Métro Montréal n°2020-02-04 mardi
Métro Montréal n°2020-02-04 mardi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2020-02-04 de mardi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (279 x 286) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 13,7 Mo

  • Dans ce numéro : climat, il y a urgence d'agir.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
métr PROCHE-ORIENT Riposte au plan de paix Les Palestiniens prévoient la venue le mardi 11 février à l'ONU du président Mahmoud Abbas pour rejeter devant la communauté internationale le « plan de paix » de Donald Trump au Proche-Orient. AFP journaErnetro.com Mardi 4 février 2020 6 MONDE Nous recherchons des hommes de 24 à 50 ans qui ont déjà été arrêtés pour ALCOOL AU VOLANT VOTRE PARTICIPATION: Une seule rencontre individuelle au Centre de recherche Vous recevrez une compensation monétaire. Pour de plus amples renseignements : (514) 762-3036 etudeconduiteautomobile@gmail.com Chercheur principal : Thomas O. Brown, Ph.D. Institut universitaire en santé mentale Douglas INSTITUT MENTAL HEALTH UNIVERSITAIRE EN UNIVERSITY SANTÉ MENTALE INSTITUTE Première mosquée en Slovénie La première mosquée de Slovénie a été inaugurée hier à Ljubljana, surmontant des obstacles financiers et l'opposition de nationalistes, plus d'un demi-siècle après le dépôt de la première demande de construction. AFP Le système des caucus expliqué lections. Moins de 1% des Américains vivent dans l'Iowa, Etat rural dont le système de scrutin complexe implique des assemblées appelées « caucus ». Cet Etat joue un rôle majeur dans la présidentielle américaine  : c'était le premier à voter, hier, lors des primaires démocrates. Certains dénoncent le poids électoral surdimensionné de cet État qui ne reflète pas la diversité nationale. Voici un tour d'horizon des « caucus », assemblées d'électeurs affiliés à un parti qui se retrouvent pour débattre puis désigner leur candidat Étrange ballet d'électeurs Loin de la confidentialité de l'isoloir, les électeurs démocrates de l'Iowa marquent physiquement leur préférence en se déplaçant d'un côté à l'autre d'une pièce pour former un groupe de partisans d'un prétendant à la Maison-Blanche. Souvent dans un joyeux chaos, ils votent donc, littéralement, « avec leurs pieds ». Deux tours sont généralement organisés. À l'issue du premier round, seuls les candidats ayant rassemblé assez de partisans (généralement 15% de l'assemblée) restent en lice. Au deuxième round, les partisans des autres candidats ont le choix de  : 1. s'unir au groupe d'un candidat encore dans la course ; 2. tenter de convaincre assez de partisans d'autres candidats éliminés de les rejoindre pour qu'ils puissent faire passer leur candidat au-dessus du seuil éliminatoire ; DESTITUTION Verdict imminent L'accusation et la défense ont présenté hier leurs ultimes arguments au procès de Donald Trump, à deux jours du verdict qui devrait lui permettre de se tourner résolument vers sa campagne de réélection. AFP 3. s'abstenir. Les quelque 1 700 « caucus » se tiennent dans des écoles, des églises, des théâtres, chez des habitants, voire, comme pour les républicains en 2016, dans une armurerie. Dans cet État réputé pour la courtoisie de ses habitants, le duel serré entre Hillary Clinton et Bernie Sanders en 2016 avait toutefois provoqué de vifs échanges. Règles et nouveautés En réaction à ces tensions, le parti démocrate de l'Iowa a introduit de nouvelles règles censées apporter plus de transparence. Dans la nuit, le parti publiera deux nouvelles données  : le nombre de partisans de chaque candidat au premier tour et celui des finalistes au dernier round. Des candidats différents pourraient théoriquement arriver en tête du premier et SYRIE Combats mortels à la frontière Des combats entre soldats turcs et armée syrienne ont fait hier plusieurs morts dans le nord-ouest de la Syrie, augmentant les tensions entre Ankara et Moscou, le principal allié de Damas. AFP Hier à 19h, dans environ 1700 salles (écoles, gymnases), se réunissaient, souvent dans un certain tumulte, des assemblées d'électeurs appelées « caucus ». Ces électeurs se regroupaient physiquement sous la bannière du candidat de leur choix. Les partisans de ceux qui n'auront pas franchi le seuil de 15% au premier tour pourront rejoindre un autre candidat au second tour. du deuxième tours. Après un savant — certains diront obscur — calcul, le parti publiera un nombre de délégués de l'État, proportionnellement au soutien reçu par chaque finaliste. Ce résultat sera converti en nombre de délégués nationaux attribué à chaque candidat. C'est ce dernier chiffre qui importe au final, car l'objectif Début de campagne en Bolivie La campagne pour les élections générales en Bolivie, où l'ex-président Evo Morales souhaite se présenter au Sénat, a commencé hier. Le candidat à la présidentielle de son parti, le Mouvement vers le socialisme (MAS), Luis Arce, est en tête du premier tour dans les derniers sondages, crédité de 26% des intentions de vote./AIZAR RADES/AFP Elizabeth Warren et ses partisans hier dans l'Iowa/CHIP SOMODEVILLA/AFP des candidats à l'investiture démocrate est de décrocher une majorité de délégués nationaux (au moins 1 991). Celui qui y parviendra affrontera Donald Trump le 3 novembre. Autre nouveauté  : les partisans inscriront leur premier choix sur un papier, pour permettre un éventuel nouveau décompte. Record attendu Dans le comté de Johnson, où la mobilisation est traditionnellement élevée, l'organisateur des caucus s'attend à une participation record. À l'échelle de l'Etat, on pourrait dépasser les 240 000 démocrates qui s'étaient déplacés en 2008 lorsque Barack Obama avait arraché la victoire. AGENCE FRANCE-PRESSE CHINE Plus de victimes du coronavirus que du SRAS Le nombre de décès confirmés dus au coronavirus en Chine est passé à 425 hier soir, après que les autorités de la province du Hubei ont annoncé 64 nouveaux morts. Ce bilan dépasse d'ores et déjà celui de l'épidémie de SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère), qui y avait fait 349 victimes en 2002-2003. Au total, 19 950 personnes sont infectées sur l'ensemble du territoire du pays. Le gouvernement du pays a déclaré qu'il avait besoin « d'urgence » de masques chirurgicaux, de combinaisons de protection et de lunettes de sécurité pour lutter contre l'épidémie. AFP
métr journalmetro.com Mardi 4 février 2020 OPINIONS Faites-nous découvrir votre Montréal ! Photographes, à vos appareils ! Courez la chance de voir votre cliché publié dans les pages Opinions de votre journal favori... Faites-nous parvenir vos photos de la ville à opinions@journalmetro.com. mÉrRo ET NOS MATIÈRES RECYCLABLES ? CHRONIQUE À QUI LA VILLE ? GABRIELLE BRASSARD-LECOURS Fondatrice de Ricochet Le groupe TIRU, qui exploite quatre centres de tri à Montréal, à Châteauguay et à Saguenay, vient de déclarer faillite, après avoir annoncé qu'il cesserait ses activités au Québec. Voilà une belle occasion de réfléchir à la gestion de nos déchets. La « crise du recyclage » que traverse le Québec n'est pas nouvelle. À la suite de la menace de fermeture du centre de tri Saint-Michel en 2018, la Ville avait allongé 29 M$ pour que le groupe TIRU, filiale de la multinationale française Électricité de France (EDF) qui mène ses activités au Québec COURRIER DES LE TEURS Journée mondiale contre le cancer Aidons les aidants Un adolescent de 15 ans qui s'occupe de sa mère malade et gère seul les tâches domestiques, une femme qui, au sommet de sa carrière, doit quitter son emploi pour prendre soin de son mari atteint d'un cancer, un couple qui doit hypothéquer sa maison afin de subvenir aux besoins de sa famille... À la veille de la Journée mondiale contre le cancer, le 4 février, la Société canadienne du cancer (SCC) souhaite mettre en lumière la réalité souvent méconnue des aidants soutenant des proches touchés par le cancer. En plus du stress causé par la maladie, nombreux sont les proches aidants qui souffrent du manque de reconnaissance à leur endroit, de ressources par l'entremise de Rebuts solides canadiens, continue d'exploiter le centre. Deux ans plus tard, Montréal ne veut plus investir, et TIRU se place sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers et les compagnies (LACC). L'administration Plante avance que plusieurs autres partenaires sont prêts à prendre la relève des centres de tri, mais qu'il faut revoir leur modèle d'entreprise. Ça paraît évident, mais le problème est plus profond  : pourquoi la gestion de nos déchets est-elle gérée par des groupes privés ? Ne serait-ce à leur disposition, et qui s'épuisent ou s'appauvrissent en assumant ce rôle. 11 y a urgence d'agir ! Pauline Michaud, une bénévole du Relais pour la vie de Rivière-du- Loup, en sait quelque chose. Après avoir reçu un diagnostic de cancer des intestins en 2012, son maria subi des traitements de chimiothérapie au cours des sept dernières années. Sept années d'absence du travail pour accompagner son mari aux nombreux rendez-vous médicaux et lors des traitements, sept années de perte de revenus conjuguée à des dépenses additionnelles, sept années à « gérer » le parcours de soins de son mari, tout en refoulant ses propres inquiétudes et besoins. La plupart des aidants n'osent pas parler de leurs difficultés, ne savent pas toujours vers qui se tourner, ou n'ont pas le temps de le faire. A l'instar de Mme Michaud, qui s'est retrouvée responsable de l'organisation des pas à la Ville d'assumer cette responsabilité ? Et pour réduire les coûts du tri, ne devrionsnous pas aussi mieux trier, ou autrement ? La base Pour me faire une idée sur ce dossier, j'ai discuté avec Mario Laquerre, du Centre universitaire de formation en environnement et développement durable de l'Université Sherbrooke. Je lui ai fait part de mes interrogations. Pourquoi la gestion de nos déchets n'est-elle pas du ressort public ? Pourtant les installations pour le tri appartiennent à la Ville. Ça coûte cher, me dit-il, et c'est vrai que c'est important d'inclure des partenaires qui utilisent les produits issus du recyclage, comme Cascades. Je me demande aussi comment ça se fait que seulement les centres gérés par TIRU vont mal, alors que cette société n'exploite que 4 des 25 centres qui existent au Québec. Une mauvaise gestion, Montréal pourrait facilement se hisser au rang de ville modèle en matière de gestion des déchets. peut-être ? « Poser la question c'est y répondre », me rétorque Mario Laquerre. Il m'explique que d'autres sociétés, comme Tricentris ou Société Via, deux entreprises d'ici qui exploitent plusieurs centres de tri dans la province, ont rapidement conclu des partenariats avec des entreprises utilisant leurs produits. Ce que TIRU n'a jamais fait, basant plutôt ses affaires sur un marché international qui a fermé ses portes aux produits du groupe. Dans mes nombreuses lectures sur le sujet la notion de « réduction à la source » revient souvent D'après Mario Laquerre, le volontariat ne suffit plus comme incitatif pour recycler ou composter. Il faut que le fait de ne pas poser soins de son mari, on constate qu'il y a peu de ressources spécifiquement destinées aux aidants, notamment en ce qui concerne l'aide psychologique. « Je pleure quand je suis seule la nuit, je ne veux pas qu'il me voie comme ça et je n'ai pas l'énergie ni le temps pour me lancer dans des démarches compliquées afin d'avoir peut-être une aide quelconque », explique-t-elle. Aujourd'hui, alors que les traitements ne sont plus efficaces, Mme Michaud a quitté son emploi pour profiter des moments qu'il lui reste avec son mari. Ils ont contracté un emprunt sur leur maison afin de subvenir à leurs besoins. Pour aller de l'avant, elle se concentre sur le moment présent En effet, l'après est trop dur à envisager. Son mari s'inquiète de ce qui attend sa femme  : « Sans revenu et sans emploi, comment va-t-elle s'en sortir ? » Au Québec, la SCC reconnaît le rôle essentiel des proches aidants ces gestes ait de vraies conséquences. J'ai tendance à être d'accord avec lui. 11 me confie aussi que même lui se pose la question de ce qui va, ou non, dans le bac de recyclage. Encore aujourd'hui, 30 ans après l'instauration du recyclage à domicile. 11 est loin d'être le seul. « Ça n'a pas de bon sens de se le demander encore, en 2020. Si on veut que ça vienne aussi des citoyens, il faut des consignes claires », martèle-t-il. Il a raison. Moi aussi, malgré les chiffres apparaissant sur certains produits, je ne suis pas toujours sûre de ce qui se recycle. « C'est vraiment la base. Si on commençait par indiquer de façon évidente à même les produits s'ils se recyclent ou non, ce serait déjà bien », ajoute l'expert, qui observe d'ailleurs que les gens sont de plus en plus conscientisés à la gestion des déchets. C'est le temps d'en profiter pour bien nous orienter, donc, vers une gestion des déchets mieux organisée. et veille à les soutenir en leur offrant notamment des services de soutien par les pairs (programme de jumelage, rencontres mensuelles, plateforme ParlonsCancer.ca). Nous saluons l'initiative de la ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, Marguerite Blais, qui a élaboré une première politique nationale novatrice pour les proches aidants. Celle-ci, nous l'espérons, sera représentative de la diversité des profils. Par exemple, à l'heure actuelle, le crédit d'impôt pour un proche aidant prenant soin de son conjoint n'est disponible que si ce dernier est âgé de plus de 70 ans. Une des recommandations de la SCC est de retirer cette restriction liée à l'âge et de hausser le montant du crédit d'impôt afin qu'il soit accessible aux proches aidants prenant soin d'un conjoint âgé de moins de 70 ans atteint de cancer, car eux aussi subissent l'impact financier de la maladie. Parce Ailleurs, toujours ailleurs Parce que j'aime bien me donner l'illusion qu'on pourrait et qu'on devrait s'inspirer de modèles qui fonctionnent, j'ai aussi demandé à Mario Laquerre s'il y avait des initiatives inspirantes ailleurs. 11 y en a, bien sûr. Drummondville, par exemple, a rendu obligatoire la collecte des matières organiques pour l'ensemble de ses industries, de ses commerces et de ses institutions, en plus d'augmenter la fréquence de collecte des déchets. Résultat  : même McDonald's s'est mis au compost ! 12 ville de San Francisco récupère 80% de ses déchets grâce à des initiatives éducationnelles et municipales. Par conséquent, si tout le monde y met du sien au lieu de se lancer la patate chaude, Montréal pourrait facilement se hisser au rang de ville modèle en matière de gestion des déchets. Qu'est-ce qu'on attend ? que la maladie frappe à tout âge, il est essentiel que le soutien destiné aux proches aidants soit accessible à tous pour s'assurer que Mme Michaud, l'adolescent qui s'occupe de sa mère malade, les jeunes parents qui prennent soin de leur enfant atteint d'un cancer ou le proche veillant sur un parent aîné aient enfin accès à toutes les ressources dont ils ont besoin et que celles-d soient adaptées à leurs situations. En soutenant les proches aidants, nous aidons les personnes atteintes. En les reconnaissant, nous leur disons qu'ils sont partie prenante de notre société. DIEGO MENA, DIRECTEUR, INTÉRÊT PUBLIC, 7 SOCIÉTÉ CANADIENNE DU CANCER Écrivez-nous ! opinions@ journalmetro.com Volume  : 20 Numéro  : 38 À Montréal, Métro est publié par Métro Média. 101, boul. Marcel-Laurin, Montréal H4N 2M3 Tél.  : 514 286-1066  : 514 286-9310 Imprimé par  : Transcontinental Transma9,10807, rue Mirabeau, Anjou, Québec, H1.11T7 Distribué par Metropolitan Media Services Directrice de la distribution  : Danielle Tessier Directeur principal des ventes  : Patrick Marsan Contrôleur  : François Dallaire Directeur de l'information  : Olivier Robichaud Chef de pupitre  : Carole Côté Équipe de rédaction/Actualité en soirée  : Zoé Magalhaes Monde  : Chloé Machillot Réviseurs  : Pierre-Yves Thiran, Martin Benoit. Vous avez une opinion à nous faire parvenir ? opinions@journalmetro.com Vous voulez annoncer dans nos pages ? pu bliciteejournalmetro.com Vous avez une nouvelle à nous faire parvenir ? infoejournalmetro.corn. ISSN 1716-9895



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :