Métro Montréal n°2020-03-27 vendredi
Métro Montréal n°2020-03-27 vendredi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2020-03-27 de vendredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (279 x 286) mm

  • Nombre de pages : 12

  • Taille du fichier PDF : 12,8 Mo

  • Dans ce numéro : l'heure est à la gestion serée des stocks.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
n Facebook Q Twitter Unkedin 0 Instagram stm.info À COMPTER DE LUNDI 30 MARS La fréquence du service sera diminuée sur l'ensemble du réseau LE SERVICE SERA DIMINUÉ ^ 20% EN MOYENNE. La situation évoluant de jour en jour, nous veillons à accommoder le quotidien de plusieurs personnes qui doivent vraiment se déplacer. Autrement, si vous le pouvez, restez à la maison. De cette façon, vous nous aidez grandement à offrir un service sécuritaire pour nos employés et pour ceux qui en ont réellement besoin. Cette diminution de service, qui s'apparente à un service d'été bonifié s'observera principalement sur les lignes à haute fréquence. D'autres mesures sont aussi mises en place: Les Navettes Or, les « lignes écoles » et les circuits qui desservent le Casino et le parc Jean-Drapeau sont retirés ou leur service est diminué significativement ; le service diminue sur la ligne 747 ; les mesures d'atténuation prévues pour les travaux du REM sont reportées ; les horaires des lignes de bus qui desservent les gares de trains d'exo, qui connaissent également une baisse de fréquence, sont ajustées. LE MÉTRO AUSSI Compte tenu de la baisse importante du nombre de clients qui franchissent les tourniquets du métro, la fréquence de passage des trains sera diminuée en moyenne de 3 min 20 à 4 min 05 pour les lignes orange et verte. La fréquence de passage sur les lignes bleue et jaune demeure la même. Les heures d'ouvertures du métro demeurent inchangées. info coronavirus (COVID-19) AU TRANSPORT ADAPTÉ Le service est aussi ajusté en fonction des demandes qui sont moins nombreuses. Plusieurs mesures de précaution sont déjà en place pour protéger la clientèle et nos chauffeurs, dont des opérations de nettoyage accrues et la mise en place d'une limite d'un seul client par minibus ou taxi adapté. UN SERVICE IMPORTANT, DES CLIENTS IMPORTANTS Cette mesure tient compte de la réduction importante de l'achalandage, des déplacements des travailleurs essentiels et de la planification de nos ressources. Elle contribue également à atténuer les impacts de la pandémie et de maintenir un service sécuritaire pour tous. L'ensemble de ces mesures sont évolutives. Nous les ajusterons en fonction des besoins de nos clients pour qui la situation évolue aussi de jour en jour. VIGILANTS ET PRUDENTS Les mesures d'exception déjà en place comme le nettoyage quotidien de nos installations ainsi que le respect de la distance sécuritaire avec le chauffeur se poursuivent. Nous sommes en lien direct avec la sécurité publique et nous nous adaptons à toutes leurs recommandations. Suivez-nous IMPORTANT UNE RESPONSABILITÉ PARTAGÉE Ne prenez pas le transport collectif si vous croyez être atteint, ou si vous êtes atteint par le COVID-19. PASSAGES DES BUS SUIVEZ-LES EN TEMPS RÉEL Sur stm.info et les applications partenaires Transit et Chrono, vous pouvez voir où, sur une carte, sont rendus les prochains bus en direction ou en partance de votre arrêt. stm.info/coronavirus
RC de TA SpO, RR A T° L journa Lmetro.com Week-end 27-30 mars 2020 3 Des employés infectés sèment l'inquiétude Transports. L'apparition de nouveaux cas de coronavirus chez des employés des sociétés de transport de Montréal et de Longueuil suscite de vives inquiétudes au sein de ces organismes et dans la population. HENRI OUELLETTE-VÉZINA houenette-vezina@journenetro.com Hier soir, le Réseau de transport de Longueuil (RTL) a confirmé qu'un premier chauffeur avait été déclaré positif à la COVID-19. L'employé travaillait surtout dans le secteur du Vieux-Longueuil. Il a cessé toute activité le 15 mars. « La Direction de la santé publique (DSP) fait enquête et va joindre toutes les personnes qui ont été en contact avec la personne infectée », indique à Métro la coordonnatrice du R11, Alicia Lymburner, assurant que « plusieurs mesures ont déjà été mises en place » pour resserrer la sécurité, dont l'optimisation du nettoyage des surfaces « les plus exposées » dans les autobus. D'après les directives de la DSP de la Montérégie, les « détails des trajets d'autobus effectués » par le chauffeur ne seront pas rendus publics. Depuis le début de la crise, l'achalandage du métro a fortement baissé./JOSIE DESMARAISMÉTRO Un deuxième employé infecté à la STM À la Société de transport de Montréal (STM), le porte-parole Philippe Déry confirme qu'un deuxième employé a été déclaré positif à la COVID-19 mercredi. Cette personne, dont les fonctions n'ont pas été précisées, revenait de vacances et s'est immédiatement mise en isolement volontaire. 11 n'a donc pas été en contact avec ses collègues. La STM assure « prendre la situation très au sérieux ». « Des produits désinfectants sont en cours de distribution auprès des employés en contact plus étroit avec la clientèle », explique M. Déry. Une situation « dangereuse » Un employé de la STM joint par Métro, qui préfère conserver l'anonymat, offre pour sa part une autre version des faits. Cette personne dénonce que le « personnel ouvrier », induant les chauffeurs et les employés d'entretien, doive encore se présenter au travail tous les jours. « Plusieurs employés sont affectés à des projets et à des travaux non essentiels », déplore-t-elle. « La STM met volontairement toute la population en danger avec son refus de réduire les effectifs ouvriers », s'indigne-t-elle. À cela, Philippe Déry rétorque que « les employés requis d'être au travail contribuent aux opérations quotidiennes et permettent aux travailleurs essentiels de se déplacer ». Le milieu du transport « n'était pas prêt » Appelé à réagir, l'expert en planification des transports Pierre Plus de 100 lits additionnels à l'Hôpital juif Depuis hier, cent cinq lits supplémentaires sont progressivement déployés par l'Hôpital général juif, dans Côte-des-Neiges. Objectif  : accueillir des personnes souffrant de la COVID-19, qui sont concentrées de manière importante dans le centre-ouest de Montréal. erao 20% La STM réduira de 20% son service en heure de pointe dès lundi dans le métro et le réseau d'autobus afin de lutter contre l'aggravation de la crise de COVID-19. Barrieau est catégorique  : « Les mesures sont insuffisantes actuellement, parce que la contagion est en train de se répandre rapidement dans le transport en commun », observe-t-il. « Les sociétés de transport n'étaient pas prêtes », ajoutet-il, appelant les opérateurs à prendre des mesures et à procéder rapidement à des réductions de personnel. « Aux États-Unis, il y a déjà des sociétés de transport qui installent des fenêtres entourant complètement l'employé », mentionne-t-il. QUARANTAINE Des vérifications à domicile Des visites à domicile pourraient avoir lieu afin de vérifier si les voyageurs respectent bel et bien la quarantaine qui leur est exigée pendant 14 jours à leur retour au pays. L'administratrice de la santé publique du Canada, la Dre Theresa Tam, a suggéré hier lors d'une conférence de presse qu'il s'agirait de l'approche la plus « raisonnable » trouvée jusqu'à présent. LA PRESSE CANADIENNE Les inhalothérapeutes mobilisés Voyez pourquoi ils se mobilisent OpICI dans la lutte contre la COVID-19 ffl Visitez le www.opiq.qc.ca Logement Vers une interdiction des visites FÉLIX LACERTE-GAUTH I ER flacerte-gauthier@metromedia ca Tandis que le gouvernement met la province sur pause, le Front d'action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) demande de reporter la saison des déménagements et d'interdire temporairement les visites de logements. Le gouvernement Legault déconseille aux propriétaires les visites de logements, mais aucune directive n'a été émise à cet égard. « Actuellement, un locataire n'a pas de base légale pour refuser une visite. Nous aimerions des directives claires », explique Véronique Laflamme, porte-parole du FRAPRU. Selon elle, une interdiction serait de mise pour une période d'au moins trois semaines. Hans Brouillette, directeur des affaires publiques à la Corpomtion des propriétaires immobiliers du Québec (CORPIQ), croit au contraire qu'il est nécessaire de les maintenir, tout en prenant des précautions. « 11y a des gens qui ont besoin 42 ! fi-de. lifill Les visites pourraient contribuer à propager le virus./MÉTRO Le FRAPRU propose de prolonger d'un mois la période de renouvellement des loyers ou de prolonger tous les baux d'un mois. d'un logement de façon urgente, et on ne peut pas les bloquer dans une situation d'hébergement temporaire », dit-il. Il juge toutefois possible de limiter le nombre de personnes qui visitent un logement, en faisant davantage de recherche préalable pour que ce soit ensuite « une formalité de le visiter ». Ordre professionnel desinhal °thérapeutes du Québec



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :