Métro Montréal n°2019-12-19 jeudi
Métro Montréal n°2019-12-19 jeudi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2019-12-19 de jeudi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (279 x 286) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 24,4 Mo

  • Dans ce numéro : les travaux auront lieu en 2020.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
métr journalmetro.com jeudi 19 décembre 2019 6 Royaume-Unii Blair veut tourner la page Corbyn Après la défaite électorale historique du Labour, l'ancien premier ministre travailliste Tony Blair a étrillé hier le « socialisme quasi révolutionnaire » de son chef Jeremy Corbyn au moment où s'amorce la course à sa succession. Les travaillistes n'ont décroché que 203 sièges à la Chambre des communes, contre 262 auparavant, aux élections du 12 décembre, déclenchées pour sortir de l'impasse du Brexit après plus de trois ans de crise politique. Il faut remonter à 1935 pour retrouver une telle défaite. Les conservateurs du premier ministre Boris Johnson leur ont même ravi des terres ouvrières acquises depuis des décennies, mais favorables à la sortie de l'UE, comme Sedgefield, l'ancien fief de Tony Blair. Seul dirigeant travailliste à avoir mené son parti à la victoire ces 45 dernières années, Tony Blair, tenant d'une ligne sociale démocrate au libéralisme assumé, a averti que la survie du Labour comme grande formation était désormais menacée. Selon celui qui est resté au 10 Downing Street de 1997 à 2007, le parti travailliste risque d'être « remplacé » s'il ne parvient pas à se « renouveler » pour constituer une alternative crédible aux conservateurs. ÉTATS-UNIS Le Canada ne veut pas exporter ses miviicaments Le gouvernement de Donald Trump a présenté hier son projet de réforme visant à autoriser l'importation de médicaments du Canada et d'autres pays afin de faire baisser les prix des médicaments aux Etats- Unis, un plan immédiatement contesté par Ottawa, qui a averti qu'il n'avait ni la vocation ni la capacité à répondre à la demande américaine. AFP Tony Blair/GETIT LI BAN e Selon Tony Blair, le Labour aurait dû accepter le résultat du référendum de 2016 — au terme duquel 52% des Britanniques ont décidé de quitter l'UE—, critiquer l'accord de Brexit du gouvernement et défendre plus fermement le fait que la « décision finale devait revenir au peuple ». Il pose ainsi la question de l'orientation du parti, qui se pose après un recul d'une telle ampleur et avec le départ annoncé de Jeremy Corbyn, tenant d'une ligne radicale depuis son arrivée en 2015 à la tête de la formation, forte de 500 000 adhérents. Sur la question clé du Brexit, Tony Blair a dénoncé l'échec du parti à « prendre une position claire et à s'y tenir ». AGENCE FRANCE-PRESSE Hariri se retire de la campagne le premier ministre Saad Hariri, décrié par le mouvement de contestation, a dit hier qu'il ne sera pas candidat à sa succession, à la veille de consultations parlementaires destinées à former un nouveau gouvernement AFP Au veleuri Les huîtres attisent la convoitise à l'approche des Fêtes et, malgré la surveillance renforcée des gendarmes, les vols ont repris de plus belle cette année en France, avec trois fois plus de coquillages dérobés qu'en 2018. AFP Vote historique au Congrès américain Destitution, La Chambre des représentants s'apprêtait hier à envoyer Donald Trump en procès en destitution, après un débat stérile entre deux camps aux vues irréconciliables qui reflète les divisions de l'Amérique face à ce président hors normes. Depuis la Maison-Blanche, le milliardaire républicain, en passe de devenir le troisième président des États-Unis à subir l'opprobre d'un impeachment, a laissé éclater sa colère sur Twitter, assurant n'avoir « RIEN FAIT DE MAL ». Dénonçant « UNE AGRES- SION CONTRE L'AMÉRIQUE », il s'est dépeint en victime d'une chasse aux sorcières orchestrée par une « gauche radicale » qui n'aurait pas digéré sa victoire-surprise de 2016. « C'est tragique, mais les actes irresponsables du président rendent sa mise en accusation nécessaire », a ré- I RAK Journée électorale À la veille de la date butoir pour désigner un premier ministre en Irak, les partis se disputaient hier autour de trois candidats, tous issus du sérail, alors que la rue qui veut renverser l'ensemble du système s'entiche d'un trublion du Parlement Le président de la république, Barham Saleh, a jusqu'à ce soir, minuit, pour désigner un remplaçant à Adel Abdel Mahdi, tombé après deux mois d'une révolte inédite. AFP Donald Trum, hier/MARK WILSON/AFP torqué Nancy Pelosi, la chef des démocrates au Congrès. dl ne nous a pas laissé d'autre choix », a-t-elle ajouté en ouvrant les débats devant la Chambre des représentants. Le 45'président des États-Unis, qui entend briguer un deuxième mandat en novembre 2020, est visé par deux articles de mise en accusation - abus de pouvoir et entrave à la bonne marche du Congrès - parce qu'il a demandé à l'Ukraine d'enquêter sur un de ses rivaux potentiels à la présidentielle. INDE Une loi qui ne passe pas Les manifestations se sont poursuivies hier un peu partout en Inde contre une loi sur la citoyenneté passée par le gouvernement nationaliste hindou et qui continue de diviser le pays. AFP Après trois mois d'une procédure acrimonieuse, la chambre basse exercera « l'un des pouvoirs les plus solennels » que lui garantit la Constitution en se prononçant sur ces chefs, a souligné Nancy Pelosi. Le vote a suivi, à quelques voix près, de strictes lignes partisanes. Les démocrates ayant repris en janvier le contrôle de la Chambre, Donald Trump était sûr d'être mis en accusation. Il revient désormais au Sénat de le juger, sans doute RÉFUGIÉS 90% Sur les 26 millions de réfugiés, disséminés principalement dans les pays pauvres, go% de ceux qui vivent dans un camp n'ont pas accès à l'énergie ou l'électricité, avec tous les risques d'insécurité que cela engendre, notamment pour les femmes. L'ONU a donc lancé le « défi » humanitaire de fournir de l'électricité à tous ces camps d'id 2030 lors du premier Forum mondial sur les réfugiés, même si l'institution est consciente que cette bataille pour l'énergie comporte aussi des risques de conflit Même si l'appela été lancé lors de ce forum quia pris fin hier, des initiatives sont déjà en place pour améliorer l'accès à une énergie propre  : installation de centrales solaires dans des camps en Jordanie, distribution de combustibles de cuisson non polluants au Niger, etc. AFP Seuls les présidents Andrew Johnson, en 1868, et Bill Clinton, en 1998, ont été mis en accusation au Congrès. Le républicain Richard Nixon, empêtré dans le scandale du Watergate, avait préféré démissionner en 1974 avant de subir une telle humiliation. en janvier. Les républicains, qui contrôlent la chambre haute, ont déjà prévenu qu'ils avaient la ferme intention d'acquitter leur président « Protéger la démocratie » En prélude au vote, les élus ont défilé à la tribune de la Chambre, et leurs échanges ont vite tourné au dialogue de sourds. Pour les républicains, la procédure de destitution est « une blague absolue », une « supercherie » qui ne s'appuie sur « aucun fait » et est motivée par l'aversion des démocrates pour un président qui brise les codes. Un seul point d'accord a émergé entre les deux camps  : cette « triste » journée entrera dans les livres d'histoire. AGENCE FRANCE-PRESSE AUTOMOBILE Un nouveau géant automobile Les constructeurs français PSA et italo-américain Fiat Chrysler (FCA) ont annoncé hier la signature de leur contrat de mariage destiné à former le numéro 4 d'un secteur en pleine mutation. AFP
métr journalmetro.com Jeudi 1g décembre 2019 OPINION PARLER POLITIQUE DALILA AWADA À l'approche des Fêtes, on entend souvent dire qu'il vaut mieux éviter les discussions politiques lors des soupers de famille. Mais si vous êtes des mordus de la chose ou êtes engagé dans une cause qui vous tient à coeur, ce conseil sera peut-être difficile à appliquer. Chassez le naturel, il revient au galop ! COURRIER DES LECTEURS D.PJ  : agir en amont Les Papas en action pour l'équité tiennent à réagir aux recommandations préliminaires émises par la Commission sur les droits des enfants et la protection de la jeunesse, et ce, par l'expression d'un accueil favorable attendu le caractère préventif de cette demande qui consiste à injecter des sous ailleurs que dans la DPJ. Après avoir fait une analyse exhaustive de l'action de l'État, dans leur mémoire déposé le 12 décembre 2019, Les Papas en action revendiquent une restructuration sur le fond du régime de protection de la jeunesse au Québec, et ce, dans le même esprit de prévention et de partenariat afin de mieux répondre à la réalité des familles. « Nous proposons un modèle global à trois niveaux. 1. Une implication accrue de la communauté en première ligne, un partage métr tek'171 Ces moments peuvent être tendus, voire explosifs, parce que nos positions politiques ne sont pas de simples abstractions, elles ne se limitent pas au monde des idées. Bien au contraire, nos idéaux politiques parlent plutôt d'une manière d'être au monde. Elles parlent de nous. Pour la même raison, c'est décevant, parfois choquant et blessant, de constater qu'une personne de notre entourage se situe à l'autre extrémité du spectre politique, qu'elle a des opinions qui nous font dresser les cheveux sur la tête. Aujourd'hui, cette réalité est transposée sur les réseaux sociaux. Plusieurs personnes m'ont dit avoir retiré des membres de leur famille de leurs espaces virtuels en raison d'articles et de propos partagés, allant de la négation du réchauffement climatique jusqu'à la défense du mur de Donald Trump à la frontière mexicaine. Au Québec, sur les « enjeux identitaires » précisément, de renseignements, des actions concertées en partenariat. 2. En deuxième ligne, une action de la DPJ et une judiciarisation standardisées. 3. Un mécanisme de protection de la famille à trois pôles dédiés à l'enfant, à son père et à sa mère. Actuellement, il n'existe qu'une collaboration à sens unique imposée par l'administration publique. Nous sommes tous des subordonnés de l'intouchable DPJ. Bref, il est extrêmement difficile d'agir en concordance avec cet organisme d'Etat ayant la mainmise sur l'application de la Loi sur la protection de la jeunesse depuis 40 ans, et ce, en raison d'un immense pouvoir qui lui a été dévolu par le législateur. L'analyse du législateur québécois doit se fonder sur la justice naturelle et sur le gros bon sens. Il est impératif de travailler en amont des cas graves, inquiétants, dangereux ou continus qui sont ceux à réserver à la DPJ. la famille a besoin de services adé- Faites voir vos décorations de Noël ! Fans de décorations, à vos appareils ! Courez la chance de voir votre cliché publié dans les pages Opinions de votre journal favori... Faites-nous parvenir vos photos à opinions@journalmetro.com. rem) Alors, si on en a envie et que le cadre s'y prête  : parlons politique à Noël. beaucoup ont vécu dans les dernières années de vrais déchirements familiaux. 11 va sans dire que le premier lieu des affrontements politiques est la famille. Est-ce qu'un tel constat pourrait plaider en faveur d'une meilleure acceptation des divergences en société ? Si au sein d'une même famille, les désaccords sont à ce point courants et inévitables, c'est qu'ils sont aussi inévitables en société. C'est peine perdue d'essayer d'épurer, d'asepti- quats qu'il faut lui dispenser en première ligne, et ce, avant l'intervention de l'État Les cas graves doivent être détectés par une équipe multidisciplinaire qualifiée et traités en priorité. Les Papas en action déplorent que, tous les jours, la DPJ force la rupture de liens qui unissaient des enfants à leurs parents sous le couvert de l'intérêt de l'enfant, et ce, sans imputabilité et dans la pure confidentialité. Ensuite, l'État détruit les dossiers et on ne peut plus suivre ou analyser la trajectoire des enfants de la DPJ. Les temps ont changé, et le rôle du père doit également être valorisé en amont ALAIN MOUE, PORTE-PAROLE DES PAPAS EN ACTION POUR L'ÉQUITÉ Écrivez-nous ! opinions@ journalmetro.com ser, d'éliminer les différends - ou les différences. Un exemple facile  : à ceux qui répètent que le port du voile est une aberration (eh oui, encore ça !) , je réponds qu'ils peuvent tout à fait le penser sans toutefois chercher à restreindre les droits de celles qui le portent (hashtag loi 21). Autrement dit, accepter, dans une société, de vivre en présence de ce qui nous rend inconfortable. Sans nécessairement approuver. Envisager même cet inconfort comme quelque chose de potentiellement intéressant. Ce n'est pas une recette infaillible à appliquer partout et tout le temps. Car le politique, c'est matériel, c'est des conséquences réelles. Et il n'y À six jours de Noël a pas grand-chose d'intéressant à retirer du propos de ce désormais célèbre mononcle de party de Noël qui nous postillonne au visage que les Arabes devraient retourner en Arabie, ou de ce passéiste religieux qui martèle que les femmes doivent retourner aux fourneaux. Mais entre le mépris total d'autrui et le refus total de la divergence, il y a autre chose. 11 y a une confrontation saine qui existe. Il y a un espace dans lequel côtoyer la différence, et même l'extrême différence, s'avère épanouissant. Là, la pensée peut se déployer comme jamais. Alors, si on en a envie et que le cadre s'y prête  : parlons politique à Noël. La ville de Montréal est si belle- et encore plus lors du temps des Fêtes, assure une lectrice. Voici les belles décorations du métro Parc. Et c'est encore plus beau la nuit, semble-t-il/COLLABORATION SPÉCIALE/PERRINE FORT Volume  : 19 Numéro  : 196 À Montréal, Métro est publié par Métro Média. 101, boul. Marcel-Laurin, Montréal H4N 2M3 Tél.  : 514 286-1066  : 514 286-9310 Imprimé par  : Transcontinental Transmag, 10807, rue Mirabeau, Anjou, Québec, HU 1T7 Distribué par Metropolitan Media Services Directrice de la distribution  : Danielle Tessier Directeur principal des ventes  : Patrick Marsan Contrôleur  : François Dallaire Directeur de l'information  : Olivier Robichaud Chef de pupitre  : Carole Côté Équipe de rédaction/Actualité en soirée  : Zoé Magalhaes Monde  : Chloé Machillot Réviseurs  : Pierre-Yves Thiran, Martin Benoit. Vous avez une opinion à nous faire parvenir ? opinions@journalmetro.com Vous voulez annoncer dans nos pages ? publicite@journalmetro.com Vous avez une nouvelle à nous faire parvenir ? info@journalmetro.com. ISSN 1716-9895 LE MOT DU JOUR ANTIDOTE Présenté par SOIGNEZ VOTRE LANGUE metr CADUC, adjectif AntiDoTe Définitions - Qui n'a plus cours. Loi caduque. [BIOLOGIE] Qui tombe ou se détache tous les ans. Feuilles caduques. WINDOWS I MAC I LINUX Bois caducs des cervidés. Étymologie - Du latin caducus,'qui tombe'. www.antidote.info Cooccurrences - accord caduc, loi caduque, traité caduc, contrat caduc, disposition caduque, argument caduc... 7



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :