le taux d'alcool de chaque canette est de 4,5%. « La plupart des compagnies canadiennes de kombucha travaillent fort pour limiter la production d'alcool pendant la fermentation. De notre côté on s'est dit, pourquoi ne pas exploiter ce potentiel festif du kombucha ? » explique le jeune entrepreneur. Côté goût, la boisson est un peu moins acidulée que le kombucha auquel le consommateur est habitué. « On souhaite rendre le produit accessible au plus grand nombre possible, souligne Ivan. J'ai été frappé de constater à quel point beaucoup de monde ne connaît pas le kombucha. Lorsque nous avons fait des dégustations en dehors de Mont- « Étant donné qu'on ne pouvait pas se déplacer pour faire connaître nos produits, on a écrit des lettres à la main et on les a envoyées dans une cinquantaine de points de vente. » Ivan Marenco, cofondateur de Art Kombucha réal, environ 50% des gens n'en avaient jamais entendu parler », précise-t-iL Bénéfique pour la santé ? Le kombucha traditionnel est reconnu pour ses bienfaits pour la santé ; en est-il de même pour le kombucha alcoolisé ? « Oui et non ! » avance M. Marenco. « On n'a pas le choix d'avoir un produit stable à cause des normes canadiennes sur les boissons alcoolisées. On doit donc microfiltrer le produit pour enlever les bactéries. Au final, le kombucha n'a pas les propriétés probiotiques profitables à la flore intestinale, mais il conserve son activité antioxydante et ses molécules organiques. » Confectionnés à Montréal, les kombucha alcoolisés se déclinent en quatre saveurs, et sont offerts dans plusieurs supermarchés. - une nouvelle olateforme pour aider Bee est un lieu virtuel dédié à l'entraide et à la bienveillance. Gratuite, la plateforme permet de repérer des occasions de bénévolat et de partager ses bonnes actions. Bee, c'est aussi un fil d'actualité inspirant, où il est possible de créer un profil et des publications. L'instigatrice de ce projet est Mireille Roy. sténo Recherche Développement scientifique de 25 Ne dans Saint-Laurent LAURENT CANOTE Ravoi@metromedia.ca Une importante expansion attend l'entreprise adMare Biolnnovations, spécialisée dans le développement de l'industrie des sciences de la vie. la construction du bâtiment de 25 M$ attirera une vingtaine d'entreprises et 200 scientifiques. L'immeuble de 4645 m2 (50 000 p ») , soit plus de la moitié d'un terrain de football, prend forme sur la rue Frederick-Banting, dans le Technoparc de Saint-Laurent. Ses trois étages compteront plusieurs laboratoires adaptés notamment aux domaines de la chimie et la biologie. Un grand lounge sera aussi disponible pour la tenue d'événement d'affaires. Une passerelle reliera l'édifice actuel et le nouveau. « Les compagnies qui vont [arriver] vont pouvoir bénéficier de tous les services connexes de notre ancien bâtiment>, dit Mounia Azzi, viceprésidente au développement des programmes et partenariats. Jusqu'à maintenant, environ 75% des espaces sont loués. Un tremplin la mission d'adMare consiste principalement à aider les jeunes entreprises innovantes ALTRUISME La Maison Hennessy fait don de 50 000 $ Moét Hennessy au Canada lance un programme national intitulé Tous ensemble pour soutenir ses partenaires locaux pendant la pandémie. Les moyens de subsistance des barmans, des restaurateurs et du personnel de service ont été affectés alors qu'ils font face à cette nouvelle réalité. Participant à cette initiative, la Maison Hennessy fait aujourd'hui un don de 50 000$ au Fonds de Bienfaisance des Bartenders, en réponse aux difficultés auxquelles la communauté des bars et restaurants Il s'agit de la première étape d'expansion d'adMare Biolnnovations.imÉm Les travaux ont été suspendus en raison de la crise sanitaire. à se développer. C'est pourquoi cette expansion prévoit un accélérateur d'entreprises. « Il vise à accueillir au sein de notre nouveau bâtiment une dizaine de jeunes entreprises qui vont bénéficier d'un service de mentorat, d'accompagnement au niveau du développement des affaires, de la propriété intellectuelle », explique MmeAzzi. L'appel d'application devait avoir lieu au mois de mars, mais la pandémie a forcé un report à l'été. adMare Biolnnovations pourrait accueillir ses premiers Le programme Tous ensemble viseà soutenir la communauté de la restauration et des bars. ic.s. est actuellement confrontée. « la Maison Hennessy est fière d'appuyer le Fonds de Bienfaisance des Bartenders, car il profite directement à locataires au début de l'hiver. Le projet est financé par de nombreux acteurs économiques, tels que Desjardins, Investissement Québec, Développement économique Canada et la Ville de Montréal. Propulser la recherche L'Institut NÉOMED et le Centre for Drug Research and Development (CDRD) ont fondé en 2019 adMare Biolnnovations. Transfonner la recherche universitaire de pointe en entreprises d'envergure, offrir un toit pour les entrepreneurs du domaine des sciences de la vie et soutenir la prochaine génération d'affaires constituent les objectifs d'adMare. L'industrie a été fortement touchée par la COVID-19. la communauté dont nous faisons partie », souligne Véronique Gonneville, directrice nationale des communications de Moêt Hennessy au Canada. « L'organisme à but non lucratif a été créé par des membres de l'industrie au profit des barmans, des serveurs et des employés de soutien au personnel de salles des bars et de restaurants à travers le pays. » MARYSE DERAICHE Pour suivre la campagne, repérez le hashtag #Tousensemble sur les réseaux sociaux.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :