Métro Montréal n°2020-04-30 jeudi
Métro Montréal n°2020-04-30 jeudi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2020-04-30 de jeudi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (279 x 286) mm

  • Nombre de pages : 12

  • Taille du fichier PDF : 11,5 Mo

  • Dans ce numéro : services en péril.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
n Facebook Q Twltter Llnkedln 0 Instagram stminfo DISTRIBUTEURS DE DÉSINFECTANT POUR LES MAINS Utilisez-les en arrivant et en sortant du métro Un distributeur de désinfectant pour les mains à la station Berri-UQAM. LA CADENCE D'INSTALLATION DES DISTRIBUTEURS SE POURSUIT. À CE JOUR, PRÈS DE LA MOITIÉ DES STATIONS SONT DOTÉES DE CE NOUVEL ÉQUIPEMENT. À terme, 224 distributeurs comme celui ci-contre seront à votre disposition sur une base volontaire dans toutes nos stations de métro. On sait déjà que le lavage des mains avec du savon fait partie des bonnes habitudes à prendre lorsqu'on arrive ou que l'on quitte un lieu public où la distanciation physique est difficile à respecter. Nos distributeurs sont une option que vous pouvez utiliser en complément. Jumelées à d'autres bonnes habitudes comme de tousser dans son coude ou de porter un masque, ces nouvelles façons de faire contribuent à garder le métro fiable pour tous ses utilisateurs. I. DU CÔTÉ DE NOS INSPECTEURS DE SÛRETÉ & CONTRÔLE Du renfort arrive en cette période de crise Nos inspecteurs ne patrouillent pas que le métro. Certaines équipes sont dédiées au réseau bus. DEPUIS QUELQUES JOURS, LES INSPECTEURS DE NOTRE SERVICE DE SÛRETÉ & CONTRÔLE PEUVENT COMPTER SUR 11 NOUVEAUX COLLÈGUES POUR PATROUILLER NOS RÉSEAUX GRÂCE À LARRIVÉE D'UNE NOUVELLE COHORTE. Parmi tous les métiers qui se retrouvent sur la ligne de front en cette période d'exception, on compte les inspecteurs de notre service de Sûreté & contrôle. Depuis le début de la crise sanitaire, leur rôle de professionnels de la sécurité des transports est plus que jamais essentiel pour tous. Avec leur nouvelle veste, les inspecteurs sont NOUVEAUX ET PLUS VISIBLES Les clients qui utilisent notre réseau pour leurs déplacements essentiels ces jours-ci remarqueront que certains inspecteurs portent une nouvelle veste. De couleur jaune, elle offre une meilleure ergonomie ainsi qu'une plus grande visibilité auprès des clients. Pour l'instant, seulement 50 inspecteurs possèdent cette nouvelle veste puisque notre fournisseur a dû mettre ses activités sur pause durant la crise sanitaire. Mais bientôt, tous nos inspecteurs, qui contribuent à votre sécurité lorsque vous vous déplacez avec nous, porteront les mêmes couleurs. MER DU FOND DU CŒUR À TOUS NOS EMPLOYÉS SONDAGE EN LIGNE CONFINEMENT ET MOBILITÉ La Chaire Mobilité (Polytechnique Montréal) s'intéresse aux impacts du confinement sur vos systèmes d'activités et comportements de mobilité. Vous êtes invités à prendre 10 à 15 minutes pour participer dès maintenant à l'enquête en vous rendant à l'adresse suivante  : https://covid.etude-mobilite.net En plus de la STM, les partenaires de la Chaire Mobilité sont l'Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM), exo, le Ministère des Transports du Québec ainsi que la Ville de Montréal. En première ligne ou en coulisses, ils assurent chaque jour vos mouvements essentiels.
's" journaheromm métr jeudi 30 avril 2020 AC'ALITÉ Les urgentologues sonnent l'alarme COVID-19. Les éclosions importantes de coronavirus dans les CHSLD de Montréal ont des répercussions jusque dans les urgences de la métropole, dont certaines commencent à déborder. FRANÇOIS CARABIN fcarabin@journalmetro.com Le taux d'occupation des civières était de 107% hier matin à l'hôpital Maisonneuve-Rosemont. Plus au nord, à l'Hôpital Santa Cabrini, il était de 132%. Une problématique dont le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de l'Est-de-l'île-de-Montréal (CIUSSS) est bien conscient. « Cette situation peut s'expliquer par l'application des directives émises par le ministère de la Santé. Aucun congé vers les CHSLD ou autres ressources n'est autorisé pour le moment, ce qui fait en sorte que certains patients doivent séjourner plus longtemps à l'hôpital », résume Catherine Dion, conseillère en communications. ÉMOI Montrai-Nord prép—re pli— Aux prises avec la plus forte éclosion sur l'île de Montréal, l'arrondissement de Montréal-Nord a adopté une série de mesures, dont l'implantation de corridors sanitaires et la distribution rapide » de 2 000 masques jetables gratuits pour tenter d'endiguer le coronavirus. Il fera l'acquisition au cours des prochains jours, de 5 000 autres masques, réutilisables ceux-là. rem URGENCE 3 de Lmeti k eaubDrec Les urgences de l'est de Montréal ont dépassé leur capacité./JOSIE DEDIARAIS/MÉTRO Urgentologues inquiets La tendance inquiète le président de l'Association des médecins d'urgence du Québec (AMUQJ, Dr Bernard Mathieu, qui souligne que les soins deviennent plus difficiles à administrer dans les circonstances. « Il faut à tout prix qu'on ait accès à des ressources post-hospitalisation pour les personnes âgées. On a des patients qui peuvent rester sur une civière à l'urgence pendant 48h et plus, révèle-t-il. On n'avait pas ça en début de pandémie. » D'Mathieu explique qu'avec les hôpitaux remplis à pleine capacité, le personnel n'a plus la même capacité de s'occuper des personnes toujours en attente de procédures médicales impor- SUBVENTIONS Impasse pour l'aide a ! — éttr Les élus fédéraux ne s'entendaient pas hier sur la forme que devrait prendre la prestation canadienne d'urgence pour étudiants (PCUE). En milieu d'aprèsmidi, ils sont arrivés à un compromis  : le Sénat devrait l'adopter demain et les étudiants commenceront à recevoir la PCUE dans le courant du mois de mai. PC tantes. « Ça devient difficile de faire des chirurgies électives pour les cancers, illustre-t-il. C'est important de pouvoir sortir des patients pour s'occuper du restant de la population. » Manque de personnel dans les urgences ? Maisonneuve-Rosemont et Santa Cabrini atteignent un stade « critique », selon Denis Cloutier, président du Syndicat des professionnelles en soins de l'Est-de-l'île-de-Montréal (SPS-ESTIM). Après un ralentissement de leurs activités, les services d'urgence ont repris de plus belle dans les derniers jours, avance M. Cloutier. Un phénomène qui s'accentue en raison des cas d'infection au sein du personnel DÉPISTAGE Tests insuffisants pour déconfiner Le Parti libéral du Québec demande au gouvernement d'augmenter les tests de façon significative à Montréal avant de penser à déconfmer la métropole. Hier, le chef Pierre Arcand et trois députés libéraux du nord-est de Montréal, secteur fortement touché par le coronavirus, ont tenu un point de presse pour exprimer leurs inquiétudes. MÉTRO « C'est inquiétant, on sonne l'alarme depuis la fin de semaine. Il ne faut pas que ça perdure. » Dr Gilbert Boucher, président de l'Assodation des spécialistes en médecine d'urgence du Québec (ASMUQ) MANOIR BELLERIVE Une résidence'yacuée Une résidence privée pour personnes âgées de Pointeaux-Trembles a été évacuée pour des raisons sanitaires hier matin. Des résidents ont été infectés, ce qui aurait poussé le personnel à quitter l'établissement de peur d'être infecté. Le propriétaire du Manoir Bellerive a expliqué son incapacité à assurer la santé et la sécurité des 24 résidents. MÉTRO La Croix-Rouge forme les militaires Quelque 40o soldats sans compétences médicales sont formés au Cégep Ahuntsic. Une quinzaine d'instructeurs de la Croix-Rouge sont chargés de leur enseigner des notions de base pour qu'ils puissent aller prêter main-forte dans les CHSLD. ente « Pour l'instant, il y a à peu près 4 employés qui tombent malades pour 1 qui revient au travail. On ne pourra pas subvenir aux besoins s'il y a de plus en plus d'infirmières qui tombent malades pour 14 jours », dit-il. Des pistes de solution La direction de la Santé publique confirme avoir constaté ce « nouveau phénomène », à lequel elle veut remédier. « Il faut voir avec les établissements de santé et analyser plus en détail les données disponibles », résume la directrice régionale, Dre Mylène Drouin. « On pourrait ouvrir des sites alternatifs, des places où on peut mettre plusieurs personnes qui y seront prises en charge par du personnel médical », suggère D'Boucher. AVEC LA COLLABORATION DE FÉLIX LACERTE-GAUTHIER Urgences. Situation tendue à Maisonneuve-Rosement FRANÇOIS CARABIN fcarabin@journemetro.com L'éclosion de la COVID-19 fait des victimes collatérales à Maisonneuve-Rosemont. Arrivé à l'hôpital pour une chirurgie dans les dernières semaines, Raymond* a bien malgré lui subi les contrecoups du virus. A la suite de son opération, il s'est retrouvé dans la même chambre qu'une dame qui s'est plus tard révélée être infectée par le coronavirus. Dans les jours suivants, Raymond a commencé à ressentir des symptômes de fièvre. La nouvelle est tombée comme « une claque en plein visage », raconte-t-il  : COVID positif. Alors que la situation continue d'alerter la Santé publique dans les CHSLD, le Conseil pour la protection des malades (CPM) fait désormais allusion à un « cafouillage » dans les hôpitaux montréalais. « Un hôpital, ça doit être un lieu sacré, l'endroit de la plus grande et de la meilleure protection », souligne le président du CPM, Paul Brunet. Florence* exhorte malgré tout les malades de se présenter à l'hôpital. « On a eu des patients qui ont attendu une semaine avant de venir malgré des douleurs au coeur. Ils arrivent dans des états beaucoup plus graves », avoue l'infirmière. Mesures suffisantes ? À l'hôpital depuis quelques temps, Raymond* a constaté les effets néfastes du manque de personnel. « La semaine dernière, il y avait vingt et quelques employés absents. Tu voyais qu'ils étaient inquiets », relate-t-il. « J'entendais les employés dire  : "on est chanceux, on est chanceux". Là, ils se mettent à dépister et, pouf, le virus apparaît », dit Raymond*, opéré recemment à l'hôpital Maisonneuve-Rosemont Les syndicats d'employés affectés à l'établissement de soins de santé ont également été avertis de la situation. 8 sur 12 Cette semaine, la COVID-1g a atteint 8 unités sur 12 dans le centre hospitalier, confirme le CIUSSS de l'Est-de-l'Île-de- Montréal. « À Maisonneuve-Rosemont en fin de semaine, il y a manqué beaucoup de monde. On a des gens en attente de résultats, des gens infectés, des gens anxieux », souligne le président du Syndicat des travailleuses et travailleurs du CIUSSS de l'Est de l'île de Montréal (STT-CEMTL), Éric Clermont. Selon le CIUSSS de l'Est-del'île-de-Montréal, 636 employés du secteur ont testé positifs au coronavirus. S'ajoutent à cela des mesures de protection inefficaces, selon M. Clermont. « Le deux mètres, là, ça n'existe pas dans nos hôpitaux », ajoute le syndicaliste. Confronté à cette hémorragie d'employés hospitaliers, le Syndicat des professionnelles en soins de l'Est-del'île-de-Montréal (SPS-ESTIM) demande d'ailleurs des transferts de personnel en provenance des régions moins touchées par la COVID-19. Contacté hier, le CIUSSS a indiqué que « le personnel disponible est suffisant et qu'aucun transfert de ressource n'est prévu ». En raison des éclosions à Maisonneuve-Rosemont et à l'Hôpital Santa Cabrini, un peu au nord, le CIUSSS de l'Est-de-l'île de Montréal a procédé mardi à la suspension de toutes les chirurgies qui nécessitent une hospitalisation dans ces établissements. *Nom d'emprunt 3



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :