Métro Montréal n°2020-01-10 vendredi
Métro Montréal n°2020-01-10 vendredi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2020-01-10 de vendredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (279 x 286) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 14,7 Mo

  • Dans ce numéro : objectif zéro déchet, c'est parti.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
Souffrez-vous de la spondylarthrite ankylosante ? Altasciences recherche des personnes entre 18 et 75 ans pour une étude clinique à Montréal. Vous pourriez recevoir jusqu'à 3 500 $ pour votre participation. A Pour plus d'informations, visitez goalta.ca/SA ou téléphonez-nous au 514-373-2003 ALTASCIENCES
Ét.1 métr journalmetro.com Week-end 10-13 janvier 2020 3 Ar'ALITÉ « L'avion aurait été abattu par un missile iranien » Écrasement Justin Trudeau s'est exprimé hier au sujet du crash du vol P5752 d'Ukraine International Airlines qui a fait 176 morts, dont 63 Canadiens, près de Téhéran. Il adhère à la thèse émise par des responsables américains voulant que l'appareil, un Boeing 737, a été la cible d'un tir accidentel de missile iranien. AMÉLIE REVERT arevert@journa[metromm « L'avion aurait été abattu par un missile surface-air iranien, et peut-être que celui-ci aurait été tiré involontairement », a déclaré Justin Trudeau jeudi après-midi en direct lors d'une conférence de presse depuis Ottawa, évoquant de multiples sources concordantes. « Cela renforce le besoin d'une enquête crédible, complète et approfondie pour comprendre les causes de cet écrasement tragique », a répété M. Trudeau après avoir présenté ses condoléances aux familles des victimes de cette « tragédie qui a choqué non seulement le Canada, mais le monde entier ». Il souhaite faire du soutien aux proches endeuillés une priorité de son gouvernement Tenu à l'écart M. Trudeau a ainsi affirmé être en discussion avec des ministres et fonctionnaires des services de renseignement d'autres pays, dont l'Ukraine, les Etats-Unis, l'Iran, la France et les Pays- Bas, pour mener à bien cette enquête. « L'Iran travaille avec les enquêteurs ukrainiens, mais nous continuons de demander que les Canadiens soient impliqués », a-t-il soutenu, alors que le Canada est pour le moment tenu à l'écart par le régime iranien. « L'Iran a indiqué qu'ils gar- « Il est trop tôt pour tirer des conclusions sur les responsabilités, qu'elles soient américaines ou iraniennes. » Justin Trudeau, premier ministre du Canada daient les boites noires, mais ils ont indiqué au président Zelensky que les enquêteurs ukrainiens y auraient au moins accès », a-t-il poursuivi en rappelant que l'Ukraine prenait les mesures nécessaires pour que les Canadiens aient leur place dans cette enquête. Alors que les relations diplomatiques sont rompues entre le Canada et l'Iran depuis 2012, M. Trudeau a réaffirmé que le ministre des Affaires étrangères, François-Philippe Champagne, s'était entretenu mercredi soir avec son homologue iranien Javad Zarif « pour pouvoir offrir des services consulaires sur place et dénoncer les frappes » de l'Iran contre des bases militaires américaines en Irak de mardi, soit quelques heures avant l'écrasement de l'avion ukrainien. L'assassinat du général iranien QassemSoleimani par les Américains le 3 janvier a en effet été le point de départ d'une escalade entre l'Iran et les États- Unis dont le Canada est peutêtre une victime collatérale. Le Canada veut pouvoir enquêter Le ministre canadien des Affaires étrangères a demandé que le Canada participe à l'enquête sur le Boeing ukrainien. Le ministre s'est entretenu mercredi avec son homologue iranien Javad Zarif lors d'un appel téléphonique. « Le ministre Champagne a souligné qu'il est important que les autorités canadiennes aient un accès en Iran rapi- dement afin de fournir des services consulaires, aider à l'identification des victimes et faire partie de l'enquête sur l'accident », précise le ministère. Le Canada offre son assistance aux autorités L'Ukraine a dépêché 45 experts à Téhéran pour participer à l'enquête que mène l'Organisation de l'aviation civile iranienne (CAO). Arrivée hier, la délégation ukrainienne espère pouvoir participer « au décryptage des boîtes noires » du Boeing, a indiqué le président ukrainien, Volodymyr Zelensky. Le Canada a également offert son assistance aux autorités iraniennes pour le décryptage des boîtes noires. AGENCE FRANCE-PRESSE L'écrasement du vol P5752 de la compagnie Ukraine International Airlines est la catastrophe aérienne la plus meurtrière impliquant des Canadiens depuis 1985. À cette date, 268 Canadiens avaient trouvé la mort dans un attentat contre un Boeing 747 d'Air India. Vigile. Montréal rend hommage aux victimes FRANÇOIS CARABIN fcarabin@journaimetro.com Une centaine de membres de la diaspora iranienne, des étudiants et des passants se sont rassemblés hier soir près de l'Université Concordia en mémoire des Montréalais et des Canadiens morts dans l'écrasement d'un avion de la compagnie Ukraine International Airlines en Iran. L'émotion était à son comble lors de la vigile, alors que plusieurs amis des victimes ont pris la parole. C'est la gorge nouée qu'Azadeh Javaherpour a rendu un hommage touchant à son amie Sara Mamani. Mme Manami, 36 ans, était ingénieure chez Bombardier. Elle avait étudié à Concordia. « Après la mort de son père, il y a quelques années, elle est devenue la figure paternelle de sa famille, a soutenu Mme Javaherpour, grandement secouée. Elle offrait toujours une épaule aux membres de sa famille. » Solidarité iranienne Selon l'un des organisateurs de la vigile, Saman Abolfathi, la veillée démontre la force de la diaspora iranienne établie au Canada. « Il y a beaucoup de tensions à l'intérieur de Erratum Dans l'article « Des victimes montréalaises dans l'écrasement en Iran », publié hier, nous avons cité à tort Sahand fx tek 811. el ? La vigile a rassemblé des centaines de personnes. JOSIE DESMARAIS/MÉTRO Sadeghi parmi les victimes qui vivaient dans la métropole.11 aurait plutôt fallu lire le nom de Sahand Mostaghim Hafeti, un étudiant montréalais de 32 ans. Nos excuses. w François-Phili'eCham a ne/JOSIE DESMARAIS/ARCHIVES MÉTRO « Dans cet avion, il y avait plus de 6o ou 7o Iraniens. On n'en a presque pas parlé dans les nouvelles en Iran. » Mohsen Rostami, un Iranien présent à la vigile la communauté, a-t-il avoué. C'est beau de voir qu'on s'est rassemblés pour honorer nos amis et ceux qu'on aime. » Présent à la vigile, le ministre des Transports du Canada, Marc Garneau, a tenu à rendre hommage aux Iraniens du Canada. « Ils contribuent énormément à notre pays », a-t-il soutenu.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :