Métro Montréal n°2019-12-19 jeudi
Métro Montréal n°2019-12-19 jeudi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2019-12-19 de jeudi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (279 x 286) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 24,4 Mo

  • Dans ce numéro : les travaux auront lieu en 2020.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
métr se.t LAÏCITÉ Demande d'appel sur la loi 21 Des groupes contestant la loi québécoise sur la laïcité ont indiqué hier avoir demandé à la Cour suprême du Canada de se pencher sur la récente décision de la Cour d'appel du Québec. Les plaignants dans cette affaire très médiatisée ont précisé qu'ils avaient envoyé une correspondance officielle au plus haut tribunal du pays.rc journalmetro.com Jeudi 19 décembre 2019 ACTUALITÉ 4 CORPS POLICIERS Renouer le lien avec bnnru ibtion Le temps est venu de réfléchir à la qualité des services offerts par la police au Québec, estime le gouvernement Legault. Tel qu'annoncé au début de l'automne, la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, a lancé hier une vaste réflexion sur l'avenir des corps policiers, remettant en question leur mandat, leurs pratiques et leur culture. PC GCM 30% La Confédération des syndicats nationaux (CSN) assure avoir fait tout en son possible pour sauver les régimes de retraite déficitaires des travailleurs des journaux du Groupe Capitales Médias (GCM). Les retraités accusent la CSN de les avoir sacrifiés pour sauver les employés actuels dans le cadre d'une relance par des coopératives du groupe, protégé de ses créanciers depuis août. Les régimes accusent un déficit de 65 M$ que le repreneur ne veut pas assumer, au risque de saboter la relance. Les retraités pourraient perdre 30% de leurs rentes si la relance du groupe est entérinée par la Cour supérieure. PC Commission Laurent Cinq recommandations urgentes Le but de la commission est de proposer des solutions pour améliorer la prise en char. e des enfants. ar les services sociaux./CATHY YEULET/123R2 SAMI BOUABDELLAH sbouabddlah@joumalmetro.com Une aide financière annuelle d'au moins 200 000 $ doit être accordée aux organismes communautaires, qui jouent un « rôle vital » dans le soutien aux citoyens. C'est là une des cinq recommandations préliminaires émises par la Commission spéciale sur les droits des enfants et la protection de la jeunesse. « Un nombre impressionnant de citoyens comptent sur les organismes communautaires à proximité de leur milieu de vie pour améliorer leur chance de ne pas décrocher socialement », affirme la commission dans un document. La présidente Régine Laurent et les 11 commissaires estiment que la préparation du prochain budget provincial « offre une occasion de faire bouger les choses sans attendre ». « Ce n'est pas nécessaire de réinventer la roue pour prendre soin de nos enfants », a dédaré Régine Laurent, qui propose aussi de revoir les conditions d'efficacité de programmes existants. Agir au plus tôt 11 y a notamment un « consensus » parmi les intervenants entendus par la commission sur la pertinence d'utiliser la déclaration de grossesse pour « amorcer systématiquement des services de soutien ». Il s'agit d'un formulaire rempli par le médecin ou la sage-femme et qui est transmis au CISC. La commission recommande aussi de bonifier et de déployer dans toutes les régions du Québec le programme de Services intégrés de périnatalité et pour la petite « La DPI, c'est-à-dire les soins intensifs des services sociaux, est pour plusieurs familles trop souvent la porte d'entrée pour obtenir toute forme d'aide. » Extrait d'un document de la Commission Laurent enfance (SIPPE), qui permet d'agir « efficacement et tôt dans la grossesse ». Ce programme s'adresse aux futurs parents et aux familles dont la femme enceinte ou la mère n'a pas terminé ses études secondaires et vit sous le seuil de faible revenu. Par ailleurs, la commission recommande que des stratégies soient mises en place pour rejoindre les familles vulnérables afin qu'elles utilisent les 5% de places en CPE qui leur sont réservées. Cette mesure s'adresse aux enfants suivis en CISC. Pour que les jeunes évitent la « marginalisation », le Programme Qualification des jeunes (PQJ), qui propose un accompagnement des jeunes âgés de 16 à 19 ans, doit par ailleurs être élargi. Les enfants ayant un dossier en vertu de la Loi sur les jeunes contrevenants ou de la Loi de la protection de la jeunesse devraient pouvoir bénéficier du PQJ, actuellement implanté dans la plupart des régions du Québec, mais avec un nombre de places restreint, « de sorte que peu de jeunes y ont accès ». En six semaines d'audiences, la commission a entendu 77 témoins et a reçu 789 courriels ainsi que 246 appels.
Migrants. Au Québec, pour obtenir un logement social ou une maison de deuxième étape pour les victimes de violence conjugale, il faut être résidant permanent ou citoyen canadien. À l'occasion de la Journée internationale des migrants, des organismes demandent au gouvernement d'élargir l'accès aux A r el ; ? e POUR LE DROIT POUR te OR Véronique Laflamme et Louise Riendeau/JOSIE DESMARAIS/MÉTRO logements sociaux. « On veut des logements sociaux pour tout le monde, peu importe le statut migratoire. » (7) LELASAVIC kavic@journalmetro.com Lors d'une conférence de presse, hier après-midi, plusieurs organismes ont dénoncé les « dénis du droit au logement » que subissent les personnes sans statut et les réfugiés. D'après la porteparole du Front d'action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU), Véronique laflamme, le Québec est une des seules provinces au Canada, avec l'Alberta, à être aussi restrictives dans l'accès au logement subventionné. En Colombie-Britannique et dans la plupart des grandes villes de l'Ontario, les demandeurs d'asile et les réfugiés ont accès au logement social. Dans d'autres provinces et territoires, comme le Manitoba, le Saskatchewan et le Yukon, les critères sont encore moins restrictifs 121 Jean Charest possible candidat L'ex-premier ministre du Québec Jean Charest songe sérieusement à se porter candidat à la succession d'Andrew Scheer, à la tête du Parti conservateur du Canada. L'information, d'abord divulguée par Radio-Canada hier aprèsmidi, a pu être confirmée par deux sources sûres en début de soirée. pc Véronique Laflamme, porte-parole du FRAPRU pour les personnes au statut migratoire irrégulier ou précaire. Selon Mme Laflamme, les personnes migrantes se retrouvent souvent dans des taudis où elles vivent des abus de la part de leurs propriétaires. « Ces dénis de droits que vivent nos locataires migrants à Montréal vont en empirant », ajoute-t-elle. Victimes de violence conjugale D'après la co-responsable des dossiers politiques du Regroupement des maisons pour femmes victimes de violence conjugale (RMFVVC) Louise Riendeau, une centaine de femmes au statut migratoire précaire ont été hébergées dans leurs maisons membres. « Elles doivent souvent y rester plusieurs mois, car elles n'ont pas droit aux HLM. Celles AIDE À MOURIR Trudeau respectera le jugement Si le ministre de la Justice a laissé entendre qu'il demanderait un délai pour obéir au jugement sur l'aide médicale à mourir, le premier ministre Justin Trudeau veut aller plus vite. En entrevue à la Presse canadienne hier, M. Trudeau a exprimé son intention de « respecter cette décision de la cour dans le plus bref délai possible ». PC ACTUALITÉ 5 Accès inégal aux logements sociaux qui en ont besoin n'ont pas non plus accès aux maisons de deuxième étape », soutient-elle. C'est le cas d'Angélique, qui est au centre Maison Secours depuis juillet. Son mari l'avait parrainée du Bénin. « Il ne nous nourrissait pas et je supportais la situation tant bien que mal, jusqu'au jour où il m'a mise dehors avec ma fille », confie-t-elle. Maribel a été victime de menaces de mort et a été séquestrée par son ex-conjoint. « Chercher un logement, c'est difficile pour moi, parce que je n'ai pas de résidence permanente et je n'ai pas d'emploi », dit-elle. « [Ces femmes] font face aux préjugés dont souffrent les femmes monoparentales et les femmes migrantes », renchérit Mme Riendeau. WILSON-RAYBOULD Élue Personnalité de l'année L'ancienne ministre de la Justice Jody Wilson- Raybould, qui était au coeur de l'affaire SNC- Lavalin, a été élue Personnalité qui a marqué l'année 2019. Les rédactions du pays interrogées par La Presse canadienne ont fait un choix sans équivoque, avec 56% des voix. LA PRESSE CANADIENNE limaxpoyffi CHERS RÊVEURS, IL SE PEUT ceuE CETTE ANNÉE, LE PÈRE NOËL NE PASSE PAS... Aton, pif, das cadeau timigéige.. RUESTDENIS cTî GILFORD'î% ROY + da 250 c000taferces à découvrir et redécouvrir Suivez-nous sur  : WWW.RUESAINIDENIS.CA FiLepurcour:SiDen



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :