Métro Montréal n°2020-01-06 lundi
Métro Montréal n°2020-01-06 lundi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2020-01-06 de lundi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (279 x 286) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 15,8 Mo

  • Dans ce numéro : prospective 2020.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
COMPORTEMENTS -bi-p- EN VOIE DE 4-1m DISPARITION # préhistoriques MOUVEMENT COLLECTIF Stni
journaimetro.com métr Lundi 6 janvier 2020 AC'gLITr. Manifestation contre une intervention en Iran Mobilisation. Rassemblées devant le consulat des États- Unis à Montréal, plus de 200 personnes ont manifesté contre « l'impérialisme américain » hier après-midi lors d'un rassemblement organisé par des membres de la diaspora iranienne et des organismes aux positions antiinterventionnistes. LELASAVIC Isavic@journalmetm.com Dans une ambiance tendue, plusieurs membres de la communauté iranienne de Montréal ont dénoncé hier l'assassinat du général QassemSoleimani qui a eu lieu en Irak le 3 janvier dernier. La possibilité d'une guerre entre les États-Unis et l'Iran inquiète ces Montréalais. La position du Canada mise en question D'origine iranienne, Leila Ghaffari, membre du Congrès iranocanadien, s'insurge face à l'assassinat du commandant iranien. Le commandant de la Force Al-Qods du Corps des Gardiens de la révolution islamique a été tué vendredi par une frappe américaine à Bagdad. « C'est un acte de guerre », dit Mme Ghaffad, demandant à Ottawa de condamner l'acte commandé par le président américain Donald Tramp. Pour elle, QassemSoleimani est un homme qui s'est battu contre la propagation du groupe État islamique au Moyen-Orient Selon Ali Reza, installé à Montréal depuis 2011, l'assassinat de QassemSoleimani 337:  : Ce Vrz> Les manifestants étaient réunis hier au centre-ville de Montréal. i PABLO ORTIZMÉTRO est révoltant. « C'est un acte qui rompt les lois internationales. Je n'ose même pas imaginer ce qui va se passer si on ne condamne pas cet acte », avoue-t-il à Métro. Selon lui, en raison des sanctions, les États-Unis sont déjà en guerre économique contre l'han. Cependant, une guerre militaire serait redoutable. 11 estime que le gouvernement canadien ne peut plaider pour la paix et la stabilité au Moyen- Orient sans le retrait des forces canadiennes de la région. « Il faut laisser la population décider de son sort », soutient-il Vendredi, le gouvernement canadien a dit suivre de près la situation. « No more war ! » Le rassemblement a été perturbé par des contre-manifestants aussi issus de la diaspora iranienne. Un homme a notamment interrompu un discours d'une militante anti-impérialiste en condamnant le régime du président « Nous ne sommes pas ici pour soutenir le gouvernement iranien, mais pour dénoncer cet acte illégal des Etats-Unis au Moyen-Orient. » Kehan, manifestant Hassan Rohani. « Soleimani est le plus grand terroriste du monde », a-t-il scandé devant une foule lui répondant  : « No more war ! » (Fin à la guerre !) Une autre contre-manifestante d'origine iranienne a qualifié les intervenants de « dégueulasses » alors qu'ils brandissaient des pancartes contre la guerre en Iran avec la photo du commandant Soleimani. Ils ont accusé les manifestants de « faire le jeu du régime », qui est très critiqué en matière de droits de la personne. Kehan, qui préfère taire son nom de famille, dit avoir été emprisonné en Iran alors qu'il y habitait. Le quinquagénaire déclare ne pas soutenir le gouvernement iranien, mais bien la population. Il craint que la situation en Syrie, en Irak et Mission accomplie pour Nez rouge L'Opération Nez rouge de Montréal, dont les bénévoles raccompagnent les citoyens en état d'ébriété pour leur éviter les dangers liés à la conduite, a révélé avoir effectué 2 589 transports sécuritaires durant la récente période des Fêtes. Un chiffre en hausse de 200 par rapport à l'année 2018. rem en Libye se reproduise dans son pays d'origine. « Une tactique de diversion » Le chef du Parti vert du Québec, Alex Tyrell, a également pris la parole lors du rassemblement pour dénoncer la réponse « trop molle » du gouvernement fédéral à cette « attaque sur l'Iran ». « Le Canada ne devrait pas être complaisant envers un président américain qui fait cela, surtout quand celui-ci fait face à une procédure de destitution. Ce n'est rien de plus qu'une diversion. Il ne fait pas cela parce qu'il veut protéger les gens, mais parce qu'il veut se protéger », a déclaré M. Tyrell lors de son discours devant le consulat des États-Unis à Montréal. Justice. Wanzhou Meng bientôt en Cour suprême Plus d'un an après son arrestation, le sort de la cadre supérieure de Huawei, Wanzhou Meng, s'amorcera en début d'année. L'audience d'extradition devant la Cour suprême de la Colombie- Britannique commencera le 20 janvier. A la demande des États- Unis, la GRC a arrêté Wanzhou Meng à l'aéroport de Vancouver le ter décembre 2018. Les États-Unis souhaitaient la juger sur leur sol pour fraude. Cette décision du Canada d'accéder à la requête américaine a entaché les relations diplomatiques entre Ottawa et Beijing. À la suite de l'arrestation de Mme Meng en sol canadien, la Chine a arrêté et détenu deux Canadiens, l'ancien diplomate Michael Kovrig et le consultant Michael Spavor. L'interpellation des Canadiens a été perçue comme une mesure de représailles, ce que la Chine nie depuis. COLOMBIE-BRITANNIQUE Des Iraniens arrêtés à la frontière À la suite de l'assassinat du général iranien Soleimani par les Etats-Unis, les tensions se font sentir à la frontière canado-américaine. Plus de 60 personnes d'origine iranienne auraient été détenues hier au poste de Peace Arch, qui sépare la Colombie-Britannique et l'État de Washington. Wanzhou Meng est accusée de fraude pour contournement des sanctions internationales contre l'Iran par l'intermédiaire de la filiale Skycom, ce qu'elle dément Libérée sous caution, elle vit dans une de ses maisons de Vancouver, a remis ses passeports et porte un bracelet électronique à la cheville. Une décision chargée Ottawa devra décider si la cadre supérieure de Huawei et fille du fondateur sera extradée aux États-Unis. L'audience portera sur la possibilité de double incrimination. Si le juge estime que les reproches des États-Unis envers Mme Weng constituent un crime au Canada, les procédures passeront à une deuxième phase. Dans ce cas, Mme Meng pourrait quitter le Canada, mais elle devra toujours éviter les États-Unis si elle veut éviter de subir un procès. ! dm 3 D'après un groupe représentant les musulmans américains, le Council on American-Islamic Relations (CAIR), ces personnes auraient été détenues et longuement questionnées. Dans un communiqué, l'organisme indique qu'elles se seraient vu refuser l'entrée aux États-Unis alors qu'elles revenaient d'un concert de musique iranienne. rerao



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :