Métro Montréal n°2020-01-09 jeudi
Métro Montréal n°2020-01-09 jeudi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2020-01-09 de jeudi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (279 x 286) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 14,9 Mo

  • Dans ce numéro : la Cour d'appel donne raizon à Gilbert Rozon.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
métr /id il% M'Y AC' journalmetro.com Jeudi 9 janvier 2020 uiTe. .. Le CRTC veut imposer des règles à Netflix Le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) juge que les sociétés de médias étrangères, y compris Netflix et Amazon, devront inévitablement apporter une contribution «équitable» à la production de contenu canadien et pas seulement payer une taxe. LA PRESSE CANADIENNE Des victimes montréalaises dans l'écrasement en Iran Acddeni Des Montréalais comptaient parmi les 63 victimes canadiennes de l'écrasement de l'avion de la compagnie Ukraine International Airlines (UIA) qui a eu lieu en Iran hier matin, ont confirmé les autorités locales. LEU SAVIC Esavic@joumaknetro.com Selon les informations relayées hier, sept Québécois, dont six Montréalais, ont perdu la vie dans l'écrasement du vol PS752. Parmi eux, Siavash Ghafotni-Azar, ingénieur, employé de Pratt & Whitney Canada, rentrait d'une visite dans son pays d'origine. L'homme de 35 ans venait de se marier en Iran avec Sara Mamani, 36 ans, ingénieure travaillant pour l'entreprise québécoise Bombardier. Aida Farzaneh, 34 ans, et Arvin Morattab, 36 ans, étaient aussi en Iran en couple. Aida était chargée de cours à l'École de technologie supérieure (ÉTS). Arvin était, quant à lui, étudiant à l'ÉTS et 4 RÉALISE- Arvin Morattab, Siavash Ghafouri-Azar, Sara Mamani et Aida Farzaneh / PHOTOS TIRÉES DE LINEEDIN travaillait pour la compagnie Eaton, basée en Irlande. Shahab Raana, 36 ans, et Sahand Sadeghi, 39 ans, étudiaient dans une école technique de Montréal, selon CBC. Le Sherbrookois Mohammad Moeini, 35 ans, pour sa part, était ingénieur pour Bombardier Produits récréatifs (BRP), à Valcourt. «Nous sommes bouleversés d'apprendre le décès de l'un de nos employés», a indiqué la société à Métro. Ukraine International Airlines (UIA) a publié les noms des 176 victimes du vol PS752 sur son site internet. D'après Ottawa, quelque 138 des 176 personnes à bord de l'appareil se dirigeaient vers le Canada. Gare à la spéculation, prévient Ottawa Le premier ministre Justin Trudeau a appelé hier les Canadiens à «ne pas spéculer» sur la cause de l'écrasement. Quant au ministre fédéral des Transports, Marc Garneau, il reconnaît que la perte de contact avec l'avion «suggère que quelque chose d'inhabituel s'est produit», mais il refuse de s'avancer davantage. «On va devoir attendre pour avoir plus d'informations avec les boîtes noires, entre autres», a-t-il rappelé. Il a exprimé son soutien aux proches des victimes et a aussi réitéré son appel à la «désescalade des tensions et au dialogue dans la région» pour «stabiliser l'Irak et contrer Daesh». «C'est un jour sombre qui suit des événements très préoccupants», a insisté M. Trudeau, se défendant au passage d'être demeuré silencieux sur le sujet dans les derniers jours. «Depuis le tout début, «Les Canadiens ont des questions pour lesquelles ils méritent des réponses.» Justin Trudeau, premier ministre du Canada j'ai été très engagé sur ces enjeux, avec mon équipe et nos alliés. On a déjà eu trois rencontres avec le comité tactique, et nous continuerons de le faire», a-t-il déclaré. L'écrasement de l'appareil s'est produit près de Téhéran quelques heures après que l'Iran eut envoyé 22 missiles sur des bases américaines en Irak. Selon la compagnie Ukraine International Airlines, l'avion a pris feu avant de toucher le sol vers 6 h 10, heure locale, à environ 45 km au nordouest de l'aéroport de Téhéran, dans la ville de Chahriar. Valérie Plante «attristée» Appelée à réagir, la mairesse de Montréal, Valérie Plante, s'est dite très «attristée» par cette «terrible tragédie». «Mes pensées sont avec la famille, les amis, les proches qui ont perdu un être cher dans cette tragédie, a-t-elle noté. À ce moment-ci, on n'a pas beaucoup d'informations, donc je vais m'en tenir à mes pensées.» DERNIÈRE CHANCE DE S'INSCRIRE Rentrée le 9 janvier TECHNIQUES DE GESTION HÔTELIÈRE 514 939-2006 I collegelasalle.com I Cl Guy ou Atwater GESTION DE L'HÉBERGEMENT EN HÔTELLERIE Admissibilité aux prêts et bourses Cours en français ou en anglais STATIONNEMENT Désaccord à Outremont Alors que la consultation publique sur la politique de stationnement à Outremont doit être lancée ce mois-ci, l'arrondissement est catégorique. Aucune question budgétaire ne sera abordée, ce qui inclut la nouvelle tarification sur rue pour le moins controversée. Seuls les enjeux et les impacts relatifs au financement de la transition écologique pourront faire l'objet de débats. Plusieurs citoyens contestent déjà cette vision des choses. MÉTRO COMMISSION LAURENT Des forums en manque d'inscrits La Commission Laurent sur les droits des enfants et la protection de la jeunesse s'apprête à entamer une tournée citoyenne des villes québécoises. La réponse est bonne dans plusieurs régions du Québec, assure-t-on, mais certains appels aux témoignages peinent à rejoindre les personnes concernées, notamment à Montréal. La commission a commencé ses travaux en octobre dernier. Elle a déjà entendu plusieurs témoins, experts et intervenants et recueilli 200 mémoires. !duo TOI! Collège LaSalle Montréal
Les inondations ont coûté 17 M$ Finances Les inondations du printemps 2019 ont entraîné des dépenses de plus de 17 M$ de la part de la Ville de Montréal, une facture «très salée», constate la mairesse Valérie Plante. Elle estime que le gouvernement du Québec devrait épauler davantage les municipalités affectées par les crues printanières. (re l-e ZACHARIE GOUDREAULT zgoudreault@journalmetro.com «Je parle de Montréal, mais je pense à bien d'autres villes sur le bord du Saint-Laurent qui ont vécu une situation similaire et qui se retrouvent avec une facture très salée. C'est la responsabilité de la Ville, bien sûr, d'assurer la sécurité de ses citoyens et citoyennes, mais ce coût-là ne peut pas seulement incomber aux municipalités», a affirmé Mine Plante hier. Cette dernière a pris part en matinée à la première séance du comité exécutif de l'année 2020. Le comité exécutif a adopté hier matin un rapport du Service de sécurité incendie de Montréal (SIM) sur les dépenses engagées par la Ville de Montréal de la mi-avril à la miseptembre afin de faire face aux inondations printanières. En tout, la Ville a dépensé un peu plus de 17 M$ pour contrer les effets de la crue printanière, qui a notamment frappé Pierrefonds-Roxboro, L'île-Bizard—Sainte-Geneviève et Ahuntsic-Cartierville. Plus cher En 2017, les dépenses de l'agglomération de Montréal pour faire face aux inondations printanières étaient d'un peu plus de 8 M$, soit nettement moins que celles de l'an dernier. Les dommages avaient toutefois été • Le déploiement de l'état d'urgence a coûté i M$ à la Ville de Montréal. FRANÇOIS LEMIEUX/CITÉS NOUVELLES 110 D'après le rapport du SIM, «grâce aux mesures préventives temporaires et d'intervention prise par l'Organisation de la sécurité civile de l'agglomération de Montréal (OSCAM), seules 110 résidences furent inondées en 2019, par rapport à 1 100 en 2017.» beaucoup plus importants en 2017. À cet égard, Mme Plante a souligné que, l'an dernier, la Ville a investi avant la montée des eaux afin de «renforcer certaines digues et préparer le terrain en sachant qu'il y aurait des inondations». Elle a aussi déclenché l'état d'urgence le 26 avril 2019 afin d'avoir plus facilement accès aux ressources nécessaires pour faire face à la crue des eaux. «Je pense qu'on a une réflexion à avoir, à savoir si chaque année on doit débourser des sommes comme celles-là plutôt que de renforcer et de rendre notre territoire résilient à long terme», a ajouté Mme Plante. Cette dernière s'est par ailleurs dite confiante qu'elle réussira à trouver avec le gouvernement du Québec des «solutions pérennes» afin de rendre «notre territoire plus résilient» face aux inondations. Heures supplémentaires Les salaires des contremaîtres, des professionnels, des cols blancs, des cols bleus, des pompiers et des policiers pendant les inondations de 2019 représentent une dépense totale de 6,7 M$ pour l'agglomération de Montréal. De ce montant, la Ville a déboursé 3,2 M$ pour des heures supplémentaires. La Ville a aussi investi 2,5 M$ pour la location d'outillage, d'équipements et de machinerie. Les matériaux de construction, comme la pierre et le sable pour monter des digues, représentent pour leur part une dépense d'environ 2 M$. Interpellé par Métro, le cabinet de k ministre des Affaires municipales et de l'Habitation, Andrée Laforest, a indiqué que le gouvernement Legault n'a «toujours pas reçu la demande de la Ville de Montréal» en vertu du Programme général d'indemnisation et d'aide financière lors de sinistres réels ou imminents. Chapeauté par le ministère de la Sécurité publique, celui-ci «prévoit que les villes et municipalités touchées par les inondations se verront rembourser une certaine somme liée aux mesures d'urgence déployées», a précisé le cabinet. Immobilier Les prix flambent dans l'Est La flambée de l'immobilier se poursuit à Montréal, et l'augmentation de la valeur des propriétés est fortement propulsée par le développement de l'Est. Cette situation pourrait avoir des conséquences sur les loyers des locataires. Au dernier trimestre de 2019, Montréal a connu sa plus forte hausse de la valeur des propriétés en près de 10 ans, avec une augmentation moyenne de plus de 6,3 % par rapport à la même période l'année précédente. C'est ce que constate l'agence Royal LePage dans un rapport rendu public aujourd'hui. Cette hausse a atteint 7,3 % dans les quartiers centraux de la métropole, où le prix moyen d'une propriété dépasse maintenant 556 000 $. C'est toutefois dans l'est de Montréal que l'augmentation de l'immobilier a été la plus marquée, avec une croissance de 8,7 % de la fin de 2018 à la fin de 2019. Le prix médian des propriétés dans l'est de Montréal a augmenté de près de 38 000 $ en un an, pour atteindre environ 472 000 $, selon Royal LePage. Entreprises L'attrait des acheteurs pour l'Est peut être associé au fait que de plus en plus d'entreprises, comme l'usine de recyclage de batteries lithium-ion, décident de s'installer dans ce secteur, souligne le directeur général de Royal LePage pour le Québec, Dominic Saint-Pierre. Le taux d'inoccupation des espaces industriels dans ce secteur a d'ailleurs fortement baissé ces dernières années, passant de 10,2 % en 2013 à 2,5 % en 2018, selon des données de la Chambre de commerce de l'est de Montréal. ZACHARIE GOUDREAULT GCM PRÊT À REVÊTIR L'UNIFORME ? Des mandats adaptés à votre profil - Horaires flexibles Formation et possibilité d'avancement professionnel garda.com/emploismtl GARDAWORLD ACTUALITÉ 3 Les retraités vont en appel Les retraités des quotidiens du Groupe Capitales Médias (GCM) passent de la parole aux actes et portent en appel le jugement donnant le feu vert à la relance du groupe de presse par l'entremise de coopératives d'employés. En vertu de la décision rendue le 23 décembre par le juge Daniel Dumais, de la Cour supérieure du Québec, les retraités devaient faire une croix sur 25 à 30 % de leurs rentes. La demande sera entendue la semaine prochaine au palais de justice de Québec. LA PRESSE CANADIENNE



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :