Métro Montréal n°2020-04-06 lundi
Métro Montréal n°2020-04-06 lundi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2020-04-06 de lundi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (279 x 286) mm

  • Nombre de pages : 12

  • Taille du fichier PDF : 11,0 Mo

  • Dans ce numéro : la pause forcée prolongée jusqu'au 4 mai.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
méta Se journalmetro.com Lundi 6 avril 2020 8 NIQUE C'EST DANS LA TÊTE DR FRANÇOIS RICHER info@journalmetro.com L'homme peut-il transmettre le coronavirus aux animaux ? Selon l'Organisation mondiale de la santé animale (OIE), il est possible pour un animal d'être infecté par un humain infecté. Plusieurs chiens et chats l'ont été â la suite d'un contact rapproché avec des personnes malades. Par contre, actuellement, rien ne permet de penser que les animaux infectés par l'homme jouent un rôle dans la propagation du COVID-19. MÉTRO Le blues de la pandémie Santé mentale Durant une crise sociale d'une telle ampleur, il faut se méfier de nos émotions et s'appuyer sur les autres encore plus que d'habitude. Une pandémie est une tempête parfaite pour les difficultés psychologiques. Les informations stressantes, les contraintes, le confinement, les pertes de revenu... Notre résistance au stress et nos fragilités sont testées de toutes parts. À part l'anxiété de contamination et le sentiment de vivre une catastrophe mondiale, on est aussi sujets à développer le blues de la pandémie. On combat le blues comme on peut On essaie d'oublier notre blues en se lançant à fond dans le travail, les tâches domestiques, les divertissements en ligne ou l'alcool Cependant, il serait plus efficace de trouver de nouvelles façons de combler nos besoins essentiels de réconfort, de stimulation sociale et d'accomplissement, car en temps normal, ce sont nos interactions sociales et nos accomplissements qui maintiennent notre motivation et notre optimisme. Plusieurs devront gérer des poussées de détresse. La détresse peut s'installer quand on panique à propos de nos finances ou quand on souffre beaucoup de nos conditions de vie. Il faut porter attention aux signes de détresse des autres et aux nôtres. 11 faut aussi surveiller les idées suicidaires. Comme dans tous les gros chocs socioéconomiques, la détresse et la perte d'espoir provoqueront une augmentation des idées suicidaires chez les personnes à risque. Il faut se rappeler qu'il y a de l'aide à proximité si on fait un petit effort pour signaler qu'on en a besoin. La gestion d'une crise sociale comme une pandémie passe en outre par la gestion des perceptions et des émotions, et nous pouvons tous y contribuer. Que faire ? Cette crise est sans précédent et on peut vite avoir l'impression d'être dépassé. Mais on vit aussi une énorme vague de mobilisation, d'engagement et d'entraide qui favorise l'optimisme. La gestion d'une crise sociale comme une pandémie passe en outre par la gestion des perceptions et des émotions, et nous pouvons tous y contribuer. Nos sourires sont contagieux, notre générosité l'est aussi. Nous avons souvent plus d'influence sur notre entourage que nous ne le pensons. 11 est essentiel de développer un certain contrôle sur sa vie. Selon nos circonstances personnelles, on peut faire des listes des mesures à prendre et des habitudes à changer. Bref, profiter d'un contexte nouveau pour se remettre en question  : nos déplacements, nos espaces, nos Le blues de la pandémie On devient plus émotifs On consomme une foule d'informations stressantes qui nous donnent l'impression de perdre un peu le contrôle de notre sécurité et de notre vie. Cette insécurité nous rend plus sensibles. Il faut rester alerte en permanence, pour se protéger et pour gérer notre nouveau mode de vie. On a aussi plus besoin d'être rassuré et apprécié que d'habitude. On devient plus impulsifs On fait des achats compulsifs au activités et nos interactions deviennent des thèmes à planifier au lieu de gestes automatiques. On peut agir de bien des manières pour nous et pour les autres. Plusieurs innovent par des tètes ou des spectacles en ligne et se parlent sur le balcon ou en ligne. D'autres aident les personnes les plus affectées avec un soutien financier ou émotionnel. On peut même rêver ensemble que certaines choses pourraient changer de façon durable, dont la circula- Un micro-organisme qui s'adapte aux médicaments résiste au traitement des infections./MÉTRO cas où, on devient moins patient, nous prive de notre motivation moins tolérant et plus agressif. et de notre optimisme. On Nos capacités de réflexion peut se mettre à généraliser diminuent et on se laisse aller (catastrophiser), à oublier que à des comportements dont on ça va passer et à broyer du noir. aurait honte en temps normal. Une humeur irritable nous éloigne des autres et diminue Notre humeur notre envie de contribuer. On change plus devient frustré et exigeant, facilement on a envie de se plaindre, Elle est facilement on se sent agressé affectée par le facilement et on se stress financier, dispute plus souvent. le confinement, l'isolement ou la réduction des activités qui nous définissent. Une humeur triste tion, la pollution, la consommation, le travail et les loisirs. La crise et ses boule versements ouvrent des possibilités insoup çonnées pour repenser sa vie et la société autrement En attendant, il faut se rappeler que nos efforts de distanciation sociale servent à acheter du temps pour intervenir et pour libérer des ressources dont nos proches auront peut-être besoin à court terme. lY François Richer est professeur en neuropsychologie à l'UQAM. Des façons de contrer la résistance aux antimicrobiens consol Alors que le coronavirus continue à faire des victimes à travers le monde, il est capital de préserver sa santé. L'efficacité d'un médicament peut être contrecarrée lorsqu'une personne développe une résistance aux antimicrobiens. Un fâcheux effet... RÉDACTION info@ jo urnalm et ro. co m 11 y a résistance aux antimicrobiens lorsqu'un microorganisme s'adapte aux médicaments de manière à rendre le traitement d'une infection inefficace. Selon l'Organisation mondiale de la santé, ce phénomène en croissance est très préoccupant D'ailleurs, plus de 14 000 Canadiens sont décédés en 2018 en raison d'une infection intraitable avec les médicaments antibactériens, antiviraux, antiparasitaires et antifongiques. Voici trois façons simples de diminuer vos risques de développer une résistance aux antimicrobiens  : 1. Prévenir les infections De bonnes habitudes d'hygiène sont déterminantes pour empêcher la propagation de bactéries qui peuvent vous rendre malade et contribuer à réduire votre besoin en antibiotiques. Veillez à vous laver adéquatement et fréquemment les mains, à garder votre carnet de vaccination à jour et à rester à votre domicile lorsque vous êtes malade afin de limiter la dispersion des germes. La prévention passe aussi par une manipulation et une préparation sécuritaires de la nourriture afin d'éviter d'ingérer des bactéries alimentaires néfastes. 2. Réduire les traitements L'idée qu'il faut obligatoirement et systématiquement terminer l'intégralité d'un traitement aux antibiotiques est très répandue. Toutefois, de récentes études tendent à démontrer qu'une durée réduite peut suffire pour traiter certaines infections courantes et diminuer le risque de développer une résistance aux antimicrobiens. Si vos symptômes s'estompent, communiquez avec votre pharmacien pour déterminer si votre situation vous permet de mettre fin à votre traitement Préserver la vigueur de ses défenses immunitaires, par de petits gestes, prémunit contre les infections menaçantes. 3. Gérer les médicaments inutilisés Veillez à rapporter vos médicaments en surplus et périmés à la pharmacie pour qu'ils soient éliminés en toute sécurité. Ne partagez jamais vos antibiotiques et ne les gardez pas pour un usage futur, car des doses inappropriées peuvent être dangereuses pour votre santé et favùoriser une résistance aux antimicrobiens.
Comment sauver Pâqués ?ie Ce satané virus a gâché l'arrivée du printemps et maintenant il nous enlève le plaisir de partager un gigot d'agneau en famille, de siroter des mimosas au traditionnel brunch de Pâques et de partir à la chasse aux cocos avec les enfants. Plusieurs commerçants de la métropole essaient de sauver les meubles et proposent des solutions en mode « livraison ». Voici comment fêter Pâques en temps de crise sanitaire. Pour la chasse aur ICOF Pour les petits (comme pour les grands), Pâques rime avec chocolat ! Ces trois chocolateries répondent à des besoins variés et misent sur la qualité et le respect de la fève de cacao. Lecavalier Petrone La nouvelle collection Pâques 2020 de Lecavalier Petrone comprend une variété d'oeufs disponibles en chocolat au lait et chocolat noir et de figurines chocolatées à l'effigie soit d'un lapin soit d'un poussin. La livraison est offerte aux clients de Montréal, Longueuil, Boucherville, Saint-Lambert et Brossard. Pour les autres, il est possible de ramasser les commandes en boutique. lecavalierpetrone.com.1M Fays La chocolaterie Fays, située à Oka, propose une collection de chocolats de Pâques montés à la main ou à partir de moulages anciens. Offerts en chocolat au lait et noir « bean-to-bar » de Chaleur B Chocolat, artisan-torréfacteur gaspésien. La livraison est offerte par la poste partout au Québec ou par livraison sur la Rive-Nord de Montréal et à Montréal avec tout achat de plus de 50 $. fayschocolat.com État de choc On adore le « Sac Pâques, Ça va bien aller » créé spécialement pour l'occasion. Il contient des oeufs en chocolat, de la tire éponge, deux mini-tablettes (maïs piment et sapin érable) et une carte arc-enciel fruit de la passion. Livraison gratuite sur l'île. Il est aussi possible de récupérer ses achats en boutique, sur rendez-vous. etatdechoc.com MARYSE DERAÎCHE mderaiche@journatmetro.com Pour le repas du soir di La gastronomie s'invite chez vous ! Jérôme Ferrer propose de livrer un menu de Pâques d> sept services à votre porte. Au menu  : Rillettes de saumon à l'érable Jambon de Pâques braisé Salade de légumes grillés aux épices façon tajine Roulades de veau sauce civet au jus de viande et aux olives Mousseline de pomme de terre truffée Moelleux au chocolat et framboises Pains briochés pur beurre aux éclats de pralinés Prix  : Pour 2 personnes  : 95 $ Pour 4 personnes  : 160 $ Pour 6 personnes  : 210 $ Les livraisons (gratuites) se dérouleront du mercredi 8 avril au samedi 11 avril. laboiteduchetca/products/menu-de-paques Abaca Se faire plaisir, apprécier la beauté de la nature, tomber dans la lune devant un bouquet de tulipes. Se faire livrer des fleurs n'a jamais eu plus de sens qu'en ce moment. Voici quelques fleuristes montréalais qui continuent d'accepter les commandes pour la livraison. Bouquets de tulipes, de marguerites, d'hydrangées, de lisianthus... Le plus difficile est de faire un choix chez ce marchand de fleurs de la rue Beaubien. fleuristeabaca.com Le Bouquet Située dans le coeur de Saint-Laurent, la boutique Le Bouquet est en activité depuis 1978 et offre une multitude d'options cadeaux en plus des fleurs. Kyoto Fleurs lebouquet.com Jeune entreprise située sur l'avenue Mont-Royal, Kyoto Fleurs offre une grande variété de fleurs fraîches, de plantes d'intérieur et d'accessoires de décoration. kyotofleurs.com Pour la beauté Fauchois fleurs Pour des bouquets qui durent longtemps et des conseils judicieux, Fauchois fleurs est tout indiqué ! De plus, leur nouvel espace sur la rue Saint-Denis est sublime. fauchoisfieurs.com



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :