Métro Montréal n°2020-01-28 mardi
Métro Montréal n°2020-01-28 mardi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2020-01-28 de mardi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (279 x 286) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 14,6 Mo

  • Dans ce numéro : Montréal pourrait gérer le recyclage.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
n Facebook Q Twitter Linkedin 0 Instagram stm.Info PROLONGEMENT DE LA LIGNE BLEUE DU MÉTRO Participez à la consultation publique SOUCIEUX DE CONCEVOIR UN PROJET QUI S'INTÉGRERA HARMONIEUSEMENT AU MILIEU DE VIE DES MONTRÉALAIS, NOUS VOUS PROPOSONS DE PARTICIPER À UNE DÉMARCHE DE CONSULTATION PUBLIQUE EN DEUX ÉTAPES  : DES SOIRÉES D'INFORMATION, SUIVIES DE SÉANCES D'EXPRESSION DES OPINIONS. POUR VOUS INSCRIRE ET OBTENIR TOUS LES DÉTAILS En ligne www.stm.info/consultation OU Au téléphone 514 STM-INFO SECTEUR SAINT-MICHEL Hôtel Montréal Métropolitain au 3400, boulevard Crémazie Est SECTEUR SAINT-LÉONARD Centre Leonardo da Vinci, Théâtre Mirella et Lino Saputo au 8370, boulevard Lacordaire SECTEUR ANJOU Studio danse 360 et un au 8600, boulevard Parkway PAR LA POSTE ET PAR COURRIEL DÉPÔT D'UNE OPINION ÉCRITE SOIRÉES D'INFORMATION Mardi 11 février 2020 à 19 h Jeudi 13 février 2020 à 19 h Mardi 18 février 2020 à 19 h) ATES DE DÉPÔT l'UNE OPINION ÉCRITE SÉANCES D'EXPRESSION DES OPINIONS Vendredi 21 février 2020 Mercredi 26 février 2020 à 19 h Mercredi 26 février 2020 Lundi 2 mars 2020 à 19 h Vendredi 28 février 2020 Mercredi 4 mars 2020 à 19 h Dépôt d'une opinion écrite Vous devez nous faire parvenir votre opinion écrite au moins trois jours ouvrables avant la séance à laquelle vous désirez ta présenter par courriel à consultation@stm.info ou par la poste à cette adresse  : Consultation publique — Prolongement ligne bleue Secrétariat corporatif 800, rue De la Gauchetière Ouest Rez-de-chaussée, bureau 1170 Montréal (Québec) H5A 1J6 Si vous ne souhaitez pas participer à une séance d'expression des opinions, vous avez jusqu'au 4 mars pour déposer votre opinion écrite. Vous pouvez prendre la parole lors d'une des trois soirées d'expression des opinions, sans avoir préalablement déposé d'opinion écrite. 11:‘11 111 filet Cédez É votre siège, même si vous êtes captivé par votre tablette. # préhistoriques
AC'iornalmetro.com Mardi 28 janvier 2020 3 Tensions à la STM autour de l'entretien des bus Transports. La tension monte entre la Société de transport de Montréal (STM) et son syndicat d'employés d'entretien. Ce dernier dénonce l'embauche d'employés issus du secteur privé par la STM au cours des derniers mois. Jugée illégale par le syndicat, la situation est temporaire, assure la direction. lesi_eHENRI OUELLETTE-VÉZINA houeilette-vezina@ioumaimetro rom « Depuis la fin de novembre, ils envoient des inspections, des commandes de travail et des changements de transmission au privé, alors que ce sont nos jobs », martèle le leader du Syndicat du transport de Montréal (STM-CSN), Gleason Frenette, en entrevue avec Métro. « C'est du jamais vu pour nous », ajoute-t-il, avançant que près d'une dizaine de fournisseurs privés ont été employés par la STM dans les derniers temps. Il s'agirait notamment de Nova Bus, fournisseur de plusieurs véhicules entièrement électriques, mais aussi de Prévost Car et de La Québécoise. Rappelons que la STM peine à suivre le rythme des réparations nécessaires pour ses autobus. Depuis plusieurs mois, le transporteur rate régulièrement la cible établie pour offrir le service minimal d'autobus aux heures de pointe. Une situation « temporaire » Joint par Métro, le directeur général des ressources humaines de la STM, Alain Brière, reconnaît que l'usage de ressources au privé a été nécessaire. Ce- Un entrepôt de réparation de bus de la STM/JOSIE DESMARAIS/ARCHIVES MÉTRO « On n'a pas l'intention de privatiser quoi que ce soit. Il y a eu un petit creux avec le service dernièrement, mais on a réglé ça. » Craig Sauvé, vice-président de la STM pendant, il assure qu'il s'agit de « bonnes pratiques », effectuées par plusieurs sociétés de transport dans le monde. « Oui, on donne certains contrats au privé pour rattraper le retard, mais on n'embauche pas au privé. Ultimement, aucun employé ne perd son emploi et aucune heure supplémentaire n'est coupée », défend M. Brière. Cet appel au marché privé ne serait que « temporaire », selon M. Brière. « On avait un certain retard sur le plan de l'entretien des bus, et il fallait reprendre le dessus. On veut vraiment livrer un service hors pair chaque jour, donc c'est sûr qu'on doit prendre des mesures », illustre-t-il. Même son de cloche de la part du vice-président de la STM, Craig Sauvé, qui a rappelé que la STM n'envisage pas de procéder à l'emploi de ressources au privé. Le syndicat déposera des griefs à la STM S'il dit comprendre la situation, Gleason Frenette persiste  : « Cela est contraire à la convention collective », souligne-t-il. « On nous dit que le recours au privé est une situation exceptionnelle. C'est vrai, mais il ne faut pas que l'employeur ait lui-même causé le besoin, ce qui est le cas ici », explique M. Frenette. La cause de tous les problèmes, selon lui, est le « cafouillage informatique » qui a eu lieu en novembre, lors de l'installation du nouveau programme informatique de la STM. « On nous a promis qu'à partir d'aujourd'hui ils n'enverraient plus de bus se faire réparer au privé », avance le leader syndical. Malgré tout, une série de griefs seront envoyés à la direction au cours des prochaines semaines, dit-il. Son h syndicat dispose de six mois pour le faire. Juan Guaido rencontre Justin Trudeau Le président par intérim autoproclamé du Venezuela, Juan Guaido, était de passage à Ottawa hier, dans le cadre de sa tournée internationale afin d'obtenir du soutien pour des élections libres et démocratiques dans son pays. LA PRESSE CANADIENNE Gleason Frenette est suspendu pour intimidation La semaine dernière, Gleason Frenette a été suspendu pour motif « d'intimidation », après une altercation verbale avec deux gestionnaires au centre de transport Saint-Denis. « Il y avait des motifs de non-respect de notre politique sur le harcèlement et l'intimidation. Et ce n'était pas la première fois », a expliqué Alain Brière à ce sujet. La STM a publié hier un communiqué qui concerne ce point. La suspension, valide pour près de deux semaines, est symptomatique du contexte actuel, selon M. Frenette. « C'est vraiment abusif. Leur enquête a seulement pris en compte la version des gestionnaires. Ils ne m'ont pas questionné, moi, ni le syndicat », dit-il. L'incident serait survenu alors que son groupe se mobilisait devant les bureaux des gestionnaires, sur l'heure du midi, pour faire cesser les embauches au privé. Cabinet. Sue Montgomery accusée d' « aveuglement » ZACHARIE GOUDREAULT zgoudreault@journalmetro.com La mairesse de Côte-des- Neiges-Notre-Dame-de-Grâce, Sue Montgomery, aurait fait preuve d' « aveuglement volontaire » à l'égard de sa directrice de cabinet, qui fait l'objet d'allégations de harcèlement psychologique auprès de deux employés de l'arrondissement. La Ville de Montréal a publié un communiqué hier pour faire un suivi sur l'expulsion de Mme Montgomery du caucus de Projet Montréal, annoncée vendredi. Dans une rencontre tenue le 6 décembre, la mairesse d'arrondissement a été informée que les enquêteuses avaient conclu à un « aveuglement volontaire » concernant une des allégations de harcèlement visant sa directrice de cabinet, Annalisa Harris. Ainsi, Mme Montgomery est devenue partie intégrante de l'enquête, souligne la Ville. La mairesse d'arrondissement a toutefois remis en question hier le processus d'enquête du contrôleur général, Alain Bond. Elle déplore de ne pas avoir eu accès à la preuve recueillie par celui-ci. Deux victimes L'enquête de Me Bond a conclu que deux employés de l'arrondissement ont subi du harcèlement psychologique de la part de Mme Harris. ROYALMOU NT Un moratoire impossiv - Alors que plusieurs organismes en font la demande depuis plusieurs mois, l'imposition d'un moratoire sur le mégaprojet Royalmount n'est tout simplement pas possible dans la « législation actuelle », a soutenu hier le gouvernement Legault. Québec ne ferme toutefois pas la porte à une révision du cadre législatif pour l'avenir. MÉTRO Sue Montgomery/ZACHARIE GOUDREAULT/MÉTRO « Je ne peux pas congédier Mme Harris parce que je vais m'exposer à des actions légales [de sa part]. » Sue Montgomery, mairesse de Côte-des-Neiges—Notre-Dame-de-Grâce Devant ces constats, le contrôleur général a demandé à ce que Mme Harris « ne soit plus en contact avec des fonctionnaires ». Or, la mairesse d'arrondissement s'obstine encore à conserver sa directrice de cabinet. Mme Montgomery aurait par ailleurs dévoilé le nom d'une des victimes de harcèlement alors que ces employés ont droit à l'anonymat. MONTRÉAL-NORD Enquête sur la discriminai- Afin de faire la lumière sur des allégations de discrimination raciale faites par des cols bleus, l'arrondissement de Montréal-Nord a lancé une enquête à laquelle participeront la Ville de Montréal et le syndicat Des employés ont notamment déploré qu'un examen de conduite ait été soumis à des employés et que plusieurs employés noirs aient échoué. GUIDE MONTRÉAL-NORD



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :