Métro Montréal n°2020-05-20 mercredi
Métro Montréal n°2020-05-20 mercredi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2020-05-20 de mercredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (279 x 286) mm

  • Nombre de pages : 12

  • Taille du fichier PDF : 12,1 Mo

  • Dans ce numéro : place aux piétons à Montréal.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
n Facebook Q Twitter Cl Linkedin 0 Instagram stm.Info -Io Chaque jour, m nous nettoyons les surfaces "e%.- que vous utilisez Le plus. a les barres les tripodes les sangles It IlL IMI les tourniquets les distributrices les mains courantes Cl Visionnez notre vidéo explicative sur www.stm.infolvideos Un coeur qui voyage Découpez-Le, portez-Le et joignez Le mouvement.
métr eât AC'journaimetro.com Mercredi 20 mai 2020 Scepticisme face aux allées piétonnières et cyclables Déconfinement. Des commerçants montréalais se disent inquiets du plan de déplacements estival de la Ville de Montréal, qui entraînera le retrait de nombreuses places de stationnement afin d'installer des pistes cyclables et des rues piétonnes. ZACHARIE GOUDREAULT zgoudreatilt@journemetro.com Pour plusieurs, les livraisons et les commandes pour emporter sont devenues des bouées de sauvetage pendant le confinement. Vendredi dernier, la Ville de Montréal a dévoilé les premiers détails d'un plan audacieux qui prévoit l'aménagement d'environ 200 km de voies dédiées aux piétons et aux cyclistes à travers la métropole. En tenant compte des 127 km de voies cyclables déjà prévus cette année, ce sont donc environ 327 km de voies cyclables et piétonnes BrRNARLI TESSIER Atelier 4.6 Commerce situé sur l'avenue du Mont-Royal/JOSIE DESMARAIS/MÊTRO qui verront le jour cet été dans la métropole. Les premiers travaux, qui commenceront en juin, concerneront plusieurs artères commerciales, dont le boulevard Saint-Lament, la rue Saint-Denis et l'avenue du Mont-Royal. Cette dernière deviendra d'ailleurs complètement piétonne, ce qui préoccupe plusieurs commerçants. Livraisons difficiles « En théorie, oui, c'est beau, les gens vont marcher, ils vont manger au restaurant et aller à l'épicerie. Mais en réalité, ce n'est pas aussi facile que ça. Nous, les commerçants, on veut l'accès le plus facile [à notre établissement] », souligne le propriétaire du restaurant et de la boulangerie St-Viateur Bagel de l'avenue du Mont-Royal, Vincent Morena. Face à la crise du coronavirus, celui-ci a décidé de miser sur la vente en ligne et de multiplier les livraisons afin de limiter ses pertes financières. Or, « les gens qui viennent chercher la livraison ont besoin d'un stationnement en avant, au moins pour un peu de temps », soulève le commerçant. Une annonce qui ne manque pas de toupet... Ceux qui se désolent devant leur miroir seront heureux d'apprendre qu'ils pourront bientôt prendre rendez-vous chez le coiffeur. Le plan de réouverture de divers services personnels, dont les salons de coiffure et les services de massothérapie, doit être annoncé « dans Les prochains jours », a indiqué Le premier ministre François Legault, hier. PC « Ça se peut que ça soit un autre clou dans le cercueil. Mais ça se peut aussi qu'en fermant la rue, ça nous donne de nouveaux clients. » Bemard Tessier, commerçant Aucune consultation des commerçants À l'instar de l'opposition officielle, des commerçants déplorent que la Ville n'ait pas sondé leur opinion avant d'annoncer les pistes cyclables et rues piétonnes en grande pompe le 15 mai. « Pour l'avenue du Mont- Royal, c'est la société de développement commercial de l'avenue qui nous a demandé de piétonniser la rue », souligne toutefois le maire du Plateau-Mont-Royal et responsable du développement économique à la Ville, Luc Rabouin. Contacté par Métro, le président de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, Michel Leblanc, souligne également l'importance de préserver un accès aux voitures aux artères commerciales visées par ce plan. « Prêt » pour une autre vague FRANÇOIS CARABIN fcarabin@journalmetro.com Frappé de plein fouet par la COVID-19 au mois d'avril, l'hôpital Maisonneuve-Rosemont s'est relevé au point de ne voir que trois de ses employés aux soins intensifs attraper la maladie, selon un chef de la section. L'établissement rosemontois se prépare maintenant pour une potentielle deuxième vague d'infections à Montréal. Le dernier mois n'a pas été sans défi pour le centre hospitalier de l'est de l'île, observe D'François Marquis, chef de service aux soins intensifs. Fin avril, neuf des douze unités du bâtiment faisaient face à une édosion du coronavirus. « Nous, en étant désignés COVID-19, c'est certain qu'on allait recevoir des patients COVID positifs, et beaucoup. On a ramassé la pleine valeur de la vague. Mais si on n'avait pas fait de travail de préven- « Pour avoir vu ce que la COVID-19 est capable de faire, je suis content que les gens n'aient pas eu peur qu'on crie au loup. On a pu faire les modification nécessaires. » D'François Marquis, chef de service aux soins intensifs de l'hôpital Maisonneuve-Rosemont tion, ça aurait été assez laid », convient Dr Marquis. Selon lui, l'objectif des équipes en soins de l'hôpital a toujours été le même  : « être un pas en avant du coronavirus ». « On s'était dit  : "quand le niveau d'eau monte à tel endroit, voici la porte qu'on ouvre. Quand elle monte à un autre endroit, voici ce qu'on fait" », illustre le dirigeant. Ces « modifications » ont pris plusieurs formes à HMR, à commencer par revoir l'aménagement physique des lieux. Port de Montréal. Temps difficiles à l'horizon Le Port de Montréal, vu de loin/ARCHIVES MÉTRO HENRI OUELLETTE-VÉZINA houellette-vezina@journalmetro.com 12% Le Port de Montréal avance en eaux troubles depuis quelques semaines, alors que le nombre de marchandises qui y transitent chute, dans la foulée de la COVID-19. L'administration portuaire appelle les gouvernements au dialogue, alors que le manque à gagner prendra probablement davantage d'ampleur. « Ça nous frappe un peu plus. En mai, en juin, c'est vraiment là qu'on va sentir les effets de la crise », a expliqué mardi la PDG du Port, Sylvie Vachon, lors d'une conférence virtuelle organisée par la Chambre de commerce du Montréal métropolitain (CCMM). Selon celle qui a reporté son départ à la retraite pour faire face à la crise, le Port a maintenu ses activités en bonne partie pendant le mois de mars, malgré le fait que plusieurs ajustements aient CAMPS DE JOUR SéiOilrc annilléc Au moins 5 000 jeunes du Québec verront leur été bouleversé par la pandémie. Hier, tous les organismes régionaux membres du Réseau Technosdence ont officiellement annulé la tenue de leurs camps de jour pour se protéger du coronavirus. Le gouvernement Legault promet que des annonces s'en viennent pour clarifier la situation dans la province. Tem L'administration portuaire prévoit une baisse des volumes de 12% d'ici la fin de l'année. été apportés dans la chaîne logistique, pour respecter le protocole sanitaire. Mais depuis quelques semaines, la réalité est toute autre. « Il y a beaucoup moins d'exportations, on le voit déjà sur les quais. Au niveau des importations, ça commence aussi à diminuer [...]. C'est maintenant que ça commence à creuser. Les prochains mois seront difficiles », dit-elle. Ces nouvelles réalités appellent à une adaptation constante, dit la PDG, d'autant plus que les mesures sanitaires ont un coût qu'il faut soutenir. « L'impact sera plus important, entre autres parce qu'on va voir les volumes et les revenus diminuer simultanément, dans les prochains mois », dit-elle. INDUSTRIE Exportations en baisca La crise du coronavirus affecte directement le marché des exportations internationales de marchandises au Québec. Il a subi un recul de 5,4% en mars dernier, conclut une étude de l'Institut de la statistique du Québec (ISQ) parue hier. Selon un expert, ces chiffres confirment la nécessité de développer une industrie locale et nationale. Kb » 3



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :