Métro Montréal n°2020-01-23 jeudi
Métro Montréal n°2020-01-23 jeudi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2020-01-23 de jeudi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (279 x 286) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 15 Mo

  • Dans ce numéro : cinq Québécois qui reviennent de Chine sous surveillance.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
n Facebook Q Twitter Cl Linkedin El Instagram stm.Info > Un message de La STM à L'intention de ses clients et employés La STM poursuit son plan pour recevoir les 300 bus hybrides promis par la mairesse pour 2020, ce qui constitue un défi de taille pour notre entreprise. C'est la première fois qu'un projet d'acquisition de cette envergure est réalisé avec un échéancier aussi serré, mais il s'agit d'une opportunité historique pour bonifier notre offre de service et améliorer votre expérience de déplacement. Nous observons une nette amélioration du nombre de bus disponibles depuis le début du mois et nous souhaitons nous assurer de maintenir et d'améliorer ces résultats. Grâce à la collaboration de nos employés d'entretien, nous sommes en mesure de fournir près des 1425 bus requis en pointe du matin pour livrer le service. Ce travail soutenu a permis de faire passer le taux de bus immobiles de 33% à 24%, et ce, malgré le défi que représente l'intégration des 300 bus. Nous souhaitons donc remercier nos employés chaleureusement et souligner leur travail et leur savoir-faire. Ils sont secondés par des équipes de soutien et des gestionnaires qui font un travail remarquable dans un contexte de transformation d'entreprise. Ainsi, c'est un véritable travail d'équipe qui a permis d'atteindre ce résultat et nous gardons le cap sur notre objectif d'un taux d'immobiles de 19%, qui nous allouera la marge de manoeuvre nécessaire pour assurer le service promis au quotidien et de réaliser la hausse de service promise de 5% en septembre prochain. Plusieurs mécaniciens terminent actuellement leur formation et viendront rejoindre nos équipes progressivement à compter de la fin du mois prochain et nous poursuivons d'ailleurs nos démarches pour embaucher du personnel supplémentaire. Nous désirons également remercier nos chauffeurs et souligner leur patience, puisqu'ils ont dû composer avec le manque de bus durant plusieurs semaines et ont continué à offrir un service de qualité, tout en affrontant les conditions hivernales. Nous saluons leur sang-froid et leur professionnalisme. Nous souhaitons vous remercier pour votre patience et votre confiance pendant cette période de transition. Nous sommes conscients que le service promis durant cette période n'a pas été à la hauteur de nos standards habituels. Soyez assurés, toutefois, que ce passage obligé a pour objectif une hausse significative de service plus tard cette année. D'ici là, nous poursuivons notre plan d'action et sommes confiants que nous pourrons surmonter les obstacles encore sur notre chemin ; les résultats observés en janvier sont porteurs d'espoir. > stm
métr journaimetro.com jeudi 23 janvier 2020 AC'4LIT Loi 21, deux nouvelles plaintes contre des juges Deux autres magistrats de la Cour suprême pourraient être visés par des plaintes pour « conflits d'intérêts », prévient le professeur et historien Frédéric Bastien. Il reproche aux deux juges de prévoir participer à un souper payant organisé par des groupes opposés à la loi 21. enta Viser une meilleure performance EXCLUSI Mobilité L'Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM) envisage sérieusement la possibilité d'inclure des exigences de rendement qui seraient associées à des incitatifs financiers dans ses ententes avec les opérateurs, dont la STM. L'objectif  : stimuler la livraison efficace du service aux usagers. HENRI OUELLETTE-VÉZINA houellette-vezina@joumatnetro.com « Les accords actuels avec la STM (et les autres opérateurs) ne contiennent pas de clauses de bonus ou de pénalités. Cependant, la prochaine génération d'accords que nous négocions actuellement avec eux en aura », expliquait à la fin novembre l'ancien directeur général de l'ARTM Paul Côté dans un échange de courriels dont Métro a obtenu copie. Depuis, M. Côté a été remplacé par Benoit Gendron. L'ARTM est responsable des budgets et de la planification du transport dans le Grand Montréal. Les exigences envisagées s'appliqueraient donc aux sociétés de transport de Montréal (STM), de Laval (STL) et de Longueuil (RU), ainsi qu'à l'organisme exo, responsable des trains de banlieue. Atteindre les objectifs Le porte-parole de l'ARTM, Simon Charbonneau, indique que le but est de « fixer des objectifs d'amélioration conjointement avec les sociétés de transport ». « Afin d'atteindre ces objectifs, il sera primordial d'appuyer financièrement les opérateurs afin d'investir dans l'amélioration du service, ajoute-t-il. En contrepartie, les organismes de transport en commun devront « atteindre certaines cibles de service », soutient M. Charbonneau. Ces indicateurs seront développés avec chaque groupe en fonction de ses réalités. « Nous n'appliquerons pas aveuglément les mêmes critères partout », promet-il, ajoutant que chaque réseau a ses particularités. Les négociations sont en cours depuis l'été 2019 et le but serait d'adopter un règlement en la matière d'ici le 31 décembre 2020. Dans un communiqué diffusé hier, la STM a reconnu que son service n'avait pas été à la hauteur des attentes. Le taux de bus immobiles est cependant passé de 33 à 24%. À la STM, le porte-parole Philippe Déry confirme qu'il est prévu « qu'un tel mécanisme puisse être inclus à une prochaine entente ». Selon lui, toutefois, il est prématuré de se prononcer sur les répercussions qu'auront ces nouveaux indicateurs, les négociations venant tout juste de commencer. exo veut d'abord des outils De son côté, exo soutient n'avoir eu aucune discussion avec l'ARTM pour le moment. « Avant de parler de la gestion de la performance, on estime que l'ARTM doit commencer par fournir les bons outils aux opérateurs », explique Louis-André Bertrand, porte-parole d'exo. Parmi les dossiers à faire avancer, il cite l'harmonisation des tarifs ainsi que la création d'une politique de financement de la mobilité pour le Grand Montréal qui indurait aussi la croissance démographique des couronnes. 04'En mettant en place des incitatifs, l'ARTM espère dynamiser les transports collectifs de la métropole. PAUL VASARHELYI/123 RF Une idée à peaufiner Appelé à réagir, l'expert en économie urbaine et professeur à l'Université de Montréal (UdeM) Jean-Philippe Meloche affirme que l'imposition d'indicateurs de performance aux opérateurs est une bonne idée, mais qu'elle doit être instaurée de manière progressive. « Je pense qu'on essaie d'imiter [le modèle du secteur privé] à Montréal, sauf que ce n'est pas dans notre héritage. 11 y aura des périodes d'ajustement », dit-il. Des risques à prévenir S'il reconnaît que le transport collectif a besoin de mécanismes incitatifs pour grandir, M. Meloche prévient aussi qu'il existe des risques à imposer des pénalités aux transporteurs comme la STM. « Si on se met toujours à récompenser les gagnants, puis à sanctionner les perdants, on peut finir par générer des iniquités de financement », CRISE DU LOGEMENT Selon les prévisions publiées hier par la Régie du logement, l'augmentation moyenne du loyer mensuel pour un logement non chauffé devrait s'élever à 1,2% en 2020. L'an passé, ce chiffre se situait autour deo,5%. Idem pour les logements chauffés à l'électricité et au gaz, qui subiront en moyenne des hausses de 1% et de 1,4%. MÉTRO RECYCLAGE Produire moins de déchets La Commission sur l'environnement a tenu hier à l'hôtel de ville la dernière séance d'audience des mémoires dans le cadre de la consultation sur le nouveau Plan de gestion des matières résiduelles 2020-2025 de la Ville. Pour atteindre l'objectif de détourner 70% des déchets de la métropole de l'enfouissement d'ici 5 ans, les organismes demandent plutôt à la Ville d'opter pour la réduction à la source de la quantité de déchets produits. MÉTRO Près de « 35 G$ nécessaires » pour le transport en CO1111111111 Valérie Plante, mairesse de Montréal/JOSIE DESMARAIS/ARCHIVES MÉTRO FRANÇOIS CARABIN fcarabin@journatmetromm Alors que les services de transport en commun atteignent un point de saturation, l'enveloppe nécessaire pour leur développement pourrait s'élever à 35 G$ dans la région métropolitaine, selon la mairesse de Montréal, Valérie Plante. Cette dernière a évoqué ce chiffre lors de son passage à Québec pour les consultations sur le projet de loi 44. Son commentaire survient aussi au lendemain de la présentation de la dernière enquête Origine-Destination, où on note une progression d'à peine 4% du transport en commun dans les cinq dernières années. « Je pense que, pour arriver à financer à la hauteur de nos ambitions, on parle dans la région métropolitaine d'à peu près 35 G$ sur plusieurs années », a indiqué hier la mairesse Plante. En plus d'accueillir des stations du Réseau express métropolitain (REM), Montréal verra dans les prochaines années un prolongement de la ligne bleue du métro et une ligne de service rapide par bus (SRB) sur le boulevard Pie-IX. Part de financement La mairesse a profité de son passage à l'Assemblée nationale pour questionner une nouvelle disposition du PL44, qui doit entre autres mener à l'abolition du Fonds vert. Actuellement, une règle oblige le gouvernement à allouer les deux tiers des sommes du fonds au transport. Le ministre de l'Environnement, Benoit Charette, désire toutefois éliminer cette mesure pour permettre au gouvernement de « déterminer la part minimale de ces revenus ». Cette décision inquiète Mme Plante, qui exige que cette règle des « 66% » soit reconduite. 55% Valérie Plante s'est fixé l'objectif de réduire les émissions de GES de la métropole de 55% d'ici 2030. La province s'est pour sa part donné la cible de 37,5%. Rôle de Montréal Montréal assume un rôle clé dans la lutte contre le réchauffement de la planète, maintient la mairesse Plante. « L'atteinte de la cible québécoise de réduction des gaz à effet de serre (GES) passe nécessairement par l'atteinte de la cible montréalaise », a-t-elle souligné. 3



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :