Métro Montréal n°2020-05-12 mardi
Métro Montréal n°2020-05-12 mardi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2020-05-12 de mardi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (279 x 286) mm

  • Nombre de pages : 12

  • Taille du fichier PDF : 11,4 Mo

  • Dans ce numéro : Montréal, source d'inquiétudes.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
n Facebook Q Twitter Cl Linkedin El Instagram stm.Info Un coeur qui voyage Pour soutenir nos employés et tous ceux qui, comme eux, continuent de prendre soin de Montréal. Découpez ce coeur dans un tissu de couleur. Portez-le et joignez le mouvement 1 stm.infoicceur..'stm
métr eâ% journalmetro.com `17/Mardi 12 mai 2020 AC'4LITÉ Des trajets facilités par la pandémie REM Les travaux du Réseau express métropolitain (REM) ont repris hier, entraînant la fermeture du tunnel du mont Royal et le déploiement de plusieurs mesures de remplacement de transport pour les usagers des lignes de train de banlieue de Deux-Montagnes et de Mascouche. ZACHARIE GOUDREAULT zgoudreauh@journahetro.com La pandémie de coronavirus adoucit toutefois la pilule à plusieurs égards. Hier matin, vers 7h15, à peine quelques usagers se trouvaient à la gare de train de banlieue de Deux-Montagnes. Ceux-ci attendaient pour monter à bord d'un bus de type « Coach » qui offre un lien direct au centre-ville. En prévision de la reprise des travaux du REM, l'organisme de transport exo a bonifié le ser- vice de sa ligne d'autobus 404 en ajoutant des départs aux heures de pointe du matin et du soir. Reprise des travaux du REM Les travaux du REM ont repris hier pour plus de trois ans, venant bouleverser la circulation sur la ligne de Deux- Montagnes, où des trains ne circulent plus qu'entre les gares Deux-Montagnes et Bois- Franc. En raison de la fermeture du tunnel du mont Royal, les usagers de la ligne de train de Mascouche doivent également se tourner vers des autobus. Il y a aussi trois trains aux heures de pointe du matin et trois en après-midi qui conti- nuent de se rendre au centreville en empruntant une voie de contournement du CN. Appréhensions Vers 7h30 hier, au moment du départ d'un bus de la ligne 404, celui-ci ne comptait à son bord que quatre passagers. Ainsi, les clients rencontrés par Métro sur place ont dit se sentir en sécurité dans ces véhicules, où il leur est actuellement facile de respecter la distanciation physique. « En ce moment, je ne crois pas que ce soit un problème. Je vois qu'on n'est pas beaucoup à embarquer [...] Mais quand il va y avoir plus de gens qui vont retourner tra- Cusson renonce à la direction du PLQ Coup de théâtre au Parti libéral du Québec (PLQ), hier, alors que Dominique Anglade a été proclamée cheffe du parti après le désistement-surprise/Le d'Alexandre Cusson dans la course au leadership. pc an am, Le nombre de passagers a chuté d'au moins 90% depuis le début de la pandémie sur les six lignes de train de banlieue du Grand Montréal. vailler, je pense que ça va être un peu impossible de respecter la distanciation », soulève toutefois Marie-Pier Clairoux, résidente de Deux- Montagnes, qui travaille au centre-ville de Montréal. Un trajet long et complexe La routine des usagers de la ligne de Deux-Montagnes risque d'ailleurs de se complexifier dans les prochains mois. L'ajout de départs aux heures de pointe sur la ligne 404 d'exo est en effet une mesure « temporaire », précise Sarah Bensadoun, porteparole de Mobilité Montréal. Lorsque ces départs seront retirés, les résidents du secteur devront se tourner vers une autre solution, plus complexe. À Mobilité Montréal, on assure qu'une vigie de l'heure de pointe sera effectuée quotidiennement. Les mesures de rechange de transport seront ainsi ajustées en fonction des besoins, à la hausse ou à la baisse, dit Mme Bensadoun. Ajustement de l'aide aux loyers HENRI OUELLETTE-VÉZINA * houe/lette-vezina@journalmetro.com Alors que plusieurs entreprises de Montréal réclament que l'aide fédérale au loyer commercial soit directement versée aux locataires, et non aux propriétaires des immeubles, la ministre du Développement économique Mélanie Joly affirme que c'est au gouvernement Legault d'examiner cette question de plus près. « On n'a pas de banques d'in- formations ou de données sur les baux commerciaux. On ne connaît pas les locataires. C'est vraiment les provinces, donc Que-bec, qui sont en charge des relations entre les locataires et les locateurs », a indiqué l'élue hier, lors d'une présentation devant la Chambre de commerce du Montréal métropolitain (CCMM). Elle répondait à une question du président de la Chambre de commerce, Michel Leblanc, qui s'inquiétait que plusieurs locataires « C'est la juridiction de Québec, donc ils n'ont pas besoin de notre approbation. Nous, on donne le financement. » Mélanie Joly, ministre fédérale du Développement économique soient « tributaires » de la décision de leur propriétaire. « On entend beaucoup de gens qui demandent qu'on ajuste ce programme », a-t-il dit. Reprise. Rentrée scolaire dans le reste du Québec z ? ii6 Des centaines d'écoliers québécois ont fait un retour en classe, hier./123RF Les yeux du pays en entier étaient rivés hier sur le Québec, qui fait cavalier seul en rouvrant toutes ses écoles primaires, sauf dans le Grand Montréal. Les petits écoliers québécois sont les seuls du Canada à reprendre massivement le chemin des classes au moment où la province continue chaque jour d'enregistrer une centaine de décès liés à la COVID-19. Cette situation sème la « fébrilité » chez le personnel scolaire, reconnaît la directrice générale de la Commission scolaire des Premières- Seigneuries, Marie-Claude Asselin. C'était une rentrée scolaire exceptionnelle, mais à Beauport, tout était en place pour qu'elle semble la plus normale possible. À l'École de la Primerose hier, les membres du personnel ont accueilli les enfants avec le sourire, puis les ont dirigés dans l'école, par différentes portes, avec la consigne d'aller se laver les mains. SCIENCE Plus d'études sur la mutatior du SRAr Une étude récente a semé l'inquiétude la semaine dernière en révélant une mutation « préoccupante » dans le virus responsable de la COVID-19. Mais les experts estiment que plus d'études devront être faites afin de déterminer ce que cela signifie exactement. Cette étude préliminaire du Laboratoire national de Los Alamos, au Nouveau- Mexique, n'a pas été soumise 6 (14 3 La Commission scolaire des Premières- Seigneuries, qui compte 54 bâtiments à Québec, a calculé que son taux de fréquentation est de 66%. Par exemple, l'École de la Primerose accueillera 330 de ses 60o élèves. Personne ne portait de masques. Une voiture de police a ralenti près de l'école, mais ne s'est pas arrêtée. La scène avait de quoi apaiser les parents qui se tenaient aux abords, et qui laissaient partir leurs petits sans trop s'épancher. La séparation n'avait rien de déchirant pour Marie-Odile Lessard. Son fils Jérôme a bondi de son lit hier tellement il avait hâte d'aller rejoindre sa classe de 3e aimée. « On est conscients de toutes les choses qu'il va falloir faire, la distanciation, le lavage des mains [...] mais on se sent quand même bien », dit-elle. LA PRESSE CANADIENNE à l'analyse de pairs encore. Elle indique qu'une souche du SRAS-CoV-2 contenant une mutation spécifique — sur la protéine de spicule D614G — a émergé comme étant la forme dominante du virus. Cette étude américaine, qui a analysé des données provenant de patients atteints du coronavirus en Angleterre, a également suggéré que la mutation pourrait rendre le virus plus contagieux. Le problème, disent les experts, est que la recherche n'en donne aucune preuve. PC



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :