Métro Montréal n°2020-01-17 vendredi
Métro Montréal n°2020-01-17 vendredi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2020-01-17 de vendredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (279 x 286) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 14,9 Mo

  • Dans ce numéro : revers en cour pour Marc Bibeau.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
métr journaEmetro.com Week-end 17-20 janvier 2020 ACTUALITÉ 4 En se rendant en cour, la communauté autochtone espère protéger son territoire, convoité ar une société minière./123RF Votre gouvernement Cet hiver, il y a plus Une communauté autochtone en cour contre un projet minier Justin Une communauté autochtone d'Abitibi-Témiscamingue se rend en cour pour contester la Loi québécoise sur les mines. Selon les Algonquins du lac Barriere, « le gouvernement provincial manque à son obligation constitutionnelle de consulter ». FRANÇOIS CARABIN fcarabin@journemetro.com La poursuite contre Québec a l'objectif de « garantir que les titres miniers sur son territoire traditionnel ne soient octroyés » qu'après consultation. pour répondre à vos besoins de santé ou d'aide psychosociale La collectivité, dont le territoire non cédé se retrouve dans le parc de La Vérendrye, avait déjà fait part de sa vive opposition au projet d'exploitation de la firme Copper One, en 2017. Sous pression, Québec avait finalement racheté le daim minier de l'entreprise. « Notre territoire comprend plusieurs sites importants [...] qui sont essentiels pour assurer notre survie. Nous ferons tout en notre pouvoir pour le protéger des projets miniers risqués », s'est insurgé le chef des Algonquins du lac Barrière, Casey Rat, dans un communiqué, hier. Invalider la loi Contacté par Métro, l'un des avocats des plaignants, Marc Bishai, évoque un phénomène qui remonte à loin. « Il y a un certain nombre d'articles de la loi qui, en- « Le principe du libre accès, de l'avis de plusieurs juristes et avocats, c'est inconstitutionnel. » Ugo Lapointe, président de la Coalition pour que le Québec ait meilleure mine semble, créent un régime qui fait en sorte qu'actuellement, le ministre de l'Énergie et des Ressources naturelles ne consulte pas », souligne Me Bishai au bout du fil. Selon lui, ce régime est inconstitutionnel en raison du « principe du libre accès aux daims » de la Loi sur les mines. « Une décision favorable changerait le prindpe qui soustend la Loi sur les mines depuis plus de 150 ans », avance pour sa part le président de la Coalition pour que le Québec ait meilleure mine, Ugo Lapointe. La situation impliquant Copper One en 2017 n'est pas étrangère à cette nouvelle apparition en cour. « C'est quelque Découvrez les cliniques d'hiver chose qui se produit fréquemment », souligne Me Bishai. Pour la suite L'avocat de la communauté ne serait pas surpris de voir ce cas s'étirer sur plusieurs mois. « Ce n'est pas impossible. C'est sûr que tout le monde aimerait que ça se déroule de façon diligente », observe-t-il. Ugo Lapointe invite pour sa part le gouvernement à changer son fusil d'épaule. « Le Québec a trop longtemps traîné dans ce dossierlà sans agir », affirme-t-il. Le cabinet du ministre de l'Énergie et des Ressources naturelles, Jonatan Julien, n'a pas voulu faire de commentaires. Jusqu'au 31 mars, profitez d'un accès bonifié aux services par rajout de personnel ou de plages horaires dans une clinique près de chez vous. Il y a plus de services que vous pensez. Apprenez-en davantage au  : Québec.ca/cliniqueshiver e'Québec Sig
François-Philippe Champagne, ministre des Affaires étrangères/FRED CHARTRAND/LA PRESSE CANADIENNE L'Iran devra payer des indemnités Diplomatie Le Canada et les autres pays touchés par l'écrasement d'avion en Iran la semaine dernière demandent « d'une seule voix » à Téhéran d'indemniser les familles des victimes de cette tragédie provoquée par un ou deux missiles tirés par l'artillerie iranienne. Cette demande fait partie des cinq éléments inclus dans une entente conclue lors d'une rencontre présidée par le Canada à Londres, hier, avec les ministres des Affaires étrangères du Royaume-Uni, de la Suède, de l'Afghanistan et de l'Ukraine. Ces pays demandent aussi à l'Iran de respecter les souhaits des familles, qui veulent récupérer les corps des 176 personnes tuées, un accès complet à du personnel consulaire et aux enquêteurs, ainsi que la tenue d'une enquête criminelle indépendante et crédible. Le ministre canadien des Affaires étrangères, François- Philippe Champagne, a déclaré que les pays qui avaient perdu des ressortissants dans la tragédie jugeront de la bonne collaboration des autorités iraniennes au jour le jour. Le président iranien, Hassan Rohani, a déclaré que « Une des leçons qu'on a apprises de nos amis hollandais, [c'est l'importance de] la coopération internationale, de parler d'une seule voix. » François-Philippe Champagne les enquêteurs de son pays avaient récupéré les enregistreurs de bord de l'avion ukrainien et les avaient envoyés en France pour analyse. Accompagné de ses homologues lors d'une conférence de presse hier à Londres, M. Champagne a rappelé que l'Iran avait reconnu sa responsabilité dans l'écrasement de l'avion, et que ce pays devait en subir les conséquences. Le ministre a indiqué que les pays touchés s'attendent maintenant à ce que l'Iran traite avec eux de l'indemnisation des familles des victimes et garantisse une enquête parfaitement transparente. Puisqu'un règlement avec Téhéran pourrait prendre des années, le secrétaire parlementaire du premier ministre Justin Trudeau, Omar Alghabra, a déclaré mercredi que le gouvernement fédéral étudiait certains scénarios pour indemniser entre-temps les familles des victimes. L'expérience néerlandaise La rencontre du Groupe international de coordination et d'intervention pour les familles des victimes du vol PS752, tenue au Haut-commissariat du Canada à Londres, s'est ouverte hier par une minute de silence. Les cinq ministres ont allumé chacun une bougie devant les drapeaux des pays touchés par la tragédie. La réunion à huis clos devait commencer par une mise à jour politique sur la situation en Iran et les tensions dans la région qui ont conduit à l'écrasement, a indiqué un haut responsable. On devait ensuite entendre le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Vadym Prystaiko. Le Boeing 737-800 qui s'est écrasé appartenait au transporteur Ukraine International Airlines, et des enquêteurs ukrainiens se trouvent déjà en Iran. Le ministre néerlandais des Affaires étrangères, Stef Blok, s'est aussi joint à la rencontre pour partager l'expérience des Pays-Bas dans la conduite de son enquête de cinq ans sur l'écrasement du vol MH17 de Malaysia Airlines au-dessus de l'Ukraine, que les enquêteurs ont imputé à la Russie. Le premier ministre Trudeau s'est entretenu au téléphone ces derniers jours avec ses homologues internationaux, dont les dirigeants de l'Afghanistan, des Émirats arabes unis et de la Jordanie, mais aussi avec le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres. LA PRESSE CANADIENNE Économie. Que faire avec le Fonds des générations ? Créé en 2006 pour réduire l'endettement du gouvernement, le Fonds des générations atteindra ses objectifs plus rapidement que prévu, selon une analyse de la Chaire de recherche en fiscalité et en finances publiques de l'Université de Sherbrooke, qui estime que le temps est venu de se pencher sur son rôle futur. Voici quatre des pistes de réflexion mises de l'avant  : 1. Fermer le fonds serait « légitime » pour le gouvernement puisque les objectifs auront été atteints. On rembourserait alors la dette de la province avec le solde au moment de la fermeture. 2. Québec pourrait décider de laisser le fonds en place en fixant de nouveaux objectifs pour la gestion de sa dette. 3. Au rythme actuel, la valeur comptable du fonds serait Eric Girard/JACQUES BOISSINOT/LA PRESSE CANADIENNE supérieure à 100 G$ en 2035- 2036. Québec pourrait décider de fixer une valeur maximale au fonds, ce qui donnerait alors lieu à « un remboursement partiel automatique de la dette à même la valeur du fonds ». 4. Québec pourrait piger dans le fonds si la croissance des dépenses attribuable à la transition démographique était supérieure à la croissance du PIB. PC II. faut s'inscrire à L'écote primaire ! csdm.calinscription ACTUALITÉ 5 FINANCES Le déficit inquiète i2rritnan La Chambre de commerce du Montréal métropolitain (CCMM) s'inquiète toujours du déficit et de « l'absence de tout plan de retour à l'équilibre budgétaire » au Canada. Invité à se prononcer lors des consultations prébudgétaires du ministre des Finances, l'organisme a mis de l'avant hier l'implantation d'un plan climatique qui prend en compte la réalité entrepreneuriale. Dans sa mise à jour économique de décembre, le gouvernement libéral réélu a confirmé que le déficit canadien était important. Estimé à plus de 26 G$, il ne diminuerait que de moitié dans les cinq prochaines années. Dans ce contexte, le président et chef de la direction de la CCMM, Michel Leblanc, s'inquiète de la récurrence de tels déficits. MÉTRO Commission scolaire de Montréal



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :