Métro Montréal n°2020-03-16 lundi
Métro Montréal n°2020-03-16 lundi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2020-03-16 de lundi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (279 x 286) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 13,7 Mo

  • Dans ce numéro : bars et autres lieux publics fermés pour combattre le coronavirus.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
journalmetro.com métr Lundi 16 mars 2020 OPINIONS COURRIER DES LECTEURS M. Trudeau, fermez immédiatement les frontières aux visiteurs étrangers ! M. Trudeau, Pendant que le gouvernement du Québec et sa population prennent des mesures draconiennes pour éviter le pire, le gouvernement fédéral, seul légalement responsable des frontières, sabote tous nos efforts par son inaction à prendre la décision de fermer les frontières immédiatement aux visiteurs étrangers. Le gouvernement doit également décréter que les déplacements vers l'étranger établis comme non essentiels par les autorités compétentes sont interdits, quelle qu'en soit la destination. Notre voisin américain a fermé sa frontière aux visiteurs étrangers. Plusieurs pays ont emboîté le pas (Argentine, Maroc, Pologne, Autriche, Danemark, Hongrie, République tchèque, Malte, Pays-Bas, Norvège, Slovaquie, Turquie, Ukraine...). Qu'estce que vous attendez ? Attendez-vous de perdre le contrôle pour agir ? Je vous en supplie, cessez de répéter mous analysons la situation » et agissez ! Votre gouvernement n'est pas digne des pouvoirs que nous lui avons donnés. Nous nous en souviendrons aux prochaines élections. MICHEL THIBAULT, QUÉBEC Montréal murale l'aime bien passer devant cette murale, angle Christophe-Colombet Bellechasse, dit un lecteur./COLLABORATION SPÉCIALE, PBENJAMIN RANCOURT MOITE Vue depuis la Rive-Sud Une partie de l'horizon montréalais vue de l'autre côté du fleuve./COLLABORATION SPÉCIALE, RUTH MORALES Faites-nous découvrir votre Montréal ! Photographes, à vos appareils ! Courez la chance de voir votre cliché publié dans les pages Opinions de votre journal favori... Faites-nous parvenir vos photos de la ville à opinions@journalmetro.com. enta La pandémie a généré un abondant courrier des lecteurs. Voici quelques lettres. Des mesures qui manquent de cohérence J'estime que le gouvernement du Québec fait bien d'ordonner la fermeture de lieux non essentiels pour protéger la population du fameux coronavirus. Cependant, il semble oublier que plusieurs endroits dans son giron, toujours ouverts, pourraient contribuer à contaminer des centaines de milliers de Québécois. Ils sont loin d'être essentiels  : pensons par exemple à la SAQ, une société d'État, et à sa filière, la SQDC. Par ailleurs, une panoplie de services de santé et sociaux non essentiels, où travaillent de nombreux employés et où circulent beaucoup de personnes vulnérables, pourraient faire l'objet d'une fermeture préventive afin d'éviter de devenir des vecteurs de contamination. On parle également fort peu des marchés d'alimentation. Ces derniers doivent être maintenus ouverts, mais leurs employés ne semblent pas faire l'objet d'une attention particulière de la part du gouvernement C'est là que se retrouvent des consommateurs ayant des comportements de panique et pouvant devenir violents dans leurs paroles ou dans leurs gestes. Sans mesures supplémentaires prises par le gouvernement, ces employés sont exposés, par le contact physique direct ou indirect, à être infectés par le virus et donc à devenir des vecteurs de contamination. Je demande donc au gouvernement d'agir en cohérence avec ses orientations et de fermer la SAQ la SQDC, les services de santé non essentiels, ainsi que de légiférer pour protéger les travailleurs qui doivent être maintenus dans les marchés d'alimentation. LOUIS-VINCENT GUAY, CITOYEN Attitude citoyenne Monsieur le premier ministre, Au coeur de la crise gravissime que nous traversons, je parle de la COVID-19, force est de constater que l'attitude citoyenne n'est pas forcément au rendez-vous. Certes, on n'en fera pas une généralité, mais de toute évidence le début du chaos a été suffisamment éloquent pour qu'on en tire des leçons. Les scènes de panique parfois violentes dans les magasins, le stockage de denrées alimentaires ou de produits non essentiels comme le papier de toilette ou le vin alors qu'on ne manque de rien et qu'on n'est pas en guerre prouvent à l'envi que l'esprit citoyen est loin d'être général. Devant ce manque évident de solidarité, il serait souhaitable que les produits de nécessité (gants, gels désinfectants, etc.) soient d'une façon ou d'une autre distribués aux citoyens de manière contrôlée et équitable afin que ne se reproduisent pas les jours de panique que nous venons de vivre. Enfin, l'ennemi étant invisible, espérons que toutes les personnes concernées par une mise en qua- rantaine seront assez responsables pour respecter la mise en isolement prescrite... Je vous prie d'agréer, monsieur le premier ministre, l'assurance de ma haute considération. ALAIN BRAIRE Les sceptiq_ues seront confondus J'aimerais bien parler d'autre chose que de la CODIV-19, mais que voulezvous, on baigne dedans, comme l'humanité entière, qui soudainement ne fait qu'une. Avant les mesures draconiennes annoncées par M. Legault, j'écoutais mes jeunes collègues de travail discuter. Vous savez, ceux qui sont dans une tranche d'âge peu à risque... Ils ne comprenaient pas la situation et la comparaient avec l'influenza. « Quelle hystérie ! C'est que j'ai une vie à vivre, moi ! » disaient-ils. Je ne suis pas une scientifique, mais j'ai connu une pandémie et une quarantaine dans un CHSLD. J'affirme que c'est un événement des plus traumatisants.11 y avait deux souches de gastro circulant allègrement entre les résidents et le personnel. Oh que oui ! Beaucoup de papier de toilette ! J'ai contracté une des souches et j'ai eu très mal au ventre. Pourtant, j'étais en santé. Alors, imaginez un peu chez un résident déjà hypothéqué par trois, voire quatre maladies ! Quelle souffrance pour ces gens ! la nouvelle souche de coronavirus fait son entrée dans la population mondiale qui, jusqu'à présent, voyageait beaucoup, et tout ce beau monde est très à risque de contracter le virus puisque personne ne possède les anticorps pour le contrer. Aucun de mes jeunes collègues ne va mourir de la CODIV-19. Et peu contracteront le virus vu les mesures en place. Les sacrifices que M. Legault demande à la population semblent exagérés, mais je crois que, s'il ne faisait rien, les gens se plaindraient par la suite qu'il n'a rien fait Ce paradoxe me ramène à un point  : il n'y a pas si longtemps, les urgences débordaient partout dans la Belle Province. Alors, imaginez 1000 nouveaux cas demain matin et BOUM ! Les urgences débordent, avec un personnel déjà essoufflé. Un médecin du nord de l'Italie raconte qu'il a eu à faire un choix déchirant Il restait un appareil respiratoire, et deux patients en avaient besoin. C'était une question de vie ou de mort. Comment se sent ce médecin aujourd'hui ? Embourber la capacité des hôpitaux, c'est un peu comme naviguer sur le Titanic  : il n'y a pas assez de places sur les radeaux pour sauver tout le monde ! J'ai confiance en les mesures mises en place et je pense sincèrement que les Québécois s'en sortiront très bien. Un côté positif dans ce chaos  : il y aura moins de GES ! CLAIRE ST-CYR, Maisonneuve, le conquérant Ciel sans nuages au-dessus de Maisonneuve, cofondateur de Montréal, qui surplombe la basilique Notre-Dame./COLL. SPÉCIALE, NELSON TARDIF Volume  : 42 Numéro  : 2 À Montréal, Métro est publié par Métro Média. loi, boul. Marcel-Laurin, Montréal H4N 2M3 Tél.  : 514 286-1066 Téléc.  : 514 286-9310 Imprimé par  : Transcontinental Transmag, 1.0807, rue Mirabeau, Anjou, Québec, HU 1T7 Distribué par Metropolitan Media Services Directrice de la distribution  : Danielle Tessier Directeur principal des ventes  : Patrick Marsan Contrôleur  : François Dallaire Directeur de l'information  : Olivier Robichaud Chef de pupitre  : Carole Côté Équipe de rédaction/Actualité en soirée  : Zoé Magalhaes Monde  : Chloé Machillot Réviseurs  : Pierre-Yves Thiran, Martin Benoit. Vous avez une opinion à nous faire parvenir ? opinionsejournalmetro.com Vous voulez annoncer dans nos pages ? publiciteejournalmetro.com Vous avez une nouvelle à nous faire parvenir ? info@journalmetro.com. ISSN 1716-9895 8 VERDUN
métr journatmetro.com Lundi 16 mars 2020 9 C1MTIIIr Le FIFA aura lieu... en ligne ! Forcé d'annuler sa 38e édition en raison de la pandémie de coronavirus, le Festival international du film sur l'art (FIFA) de Montréal a décidé de rendre disponible l'ensemble de sa programmation en ligne. L'accès se fera par la plateforme Vimeo, pour la somme de 30 $, dès demain, et ce, jusqu'au 29 mars. prao Dans la peau d'un zombie 147 Lorsque la 10'saison de The Walking Dead prendra fin le 12 avril prochain, la série comptera 147 épisodes au total. Télévision. Présente dans le paysage télévisuel depuis presque 10 ans, la série The Walking Dead continue de piquer la curiosité des spectateurs. Campée dans un monde post-apocalyptique, elle est peut-être plus pertinente que jamais. LUZ LANCHEROS Métro World News Alors que la 10e saison est diffusée sur AMC, Métro s'est entretenu avec le producteur Greg Nicotero, maquilleur renommé et responsable des effets spéciaux de la série. Comment votre travail a-t-il évolué depuis le début de la série ? Dans la saison 1, « l'apocalyse zombies ne datait que de six ou huit semaines. La décomposition n'était pas très avancée. Puisque la série progresse dans le temps, l'état des zombies se dégrade de plus en plus. La peau a disparu et on est rendu aux muscles, aux os. Nous n'avons jamais arrêté de travailler au look des zombies, et j'en suis très fier. Je crois que The Walking Dead a fait beaucoup pour redonner ses lettres de noblesse au travail des maquilleurs d'effets spéciaux rémission se dirige vers une 11e saison. Avez-vous discuté avec les autres producteurs de la façon dont vous voulez que la série se termine et du moment opportun pour le faire ? Nous n'avons pas encore eu ce genre de discussions. Avec la fin de la bande dessinée [qui a servi d'inspiration à la série] l'année dernière, on s'est demandé quelle direction la série allait prendre. La beauté de tout cela, c'est qu'il y a une infinité d'histoires à raconter. J'aime savoir qu'il y a une fin en vue, parce que ça nous permet de mieux développer l'intrigue. Je suis certain que, lorsque la série s'approchera de sa fin, tout sera bien ficelé. Pensez-vous que votre série a modifié l'image du zombie dans la culture populaire ? Je crois qu'avant The Walking Dead les gens avaient une idée très précise de ce à quoi un zombie devait ressembler. Désormais, je pense que notre travail esthétique a fait évoluer cette conception. Nous avons travaillé à une foule de détails, dont les yeux, la dentition, la peau et la couleur de l'épiderme. J'ai commencé à travailler à ces aspects à l'époque de Land of the Dead (2005), de George Romero. J'ai compris que les zombies n'auraient sans doute pas les mêmes yeux que les humains. C'est là qu'on a commencé à distribuer des verres de contact à tout le monde. On a aussi ajusté la taille du nez, les cheveux, la couleur des dents. Dans 5 ou 10 ans, si quelqu'un veut savoir à quoi un zombie ressemble, je crois qu'il va se référer à notre travail, et ça, c'est un très beau compliment Selon vous, qui avez travaillé dans le monde de l'horreur, qu'est-ce qui effraie les gens dans la situation sanitaire et politique actuelle ? Je crois que ç'a beaucoup à voir avec la médiatisation des événements. Même dans le classique Night of the Living Dead, les personnages s'informent de la situation avec les bulletins de nouvelles. Les films de zombies ont toujours parlé des médias de façon plus ou moins détournée. J'ai travaillé au film de Frank Darabont The Mist. Ce qui m'a frappé à la lecture du scénario, c'est à quel point les choses peuvent mal tourner lorsque quelque chose se met à dérailler dans la société. Les peurs primaires des gens font rapidement surface. Vous savez, les gens ont arrêté de se baigner dans l'océan après la sortie des Dents de la mer. Ça fait partie de notre inconscient collectif, sur lequel on n'a pas vraiment de contrôle. De nos jours, on a l'impression qu'on a la solution au bout de notre téléphone. On pense qu'on va trouver des réponses en cherchant sur rinternet, mais ce n'est pas de cette façon que ça fonctionne. La peur témoigne de la fi-agilité de notre écosystème et de notre absence de maîtrise sur ce qui nous entoure. Cs MARATHON de LECTU The Walking Dead est diffusée le dimanche, à 21h, sur AMC. 3000$ en prix à gagner ! , Feuilletez GRATUITEMENT nos magazines en ligne et participez au concours Ati Pour tous les détails  : bayardjeunesse.ca/metro bayard



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :