Métro Montréal n°2020-03-26 jeudi
Métro Montréal n°2020-03-26 jeudi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2020-03-26 de jeudi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (279 x 286) mm

  • Nombre de pages : 12

  • Taille du fichier PDF : 13,9 Mo

  • Dans ce numéro : grève des loyers dans l'air.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
journaJmetro.com métr M'Y Jeudi 26 mars 2020 AC"VII COVID-19 Les Québécois devront livrer bataille Horado Arruda et François Legaulti JACQUES BOISSINOT/LA PRESSE CANADIENNE Le premier ministre François Legault appelle les Québécois à livrer la plus grande bataille de leur vie, en menant une guerre sans merci à la COVID-19. Au cours de sa conférence de presse quotidienne, hier, M. Legault n'a pas fait état de nouvelles consignes. Par contre, il a annoncé la mort de deux autres personnes. Peu de détails ont été donnés à ce sujet (En fin d'après-midi, le septième décès à survenir depuis le début de la crise a été annoncé.) M. Legault a réaffirmé à la population, transformée en une « armée de huit millions et demi » de soldats, l'importance d'observer à la lettre les directives pour venir à bout du virus, qui continue à faire des victimes, tout particulièrement chez les personnes âgées. dl faut arrêter ça. Il faut limiter le nombre de résidences pour personnes âgées infectées », a-t-il dit. La guerre contre le virus est OTTAWA 1(17 cg Le plan économique d'urgence fédéral de 107 G$ destiné à aider les citoyens et les entreprises du Canada affectés par l'éclosion de la COVID-19 est maintenant loi. Ce plana reçu l'aval du Sénat hier matin et la sanction royale hier après-midi. Le ministre des Finances, Bill Momeau, a indiqué au Sénat que les mesures d'urgence pour les travailleurs devraient être en place dès la semaine du 6 avril et que l'élargissement de l'Allocation canadienne pour enfants et des crédits de IPS devraient être disponibles en mai. « Il n'y a pas de façon plus rapide de mettre l'argent dans les mains des Canadiens », a-t-il déclaré. PC 1 339 Hier, le nombre de personnes atteintes de la COVID-1g au Québec est passé de 1013 à 1339. On compte 78 hospitalisations, 35 personnes aux soins intensifs et 3 nouveaux décès (7 au total). loin d'être gagnée. L'observation stricte des consignes, au premier chef la distanciation sociale, est plus importante que jamais. « Faites ce qu'on vous prescrit, a ordonné le directeur national de la santé publique, Horacio Arruda. Un geste de désobéissance peut devenir une question de vie ou de mort, a-t-il ajouté. « Ça risque d'être la plus grande bataille de notre vie », a rappelé M. Legault, se voulant rassurant et optimiste, convaincu que son armée allait remporter la victoire et que chacun pourrait un jour raconter cette « grosse anecdote » à ses petitsenfants. LA PRESSE CANADIENNE CHÔMAGE Entraide dans les files"-ittenti. Les personnes ayant perdu leur emploi se présentent par dizaine aux bureaux de Service Canada, espérant que l'assuranceemploi leur permettra d'avoir droit au chômage et à l'aide d'urgence. Malgré les mesures de distanciation, plusieurs personnes dans la file ont fait preuve de solidarité en échangeant de précieux conseils. IDS/VERDUN-REBDO Tous fidèles au poste La prolifération du nombre de cas de COVID-1g aux États-Unis ne semble pas encore décourager les camionneurs québécois qui doivent franchir la frontière, notamment pour assurer l'approvisionnement en denrées alimentaires. PC Des Montréalais appellent à une « grève du loyer » Lapement. Des locataires montréalais appellent à une « grève du loyer » dès le ri'avril. Face à un manque de revenus et de soutien des gouvernements, le regroupement spontané « Pas de logement, pas de quarantaine » menace de cesser massivement les paiements mensuels. HENRI OUELLETTE-VÉZINA houenette-vezina@journa[metro. « La crise de la COVID-19 nous a tous mis dans le trouble. Certains d'entre nous sont à court d'argent, ou alors n'en ont plus beaucoup. On est plusieurs à en avoir juste assez pour vivre », écrit le comité fondateur, composé de locataires du quartier Hochelaga-Maisonneuve, dans une missive diffusée hier. Selon le collectif, la fermeture des services « non essentiels », dont font partie plusieurs commerces, a entraîné de lourdes pertes de revenus pour certains Montréalais. « C'est de l'argent qui devrait servir à acheter de la nourriture. C'est de l'argent qui est nécessaire pour nous, pour nos familles. C'est cet argent qui nous permettra de faire face à l'insécurité », peut-on lire dans le document de grève. Les locataires ajoutent que, si le fait de dépenser la plus grosse part de son salaire pour se loger « n'a déjà aucun sens », il devient « criminel en temps de crise ». « Ce qu'on veut, ce sont des mesures qui pourront vraiment aider les locataires. À commencer par le gel des loyers, dès le ter avril et tant que la crise durera », réclament-ils. D'ailleurs, une pétition demandant l'annulation des paiements de loyer « pour la durée de la crise sanitaire actuelle » Plusieurs locataires du quartier Hochelaga-Maisonneuve ont lancé une grève des loyers./JOSE DESMARAIS/ARCHIVES MÉTRO avait récolté près de 2 000 signatures en fin de journée, hier. Une tactique jugée dangereuse Appelée à réagir, la porte-parole du Regroupement des comités logement et associations de locataires (RCLALQ), Marjolaine Deneault, lance un message de prudence. En faisant la grève, les locataires s'exposent à de graves conséquences, selon elle. « On a peur des conséquences pour des locataires à faible revenu et vulnérables, qui peuvent aller jusqu'à l'éviction. Dans une audience pour non-paiement devant la Régie, il n'est pas possible d'évoquer de raison », s'inquiète Mme Deneault. Cette dernière invite les locataires à user de bon sens. « Tant qu'il n'y aura pas de mesures suffisantes de nos gouvernements pour protéger les locataires, la grève n'est pas un moyen d'action à privilégier, surtout en temps de pandémie », juge-t-elle. La Corporation des propriétaires immobiliers du Québec (CORPIQ), de son côté, met en garde les locataires contre ces « messages de propagande véhiculés par des activistes ». Le non-paiement du loyer « entraînerait de graves conséquences », prévient-on. « Les propriétaires qui peuvent financièrement renoncer à un loyer et qui le veulent, ils sont rares. C'est la réalité dans un Québec où 7 propriétaires sur 10 n'ont qu'un duplex ou un triplex. Ils comptent sur ce revenu pour vivre », explique Hans Brouillette, directeur de la CORPIQ Des mesures à prendre Pour la coordonnatrice du Front d'action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU), Véronique Laflamme, la solution se trouve dans les mesures. Son groupe presse Ottawa de mettre sur pied « rapidement, un Fonds de dépannage pour les locataires, ainsi que des suppléments d'urgence au loyer. Quant au gouvernement Legault, il devrait interdire les évictions à long terme. « Il y a certes un moratoire en ce moment sur les évictions, mais ça se termine bientôt Dès qu'il sera levé, les propriétaires 50 Environ 196 000 ménages locataires consacrent actuellement plus de 5o% de leurs revenus au paiement de leur loyer. vont pouvoir procéder. On craint énormément qu'il y ait des évictions massives », insiste Mme Laflamme. Appel à l'indulgence de Québec Hier après-midi, le premier ministre, François Legault, a exhorté les propriétaires de logements à être indulgents avec leurs locataires à l'aube du 1e'avril Québec suggère notamment de repousser la date de paiement « Évidemment, ceux qui sont en mesure de payer doivent continuer à le faire à la date convenue. C'est une situation exceptionnelle, et nous devons nous serrer les coudes », affirme la ministre des Affaires municipales et de l'Habitation, Andrée Laforest. Les chèques fédéraux d'assurance-emploi doivent arriver cinq jours après la date de paiement du loyer. 2
Le centre-ouest plus touché 50 Près de 5o% des personnes infectées à Montréal ont 5o ans et plus, et plus du quart ont plus de 6o ans. Tous les groupes d'âge seraient cependant représentés. Contaminatior La propagation du coronavirus à Montréal affecte plus fortement les secteurs du centreouest de l'île, dont Côte-Saint-Luc et Côte-des-Neiges, plus de 42% des cas ayant été répertoriés sur le territoire du CIUSS qui y est rattaché. HENRI OUELLETTE-VÉZINA houellette-vezinejournalmetro.com C'est ce qu'a confirmé hier la Direction régionale de la santé publique de Montréal (DRSP) lors d'une mêlée de presse. « À ce moment-ci, c'est assez difficile pour nous de poser un diagnostic », a expliqué la directrice de la DRSP, Mylène Drouin. Si quelques Depuis son ouverture il y a quelques jours, la nouvelle clinique de dépistage du centre-ville a effectué 2 400 tests./JOSIE DESMARAIS/MÉTRO cas ont été détectés dans les CHSLD à proximité, elle n'identifie jusqu'ici « aucune éclosion particulière » dans le centre-ouest. Comment expliquer alors cet écart entre le centre-ouest et les autres secteurs de Montréal ? 11 y a plusieurs possibilités, selon la médecin. « Est-ce qu'il y a eu plus de dépistage ? Est-ce que les gens de cette communauté ont davantage voyagé durant la semaine de relâche ? On essaie de trouver des réponses », ajoute-t-elle. Un décès à Montréal « Nous déplorons un premier décès à Montréal », a par ailleurs indiqué la Dre Drouin. 11 s'agit d'une personne âgée dont l'état de santé n'a pas été précisé. Hier, 603 cas de COVID-19 avaient été confirmés à Montréal. Plus d'une trentaine de tra- vailleurs du réseau montréalais de la santé ont aussi été infectés. Au cabinet de la mairesse Valérie Plante, la porte-parole Geneviève Jutras souligne que « la Ville demande à tous et à toutes de respecter les règles de santé publique » pour renverser la tendance. Transmission communautaire la moitié des cas déclarés dans la métropole sont ceux de personnes qui sont rentrées de voyage ou qui ont eu un contact avec une personne revenue de voyage. Mais, la DRSP ne se fait pas d'illusion. « On peut maintenant dire qu'à Montréal, nous avons une transmission communautaire », estime Mme Drouin. ACTUALITÉ 3 Commercants. Une aide réclamée pour les loyers ZACHARIE GOUDREAULT zgoudreautt@journatmetro.com Depuis minuit hier, tous les commerces et entreprises non essentiels au Québec sont fermés jusqu'au 13 avril. Or, certains entrepreneurs concernés, qui louent des espaces commerciaux, devront malgré tout payer un loyer le le avril. Les associations de commerçants exercent une pression de plus en plus grande afin de trouver un moyen de reporter le paiement du loyer des entrepreneurs affectés par les directives du gouvernement. « Je pense qu'on devrait demander de la souplesse de la part des locateurs », propose par ailleurs le professeur d'économie appliquée à HEC Montréal, Germain Belzile. Aide financière demandée Pour de petits propriétaires de locaux commerciaux, un report du paiement du loyer n'est toutefois pas envisa- Un commerce fermé sur la rue Saint-Denis/MÉTRO Appelé à réagir, le cabinet du premier ministre François Legault a rappelé avoir annoncé la semaine dernière un plan d'aide de 2,5 G$ pour les entreprises fragilisées par la crise. geable, souligne la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante (FCEI). Le vice-président de la FCEI, François Vincent, presse donc le gouvernement Legault d'accorder une aide financière aux entreprises qui ont dû fermer en raison de ses directives.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :