Métro Montréal n°2020-05-06 mercredi
Métro Montréal n°2020-05-06 mercredi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2020-05-06 de mercredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (279 x 286) mm

  • Nombre de pages : 12

  • Taille du fichier PDF : 11,3 Mo

  • Dans ce numéro : déconfinement à l'horizon.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
n Facebook Q Twitter Linkedin 0 Instagram stm.lnfo EMBARQUEMENT DANS LES BUS Ayez toujours un titre valide avec vous AYEZ TOUJOURS VOTRE CARTE OPUS OU UN TITRE DE TRANS- PORT SUR VOUS LORSQUE VOUS VOYAGEZ EN BUS OU EN MÉTRO. TOUS NOS VÉHICULES, DANS LES TUNNELS ET SUR LA RUE, CIRCULENT TOUJOURS AU TARIF HABITUEL. Nous vous demandons d'embarquer par l'arrière des bus pour limiter les risques de contagion. C'est pour la même raison que nous vous demandons de ne pas aller valider votre titre à l'avant du bus, et de laisser libre en tout temps le fauteuil à l'arrière du chauffeur. Mais l'embarquement demeure au tarif habituel. Dans le métro, les tourniquets s'ouvrent avec un titre de transport. Dans les bus, la situation exceptionnelle que nous vivons tous nous fait vous demander de faire preuve de responsabilité. S'il vous plait, acquittez quand même votre transport en bus même si vous ne pouvez pas le valider en bonne et due forme avec une valideuse automatique. POUR VOUS PROCURER UN TITRE DE TRANSPORT Les distributrices automatiques de titres et les bornes de rechargement sont toujours à votre disposition dans les stations de métro. Notez toutefois que les distributrices automatiques n'acceptent pas l'argent comptant. Vous pouvez aussi vous diriger vers un de nos points de vente répartis dans les différents arrondissements et villes du Montréal métropolitain. Une liste de ces points de vente est disponible à atm.info. Attention : comme nos machines distributrices, ces points de vente effectuent maintenant leurs transactions avec des cartes bancaires seulement (débit/crédit). GÉOLOCALISATION Suivez L'arrivée de votre bus en temps réel QUAND MON BUS VA-T-IL PASSER ? Pour savoir quand passera Le prochain bus à un arrêt en particulier, il est pratique de consulter un outil d'information comme la version mobile de stm.info ou les applications partenaires Transit et Chrono. La géolocalisation des bus vous permet en effet de localiser sur une carte le prochain bus qui passera à votre arrêt. Site Web et mobile stm.info PROCHAIN CONSEIL D'ADMINISTRATION PAR WEBDIFFUSION SEULEMENT En raison des circonstances actuelles, la séance sera seulement par web diffusion. Aucun public ne sera admis. Les questions du public pourront être acheminées par voie électronique selon la procédure indiquée sur le site www.stm.info/ca-participer. COMPTOIR DES OBJETS TROUVÉS DÉLAI D'UNE SEMAINE Berrl-UQAM Il est maintenant ouvert les mardis et jeudis de 8hà15h30. Comptez une semaine entre le moment où vous avez perdu votre objet et celui où vous vous présenterez à notre centre de services, Si vous ne pouvez pas vous déplacer, composez le STM- INFO et faites le 6, puis le 2. Notez que les objets trouvés sont conservés pour une durée de 3 semaines. Passé ce délai, ils sont remis à des organismes de charité. Q, Applications recommandées Transit Chrono
métr's" `171 AC'journalmetro.com Mercredi 6 mai 2020 3 J Le coronavirus doit être une leçon, dit l'IRIS COVID-1.9. La crise du coronavirus devra servir de « leçon » aux gouvernements en faveur de l'utilisation du « revenu viable » dans l'analyse de la pauvreté, alors que les mesures d'urgence surpassent maintenant l'aide sociale de base. C'est ce que conclut une étude de l'Institut de recherche et d'informations socioéconomiques (IRIS) parue aujourd'hui, selon laquelle le Québec n'a toujours pas les « outils » pour déterminer quand une personne sort réellement de la pauvreté. Calculé depuis 2016 par l'IRIS, le concept de revenu viable représente le salaire moyen annuel, après impôt, qui est nécessaire pour avoir accès aux services et biens de base et éventuellement sortir de la pauvreté. Autrement dit, la donnée procure une idée du niveau de vie « auquel tout le monde devrait pouvoir prétendre ». L'IRIS dénonce qu'une grande partie des « travailleurs essentiels » gagnent moins ue le revenu viable, ceui illustre la faiblesse de la MPC./ARCHIVES MÉTRO « Si les autorités veulent vraiment conserver un revenu viable pour les personnes qui travaillent à temps plein à Montréal, par exemple, il faudrait envisager un salaire minimum de 18$ de l'heure », explique la chercheuse Eve- Lyne Couturier. À Montréal, le revenu viable atteint désormais 27 948$ pour une personne seule. Il bondit toutefois à plus de 39 000$ pour une personne monoparentale avec un enfant, et surpasse les 60 000$ pour un couple avec deux enfants. Seule la région de Sept- Iles surpasse la métropole à ce chapitre ; une personne seule doit y gagner plus de 32 000$ pour se sortir de la pauvreté. Selon Mme Couturier, la générosité des mesures mises en place pour contrer les impacts économiques de la pandémie montre à quel point l'aide sociale traditionnelle est inadéquate. La Prestation canadienne d'urgence (PCU), qui atteint presque le seuil de revenu viable, en serait l'exemple parfait. Une situation « négligée », et l'impact de la MPC La porte-parole au Collectif pour un Québec sans pauvreté (CQSP), Virginie Larivière, abonde dans le même sens. Elle affirme qu'il est urgent de s'attaquer à l'insuffisance des programmes d'aide de base. « Ça fait des semaines Deux baleines dans le Saint-Laurent Pêches et Océans Canada affirme que les baleines noires de l'Atlantique Nord sont de retour dans Les eaux canadiennes. Deux de ces mammifères ont été aperçus dimanche dans les eaux du golfe du Saint-Laurent par l'équipage d'un avion du ministère qui faisait de l'observation aérienne. PC « On se rend compte que les gouvernements, en tentant de trouver des solutions dans l'urgence, se rapprochent instinctivement de quelque chose qui ressemble au revenu viable. » Eve-Lyne Couturier, chercheuse à l'IRIS qu'on talonne le gouvernement pour demander ce qu'ils vont offrir aux assistés sociaux. Ils sont eux aussi dans une grande détresse avec la pandémie, alors que la fermeture des ressources cause beaucoup d'insécurité alimentaire », dénonce-t-elle. « Une prestation d'aide sociale, c'est 690$ par mois. La PCU, c'est 2 000$ par mois. Ça veut dire qu'en quatre mois d'aide d'urgence, on fait l'équivalent du revenu annuel d'un assisté social », dit Virginie Larivière, du CQSP. Au lieu du revenu viable, le Québec utilise la Mesure du panier de consommation (MPC) comme mesure de sortie de pauvreté. Seul hic, celleci n'inclut que des besoins de base comme la nourriture, le logement ou les vêtements. LA PRESSE CANADIENNE Petit déménagement entre amis ZACHARIE GOUDREAULT zgoudreauft@journemetro.com Les Québécois pourront réaliser des déménagements entre amis malgré la crise du coronavirus, assure le gouvernement Legault. Les locataires devront toutefois faire preuve de prudence et éviter des rassemblements, prévient la police de Montréal, qui n'exclut pas la remise d'amendes aux récalcitrants. Dans les dernières semaines, le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a rempli plus de 2 000 constats et rapports d'infraction liés à l'application de la Loi sur la santé publique. Il s'agit notamment d'amendes remises à des citoyens ne respectant pas les règles de distanciation physique. Or, à l'approche du te juillet, des organismes s'inquiètent de la possibilité que des locataires reçoivent des contraventions I 700S Une personne peut recevoir une amende d'environ 1500$ si elle ne respecte pas la distanciation sociale. pour avoir fait appel à leurs amis pour déménager. Plusieurs locataires ne peuvent se permeltre de débourser pour les services d'un déménageur professionnel, rappellent-ils. ÉcoMer Dilemme pour les proches d'immunosupprimés Un enseignant dont un proche est immunosupprimé peut-il refuser d'aller travailler dans une salle de classe ? La question demeure entière au lendemain de la publication d'un guide de la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) en vue de la réouverture des écoles. Après avoir épluché le guide, la députée libérale Marwah Rizqy en vient à la conclusion que la question n'est pas réglée, alors qu'elle aurait dû l'être, parole du ministre. Le ministre de l'Éducation, Jean-François Roberge, avait promis la semaine dernière en commission que la CNESST allait trancher dans son guide la question du droit de refus de travail. Or, le guide publié en fin de journée lundi n'y fait aucunement référence. La CNESST a plutôt rappelé hier la règle générale, à l'effet que seule une personne qui a elle-même des contre-indications peut se mettre en retrait de travail. « On ne peut pas invoquer celles [les contre-indications] d'un proche pour se mettre en isolement », a déclaré le porteparole Maxime Boucher. Le ministre « improvise » et « se déresponsabilise complètement » lorsqu'il s'en remet à la CNESST, estime la députée Christine Labrie, de Québec solidaire. AGRICULTURE L'aide d'Ottawa jugée inc-.ffisantP Le monde agricole est déçu de l'aide annoncée par le gouvernement fédéral hier. Ottawa offre 252 M$ au secteur agroalimentaire. De cette somme, 77 M$ iront aux usines de transformation alimentaire afin de financer la protection des travailleurs. L'appui aux producteurs laitiers devra attendre une approbation du Parlement. pc Ecole fermée à Montréal/PC « Aucun enseignant ne devrait perdre son travail ou avoir des sanctions parce qu'il a voulu protéger un membre de sa famille. » Marwah Rizqy, députée libérale dl aurait pu envoyer une directive pour demander aux directions d'école de favoriser le télétravail pour les employés qui vivent avec une personne vulnérable, a déclaré Mme Labrie. Comme il laisse ça à leur discrétion, ça fait des iniquités. » Des directions d'école sont plus compréhensives que d'autres, dit-elle observer, alors qu'il y a une réelle crainte de manquer de personnel dans les écoles. Selon Mme Rizqy, le ministre dispose de tous les outils nécessaires pour « corriger la situation ». LA PRESSE CANADIENNE SANTÉ Avancée notable Le Centre de recherche de l'Institut de cardiologie de Montréal (ICM) a annoncé hier que son étude clinique sur la COVID-19 a reçu une distinction du National Heart, Lung, and Blood Institute. Elle vise à déterminer si la colchicine a un effet de prévention sur l'inflammation des poumons observée chez les adultes souffrant de complications graves liées à la COVID-19. MÉTRO



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :