Métro Montréal n°2020-01-06 lundi
Métro Montréal n°2020-01-06 lundi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2020-01-06 de lundi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (279 x 286) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 15,8 Mo

  • Dans ce numéro : prospective 2020.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
métr journalmetro.com Lundi 6 janvier 2020 4 WSPECTIVE 2020 Namur-De la Savane Ce vaste secteur, aux abords des autoroutes 15 et 40, est en pleine redéfinition. On y trouve notamment l'ancien hippodrome Blue meill Bonnets, situé près de la station de métro Namur, que la Ville souhaite transformer en un quartier vert où seraient construits 6 000 logements. À l'est de ce secteur, on trouve aussi le Triangle, un secteur déjà en transformation où 3 300 logements sont prévus sur un site d'environ 40 hectares. Il y a également, à l'intersection des autoroutes 15 et 40, l'énorme et controversé projet Royalmount, qui pourrait accentuer la congestion routière sur les deux autoroutes les plus achalandées de la province. Lachine-Est Montréal, métropole en mouvement De nombreux secteurs de la ville se métamorphosent afin de répondre à la demande en matière de logement. Tour d'horizon de quelques projets qui changeront le visage de la métropole au cours des prochaines années. La Ville entend aménager plus de 4 000 logements sur un vaste terrain de 50 hectares d'ici 10 ans. Or, ce secteur, situé sur un site contaminé dans l'est de l'arrondissement de Lachine, est fort congestionné et souffre d'un manque de transports collectifs efficaces. Afin de faciliter les déplacements des 10 000 nouveaux résidants attendus, plusieurs options sont sur la table, dont l'ajout de voies réservées et la bonification de la fréquence de la ligne de train de banlieue Candiac. L'arrivée éventuelle d'un tramway reliant Lachine au centre-ville donne aussi beaucoup d'espoir à la mairesse de l'arrondissement, Maja Vodanovic.  : ARCHIVES/MÉTRO.s ZACHARIE GOUDREAULT zgoudreauEt@journalmetro.com Bassin Peel Ce secteur, situé à cheval entre les arrondissements du Sud-Ouest et de Ville- Marie, est très convoité. D'un côté, l'entrepre-'neur Stephen Bronfman rêve d'y aménager un — stade de baseball pouvant accueillir des mil- 1111.111110r, liers de partisans. Il s'est récemment entendu avec Devimco, qui souhaite ériger des logements. De l'autre, des citoyens de Pointe-Saint-Charles proposent une solution plus communautaire. Selon eux, la Ville devrait prioriser l'aménagement de logements sociaux et de divers services sur ce site afin de répondre aux besoins des résidants de leur quartier. Parallèlement, le gouvernement fédéral souhaite trouver des acheteurs pour redonner vie au Silo n°5, emblème de l'époque industrielle du Vieux-Montréal. Molson. et Radio-Canada Le départ annoncé de la brasserie Molson-Coors pour la Rive-Sud suscite une certaine convoitise de la part des promoteurs immobiliers pour ce vaste terrain de 108 000 m2 situé près du Vieux-Montréal et du fleuve Saint-Laurent. Afin de ne pas répéter les erreurs de planification commises dans l'aménagement de Griffintown, la Ville a condu en juin dernier une entente avec le consortium Groupe Sélection et Groupe Montoni, qui a acquis ce site pour la somme de 126 M$. L'administration municipale pourra ainsi aménager un parc équivalent à plus de 12% du secteur, de même qu'une promenade fluviale d'un demi-kilomètre qui reliera le fleuve Saint-Laurent à la nie Notre-Dame Est Le tout sur des terrains que lui offrira gratuitement le consortium. La Ville promet aussi d'aménager des logements sociaux et d'assurer la présence de services communautaires, comme une école, sur le site. Ce projet, de concert avec le redéveloppement des terrains autour de la Maison Radio-Canada, est la pièce maîtresse du projet de redéveloppement du secteur des Faubourgs, dans l'est de Ville-Marie. L'Est n'est pas en reste Le secteur industriel de l'Assomption-Sud-Longue-Pointe, situé dans l'arrondissement Mercier-Hochelaga-Maisonneuve, a fait l'objet d'une consultation publique de l'OCPM l'année dernière. Il en est ressorti que la Ville devrait permettre l'aménagement d'un écoparc industriel dans ce secteur, tout en s'assurant de limiter les « nuisances » des entreprises sur les citoyens. L'OCPM a par ailleurs recommandé d'augmenter l'offre en transport en commun dans ce secteur. À cet égard, le gouvernement Legault s'est engagé à prolonger le service rapide par bus (SRB) du boulevard Pie-IX jusqu'à la rue Notre-Dame en plus d'étudier la possibilité d'implanter un tramway rue Notre-Dame, du centre-ville à la pointe de file. La Ville a par ailleurs reçu 100 M$ de la part de Québec afin de décontaminer des terrains dans l'est de l'île. Plusieurs entreprises écoresponsables pourraient d'ailleurs voir le jour dans ce secteur. Une usine pilote de recyclage des batteries lithium-ion amorcera notamment ses activités aux abords du Golf Anjou l'an prochain. Il ne faut pas oublier non plus le prolongement de la ligne bleue du métro de Saint- Michel à Anjou, qui devrait faciliter les déplacements des résidants de l'est de l'île vers les quartiers centraux dès 2026. PHOTO MOLSON JOSIE DESMARAIS/ARCHIVES MÉTRO PHOTO EST DE LILE COLLABORATION SPÉCIALE/GRAPHSYNERGIE INFOGRAPHIE KARINE BERTRAND/MÉTRO
g g Cl a a a Mina la R i II NF Mie in III.11.. I Le REM, transformation majeure Le chantier du Réseau express métropolitain (REM) sera un des piliers de la mobilité de demain dans le Grand Montréal. Si sa construction entraîne beaucoup de complications pour les usagers du transport collectif, Mobilité Montréal voit les prochains mois comme « un sacrifice » à accepter. Le sacrifice ne sera pas mince en 2020 puisqu'une vingtaine de chantiers auront lieu simultanément dans la métropole, dont l'important chantier de modernisation dans le tunnel du mont Royal. Le tunnelier commencera son forage sur l'antenne menant à l'aéroport de Montréal en 2020, alors qu'un segment « représentatif » du REM sera aussi mis sur circuit en fin d'année sur la Rive-Sud. Estimé à 6,5 G$, le REM prévoit 26 stations. --11 «. 1. F 4...b."18.. grands dossiers à surveiller à Montréal Une crise du logement à régler Les autorités politiques le reconnaissent désormais  : il y a une crise d'accessibilité au logement à Montréal. Le taux d'inoccupation moyen des appartements locatifs aurait atteint 1,4%, en moyenne, dans le Grand Montréal. Il était de 3,9% il y a trois ans à peine. Pour s'y attaquer, la Ville aura beaucoup de pain sur la planche cette année, notamment pour implanter son Règlement pour une métropole mixte d'ici le début de 2021. Celui-ci recommande d'inclure 20% de logements sociaux, jusqu'à 20% de logements abordables et environ 15% de logements familiaux dans les projets immobiliers de plus de cinqunités. Le Regroupement des comités logement et associations de locataires du Québec (RCLALQJ appelle Québec à se mobiliser et à lutter contre les évictions abusives que subissent les locataires. II MY FM na uP 14 r ! IY = =rr 1.1.rr = In Ibiza-> na I II II II I M MF MM I M.1 MI = ak na il mi su mi - - PROSPECTIVE 2020 5 Transports, habitation, environnement, infrastructures et gouvernance  : l'abondance des projets à Montréal est considérable. Alors que l'administration Plante entame la seconde moitié de son mandat, quels sont les dossiers majeurs à surveiller dans la métropole en 2020 ? Un parc en pleine construction Créer le plus grand parc urbain du Canada, c'est l'objectif ambitieux de la Ville avec son projet de Grand parc de l'Ouest, pour lequel 175 hectares ont déjà été acquis. L'espace vert, qui doit totaliser plus de 3 200 hectares, mettra fin à un projet immobilier jugé « inacceptable », prévu dans une zone inondable. Trois promoteurs du projet de Cap-Nature ont lancé, fin septembre, une poursuite contre la Ville. Ils lui réclament plus de 170 M$ pour compenser « l'expropriation déguisée » dont ils se disent victimes. Si la Ville persiste et signe, le combat juridique n'en sera pas moins difficile si une entente de gré à gré n'intervient pas. Plus de 13 M$ sont réservés au projet entre 2021 et 2022 dans le dernier budget 2020, surtout pour l'acquisition de terrains. 141-111110...b.1141/41111F HENRI OUELLETTE-VÉZINA houellette-vezina@journemetro com Le réseau cyclable et des infrastructures désuètes BIXI Montréal connaîtra une expansion majeure entre 2020 et 2022, alors qu'une somme de 16,5 M$ sera investie pour ajouter près de 2 300 vélos à -, assistance électrique à son réseau, dont plus de 1000 engins dès l'an prochain. Montréal a adopté début décembre un plan « ambitieux » pour son réseau cyclable, que la Ville souhaite doubler en quelques années seulement. L'objectif serait de faire passer la longueur des bandes cyclables réservées de 968 km à 1 815 km, lit-on dans le Plan vélo 2019. C'est plus de 500 km supplémentaires, par rapport aux objectifs de l'administration Coderre. Maîtriser la dette La gestion de la dette préoccupe de plus en plus l'Opposition, alors que les dépenses ont gonflé de 8% dans le budget 2020. Elles atteignent plus de 6 G$, contribuant à porter la dette à environ 109% des revenus l'an prochain. Le service de la dette brute devrait par ailleurs atteindre 1,013 G$ l'an prochain, ce qui représentera 16,4% du prochain budget. Afin de limiter cet accroissement, Montréal prévoit notamment une réduction de 4% de la part relative du budget liée à la rémunération des employés. La Ville espère atteindre une dette équivalant à 100% de son budget en 2027. Inquiète de la situation, l'opposition officielle somme la Ville de Montréal de déposer, d'ici fin mars 2020, un plan de redressement pour s'attaquer à la dette croissante.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :