Métro Montréal n°2020-04-07 mardi
Métro Montréal n°2020-04-07 mardi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2020-04-07 de mardi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (279 x 286) mm

  • Nombre de pages : 12

  • Taille du fichier PDF : 11 Mo

  • Dans ce numéro : rebondir une fois la crise passée.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
n Facebook Q Twitter Cl Linkedin El Instagram stm.Info MERC DU FOND DU CŒUR À TOUS NOS EMPLOYÉS En première ligne ou en coulisses, ils assurent chaque jour vos mouvements essentiels. > stm
journalmetro.com métr Mardi 7 avril 2020 AC'4LI Des commerces au bord du gouffre à Montréal Pandémie. Alors que la fermeture des établissements non-essentiels a été prolongée hier jusqu'au 4 mai, des commerces montréalais s'inquiètent que l'aide gouvernementale ne sera pas suffisante pour assurer leur survie. HENRI OUELLETTE-VÉZINA houellette-vezina@journalmetroscom Au total, plus de 40% des PME québécoises seraient en danger, alors que les pertes financières moyennes ont triplé dans les dernières semaines pour atteindre 140 000 $ en moyenne. « Ce que le gouvernement nous propose, c'est de nous aider à s'endetter plus facilement avec des prêts. Ce n'est pas une solution. Il va se passer quoi quand on va cogner à notre porte pour payer après ? Je crains beaucoup de faillites, incluant mes commerces », dit Philippe Sarrasin, propriétaire de la Librairie de Verdun. « La situation demeure excessivement critique. Ce serait utopique de penser qu'on pourra sauver tout le monde. » Billy Walsh, président de rASDCM Beaucoup d'incertitude Même son de cloche pour Richard Holder, qui est gestionnaire des restos-bars Majestique, Darling et Waverly. « C'est extrêmement difficile, concède-t-il. On est partis avec des établissements qui roulaient du jour au lendemain, à un chiffre d'affaires de 0 $. » La survie de son groupe dépendra surtout de la durée du confinement, dit l'entrepreneur, pour qui l'aide gouvernementale ne suffira pas non plus. « C'est une course contre la montre. Plus le temps passe, plus ça met en jeu notre entreprise », lâche-t-il. Des aides directes à envisager ? La grande majorité des commerçants ont de la difficulté à payer leur loyer actuellement, surtout au centre-ville de Montréal. Si les mesures fédérales contribuent certes à « apaiser » les tensions, elles ne feront qu'à long terme repousser le problème, croit le président Phili e Sarasin est ro riétaire de la Librairie de Verdun. i MÉTRO de l'Association des sociétés de développement commercial de Montréal (ASDCM), Billy Walsh. « Pour gérer dans l'urgence, ça prend des liquidités. Nous octroyer des prêts ne fera que repousser la dette accumulée à plus tard. C'est pelleter en avant le problème », insiste-t-il. Montréal lance des mesures L'administration Plante a pour sa part annoncé des « mesures économiques supplémentaires » hier pour soutenir les commerçants. Un système de livraison sera mis en place avec l'organisme Jalon Montréal et plusieurs sociétés de développement com- Une entreprise fait don de 1000 masquer Alors que la province est confrontée à un manque anticipé de matériel médical, une entreprise de Rivièredes-Prairies spécialisée dans la confection de décors de Noël, Studio Artéfact, a donné 1000 masques N95 et se prépare à créer des centaines de visières en plastique destinées au personnel de la santé. rem mercial (SDC) sur le territoire. Objectifs  : compenser la perte de clientèle des entreprises et offrir un service « qui répond aux besoins de la population » en matière d'approvisionnement. Les commerces peuvent s'inscrire au projet sur le site de la Ville directement. Un comité pour un soutien d'urgence aux commerces développera aussi des « solutions concrètes » pour apporter un soutien rapide aux entreprises. D'ailleurs, Montréal offrira un accompagnement gratuit aux entreprises souhaitant entamer une transition numérique. Les commerçants ont jusqu'au 17 avril pour se manifester. Aide financière. La Pal cause bien des maux de tête ZACHARIE GOUDREAULT zgoudreault@journalmetro.com Problèmes techniques, travailleurs exclus, ajustements qui arrivent au comptegouttes  : la Prestation canadienne d'urgence (PCU) cause des maux de tête à des milliers de citoyens qui ont été plongés dans une situation financière précaire en raison de la crise du coronavirus. Cette aide financière était attendue de pied ferme. À preuve, à 15h, hier, plus de 532 000 demandes avaient été retenues par l'Agence du revenu du Canada (ARC). Cette dernière a indiqué avoir traité environ 1000 demandes par minute pendant la journée. Par ce programme, Ottawa offre 2 000 $ par mois pendant un maximum de quatre mois aux employés et aux travailleurs autonomes qui se retrouvent sans revenu en raison de la crise du coronavirus. Dans sa forme actuelle, cette aide financière demeure toutefois inaccessible à des milliers de personnes. Elle exclut notamment les employés à temps partiel qui ont connu une réduction de leur temps de travail et ceux qui ont quitté leur emploi volontairement par crainte de contracter le coronavirus. Hier, le premier ministre Justin Trudeau a convenu que certains Canadiens étaient tombés entre les mailles du filet. Avril sera un mois « critique » au Québec Alors que le Québec a franchi hier le cap des 100 décès liés à la propagation du coronavirus, le premier ministre François Legault appelle les citoyens à continuer d'appliquer les mesures, plus que jamais. Selon lui, le mois d'avril sera « critique » pour la suite des choses. « J'ai envie de vous dire  : en avril, on ne lâche pas d'un fil. On espère que ce sera le dernier mois diffi- cile, mais il sera critique. On va s'en souvenir longtemps de ce mois d'avril. Il ne faut pas relâcher », a mentionné M. Legault, lors de son point de presse quotidien. La province compte maintenant 8 580 cas confirmés de la COVID-19, soit une hausse de 636 cas en seulement 24 heures. Quelque 27 décès supplémentaires ont aussi été recensés, pour atteindre un total de 121 dans la province. 121 On recense 121 morts attribuables à la COVID-19 au Québec. Au-delà de ces chiffres, la situation des équipements médicaux semble se stabiliser, même si elle est loin d'être réglée. Le gouvernement dispose actuellement de 14 jours de gants, 13 jours de masques N-95, 10 jours de masques chirur- gicaux, mais « seulement » 6 jours de blouses. Québec évalue la possibilité « d'utiliser des blouses lavables », comme c'est déjà le cas ailleurs. Le ministre de l'Emploi, Jean Boulet, présentera mercredi après-midi un nouveau programme de 100 M $ pour soutenir les entreprises qui souhaitent offrir de la formation à leurs employés pendant la pause économique liée au comnavirus. HENRI OUELLETTE-VÉENA OF- La PCU a été lancée hier./MÉTRO s Le premier ministre François Legault/MÉTRO « C'est le début des inscriptions et il y a encore beaucoup d'inquiétudes. » Sylvain Mireault, directeur général l'Association des chefs en sécurité incendie du Québec « Je sais que certaines personnes ont besoin de soutien et ne sont pas encore admissibles. Si vos heures de travail ont été réduites — par exemple, à 10 heures par semaine ou moins —, nous allons bientôt annoncer comment vous pourrez toucher la Prestation canadienne d'urgence », a-t-il affirmé lors de son point de presse quotidien. Il a aussi annoncé que les étudiants affectés par la crise du coronavirus pourront bénéficier de la PCU. Des détails à cet effet devraient être divulgués dans les prochains jours. 3



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :