Métro Montréal n°2020-03-30 lundi
Métro Montréal n°2020-03-30 lundi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2020-03-30 de lundi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (279 x 286) mm

  • Nombre de pages : 12

  • Taille du fichier PDF : 12,2 Mo

  • Dans ce numéro : contrôles accrus pour les voyageurs.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
n Facebook Q Twitter Linkedin 0 Instagram stm.Info Nous serons là jusqu'au bout 1 LUC TREMBLAY, DIRECTEUR GÉNÉRAL SOCIÉTÉ DE TRANSPORT DE MONTRÉAL Depuis bientôt un mois, les quelque 11000 employés de la STM participent à l'immense défi de maintenir une prestation de service sécuritaire dans les réseaux bus, métro et de transport adapté, tant pour la clientèle que pour eux-mêmes. Un service de transport collectif essentiel pour tant de personnes, et ce, encore aujourd'hui. Avec l'appui de nos employés, nos gestionnaires, nos syndicats, nous avons déployé des trésors d'ingéniosité pour transformer la STM afin de pouvoir répondre PRÉ- SENTS. La STM étant la 15e entreprise en importance au Québec et 3e société de transport en Amérique du nord, je suis très fier de la rapidité à laquelle nous avons apporté les changements nécessaires à nos manières de faire en si peu de temps  : ce n'est rien de moins que phénoménal ! À l'ensemble info coronavirus (COVID-19) des employés, toutes fonctions confondues, je profite de l'occasion pour leur réitérer mes sincères remerciements. En effet, ces femmes et ces hommes vivent aussi l'inquiétude que pose la COVID-19 sur l'ensemble de la population. Eux aussi pensent à leur famille, leurs parents, leurs enfants. Ils jonglent aussi avec les différents aspects de la vie quotidienne, qui est totalement bouleversée. Tout comme des milliers d'autres travailleurs des services et entreprises essen- tiels, ils sont malgré tout présents pour vous tous. La révision de service, qui sera mise en place dès lundi, tient compte de la diminution majeure de l'achalandage, mais surtout des besoins de déplacements des travailleurs offrant des services essentiels, notamment pour la desserte des grands établissements de santé. Il s'agit d'une mesure temporaire qui permettra d'assurer la continuité des services, ainsi que la sécurité des clients et des employés. Suivez-nous La sécurité de tous est une préoccupation quotidienne et guide l'ensemble de nos décisions. C'est toutefois une responsabilité collective qui incombe à tous les citoyens, incluant lorsqu'on utilise le transport collectif. C'est pour cette raison qu'il est essentiel de suivre toutes les directives de la santé publique. C'est ensemble que nous relèverons le défi de vaincre la COVID-19. Pour notre part, à la STM, nous vous en faisons la promesse, nous serons avec vous jusqu'au bout. stm.info/coronavirus
journaimetro.com métr Lundi 30 mars 2020 AC'ALITÉ L'inquiétude légitime des proches aidants Coronavirur Avec les visites interdites dans les hôpitaux, les CHSLD et les résidences, la pandémie du coronavirus amène une tout autre réalité pour les proches aidants. Ils ne peuvent plus aller voir les membres de leur famille qui habitent dans ces établissements. Loin des leurs, l'anxiété monte. CLARA LOISEAU cloiseau@metromedia.ca Depuis quelques jours, la ligne d'écoute Info-Aidant constate une croissance du nombre d'appels reçus. Les circonstances de la crise inquiètent les aidants naturels. « La situation est vraiment difficile et stressante pour eux », explique Guillaume Joseph, directeur général de L'Appui, un organisme de soutien pour les proches aidants et leur entourage. Et pour cause, car le gouvernement du Québec a interdit toutes les visites le 13 mars. Cette décision, prise dans le contexte de l'urgence sanitaire, vise à limiter les risques de contagion de la COVID-19 aux personnes les plus fragiles, rappelle Robert Maranda, directeur des communications pour le ministère de la Santé et des Services sociaux. Une « décision crève-coeur, mais qui permet d'assurer la sécurité des personnes les plus vulnérables », soutient Catherine Dion, relationniste média pour le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de l'Est-de-l'île-de-Montréal. Elle souligne que certaines exceptions sont toutefois L'interdiction des visites fait monter l'anxiété des proches aidants./123RF faites pour les personnes étant en fin de vie. Cependant, si ces mesures sont contraignantes, elles restent très importantes pour Guillaume Joseph. « Il faut à tout prix éviter que plus de résidences et de CHSLD deviennent des foyers de contagion », ajoute-t-il. Une inquiétude légitime Comme l'expliquait François Legault, premier ministre du Québec, lors de son allocution quotidienne du 25 mars, trois établissements pour aînés, dont un dans le quartier montréalais de Bordeaux, sont actuellement touchés par le coronavirus. Selon M. Joseph, la majorité des proches aidants téléphonant à la ligne d'écoute comprennent les mesures mises en place. Mais cela n'empêche pas de causer de l'anxiété, du stress et de la frustration chez ceux qui se rendent chaque jour au chevet de leurs parents. « On dit souvent que les gens ne peuvent plus aller visiter « C'est un message d'espoir qu'on veut envoyer aux proches aidants, on veut qu'ils sachent qu'ils ne seront pas seuls pendant les prochaines semaines. » Guillaume Joseph, directeur général de lIppui, un organisme de soutien aux proches aidants et à leur entourage les proches, mais les aidants naturels ne font pas juste des visites, c'est souvent des soins, des petites douceurs », explique le directeur de L'Appui. Si pluseurs gardent espoir, certains vivent plus péniblement les mesures d'éloignement, particulièrement les proches des personnes atteintes de démence. « L'isolement est beaucoup plus complet pour ces personnes-là, parce que la communication même de personne en personne est difficile en temps normal. C'est sûr qu'à distance, c'est très difficile pour la famille », ajoute M. Joseph. Aujourd'hui, le directeur de l'organisme explique qu'il « faut faire confiance au personnel soignant qui est en place, qui fait tout en son pouvoir pour apporter les soins ». Ces professionnels ont Montréal à l'unisson Les cloches des églises montréalaises ont retenti à l'unisson pendant 10 minutes sur Le coup de midi, hier, afin de réconforter les croyants en cette période de pandémie de coronavirus. mémo également la mission de tenir informer l'entourage de l'état de santé de leur proche. Des services toujours disponibles Malgré la crise, les services de base offerts à domicile ou à distance pour venir en aide aux proches aidants restent disponibles. Ces services sont encore considérés comme des services essentiels. Ils comprennent notamment les services de répit, pour soulager les aidants naturels pendant quelques heures et ainsi leur permettre de faire une sieste, prendre une marche ou faire le ménage et préparer des plats. La ligne téléphonique Info- Aidant est ouverte à tous les proches aidants souhaitant parler, discuter et « ventiler », ajoute M. Joseph. COVID-19 La confiance envers les autorités prime.._. Mesures de sécurité prises à Vancouverïa semaine dernière/PC En Alberta, on peut acheter un t-shirt sur lequel est imprimé une image de la médecin hygiéniste en chef de la province avec le slogan  : « Que ferait la Dre peena] Hinshaw ? » C'est ce qui intéresse le sociologue Cary Wu. « Le gouvernement et les autorités de la santé ont besoin de la confiance des gens pour que les mesures soient appliquées de manière efficace, a affirmé M. Wu, de l'Université York, à Toronto. Si les gens n'ont pas confiance, il sera très difficile de promouvoir une action collective. » M. Wu est l'un de nombreux chercheurs canadiens à avoir reçu des bourses pour étudier la relation entre la pandémie de COVID-19 et la confiance sociale. « Il est très important de pouvoir se tourner vers les experts et croire ce qu'ils disent, d'être en mesure de séparer l'information de la CORONAVIRUS Bauer fournira/nnnon massues Le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec a annoncé l'achat de 300 000 visières de protection à l'équipementier Bauer. La production des visières, qui servent à protéger le personnel de la santé dans leur prestation de soins aux personnes atteintes de la COVID-19, commencera dès cette semaine à l'usine de Blainville. MÉTRO « Une crise sanitaire peut augmenter la méfiance du public. Ou peut-être créer une solidarité et une hausse du niveau de confiance. » Cary Wu, sociologue mésinformation et de savoir sur qui nous pouvons compter pour être bien conseillés », a dit Eric Kennedy, un spécialiste des catastrophes à l'Université York qui se penche aussi sur cette question. Selon M. Wu, les crises sanitaires publiques mettent à l'épreuve la confiance d'au moins quatre manières  : la confiance entre les concitoyens ; la confiance envers les politiciens ; la confiance envers le système de santé ; et la confiance envers les étrangers, que l'on redoute d'être porteurs du virus. LA PRESSE CANADIENNE AÎNÉS Davantage de ressources dans les résidences 3 Québec compte ajouter « beaucoup de ressources » dans les résidences pour les personnes âgées, a déclaré le premier ministre François Legault en conférence de presse, hier. Il a indiqué qu'il y aura aussi davantage de personnel pour assurer la sécurité dans les résidences. mtrp.o



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :