Métro Montréal n°2020-01-16 jeudi
Métro Montréal n°2020-01-16 jeudi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2020-01-16 de jeudi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (279 x 286) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 17 Mo

  • Dans ce numéro : PCC, Peter MacKay tente sa chance.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
journatmetro.com métr OPINIONS CHRONIQUE DALILA AWADA Tout de blanc vêtu L'hiver nous en fait voir de toutes les couleurs... Mais avouons qu'il nous ravit parfois aussi. Comme ce jour-là, à Verdun./COLLABORATION SPÉCIALE, ELISABETH BADERTSCHER Jeudi 16 janvier 2020 NI NIAISE NI STUPIDE Lettre à Richard Martineau Salut Richard, Une fois de plus, tu nous gratifies d'un texte dans lequel tu uses d'un argumentaire fallacieux. Dans ce texte, tu m'attribues des idées qui sont à mille lieues de mes positions réelles, tout en les assimilant à celles de femmes niaises et stupides. pas qu'on canalise cette haine vers les femmes qui le portent. Mais, fidèle à tes habitudes, tu écartes les nuances qui desservent ton propos. Depuis 2013, tu n'as cessé de chercher à me léser. Comme tu es toi-même moins niais que certains le pensent, tu as compris assez vite que ce sont précisément Je vais donc répéter  : ma les femmes comme moi qu'il position n'a jamais été de fallait décrédibiliser, puisque défendre le voile comme je n'ai rien du cliché de la tu le prétends, mais bien femme voilée intégriste et de défendre la liberté des aliénée que tu entretiens avec femmes de choisir de quelle acharnement. façon elles veulent se vêtir. Tu le sais bien que je ne Ça implique de ne PAS se suis pas tellement différente faire imposer le port du d'une autre Québécoise. Et voile. Je répète aussi qu'on ça, ce n'est pas bon pour ton peut tout à fait critiquer — et fonds de commerce. même haïr — ce vêtement, Le texte dans lequel tu mais que cela ne justifie me mentionnes m'a d'abord COURRIER DES LECTEURS Mi-l'un, mi-l'autre Ils sont beaux et sympathiques, ces deux jeunes parents, les duc et duchesse de Sussex. Dans la famille royale, ils ne se sentaient pas à l'aise. Ils ont formé le projet de s'éloigner de la famille royale. La grand-maman Elizabeth a exaucé leur voeu  : ils vivront en partie en Angleterre dans leur fief familial et royal, et en partie au Canada, loin des exigences protocolaires et de représentation de la cour. Au Canada, ils sont bienvenus évidemment, mais ils deviennent Harry Windsor et Meghan Markle. Ils sont indépendants et veulent vivre de leur travail (on devine qu'ils n'auront pas à chercher longtemps). Durant leur séjour au Canada, ils mettent entre parenthèses leur devoir officiel ; ils sont donc invités à se défendre comme tous les autres roturiers qui peuplent ce pays. Les Canadiennes et Canadiens n'ont pas à subvenir à leurs besoins, la situation financière du couple lui permettant de voir à cet aspect comme Faites-nous découvrir votre Montréal ! Photographes, à vos appareils ! Courez la chance de voir votre cliché publié dans les pages Opinions de votre journal favori... Faites-nous parvenir vos photos de la ville à opinions@journalmetro.com. Depuis 2013, tu n'as cessé de chercher à me léser. ffichée. Je ne le cache pas. Je suis fâchée et dégoutée de la malhonnêteté continuelle de tes attaques. Mais rapidement, la colère a laissé place à la pitié. Après tout, ta position n'a rien d'enviable. Tu es victime de ta haine envers celles et ceux qui sont différentes de toi. Victime de ta lecture simpliste du monde. Victime de tes stéréotypes. Victime de ta fermeture. Victime de ton incapacité à penser la complexité humaine et sociale. Alors que tu as toutes les ressources nécessaires pour enlever tes oeillères, tu t'accroches hargneusement à des raisonnements faciles et dichotomiques. On pourrait en rire si tes tribunes n'étaient pas aussi nombreuses et n'avaient pas une aussi grande portée. On pourrait ignorer ton oeuvre si on ne vivait pas à une époque où la haine anti-musulman.e est à ce point omniprésente et où ses conséquences sont si dévastatrices. De manière générale, je m'explique bien mal le plaisir sournois que tu sembles prendre à varger encore et encore sur des groupes marginalisés au Québec. Qui profite de la confusion que tu contribues à entretenir ? Pour ma part, je ne aux autres aspects de sa vie en terre canadienne. Deux situations personnelles, deux pays de résidence, avec ce que chaque situation commande d'engagements différenciés. Souhaits de bonheur ici et en Angleterre. NORMAND BREAULT, MONTRÉAL Radio-Canada et les potins royaux Les urgences débordent, nos aînés sont négligés, voire maltraités dans les CHSLD, les jeunes décrochent de l'école, l'analphabétisme atteint des proportions catastrophiques, de plus en plus de citoyens sont fragilisés par les coupures, n'ont pas de quoi se nourrir ou nourrir leurs enfants. Les actes haineux sont en hausse, des libertés civiles sont remises en question et suspendues, et que fait notre société d'Etat ? Hé bien, elle cause prétends pas être parfaite, ni à l'abri de la critique. Loin de là. Mais je tente de ne pas m'enfermer dans des certitudes, d'être à l'écoute, de rectifier mes propos quand c'est nécessaire. Je cherche sans cesse à approfondir mes réflexions et à tenir compte des différentes couches de complexité qui caractérisent les réalités sociales et individuelles sur lesquelles je me prononce. La question du voile ne fait pas exception  : elle est complexe. Et ma pensée sur le sujet est infiniment plus profonde, étoffée et nuancée que tu ne le prétends. Alors non, je ne me trouve ni niaise ni stupide. Et je crois que toi non plus. C'est bien pour cela que ma présence t'importune autant de Meghan et de Harry. Ad nauseam d'ailleurs. Un insignifiant fait divers sur un couple princier. Des niaiseries. Et ça fait la une plusieurs fois par jour. Je trouve ça révoltant. Avec mes taxes. Au lieu de faire du vrai travail journalistique et d'enquête. Quand Patrice Roy et Anne-Marie Dussault sont rendus à ce point complaisants et complices de cette diversion colonialiste, à propos d'une famille de parasites, qui plus est de parasites entretenus par l'Etat canadien, avec ses institutions anachroniques, il y a de quoi se poser des questions sur la qualité de l'information et la neutralité à Radio-Canada. L'actualité vous fait réagir ? Écrivez-nous ! opinions@ journalmetro.com 6 MICHAEL SÉVIGNY, Volume  : 20 Numéro  : 08 À Montréal, Métro est publié par Métro Média. loi, bout. Marcel-taurin, Montréal H4N 2M3 Tét.  : 514 286-1066 Téléc.  : 514 286-9310 Imprimé par  : Transcontinental Transma9, 10807, rue Mirabeau, Anjou, Québec, H1J 1T7 Distribué par Metropolitan Media Services Directrice de la distribution  : Danielle Tessier Directeur principal des ventes  : Patrick Marsan Contrôleur  : François DaRaire Directeur de l'information  : Olivier Robichaud Chef de pupitre  : Carole Côté Équipe de rédaction/Actualité en soirée  : Zoé Magathaes Monde  : Chloé Machitlot Réviseurs  : Pierre-Yves Thiran, Martin Benoit. Vous avez une opinion à nous faire parvenir ? opinions@journalmetro.com Vous voulez annoncer dans nos pages ? publicite@journairnetro.com Vous avez une nouvelle à nous faire parvenir ? info@journatmetro.com. ISSN 1716-9895 MONTRÉAL
métr 117,n.'journatmetro.com Jeudi 16 janvier 2020 CULTURE Kenbe La, jusqu'à la victoire prend l'affiche le 31 janvier./ONF L'histoire touchante d'Alain Philoctète Documentaire. Dans Kenbe la, jusqu'à la victoire, le cinéaste Will Prosper raconte l'histoire touchante d'Alain Philoctète, un Montréalais d'origine haïtienne atteint d'un cancer qui tente de réaliser un projet de permaculture dans son pays d'origine. OLIVIER FAUCHER ofaucher@metromedia.ca leo C'est en 2012, alors qu'il est candidat solidaire aux élections provinciales dans Bourassa-Sauvé, que Will Prosper rencontre Alain Philoctète. Ce dernier s'engage en tant que bénévole dans sa campagne. « Alain est tellement un personnage riche qu'on s'est dit qu'il méritait son propre film. » Will Prosper, documentariste, au sujet de son protagoniste Will trouve en Alain sagesse et bonté. Les deux hommes deviennent amis. Puis, le documentariste a l'idée de faire un film avec lui. « Au début, on voulait créer un film qui parlait du régime duvaliériste, et Alain faisait partie de cette histoirelà, raconte Will Prosper. Sauf qu'Alain est tellement un personnage riche qu'on s'est dit qu'il méritait son propre film. » Ainsi, le long métrage de 83 minutes suit l'homme de 56 ans en Haïti, alors qu'il tente d'y réaliser un projet de permaculture. Il étudie au passage le modèle des écovillages, ou « lakous » en créole, qu'il croit être un contrepouvoir en raison de l'autonomie dont ils font preuve. Une maladie qui chamboule tout Alain Philoctète doit cependant retourner à Montréal pour y subir des traitements de chimiothérapie. Il vit des moments très difficiles. Sa souffrance est captée avec sensibilité par la caméra de Will Prosper. « Ce qui fait la grande valeur de Will en tant que réalisateur, c'est que je n'ai jamais senti de voyeurisme, raconte M. Philoctète. Pour moi, c'était inscrit dans une spontanéité et une complicité Anne-Élisabeth Bossé se lance dans l'humour Anne-Élisabeth Bossé ajoute une corde à son arc. La comédienne, qui connaît le succès tant au cinéma qu'à la télévision, a annoncé hier qu'elle préparait son premier spectacle solo, Jalouse, produit par Encore Spectacle. L'artiste aura le soutien de Surie Bouchard et de Frédéric Blanchette pour l'écriture de ce projet attendu en 2021. adrrno entre le réalisateur et moi. » Un des objectifs du documentaire, selon le réalisateur, était de montrer qu'il y a un autre côté de la médaille en Haïti. « Souvent, ce qu'on voit d'Haïti, c'est le misérabilisme qu'on montre dans les bulletins de nouvelles, remarquet-il. Et là, ce n'est pas du tout ça. On présente quelqu'un qui a grandi dans le pays, mais qui y retourne aussi et qui va voir des gens qui se prennent en main dans des endroits qu'on ne voit pas souvent, à l'extérieur de la ville. » Si le contexte politique tendu du pays ne l'a pas empêché d'y revenir, il reste qu'il a des répercussions sur l'entourage de M. Philoctète. « Je connais des personnes qui veulent retourner, mais en raison de la situation actuelle, je pense qu'ils sont en train de remettre ce désir en cause », dit-il. CINÉMA SUR DEMANDE (1) Chef-d'oeuvre -(2) Remarquable - (3) Très bon - (4) Bon - (5) Moyen - (6) Médiocre - (7) Minable mÉDIAPILie.cA DRAME PSYCHOLOGIQUE Le phare V.f. de  : The Lighthouse (3) États-Unis Réalisé par Robert Eggers Mettant en vedette Willem Dafoe, Robert Pattinson, Valeriia Karaman C'est quoi ? En Nouvelle-Angleterre, à la fin du XIX siècle, deux hommes s'installent dans un phare dont ils sont les nouveaux gardiens. Les intempéries, la promiscuité et leurs différences vont faire naître un climat de tension insoutenable. C'est comment ? Expérience atypique tournée en noir et blanc et en 35 mm, ce film fascine par son ambition visuelle, son climat oppressant, son humour corrosif et les compositions remarquables de ses vedettes. SCIENCE-FICTION L'homme gémeau V.f. de  : Gemini Man (5) États-Unis Réalisé par Ang Lee Mettant en vedette Will Smith, Mary Elizabeth Winstead, Clive Owen C'est quoi ? Un tireur d'élite à la retraite est pourchassé par un redoutable assassin, qui est en fait un clone rajeuni de lui-même. C'est comment ? Ang Lee gaspille son talent dans cette production générique. La prometteuse prémisse, prétexte à des prouesses techniques plutôt bien relevées, est développée sans souci de vraisemblance. Will Smith ne parvient pas à donner vie et consistance à ce double rôle. COMÉDIE DRAMATIQUE Le faucon au beurre d'arachide V.f. de  : The Peanut Butter Falcon (4) États-Unis Réalisée par Tyler Nikon et Michael Schwartz Mettant en vedette Shia LaBeouf, Zack Gottsagen, Dakota Johnson C'est quoi ? Un pêcheur sans permis aide un fuyard atteint du syndrome de Down à se rendre à une école de lutte dirigée par son idole, un athlète flamboyant. C'est comment ? RaM Man croise Huckleberty Finndans cette attachante fable sur la liberté, et la tolérance. Savant mélange d'éléments familiers et inattendus, le récit soutient l'intérêt. Hu. DRAME FANTASTIQUE Maléfique— Maîtresse du mal V.f. de  : Maleficent — Mistress of Evil (5) États-Unis Réalisé par Joachim Roenning Mettant en vedette Angelina Jolie, Elle Fanning, Michelle Pfeiffer C'est quoi ? Une sorcière tente de préserver sa jeune protégée des plans d'une reine belliqueuse qui compte la marier à son fils pour ensuite détruire sans pitié le monde des fées. C'est comment ? Cette suite fastueuse, mais lassante étire un scénario au vide abyssal jusqu'à une finale spectaculaire, mais interminable. La mise en scène ne parvient pas à faire oublier la surdose d'effets numériques. 7



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :