Métro Montréal n°2020-04-28 mardi
Métro Montréal n°2020-04-28 mardi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2020-04-28 de mardi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (279 x 286) mm

  • Nombre de pages : 12

  • Taille du fichier PDF : 12,5 Mo

  • Dans ce numéro : l'aide fédérale arrive à point.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
métra journa lmetro.com Mardi 28 avril 2020 8 ÉL-tu Ar. ›., e Une soixantaine de bénévoles font la lecture avec des élèves plus vulnérables pour éviter qu'ils ne perdent leur acquis en français./COLLABORATION SPÉCIALE Programme. Préserver les acquis en français FRANÇOIS LEMIEUX flemieux@metromedia.ca Afin de venir en aide aux élèves n'ayant pas l'occasion de parler français à la maison, l'école primaire Dollard-des- Ormeaux a récemment lancé un programme leur permettant de discuter quotidiennement avec un bénévole par téléphone ou visioconférence. Les échanges se font sous forme de périodes de lecture durant de 15 à 20 minutes chaque jour ou plusieurs fois par semaine. La majorité des jeunes visés par le projet sont issus de l'immigration et/ou vivent dans un milieu où le français n'est pas la langue maternelle. Quelques élèves sont aussi de nouveaux arrivants évoluant dans une classe d'accueil. Le programme, entrepris la semaine dernière avec quelques élèves, gagne en popularité. Origine Après des fermetures en raison de la pandémie, le mois dernier, la direction de l'école de l'avenue Anselme-Lavigne souhaitait voir son personnel rester en contact avec les élèves. « Certains nous préoccupaient davantage, indique la directrice Anouk Fortier. En discutant des différents types de vulnérabilités auxquelles 1 Environ 8o enfants de tous les niveaux, soit près de 15% de l'établissement, participent au programme de l'école. ils pouvaient faire face, [...] nous craignions qu'ils perdent leurs acquis dans la langue d'enseignement ». L'enseignante de première année Rebecca Thibodeau avait prévu communiquer quotidiennement avec une élève qui n'avait pas l'occasion de pratiquer son français à la maison. « Je me suis demandé de quelle manière nous pourrions bonifier cette initiative. De là est née l'idée », explique Mme Fortier. Quelque 65 bénévoles prennent part au programme, que ce soit des retraités, enseignants, familles et proches d'enseignants ou élèves du secondaire. « Tous apprécient ce moment d'échange quotidien. Pour certains bénévoles, ça va remplir un côté social alors que pour d'autres, il s'agit de faire une bonne action et de se sentir utiles », précise Mme Fortier. Pour les élèves, c'est un rendez-vous durant lequel ils échangent avec un adulte bienveillant. Inouiétude des conducteurs d'autobus scolaires Le retour imminent des enfants à récole effrait tes conducteurs d'autobus scolaires. Ils sont inquiets du fait que les véhicules ne permettent pas la distanciation sociale et que 14% des gens du métier ont 65 ans et plus. La présidente de la FEESP-CSN affirme que les travailleurs doivent être inclus dans les discussions, sans quoi le service pourrait être en périL Kim) Une zone virtuelle pour les jeunes Communate,Lieu de regroupement pour les jeunes à Saint-Léonard, La Zone propose une programmation virtuelle en cette période de confinement. FÉLIX LACERTE-GAUTHIER flacerte-gauthier@metromedia ca « Moins de deux jours après notre fermeture, on s'est rendu compte que les jeunes s'étaient rués sur les réseaux sociaux parce que le local était fermé, se rappelle Inès Bouteiller, intervenante à La Zone pour les YMCA du Québec. On s'est dit que l'on continuerait à être présents pour eux, à proposer les activités qu'ils aiment faire. » Programmation Depuis, La Zone propose plusieurs activités, qui varient au rythme du calendrier. Cours de cuisine, danse, compétitions de jeux vidéo en ligne, activité sportive sous la supervision d'un entraîneur certifié. On y retrouve autant de propositions éducatives que purement ludiques. Des intervenants de l'extérieur peuvent également être invités afin de discuter de certaines problématiques. « Il y a deux mois, on avait reçu deux personnes du Centre de prévention de la radicalisation menant à la violence (CPRMV) qui présentaient leur initiative. Là, elles seront en direct pour faire un suivi », donne en exemple Mme Bouteiller. « La programmation actuelle a été réfléchie avec les différents intervenants, souligne l'intervenante. Pour l'instant, il y a les jeux vidéo et les défis artistiques qui fonc- Reda Ynineb et Inès Bouteiller sont intervenants à La Zone./e FUIR LACERTE-CAUTHIER/MÉTRO tionnent vraiment bien, mais ça dépend de la personnalité des jeunes. » Elle remarque d'ailleurs qu'en plus des habitués de l'endroit, certaines activités ont attiré un public plus large. « Ça leur permet de sortir de l'ambiance tendue du confinement, constate Mme Bouteiller. On sait que certains comptaient vraiment sur nos activités pour découvrir de nouvelles choses, faire des rencontres et s'affirmer. On voulait qu'ils aient la possibilité d'être ensemble, malgré la fermeture du lieu. » Les jeunes témoignent Gérard-Claude, un jeune fréquentant l'endroit, le voit La Zone est un organisme communautaire où les 16 à 30 ans peuvent pratiquer des activités ludiques et éducatives.comme une occasion de maintenir le contact. Dans son cas, il aime en particulier les défis qui sont lancés chaque semaine. « C'est dommage qu'on ne puisse pas se voir face à face, mais je comprends. Ça permet d'entretenir nos relations et de savoir comment les autres vont. Ça évite aussi de rester dans la solitude. » Des propos qui rejoignent ceux d'Adler, un autre assidu de l'endroit. « C'est mieux de participer que de rester à ne rien faire chez soi Au moins, on reste en contact et on se parle. » Pour sa part, il aime en particulier les activités de dessin. Pour sa part, Dale fréquentait régulièrement l'endroit lorsqu'il était ouvert. Pour l'instant, la programmation en ligne ne l'intéresse pas tant. « Je préfère interagir avec les gens en face à face. Je n'aime pas vraiment parler devant un écran, explique-t-il. Ce n'est pas non plus tout le monde qui a accès à Internet. »
journaimetro.com métre Mardi 28 avril 2020 riut] gir Les jeunes en jachère Orientatioi Au sens propre, la jachère signifie qu'on laisse une terre agricole temporairement non ensemencée pour permettre la reconstitution de sa fertilité. Au sens figuré, on utilise l'expression « rester en jachère » en parlant d'une personne dont les aptitudes et les qualités restent inexploitées (Larousse). 111 [11131U ORIENTATION &CIE JOSÉE LANDRY Conseillère d'orientation En cette période de crise et de confinement prolongé, les jeunes de notre société ne sont-ils pas en jachère, au sens figuré ? On parle beaucoup de ce qui se passe dans les hôpitaux et les CHSLD en ce moment. C'est normal, c'est là où le feu brûle le plus fort, et il est urgent de l'éteindre. Mais il y a un autre feu qui brûle juste à côté, plus insidieusement  : l'éducation est sur pause. Dans les maisons du Québec, des milliers d'élèves et leurs parents attendent et font de leur mieux. À quel moment deviendra-t-il nécessaire d'éteindre ce feu ? MOUVEMENT De l'espoir pour les restaurateur Le 15 avril, les consommateurs canadiens ont démontré leur solidarité avec l'industrie de la restauration en participant au lancement e f il mi a aie au 111. a na 18 aa 0 a el U ma dm dmrrry il Z U i Directives claires Pour ma part, j'estime qu'il est plus que temps que le gouvernement agisse davantage en éducation, notamment en énonçant des directives claires. La suspension des études est très anxiogène pour toutes les familles du Québec. A ce titre, l'ambiguïté des instructions récentes du gouvernement risque malheureusement d'accroître l'anxiété ressentie par les jeunes et leurs parents. Par exemple, il y a des contenus scolaires disponibles sur différentes plateformes, mais ils ne sont pas obligatoires. L'école va rouvrir graduellement mais sa fréquentation ne sera pas imposée. Le calcul de la cote R au collégial est annulé pour la session en cours et ne sera pas pris en compte pour l'admission universitaire. Des stages sont en attente et retardent la diplomation. Il n'y a pas pire que l'incertitude pour déstabiliser et rendre encore plus anxieuses les personnes qui le sont déjà. leurs effets sur la motivation, la persévérance scolaire et l'orientation peuvent être fort préjudiciables pour la plupart des élèves. Démotivation En ce moment, de nombreux national du #TakeoutDay. Ce mouvement encourage le public à commander des repas de leur restaurant local favori chaque mercredi afin de les soutenir financièrement durant la crise de la COVID-19. MÉTRO C'est l'avenir de notre société qui se démobilise... Ce sont les citoyens de demain qui se questionnent, qui risquent de se désengager et de ne pas revenir à récole en septembre. L'heure est grave. élèves, ainsi que leurs parents, peuvent se poser ce type de questions  : est-ce que ça vaut la peine de continuer à fournir des efforts dans les études si ça ne compte pas ? À quoi ça sert de poursuivre un projet professionnel ? Pourquoi chercher un nouvel objectif de carrière ? Ce sont toutes des questions légitimes, auxquelles il est impossible de donner une réponse sans équivoque. Mais il faut comprendre que la situation actuelle, doublée du manque de clarté des directives gouvernementales, génère déjà une certaine démo- Encourager le personnel de bar Le 23 avril marquait le lancement de la campagne #LeGrandPourboireCanadien. Proposant aux consommateurs de soutenir le personnel de Le concours est lancé Le 20'appel de candidatures au concours Prix Femmes d'affaires du Québec est lancé. Cette initiative du Réseau des Femmes d'affaires du Québec est l'unique concours qui reconnaît et célèbre des entrepreneures, dirigeantes, cadres ou professionnelles qui se distinguent par leur parcours exceptionnel rem° bilisation chez les jeunes. Plusieurs d'entre eux ont de la difficulté à trouver un sens à la persévérance et aux efforts à fournir pour atteindre un but Parents démunis Les parents tentent d'éteindre le feu. Avec des cuillerées d'eau. Ils se sentent laissés à eux-mêmes, essayant de atélétravailler » tout en faisant l'école à la maison et en s'efforçant de trouver le juste équilibre dans tout ça. Et il y a ces parents, démunis devant les besoins particuliers de leurs enfants, qui recevaient des services professionnels à l'école, mais qui sont désormais sans appuis. 11 est risqué de laisser si longtemps en friche une terre aussi fertile que le potentiel des jeunes. Il en va de leur avenir et de celui de notre société. Je lance donc un appel à notre gouvernement afin qu'il agisse rapidement pour placer l'éducation au centre des priorités  : des directives claires, des services professionnels accessibles, un enseignement et des outils adaptés et de l'aide aux parents. Ces derniers, ainsi que leur progéniture, veulent bien prendre leurs responsabilités, et ils auraient besoin que vous les souteniez davantage. bar affecté par la pandémie, ce pourboire virtuel s'est amorcé avec un don initial de 45 000 $ du whisky Fireball. La totalité des fonds recueillis sera directement distribuée au personnel de bar par le biais du fonds de secours de la CPBA. MÉTRO Numérique Druide vient en aide à ses clients en télétravail MARYSE DERAÎCHE mderaiche@journalmetro.com Le célèbre correcteur Antidote de Druide informatique est un outil indispensable pour nombre de travailleurs québécois. Forcés au télétravail en raison de la pandémie, plusieurs sont privés de leur soutien linguistique. Druide vient à leur rescousse en mettant gratuitement à la disposition de sa clientèle multiposte Antidote Web, l'édition infonuagique, dont le lancement commercial était prévu plus tard cette année. « Nous recevons plusieurs demandes de nos clients multipostes dont les usagers coincés à la maison se retrouvent sans accès à leurs outils habituels. Comme Antidote est utilisé dans de nombreuses entreprises et institutions d'enseignement nous avons travaillé d'arrachepied pour finaliser Antidote Web et répondre à cet appel à l'aide », explique dans un communiqué André d'Orsonnens, président du conseil et chef de la direction de Druide. Offrant les trois principaux outils linguistiques d'Antidote — le correcteur, les diction- Erratum Une erreur s'est glissée hier dans le texte intitulé « La grossesse et l'accouchement en temps de pandémie ». Il est écrit que les femmes n'ont pas le droit d'être accompagnées à l'Hôpital général juif de Les propriétaires d'une licence Antidote monoposte bénéficient déjà d'un abonnement gratuit à Antidote Web. Cette offre est prolongée jusqu'au 30 juin 2020. mires et les guides —, la version infonuagique s'ouvre dans un navigateur Web plutôt que dans les fenêtres habituelles d'Antidote. Il est donc possible d'en faire usage sur n'importe quel ordinateur muni d'un accès Internet L'abonnement à l'édition infonuagique d'Antidote est offert gratuitement jusqu'au 30 juin 2020 aux organisations détentrices d'une licence multiposte assortie d'un abonnement au Programme de maintenance Antidote (PMA), peu importe l'édition, ainsi qu'aux institutions détentrices d'une licence de site scolaire. Les responsables des licences Antidote peuvent contacter le service commercial de Druide à  : AntidoteWeb@druide.com pour profiter de l'offre gratuite. Montréal pour accoucher. Toutefois, l'hôpital permet à nouveau l'accompagnement à l'accouchement. Toutes nos excuses. MÉTRO 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :