Métro Montréal n°2020-01-10 vendredi
Métro Montréal n°2020-01-10 vendredi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2020-01-10 de vendredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (279 x 286) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 14,7 Mo

  • Dans ce numéro : objectif zéro déchet, c'est parti.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
métr journalmetro.com Week-end 10-13 janvier 2020 OPINIONS LES TRIBUNAUX PlibLIL. CHRONIQUE CARLA BEAUVAIS Entrepreneure et agitatrice Qu'ont en commun Gilbert Rozon, Harvey Weinstein et Gabriel Matzneff ? Ils sont influents, blancs et ont tous été accusés d'agression sexuelle. Le modus operandi qui les rassemble ? User de leur COURRIER DES LECTEURS Pas des numéros interchangeables ! Au gouvernement, les professionnels sont notamment catégorisés en fonction de différents corps d'emploi. Actuellement, ceux-ci sont de véritables fourre-tout. Ils ne font aucune distinction entre le travail des uns et des autres au sein d'un même corps d'emploi Cette façon de faire nuit à la reconnaissance du travail des professionnels. Trop souvent, le numéro accordé masque les compétences et le véritable travail des professionnels. Cela doit changer, selon le Syndicat de professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ). Prenons l'exemple des analystes de l'informatique et des procédés administratifs, appartenant au corps d'emploi 108. Sont-ils tous des analystes de l'informatique ? Non, car le travail effectué par les « 108 » j'L'7 44 pouvoir et de leur prestige. Je précise leur origine et leur statut, car le système judiciaire semble favoriser les puissants. Non pas de manière intentionnelle, mais bien parce qu'ils ont les ressources pour englobe des expertises et des facettes d'intervention beaucoup plus variées. Cela va de l'analyste en opérations II au chargé de projet, en passant par le conseiller en architecture technologique d'exploitation en virtualisationi stockageiréseautiqueisécurité, sans oublier l'analyste en évolution et déploiement des services Windows, de virtualisation, de stockage ou l'analyste en exploitation de services d'infrastructures. Pour maintenir et développer l'expertise gouvernementale, le SPGQ estime essentiel que ces spécialistes qui rendent des services essentiels à la population québécoise soient reconnus selon leur titre d'emploi et rémunérés selon leur compétence. Si le gouvernement persiste à vouloir offrir des augmentations de salaire équivalentes à l'inflation, le gouvernement peinera à trouver des solutions à ses problèmes de plus en plus criants d'attraction et de rétention de la main-d'oeuvre. se payer l'accès à la justice et qu'ils n'ont pas à se heurter aux biais systémiques des acteurs du système. La roue tourne, parfois. Un article de l'universitaire Marc Galanter paru en 1974 avait déjà mis en évidence l'importance des ressources des « dominants » face au système judiciaire. De par leur position sociale et leur réseau, ils connaissent mieux les rouages du système et sont mieux défendus. Ils ont un avantage de taille face à leurs victimes, qui, elles, doivent se démener pour se faire représenter tout en ayant à combattre le poids de la culpabilité sociale et la honte. Faites-nous découvrir votre Montréal ! Photographes, à vos appareils ! Courez la chance de voir votre cliché publié dans les pages Opinions de votre journal favori... Faites-nous parvenir vos photos de la ville à opinionsejournalmetro.com. MÉTRO Ces cas d'agression viennent aussi mettre en perspective la fascination de notre société pour les figures d'autorité et de pouvoir. Plusieurs études montrent clairement les privilèges que les « Big Money People » tirent du système judiciaire  : ces « riches » auraient davantage accès aux cours d'appel et suprême. Galanter, dans son étude, a fait la démonstration que, si la justice n'était pas juste dans bien des cas et que les riches gagnaient en Grâce à leur talent et à leur savoirfaire, les professionnels du gouvernement du Québec contribuent activement au mieux-être de tous les Québécois. Souvent invisibles, peu reconnus et rarement spectaculaires, les gestes posés au quotidien par les professionnels assurent pourtant la stabilité, le bon fonctionnement, la planification, le rayonnement et la santé des institutions québécoises. Bien qu'ils travaillent dans l'ombre, ces professionnels doivent obtenir la reconnaissance de leurs compétences, et celles-d méritent d'être mises en lumière. S'ils sont comptables, statisticiens, analystes de procédés, sociologues, réviseurs, traducteurs, conseillers pédagogiques, attachés judiciaires, restaurateurs d'oeuvres d'art ou concepteurs, le gouvernement devrait dès mainteriant s'engager à bien les identifier par leur compétence, leur formation et par des titres d'emploi qui mettent grande majorité, c'était en grande partie parce qu'ils savaient comment jouer devant la justice pour atteindre leurs objectifs. Est-ce que c'est ce qu'on observe dans le cas de Rozon, qui vient de gagner une manche en faisant annuler la demande de recours collectif des Courageuses ? La question se pose ! Est-ce que Jian Ghomeshi a su comment jouer la game et profiter du système à son avantage ? Estce qu'au final, il vaut mieux être riche et coupable que pauvre et innocent ? Ces cas d'agression viennent aussi mettre en perspective la fascination de notre société pour les figures en relief la réalité de leur travail. Le gouvernement doit cesser de faire des amalgames douteux entre différentes fonctions. En agissant ainsi, il occulte la complexité de leurs tâches et les prive d'une rémunération adéquate. La très grande majorité des professionnels de l'État fait partie des 17% des citoyens qui ont mené à terme des études universitaires. Formés dans les meilleures universités du monde, ces experts de l'État ont parfois plus de 20 ans de scolarité. Les autres ont développé des compétences particulières grâce à leur travail sur le terrain ; il s'agit d'expériences irremplaçables et spécialisées. Tous ont ainsi acquis les compétences leur permettant de devenir des professionnels. Ils méritent d'être reconnus en conséquence. Le Québec affiche tous les signes d'une excellente santé financière. Il compte sur des surplus historiques dépassant les 8 G$ avant versement au Fonds des générations. Les hausses 8 d'autorité et de pouvoir. Il y a quelque chose de fondamental à étudier dans nos relations et des comportements à changer afin d'éradiquer les agressions sexuelles. Avec la montée du mouvement #moiaussi, beaucoup ont disserté sur la notion de présomption d'innocence, du droit de l'accusé et de l'importance de laisser la justice suivre son cours. Quand on voit les résultats, lorsqu'on est témoin de la réalité de toutes ces femmes que le système abandonne, on doit se résoudre à croire que la seule justice qu'il leur reste, c'est celle du tribunal de la place publique. salariales moyennes étaient de 5,4% en 2019 et devraient être de 4,5% en 2020, selon le gouvernement du Québec. Le moment est donc propice pour faire reconnaître la multitude des gestes posés par les professionnels de l'Etat liés à l'éducation, à la santé, à la culture, à la langue, à l'environnement, à la sécurité, aux infrastructures, aux services financiers et à l'aménagement du territoire. La mise en oeuvre des visions et des choix de l'État est le fait de leur travail. Le temps est venu de leur offrir la valorisation, la reconnaissance et le respect qu'ils méritent. UNE LAMARRE, PRÉSIDENTE, SYNDICAT DE PROFESSIONNELLES ET PROFESSIONNELS DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC Écrivez-nous ! opinions@ journalmetro.com Volume  : 20 Numéro  : 05 À Montréal, Métro est publié par Métro Média. 101, boul. Marcel-Laurin, Montréal H4N 2M3 Tél.  : 514 286-1066 Té[éC.  : 514 286-9310 Imprimé par  : Transcontinental Transma9, 10807, rue Mirabeau, Anjou, Québec, HL 1T7 Distribué par Metropolitan Media Services Directrice de la distribution  : Danielle Tessier Directeur principal des ventes  : Patrick Marsan Contrôleur  : François Dallaire Directeur de Ihnformation  : Olivier Robichaud Chef de pupitre  : Carole Côté Équipe de rédaction/Actualité en soirée  : Zoé Magalhaes Monde  : Chloé Machillot Réviseurs  : Pierre-Yves Thiran, Martin Benoit. Vous avez une opinion à nous faire parvenir ? opinions@journalmetro.com Vous voulez annoncer dans nos pages ? publiciteejournalmetro.com Vous avez une nouvelle à nous faire parvenir ? info@journalmetro.com. ISSN 1716-9895 SOIGNEZ VOTRE LANGUE AntiDOTe WINDOWS MAC LINUX www.antidote.info LE MOT DU JOUR ANTIDOTE CORVÉABLE, adjectif Présenté par m étr Définition — [HISTOIRE] Assujetti à la corvée (travail gratuit dû au seigneur ou au roi). Des serfs corvéables. Locution — taillable et corvéable (à merci) : [SOUTENU] sujet à être exploité, destiné aux pires tâches ; [PAR PLAISANTERIE] à qui l'on peut faire faire toutes les corvées. Des subalternes taillables et corvéables à merci. Anagramme - révocable.
Q Facebook Q Twitter Linkedin 0 Instagram stm.info NOTRE CENTRE DE TRANSPORT LASALLE A 25 ANS Une histoire en photos du transport urbain dans Le Sud-Ouest ILYA 25 ANS, LE 9 JANVIER 1995, NOTRE CENTRE DE TRANSPORT LASALLE, OUVRAIT DANS LA VILLE (MAINTENANT UN ARRONDISSE- MENT) DU MÊME NOM. 01 02 03 01 Les remises Saint-Henri sont aménagées à compter de 1900 à l'intersection des rues Saint-Antoine Ouest et De Courcelle. Il s'agit alors des seules remises dans la partie ouest de la ville. Sur cette photo prise en 1911, notez les trottoirs en bois de la rue De de garage de bus à cet endroit. Il s'agit du garage Namur, dont la construction débute en 1954 (ici  : une vue aérienne en 1956). Le garage doit son nom à l'ancienne appellation de la rue Jean-Talon Ouest. Le bâtiment est situé du côté nord de cette voie, à l'est Courcelle. de l'avenue Mountain Sights et au sud de la Profitons-en pour constater combien le transport urbain a évolué 02 En 1926, la Compagnie des tramways de rue Buchan. dans ce secteur important du territoire que nous desservons. Le centre de transport Lasalle, un nouveau bâtiment ultramoderne Montréal aménage son premier garage de bus au nord des remises Saint-Henri. Cette photo a été prise à partir de l'endroit où se trouve aujourd'hui l'autoroute Ville-Marie. 04 Vue du bâtiment administratif du garage Saint-Henri, le long de la rue Saint-Antoine Ouest, en 1980. La vétusté et l'exiguïté des lieux incitent bientôt l'entreprise à explorer venait remplacer deux autres l'idée de construire un tout nouveau garage garages inaugurés respectivement 40 ans et 95 ans plus tôt, soit les 03 Le développement du réseau de bus et du secteur nord-ouest de Montréal incite la dans le secteur Sud-Ouest. centres de transport Namur et Saint-Henri. Photos : Archives de Commission de transport de Montréal (qui a succédé à la Compagnie des tramways 05 Un bus Classic circule devant le CT LaSalle, situé près de la rue Saint-Patrick, au début la STM. de Montréal en 1951) à ériger un nouveau des années 2000. 05 Partagez Le tripode, même si vous traquez le mammouth. # préhistoriques



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :