Métro Montréal n°2019-12-16 lundi
Métro Montréal n°2019-12-16 lundi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2019-12-16 de lundi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (279 x 286) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 20,9 Mo

  • Dans ce numéro : des archéologues sous le chantier du REM.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
métr D." Uirf rAMEI e'TS ECHERCHÉS Metropolitan Media est à la recherche de camelots fiables pour la livraison de journaux à domicile (Gazette, National Post, Globe & Mail, Journal de Montréal, Le Devoir et autres) pour environ 200 clients dans la ville de Montréal VÉHICULE OBLIGATOIRE REVENUS entre 1400$ et 2000$ par mois HORAIRE Travail 3 à 4,5 heures par jour ; La distribution se fait entre 2 h 30 A.M. et 6 h 30 A.M. du lundi au vendredi et de 3 h 00 A.R. à 8 h 00 A.R. le samedi (livraison 6 jours semaine). Routes disponibles  : Dollard-des- Ormeaux, Beaconsfield, Baie-D'Urfé, Pointe-Claire, Dorval, Île Bizard Appel ou message texte Moe  : 514 771-9900 journaimetro.com Lundi 16 décembre 2019 ACTUALITÉ 4 Les 100 ans de Réinventer la politique municipale québécoise La politique municipale s'est fortement métamorphosée depuis le début du XXe siècle. Au centre de cette évolution, l'Union des municipalités du Québec (UMQJ, qui, 100 ans après sa création, est plus utile que jamais, soulignent certains de ses ex-présidents. En octobre dernier, l'UMQ s'est placée au centre de la négociation du dernier pacte fiscal entre Québec et les municipalités. Sauf que les ententes d'imposition n'ont pas toujours fait partie du mandat de l'Union, note l'historien Harold Bérubé, qui a écrit un livre sur le centenaire du groupement québécois. C'est en 1918, à la suite de la création du premier Département des affaires municipales — ensuite devenu un ministère —, que les municipalités se dotent d'une organisation commune. Le premier grand combat de l'UMQ s'orientera autour de la prestation de services dans les municipalités. À l'époque, constate M. Bérubé, plusieurs entreprises privées s'occupent de fournir l'électricité et d'entretenir les aqueducs. « Dès le début du) OCe siècle, beaucoup de municipalités rechignent contre ça. Parce que ces entreprises signent souvent des monopoles qui n'ont pas d'allure », indique l'historien. Dans les années 1930, l'UMQ fait campagne pour « municipaliser l'électricité à la grandeur de la province ». Pouvoir fiscal Un siècle plus tard, l'UMQ patauge toujours dans de vieux débats, souligne Suzanne Roy, présidente par intérim de l'Union. « Il va falloir que les enjeux verts mobilisent davantage le monde municipal. » Suzanne Roy, présidente par intérim de l'UMQ Routes disponibles  : Saint-Henri, Pointe- Saint-Charles, Côte-des-Neiges, Snowdon, Ville St-Laurent, Westmount, Verdun, Lasalle, Lachine. Appel ou message texte Linda  : 514 823-4886 « On pense à la dépendance à l'impôt foncier. La façon dont sont financées les municipalités répond de moins en moins à la réalité de leurs actions », soutient Mme Roy. Une réforme fiscale permettra aux villes de mieux affronter les changements climatiques, soulignent l'ensemble des présidents interrogés par Métro. Suzanne Roy appelle à une fiscalité adaptée au réchauffement de la planète. « C'est notre grand défi. Les villes sont les premières intervenantes en matière de changements climatiques. Trop souvent, on n'a pas les moyens de nos ambitions », ajoute la mairesse de Sainte-Julie. FRANÇOIS CARABIN p Royalmount, un projet contesté Urbanisme. Un regroupement citoyen montréalais profitera du prochain conseil municipal de la Ville de Mont-Royal, ce soir, afin de réitérer sa demande d'imposer un moratoire sur la construction du controversé projet Royalmount. FRANÇOIS CARABIN fcarabin@journalmetro.com Le comité citoyen Royalement contre Royalmount milite depuis quelques mois contre le mégaprojet de centre commercial situé au croisement des autoroutes 15 et 40, à Ville de Mont- Royal. En vue de son action ciblée ce soir, la coalition appelle à « la mobilisation citoyenne », signale l'homme derrière le mouvement, Pierre Avignon. M. Avignon souhaite d'ailleurs aller chercher du soutien auprès d'une nouvelle actrice, la ministre responsable de la Métropole, Chantal Rouleau. « La responsabilité du gouvernement est d'assurer une meilleure fluidité sur le réseau autoroutier, ce à quoi nous travaillons avec nos partenaires et en collaboration avec le promoteur », assure dans un courriel l'attaché de Mme Rouleau, Justin Carrier. Appui montréalais M. Avignon soutient déjà avoir l'appui de la Ville de.'La première phase du projet devrait être terminée en 2022./PABLO ORTIZ/MÉTRO « [Ville de Mont-Royal] va être un des plus gros producteurs de CO2 dela région de Montréal avec ce projet-là. » Pierre Avignon, membre du comité Royalement contre Royalmount Montréal dans sa fronde contre Royalmount. Le seul hic  : Royalmount n'est pas officiellement installé sur le territoire de la ville-centre. Toutefois, à ses yeux, « il apparaît légitime qu'une ville voisine revendique un droit à intervenir dans le cadre d'un tel projet, qui ne sera pas sans effet sur sa population ». La mairesse de Montréal, Valérie Plante, a maintes fois exprimé son opposition au plan de développement commercial. Selon elle, Royalmount « n'a pas d'acceptabilité sociale ». Greenwashing Au mois d'août, le promoteur derrière Royalmount, Carbonleo, a révisé ses plans originaux pour inclure une passerelle piétonne ainsi que des toits verts au futur centre commercial. L'ajout d'une école est aussi prévu. Pas de quoi impressionner Pierre Avignon, qui dénonce une tentative de greenwashing. « On parle de toits verts, mais des toits verts, ça ne compense pas 70000 déplacements [en voiture] de plus par jour », alerte-t-il. Mobilisation Royalement contre Royalmount s'allie à des coalitions comme La Planète s'invite au parlement pour faire mousser l'opposition citoyenne au projet. « Il faut faire comprendre que l'enjeu de Royalmount est un enjeu de pollution. C'est l'équivalent du troisième lien à Québec », insiste M. Avignon. Une ruelle condamnée Cette ruelle située derrière la rue Richard, à l'angle du boulevard LaSalle, a été convertie en ruelle verte cet automne sans que l'arrondissement consulte les deux voisins immédiats de ce passage. La décision a donc créé le mécontentement de certains alors que d'autres se réjouissent qu'elle soit devenue piétonne./GOOGLE STREET VIEW
Des indemnités de 1000 $ en cas de retard de vol Transport. Le nouveau Règlement sur la protection des passagers aériens — ou Charte des voyageurs — entrait en vigueur dimanche au Canada. Désormais, les passagers affectés par un vol en retard peuvent recevoir des indemnités allant jusqu'à 1000 $. a 30% FRANÇOIS CARABIN fcarabin@journalmetro.com « Les passagers aériens pourront désormais exercer leurs pleins droits lorsque les choses ne se dérouleront pas comme prévu », a affirmé le ministre canadien des Transports, Marc Garneau, hier. Les indemnités commencent après trois heures d'attente. Le maximum de 1000 $ s'appliquera après neuf heures de retard de la part des grands transporteurs. L'entreprise qui contrevient aux règles devra aussi fournir des « commodités » à ses passagers, comme des collations et l'accès à des réseaux de communication. A contrario, « la charte est moins exigeante envers les transporteurs lorsqu'un retard ou une annulation est/ADRIAN WYLD/LA PRESSE CANADIENNE ‘14 E1 LE NPL Nr-15 41An SzieTS AT TI-IL L'aéroport Pierre-Elliott-Trudeau/PABLO ORTIZ/MÉTRO causé par un facteur hors de leur contrôle, comme une catastrophe naturelle », a fait savoir CAA-Québec dans un communiqué. Autre aspect phare de cette nouvelle charte  : les frais de réservation pour s'asseoir près de ses enfants à bord de l'appareil seront éliminés. Les compagnies de transit aérien ne pourront imposer de frais si l'enfanta moins de 14 ans. Le ministre Garneau assure que Transports Canada a élaboré la Charte des voya- Les principaux partis politiques fédéraux échouent à demander à leurs membres un consentement éclairé à la collecte, à l'utilisation et à la divulgation de leurs renseignements personnels, conclut une analyse du commissariat à la protection de la vie privée. Selon ce rapport interne obtenu par La Presse canadienne grâce à la loi sur l'accès à l'information, les partis n'ont pas établi de limites spécifiques quant à l'utilisation et à la conservation des données. Ils ne donnent pas assez de renseignements sur geurs avec « l'aide des commentaires des voyageurs et des transporteurs aériens ». La première version du règlement, en application depuis l'été dernier au pays, prévoyait entre autres mesures des compensations financières pour des bagages qui avaient été égarés. Une charte controversée Exigée depuis longtemps par les consommateurs, cette modification du règlement ne fait pas l'unanimité. Cer- les mesures de sécurité pour les protéger ni sur la façon dont les gens peuvent vérifier si elles sont exactes. Ce rapporta été rédigé à la fin du mois d'août. Les renseignements sur les électeurs potentiels peuvent être extrêmement précieux pour les partis politiques. Ils leur permettent de mieux repérer les sympathisants ou de rédiger leur programme. Cependant, l'inquiétude grandit depuis longtemps quant à la façon dont les partis utilisent les données personnelles, d'autant plus que les principales lois fédérales 5 V. Le défi de faire connaître l'ensemble des mesures sera grand, car « 56% des Canadiens ne sont pas au courant qu'ils ont des droits lorsqu'ils voyagent en avion », rappelle CAA-Québec. tains experts dénoncent une mesure moins efficace en apparence que les règles européennes, lesquelles demandent aux transporteurs aériens d'acheminer le plus rapidement possible un client vers d'autres vols similaires. Selon le PDG du cabinet d'avocats Vol en retard, Jacob Charbonneau, la charte européenne est « simple » et « couvre large », contrairement au nouveau document. La mise en place de la charte survient dans un contexte d'achalandage accru dans les aéroports. Montréal-Trudeau, par exemple, s'attend à recevoir environ 500 000 passagers durant les Fêtes. Le président de l'Office des transports du Canada, Scott Streiner, considère que « les passagers disposent maintenant d'un ensemble clair et complet de droits ». « [Ils] contribueront à leur assurer un traitement équitable lorsqu'ils voyagent par avion », a-t-il fait valoir dans un document de presse. Les partis protègent mal leurs données sur la confidentialité ne s'appliquent pas à eux. Le bureau du commissaire a évalué les politiques de confidentialité des libéraux, des conservateurs, des néo-démocrates, des verts et des bloquistes à la suite de l'entrée en vigueur des modifications à la Loi électorale du Canada, le ter avril. La loi oblige désormais les partis à rédiger des politiques de confidentialité visant à protéger les renseignements personnels de leurs membres, à les soumettre à Élections Canada et à les publier en ligne. ACTUALITÉ 5 Politiour François Legault prépare déjà sa sortie L'ivresse du pouvoir a une date de péremption pour le premier ministre François Legault, qui commence déjà, malgré une cote de popularité au zénith, à préparer sa sortie. Pas question pour lui de chercher à s'incruster en réclamant un troisième, voire un quatrième mandat. Quoi qu'il arrive, avant la fin d'un éventuel deuxième mandat, il aura quitté la politique. En entrevue à La Presse canadienne, cette semaine, en marge de la mission qu'il dirigeait en Californie, M. Legault a dit qu'il n'entendait pas déroger à son plan de match  : il sera sur les rangs en 2022 pour obtenir un second mandat. Et s'il l'obtient, il prévoit partir dans la seconde moitié du mandat. Il ne se voit pas, dit-il, comme un politicien de carrière, obsédé par ce qu'il appelle « le plaisir du pouvoir ». La durée et le nombre de mandats n'ont donc aucune importance pour lui, assuret-il. « Pouvons-nous être meilleurs, être plus fiers d'être Québécois ? C'est ça qui me motive, ce n'est pas la question du pouvoir. » Il avait déjà annoncé ses couleurs quand il a fait son grand retour en politique en 2011, en déclarant  : « Je ne souhaite pas, si je retourne en politique, en faire une carrière. » Il s'était fixé alors un horizon de 10 ans, qui approche de son terme. Au vu des résultats du rapport, les partis souhaitent améliorer leurs pratiques. Chaque parti a indiqué que des employés seraient formés à la gestion des données personnelles. Selon le rapport, même si les partis ont établi un cadre pour obtenir le consentement des individus quant à l'utilisation et à la collecte de données personnelles, ils n'ont pas fourni de preuves suffisantes que ce consentement est valide et informé. PC François Legault/JACQUES BOISSINOT/LA PRESSE CANADIENNE « Je n'ai pas d'inquiétudes. Ça me fait même plaisir de voir qu'il y a la relève qui pousse. » François Legault, premier ministre du Québec Un « gars de résultats » Le fait de renoncer d'emblée à multiplier les mandats éclaire son style de gouvernance, axé sur la performance. « Moi, je suis un gars de résultats. Je veux voir des résultats », résume le premier ministre pour justifier sa façon de gouverner. Il sait qu'il a l'obligation de « livrer la marchandise », car les attentes de la population sont élevées. LA PRESSE CANADIENNE FISCALITÉ Le Canada nIii nmfiflhip Le ministre des Finances Bill Morneau était au courant que l'environnement fiscal des entreprises ayant des activités au Canada était meilleur que celui des États-Unis — même après les fortes réductions du gouvernement dirigé par Donald Trump — plusieurs mois avant de donner un nouveau coup de main aux entreprises canadiennes. Ces mesures devraient coûter 14 G$ sur cinq ans au trésor public. PC



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :