Métro Montréal n°2020-05-22 vendredi
Métro Montréal n°2020-05-22 vendredi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2020-05-22 de vendredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (279 x 286) mm

  • Nombre de pages : 12

  • Taille du fichier PDF : 11,9 Mo

  • Dans ce numéro : déconfinement sous surveillance.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
métr'n, journaEmetro.com Week-end 22-24 mai 2020 ACTUALITÉ 4 covir De nombreux Des commerces déplorent préjudices chez les jeunes l'interdiction des voitures HENRI OUELLETTE-VÉZINA houeette-vezina@journalmetro com Près de 40% des jeunes Canadiens de 12 à 17 ans ont peur de contracter le coronavirus, conclut une nouvelle étude parue hier, qui appelle la population à ne pas négliger l'impact psychologique de l'anxiété causée par la pandémie. Les « préjudices » sont nombreux, rappelle-t-on. « On sait que c'est une génération qui compose déjà avec un taux d'anxiété élevé. C'est notre responsabilité de s'assurer de les aider à développer leur résilience, en leur montrant qu'il y a des stratégies pour combattre l'adversité et le stress. Je pense que ça doit devenir une priorité », a expliqué la présidente de l'organisme Expériences Canada, Deborah Morrison. Réalisé avec l'Association d'études canadiennes et l'Institut Vanier, le rapport s'est penché sur la perception de la COVID-19 chez 1 200 jeunes Les jeunes sont inquiets./ARCHIVES MÉTRO « C'est elle qui portera le poids de la pandémie le plus longtemps. » Deborah Morrison, d'Expériences Canada à travers le pays, entre le 29 avril et le 5 mai derniers. Leurs conclusions semblent unanimes. Autant chez les jeunes de 12-14 ans que chez les 15-17 ans, l'anxiété de contracter soi-même le coronavirus frise les 40%. Ce chiffre bondit respectivement à 66% et à 75% quand il s'agit de la peur qu'un proche immédiat tombe malade. Gros projet près du métro Un projet immobilier de Devimco au centre-ville de Longueuil permettra à la Ville d'engranger des revenus « énormes ». Mais il ne répondra pas aux besoins des personnes à faible revenu, déplore un organisme. J MÉTRO Jeuxm Circulation. Affirmant ne pas avoir été consultée par l'administration Plante, la SDC de la Petite Italie, qui défend les commerçants du quartier, déplore l'empressement de la Ville d'interdire les voitures sur un tronçon du boulevard Saint- Laurent. ZOÉ MAGALHAES zmagalhaes@journalmetro.com « Je ne peux pas considérer qu'il y a eu un processus de consultation. L'arrondissement nous a contactés le vendredi [15 mai] à 17h30 et on devait leur donner une réponse dans la soirée, avec très peu d'informations », affirme Jean-Éric Delarosbil, directeur général de la Société de développement commerciale (SDC) Petite Italie et du Marché Jean-Talon. Cinq jours plus tard, la Ville de Montréal et l'arrondissement de Rosemont- La Petite-Patrie annonçaient publiquement la décision de créer des « transit mail » en interdisant aux voitures de passer sur trois tronçons commerciaux des rues Beaubien, Masson et du boulevard Saint- Laurent. En temps normal, pour prendre une décision aussi importante que celle-ci, la La référence en matière de jeux vidéo et jeux de société 1- le ! r FI I Ii 0 lev Epicerie Milano sur le boulevard Saint Laurent/JOSIEDESMARAIS/MÉTRO Articles Guides Vidéos Podcasts noirs obv » + mené -e mgimku 04reri. -fflrrmiamdect, kt kwo. Wb ! edffrIlLo cloraces 114.11 pcur pin d'insu eu/ce merl derrarréé Ferlaiseki ee rifroliapeumerrt reenigeV die 1. Perite me. *meeiffiee. t DeWitt W.. !."s,."" ✓iTaireiV vu. @lel'Me « u » 'Pitierio Pprei « merl peceike à deiernsuillo bons avant de fermer le betievuel Mn ? enrilaregm -Ce.detalevel.o SDC aurait dû consulter ses 240 membres. Mais, dans ce cas-ci, la direction et le conseil d'administration ont dû se positionner très rapidement. Conséquence, c'est dans les médias que certains commerçants ont appris la nouvelle. C'est le cas notamment de la Fruiterie Milano, qui qualifie « d'absurde » le plan de Ville. Le choix « le moins pire » Selon M. Delarosbil, l'arrondissement avait proposé à la SDC deux options d'aménagement sur le boulevard Saint- Laurent. La première, proposée par la Ville, prévoyait une piste cyclable sur tout le côté est du boulevard, supprimant ainsi le stationnement. La seconde, défendue par l'arrondissement, interdisait l'accès aux voitures, mais permettait aux commerçants d'installer des terrasses. « Il nous a semblé que si on ne faisait pas un choix, il nous serait imposé. On a donc réuni le CA en urgence et on a opté pour l'option la moins pire, raconte M. Delarosbil. La première option, sans les terrasses, aurait probablement tué nos commerces. » Dans la foulée, la SDC a envoyé une lettre pour signaler son acceptation du projet proposé. Mais le directeur général de la SDC insiste, son organisation n'a « à aucun moment » demandé ce projet, contrairement à ce qu'indiquait la mairesse sur Twitter. Le cabinet de la mairesse Plante a refusé notre demande d'entrevue, mais dans un courriel, son attachée de presse, Catherine Cadotte, a tenu à rappeler que la SDC a donné son accord par écrit à l'arrondissement et que c'est elle qui « détermine les modalités de communication avec ses membres ». Mme Cadotte ajoute que le but des aménagements proposés par la Ville est de favoriser l'achat local, soulignant que la livraison locale sera toujours permise pour les commerçants. Des aménagements pourront aussi être apportés durant l'été si nécessaire. Consultation de rattrapage Face à la situation, la SDC Petite Italie lancera dès demain une consultation auprès de ses membres, leur expliquant aussi les conditions dans lesquelles la décision a été prise. Les commerçants pourront ainsi voter pour l'option qui leur paraît la meilleure et faire des propositions. « On travaille pour nos commerçants. C'est la position de nos commerçants qui nous importe le plus. Non pas celle de la Ville, non pas celle de l'arrondissement. Si nos commerçants sont en désaccord avec une mesure, c'est la position qu'on défendra », résume M. Delarosbil.
Logement. Des évictions de locataires continuent d'avoir lieu à Verdun, mettant des citoyens dans une situation difficile alors qu'il est encore plus ardu de trouver un nouveau toit en raison de la pandémie. KATRINE DESAUTELS kdesautels@metromecha ca Le Comité d'action des citoyens de Verdun (CACV) dénonce l'inaction de l'arrondissement qui avait mentionné en mars que des solutions étaient prévues pour protéger les locataires. « Ce qui est clair, c'est qu'on a beaucoup plus de personnes qui perdent leur logement cette année », indique Annie Lapalme, membre du CACV. C'est le cas d'un résident de 48 ans qui a préféré garder l'anonymat et qui risque de perdre son appartement 11 est le seul locataire d'un sixplex sur la 4e avenue, dans lequel il vit depuis 20 ans. Lui et une septuagénaire étaient les seuls résidents quand une compagnie à numéro a acheté l'immeuble en février Il dit avoir refusé un montant de 2000 $ du nouveau propriétaire pour résilier son bail, tandis que la dame aurait accepté une enveloppe d'argent COVI D-19 Aide financière pour autochtones Deux mois après avoir aidé les communautés autochtones à se protéger contre l'invasion du virus, le gouvernement fédéral se tourne vers les membres des Premières Nations qui vivent hors réserve. Ottawa annonce une aide de 75 M$ pour atténuer les effets de la pandémie sur le million d'Autochtones qui vivent hors réserve. PC - 1 On craint que la pandémie accentue la crise du logement à Montréal. i MÉTRO Stratégie Selon Mme Lapalme, il s'agit d'un exemple flagrant d'une stratégie que les propriétaires peuvent utiliser pour mettre à la porte des locataires. « Il reste un locataire qui s'acharne et qui combat. C'est rare qu'on ait cela parce que ça prend beaucoup de courage », souligne-t-elle. Si le propriétaire obtient le permis de l'arrondissement pour subdivision, il sera difficile pour le locataire de gagner sa cause à la Régie du logement. Le Verdunois avoue être très stressé par la situation d'autant plus que les logements sur le marché sont trois fois plus dispendieux que son loyer actuel. « Je ne suis pas très payant pour lui et je pense que c'est pour ça qu'il veut que je déménage », dit-il. SPVM Prétexte au profilage racial La crise du coronavirus ne doit pas servir de prétexte pour ne pas mettre en place des mesures pour prévenir le profilage racial au Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), scandent des organismes. Ces derniers pressent le corps de police de publier des données sur l'origine ethnique des personnes interpellées par les forces de l'ordre. MÉTRO ACTUALITÉ 5 Encore des évictions à Verdun « On s'attend à une crise du logement incroyable en juillet. » Annie Lapalme, membre du CACV Règlement De nouvelles mesures apparaissent dans d'autres arrondissements. Comme dans le Sud-Ouest, où les subdivisions dans les bâtiments de trois logements et plus sont interdites. Le CACV demande à l'arrondissement de faire de même. La situation est urgente, plaide Mme Lapalme. « Sur cet enjeu, les élus ont un pouvoir et on ne comprend pas pourquoi ça tarde autant à Verdun », dénonce-t-elle. Un nouveau règlement sera proposé lors du prochain conseil pour encadrer les permis, assure le maire de Verdun, Jean-François Parenteau. VOYAGES Remboursement des vols annulés Ottawa cherche des solutions afin de s'assurer que les transporteurs aériens respectent les consommateurs qui s'estiment floués avec l'annulation de leur vol et qui demandent un remboursement. Justin Trudeau a dit que son gouvernement allait travailler avec les compagnies aériennes et les groupes de Canadiens préoccupés par cet enjeu. pc ardez as tout n dedans. Les événements exceptionnels que cette pandémie provoque peuvent amener du stress, de l'angoisse et même de la tristesse, mais sachez qu'il y a des solutions. Pour obtenir des conseils visant à favoriser votre bien-être dans ces circonstances, consultez [Québec.ca/allermieux On continue de se protéger. Votre et gouvernement Québec 11



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :