Métro Montréal n°2020-04-01 mercredi
Métro Montréal n°2020-04-01 mercredi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2020-04-01 de mercredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (279 x 286) mm

  • Nombre de pages : 12

  • Taille du fichier PDF : 11,9 Mo

  • Dans ce numéro : l'équipement pourrait manquer.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
Soyez informé, soyez branché avec ! Métro nit 2e- 0 3 façons de rester connecté 1. journalmetro.com Suivez l'actualité locale, nationale et internationale en temps réel. 2. Réseaux sociaux Restez informé et interagissez sur l'actualité de dernière minute. 3. L'infolettre Abonnez-vous et recevez l'essentiel de l'actualité quotidienne dans vos courriels. métr métr journalmetro.com Mercredi avril 2020 RAPATRIEMENT Des vols pour les Canadiens coincés en Inde Le gouvernement Trudeau enverra finalement des avions au cours des prochains jours afin de rapatrier les Canadiens bloqués en Inde (plus de 27 300 personnes) dans des conditions difficiles en raison de la crise du coronavirus. Le coût de ces vols, estimé à 2 900 $, suscite toutefois des critiques. MÉTRO Peell"11111e" ▪ AL...dr t4rif 0 am, raggis Les tests menés à Montréal ont déjà révélé plus de 2 (Io cas. i GETTY FINANCES Les banques ne réduisent pas leur taux d'intérêt Alors que des centaines de milliers de Canadiens ont besoin d'une aide financière urgente en raison de la pandémie, ils continueront de payer des taux d'intérêt élevés sur leurs cartes de crédit. Le secteur bancaire n'a pas répondu à l'appel de l'État leur demandant de faire un effort. pc ACTUALITÉ Testons davantage, disent les experts Dépista ! " Les Montréalais affluent à la clinique de dépistage sans rendez-vous du centre-ville. En une semaine, rétablissement a testé 11 500 personnes pour le coronavirus. Mais des experts en santé publique continuent de croire qu'il faut tester davantage pour freiner la progression de la maladie à Montréal. FRANÇOIS CARABIN fcarabin@journahetro.com Du 23 au 29 mars, soit dans la première semaine d'ouverture de la clinique du Quartier des spectacles, près de 15 000 personnes se sont présentées au triage. Au total, sur cette même période, le personnel infirmier a effectué 11 511 tests de dépistage de la COVID-19. Le 16 mars dernier, le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) avait présenté un message clair aux autorités sanitaires de la Planète  : « testez, testez, testez ». Un message répété à l'envi par la santé publique canadienne. « Nous voulons en faire plus, a de nouveau souligné l'administratrice en chef de la santé publique, Dre Theresa Tarn, hier. C'est un secteur absolument critique. » La professeure Roxane Borges Da Silva, qui enseigne à l'Ecole de santé publique de l'Université de Montréal (ESPUM), constate que plusieurs personnes tombent toujours entre les mailles du filet dans la métropole. « Ils [le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS)] recommandent l'administration des tests seulement si on fait de la fièvre et de la toux. Et dans ce contexte, on échappe beaucoup de monde », observe-t-elle. 1101.1 Pas de nouvelles directions Les tests menés sur le territoire montréalais ont révélé presque 2 000 infections au coronavirus depuis le début de la crise. À Côte-Saint-Luc tout comme à Côte-des- Neiges—Notre-Dame-de-Grâce, le nombre de cas confirmés a dépassé la barre des 100. Déjà la semaine dernière, la Direction régionale de la santé publique (DRSP) confirmait qu'il y avait bel et bien « transmission communautaire » du virus dans le Grand Montréal. Cela signifie que la COVID-19 se transmet au-delà des personnes ayant été en contact avec des voyageurs ayant visité l'étranger. La DRSP administre pré- « Il y a des besoins dans les CHSLD. Je pense qu'ils vont limiter le personnel dans les cliniques de dépistage. » Françoise Ramel, présidente par intérim du Syndicat des professionnels en soins de santé du Centre-Sud-de-l'île-de-Montréal sentement quatre cliniques de dépistage à Montréal, dont une sans rendez-vous. Le MSSS, lui, maintient les directive émises le 23 mars. Les tests auprès des porteurs asymptomatiques demeurent interdits à moins que ceux-ci aient été en contact avec un voyageur. L'augmentation du nombres d'infections pourrait même réduire la quantité de personnel nécessaire pour administrer les tests. Dans les prochains jours, la présidente par intérim du Syndicat des professionnels en soins de santé du Centre-Sud-de-Fllede-Montréal, Françoise Ramel, s'attend à voir les infirmières affectées au dépistage être transférées vers d'autres ressources. Critères moins stricts ? La spécialiste en épidémiologie à l'ESPUM, Helen Trottier, invite les autorités sanitaires à élargir les critères d'admissibilité au dépistage. « Ça serait très important de l'élargir pour mieux être en mesure de prévenir les différents scénarios. Là, on est un peu dans le néant quant à l'information sur la transmission », dit-t-elle. COVI D-19 La ministre craint les inégalités d'après-crise 4 Inquiète des conséquences financières qu'engendrera le coronavirus dans la population, la ministre du Développement économique, Mélanie Joly, veut préparer l'après-coronavirus en priorisant les plus vulnérables. Elle assure tout mettre en oeuvre pour éviter « d'augmenter les inégalités » au sortir de la crise. MÉTRO
ACTUALITÉ 5 Des refuges pour aider les itinérants Société. Alors que la crise du coronavirus frappe durement la métropole, l'administration Plante ouvrira dans les prochains jours trois refuges d'hébergement et trois centres de jour dédiés aux personnes itinérantes. Environ 350 places seront disponibles pour les accueillir. HENRI OUELLETTE-VÉZINA houellette-verina@journalmetro.com « La crise sanitaire ne doit pas devenir une crise humanitaire ou sociale. Tout le monde compte, tout le monde doit être en sécurité. On travaille d'arrache-pied pour trouver des solutions rapides », a expliqué hier la mairesse Valérie Plante, parlant d'un « long marathon » à mener pour tous les Montréalais. Un premier centre réservé aux hommes a été mis en service dès hier après-midi, au Marché Bonsecours. Il a une capacité de 50 lits. Demain, un second refuge, accueillant seulement des femmes cette fois, verra le jour au Centre Jean-Claude Malépart, dans le Centre-Sud, avec 60 places. « Ces nouveaux sites vont nous aider à soutenir les refuges déjà en place, qui ont dû limiter leur nombre de places COVI D-19 Reconnaître les symptômes À Montréal, les cas de coronavirus se comptent maintenant par centaines. Pour la plupart des personnes infectées, les symptômes se résument à de la toux, de la fièvre, une grande fatigue, ainsi que par une sensation d'essoufflement. Certains peuvent perdre l'odorat, avoir la diarrhée ou des difficultés à respirer. Comme./La mairesse de Montréal, Valérie Plante/JOSIE DESMARAIS/MÉTRO pour respecter les règles de distanciation », a dit Valérie Plante, mairesse de Montréal. Une unité de traitement et de refuge pour les itinérants testés positifs à la COVID-19 ouvrira dans l'ancien hôpital Royal-Victoria. Une centaine de lits y seront disponibles. Trois nouveaux centres de jour accueillent aussi leurs premiers occupants depuis hier. Le premier sera situé sur la Place du Canada, non loin du square Cabot, où un site est déjà en activité par Résilience Montréal. Un second centre sera installé au Parc Jeanne-Mance, sur le Plateau-Mont-Royal. Le dernier centre, tenu par l'organisme L'Anonyme, sera situé à proximité de l'aréna Francis-Bouillon, dans Hochelaga. En plus de la place Émilie-Gamelin, la métropole compte donc maintenant cinq centres de jour. pour une grippe, certains peuvent en ressentir davantage les effets que d'autres. Les cas plus graves peuvent développer une insuffisance respiratoire. FÉLIX LACERTE-GAUTHIER Dimanche, l'administration Plante a réquisitionné un hôtel dans le Quartier des spectacles pour y loger des itinérants qui attendent les résultats de leur test. Cinq s'y trouvent en ce moment. Au total, go chambres sont disponibles. Une cantine et des stations sanitaires La Ville mettra par ailleurs sur pied une cantine mobile pour servir des repas aux personnes itinérantes dans les quartiers en périphérie du centre-ville. Du matériel sanitaire continuera aussi d'être distribué aux populations vulnérables dans plusieurs arrondissements, alors qu'une vingtaine de stations sanitaires y ont déjà été implantées. RECHERCHE 6 ()Or'Institut de cardiologie de Montréal (ICM) souhaite mener une étude pour vaincre les symptômes les plus dangereux du coronavirus. Pourtant, les volontaires manquent à l'appel, selon le directeur de recherche. « On a un peu plus de ion personnes atteintes de la COVID-i9 qui ont répondu à l'appel depuis l'annonce de l'étude, alors qu'on souhaite que 6 000 d'entre elles se présentent », indique D'Jean-Claude Tardif, cardiologue et directeur du Centre de recherche de l'ICM. MÉTRO La maladie à coronavirus (COVID-19) cause une infection respiratoire pouvant comporter les symptômes suivants  : Fièvre Votre.0,. gouvernement Toux Difficultés respiratoires Se protéger, ça sauve des vies. Toussez dans Jetez vos votre coude mouchoirs Gardez vos Restez distances à la maison Québec.ca/coronavirus 514 644-4545C. Lave vos mains Québec 111



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :