Métro Montréal n°2020-03-17 mardi
Métro Montréal n°2020-03-17 mardi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2020-03-17 de mardi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (279 x 286) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 15,9 Mo

  • Dans ce numéro : Québec soutiendra les travailleurs.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
métr journalmetro.com HÉMA-QUÉBEC Québec appelle aux dons de sana Après une fluctuation des dons de sang, le gouvernement Legault rappelle que les centres de prélèvements demeurent accessibles malgré la fermeture de nombreux lieux publics. Héma-Québec doit recueillir en moyenne 1000 dons par jour, un objectif maintenu même en période de pandémie. Cependant, les écoles ainsi que plusieurs lieux de rassemblements ont été fermés le 13 mars afin de prévenir la propagation de la COVID-19, ce qui complique les activités. SAINT-LAURENT NOUVELLES Mardi 17 mars 2020 ACTUALITÉ 6 Québec L'Assemblée nationale sur pause L'Assemblée nationale suspendra ses travaux jusqu'au 21 avril en raison de la pandémie de COVID-19, ont confirmé des sources à La Presse canadienne. Une motion d'ajournement des travaux devrait être déposée aujourd'hui, comme ç'a été le cas à la Chambre des communes, vendredi dernier. « Ce qu'on souhaite, c'est adopter les crédits budgétaires nécessaires d'ici l'été et ensuite fermer l'Assemblée nationale », a déclaré hier le premier ministre François Legault, lors de son point de presse quotidien. La semaine dernière, l'Assemblée nationale avait fermé ses portes aux visiteurs, sans toutefois interrompre les travaux parlementaires. Le projet de loi visant à accroître les pouvoirs des superinfirmières est à un stade avancé et pourrait être adopté à toute vapeur par un petit nombre d'élus aujourd'hui, VOTRE JOURNAL, VOS NOUVELLES... À VOTRE RYTHME ! Sr` joç'L'Assemblée nationale du Québec/ACr UES BOISSINOT, Deux députés en isolement Le péquiste Sylvain Roy et le caquiste lan Lafrenière sont isolés. alors que le projet de loi 51 sur les congés parentaux, par exemple, serait mis en veilleuse. Les consultations publiques devaient débuter aujourd'hui. LA PRESSE CANADIENNE métr ylre journalmetro.com Des Québécois bloqués au Pérou Témoignage Léa Harvey, une femme de Québec âgée de 24 ans, ne s'attendait pas à se retrouver coincée dans une auberge du Pérou pendant 15 jours. Elle avait planifié son envol vers la capitale nationale dia ce matin mais, dimanche soir, le gouvernement du Pérou a subitement annoncé la fermeture des frontières. HENRI OUELLETTE-VÉZINA houellette-vezina@journalmetro.com « On nous a donné 24 heures pour quitter le pays. Quand t'es dans une petite ville comme Cuzco, ce n'est pas vraiment facile de partit On n'est pas dans une capitale », explique-t-elle à Métro au bout du fil, se disant « très inquiète » pour la suite des choses. Hier, après l'annonce de la fermeture des frontières péruviennes, le propriétaire de l'hôtel lui a annoncé qu'elle avait un choix crucial à faire  : sortir pour de bon ou rester à l'intérieur. « Si on décide de mettre le pied dehors, on ne peut plus revenir après. On se retrouve coincés dans une auberge, sans même pouvoir aller chercher d'eau ou de nourriture », renchérit-elle. Avec trois autres Québécois sur place, qui se trouvent un peu dans la même situation qu'elle, Léa cherche désespérément une solution depuis ce matin. En vain. À moins d'un miracle, elle devra se résigner à rester dans l'auberge pour au moins deux semaines. « Les vols sont pleins. Et quand il reste de la place, ce sont des vols à plus de 2 000 $. On nous fait passer par la Colombie, qui commence aussi à fermer ses frontières. 11 n'y a aucun vol direct », résume Léa. Le gouvernement Trudeau interpellé Sans d'autres outils à leur disposition, Léa et son groupe inter-'1." f Originaire de Québec, Léa Harvey s'est retrouvée coincée au Pérou quand le pays a décidé de fermer ses frontières sans avertisssement./COLL. SPÉCIALE pellent le gouvernement fédéral pour obtenir une assistance immédiate. « Rendus id, on est quasiment prêts à embarquer dans un avion militaire s'il le faut », illustre la jeune femme, à bout de souffle. « S'il y a des vols vers le Canada, on doit être les premiers dans l'avion », imploret-elle également. Contactée à plusieurs reprises par les voyageurs, l'ambassade du Canada au Pérou donne peu de réponses, dénonce Léa, si ce n'est pour évoquer la possibilité d'envoyer de la nourriture. « Pour le reste, il n'y a aucune information claire », clame-t-elle, se disant abandonnée par les autorités fédérales dans son calvaire. À l'extérieur, les rues de Cuzco sont agitées, témoigne la Québécoise. Des policiers arpentent les rues de la ville pour forcer les citoyens à rentrer chez eux. Personne ne peut entrer dans l'auberge, incluant les voyageurs. Tout pour limiter la propagation En Amérique latine, la Bolivie et l'Équateur ont imposé de sévères restrictions de mouvement à leur population pour « Tout est arrivé du jour au lendemain, sans qu'on nous ait rien vraiment dit. On nous a laissé un jour à peine. » Léa Harvey freiner la propagation du coronavirus. En plus du Pérou, la Colombie et l'Argentine s'apprêtent elles aussi à fermer leurs frontières. Rappelons que le Canada fera la même chose dès mercredi matin. Hier, le président péruvien Martin Vizcarra soulignait que la fermeture des frontières nationales, qui durera au moins 15 jours, « se traduira par une isolation sociale obligatoire de notre population ». Le pays a enregistré 71 cas confirmés de la COVID-19 jusqu'ici. « Durant cet état d'urgence, les droits garantis constitutionnellement vont être réduits », a-t-il aussi reconnu, spécifiant toutefois que les gens seront autorisés à quitter leur domicile pour accéder aux « services essentiels ». Or, selon Léa Harvey, « c'est faux ». « On ne peut pas sortir de notre côté », rétorque-t-elle.
De nombreux citoyens ont plaidé en faveur des trottinettes./ARCHIVES MÉTRO Trottinettes, Pour un retour de Lime et de Bird Ee:3 ZACHARIE GOUDREAULT zgoudreauh@journaErnetro.com L'administration de Valérie Plante aurait reçu près de 2 000 courriels de la part de citoyens réclamant le retour des trottinettes électriques en libre-service dans la métropole. Une option exclue par la Ville en 2020. Le mois dernier, la Ville a annoncé qu'elle ne reconduirait pas cette année le projet pilote qui a permis la circulation l'an dernier de 680 trottinettes électriques en libre-service des exploitants Lime et Bird. Une décision prise face au « constat d'échec » des opérateurs à respecter les règles de stationnement de la métropole. Depuis, les deux sociétés ont contacté leurs usagers pour les inciter à faire pression sur la Ville afin qu'elle revienne sur sa décision. Selon les informations fournies à Métro par les opérateurs, plus de 1 200 utilisateurs de trottinettes de Lime et environ 600 de celles de Bird ont envoyé dans les dernières semaines des courriels à plusieurs élus municipaux. « Je comprends les préoccupations de la Ville, c'est sûr et certain. Mais je ne crois pas qu'il faille retirer les trottinettes. Je pense qu'il y a un travail à faire tant auprès de la Ville qu'auprès des utilisateurs », estime Malek Nachi, un des nombreux Montréalais qui ont contacté la Ville. Le projet pilote des trottinettes électriques en libreservice a eu lieu de la mi-août à la mi-novembre. Devant le taux élevé de délinquance des « Je dirais que le projet pilote a éte un grand succès. Le seul enjeu problématique, c'était celui du stationnement. » Stewart Lyons, président-directeur général de Bird Canada usagers en matière de stationnement, la Ville a durci le ton à la fin du mois d'octobre. Elle a ensuite remis 110 amendes en 2 semaines, dont 59 à Lime. Possible retour des trottinettes électriques Le président-directeur général de Bird Canada, Stewart Lyons, est persuadé qu'il réussira à convaincre l'administration Plante de revoir sa position. Les données de la Ville montrent que 27% des déplacements qu'ont réalisés les utilisateurs de trottinettes pendant le projet pilote avaient comme origine ou destination une station de métro ou de train. « Les gens ne les utilisaient pas seulement pour le plaisir, mais comme un vrai moyen de déplacement, ce qui est très important), souligne M. Lyons. Ce dernier affirme être en « discussions actives » avec la Ville pour tenter de trouver des moyens de permettre le retour des trottinettes électriques en libre-service. L'expert en planification des transports Pierre Barrieau estime que la Ville devrait aussi tenir compte du piètre état des routes de la métropole dans son analyse concernant l'avenir des trottinettes électriques à Montrée. JO NÉ'INSCRIPTI Stage en entreprise Prêts et bourses Excellent service de placement Situé au centre-ville Début 24 août 2020'CM ni. Formations disponibles en français et en anglais Début 24 août 2020 Début 24 août 2020 Collège O'Sullivae de Montréal TECHNIQUES JURIDIQUES Étudiez le droit criminel, corporatif, civil, familial, immigration et bien d'autres ! Vous désirez perfectionner votre anglais ? Dès la deuxième session vous pourrez suivre un cours de droit en an This program is also offered in English. DEC 3 ANS TECHNIQUES JURIDIQUES AEC 16 MOIS C L'AEC en Techniques juridiques permet aux adul de réorienter leur carrière rapidement vers un secteur en demande. Le ministère de la justice et les cabinets professionnels se disent prêts à accueillir les diplômés. This program is also offered in English. MEDICAL RECORDS Ce programme forme des archivistes qui assument des responsabilités liées à l'information contenue dans le dossier des usagers des services de santé (gestion, traitement, accès et protections). Ils sont aussi des spécialistes de la collecte, de l'analyse et de l'interprétation des données aux fins de la recherche ou de la prise de décisions. This program is offered only in English. Inscrivez-vous le 17 mars et économisez les frais d'admission (valeur de 50$). LES GENS DOIVENT OBLIGATOIREMENT S'INSCRIRE EN LIGNE, par courriel (admission@osullivan.edu). ol lège O'Sullivan de Montréal ACTUALITÉ 7 Solidarité et entraide face au coronavirus ANNIE BOURQUE abourque@metromedia ca Face à la pandémie de COVID-19, des initiatives de solidarité émergent spontanément sur les réseaux sociaux. Des résidants du Sud- Ouest soumettent leurs noms pour garder des enfants, faire des commissions pour les aînés et même fabriquer du pain frais. Directrice du service linguistique chez un détaillant du centre-ville, Stéphanie Hawkins est forcée comme « En cette période d'incertitude, c'est le temps de s'entraider et non de se regarder le nombril. » Stéphanie Hawkins des milliers d'autres à travailler de chez elle pour les deux prochaines semaines. « Je propose de faire une ou deux miches par jour pour les familles ou les individus dans le quartier », écrit-elle sur Facebook. En 24 heures, la résidante de Pointe-Saint-Charles a eu la bonne surprise de recevoir plus d'une centaine de mes- sages de félicitations ainsi que trois commandes. La femme de 27 ans souhaite livrer elle-même ses pains en prenant les précautions nécessaires, dont le port d'un masque et de gants. Habitant le quartier depuis seulement deux ans, elle veut continuer la tradition de solidarité qui prévaut à Pointe-Saint-Charles. 1191, rue de la Montagne, Montréal (Qc) H3G 1Z2 514 866-4622 www.osullivan.edu (g) Peel et Lueien-L'Allier



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :