Métro Montréal n°2019-12-13 vendredi
Métro Montréal n°2019-12-13 vendredi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2019-12-13 de vendredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (279 x 286) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 19,4 Mo

  • Dans ce numéro : 73 M$ pour le Grand parc e l'Ouest.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
REGROUPÉS POUR MIEUX VOUS SERVIR ! EN DÉCEMBRE, CES CENTRES LOCAUX D'EMPLOI DE L'ÎLE-DE-MONTRÉAL DEVIENNENT DES BUREAUX DE SERVICES QUÉBEC  : UNE FOULE DE SERVICES VOUS SONT OFFERTS. SOUS UN MÊME TOIT Renseignements sur les programmes et services gouvernementaux Accompagnement dans vos démarches administratives Saint-Michel 23 décembre Parc-Extension 16 décembre Ahuntsic 9 décembre Hochelaga- Maisonneuve 23 décembre Ouest-de-l'île 16 décembre LaSalle 9 décembre Aide à l'emploi Aide aux entreprises Aide sociale Convivial. Accessible. Direct. eur vn.u. Québec Votre Ible gouvernement% Assermentation Mercier 16 décembre Immigration, francisation et intégration LE SAVIEZ-VOUS ? Pour connaître les adresses des bureaux de Services Québec de l'île-de-Montréal, rendez-vous au Québec.ca, à la section Nous joindre. À compter du 27 janvier 2020, tous les centres locaux d'emploi de l'île-de-Montréal seront des bureaux de Services Québec. (Ahuntsic et Ouest-de-l'île) Québec.ca 1 877 644-4545 (sans frais) Québec I 121 I g
journaimetro.com métr Week-end 13-15 décembre 2019 AC'PLI Montréal avance vite pour son Grand parc de l'Ouest L'administration de Valérie Plante prend les moyens en vue de la réalisation du Grand parc de l'Ouest. La Ville de Montréal a acquis un terrain de 140 hectares dans Pierrefonds- Roxboro au coût de 73 M$ afin de faire avancer ce projet. (r(7. ! e ZACHARIE GOUDREAULT zgoudreautt@journatmetro.com « Ce terrain va agir comme un pivot pour permettre aux Montréalais de circuler entre les différentes composantes de cet immense espace vert », a déclaré hier la mairesse de Montréal, Valérie Plante, qui a aussi qualifié cette acquisition de « pièce maîtresse » du Grand parc de l'Ouest. L'acquisition de ce terrain, qui comprend des friches agricoles et des milieux naturels situés dans l'ouest de l'arrondissement, résulte d'une entente entre la Ville et le promoteur Grilli Développement inc. Poursuite Ce dernier fait partie du groupe de promoteurs qui veulent aménager 5 500 logements dans Pierrefonds-Ouest dans le cadre du projet de Cap- Nature. Grilli Développement a toutefois décidé de conclure des ententes à l'amiable avec la Ville, tandis que les autres promoteurs derrière ce projet ont entamé une poursuite de plus 170 M$ contre la Ville de Montréal. « Dans Pierrefonds-Ouest il ne nous reste plus que 50 hectares à acquérir », s'est réjoui Mme Plante. La mairesse a Valérie Plante s'est réjouie hier de l'acquisition par la Ville d'une nouvelle parcelle de terrain./JOSIE DESIMAIS/METRO d'ailleurs confirmé que ce litige en cour se poursuit, sans toutefois donner plus de détails. Sur l'ensemble de la facture de cette transaction, 42 M$ ont été déboursées par l'agglomération de Montréal. Les 29 M$ restants proviennent de l'aide financière de 50 M$ accordée par Ottawa pour l'ensemble de ce projet. « L'idée d'être plus résilient face aux changements climatiques, c'est non seulement de préserver des espaces humides, mais aussi de ne pas construire dessus, comme c'était prévu à l'origine », a laissé tomber Mme Plante. Série d'acquisitions Ce terrain est le plus grand acquis dans les derniers mois par la Ville pour le projet de Grand parc de l'Ouest. La Ville a notamment déboursé 5,1 M$ à la mi-octobre pour acquérir un terrain de près de 10 hectares dans Sainte-Annede-Bellevue. La Ville a aussi acquis la semaine dernière deux terrains sur L'île-Bizard tota- lisant environ 25 hectares. Elle a par ailleurs approuvé mercredi un don d'un citoyen de Pierrefonds-Roxboro, Jean- Louis Julien, qui lui a offert un terrain vague de 2 500 m2 afin de faciliter la réalisation de ce projet. « Il y a beaucoup de bénéfices liés à l'acquisition de milieux naturels, que ce soit la qualité de l'air, la lutte contre les îlots de chaleur et les inondations », a réagi en marge de l'annonce le responsable des campagnes espaces verts et milieux naturels au Conseil régional de l'environnement (CRE) de Montréal, Emmanuel Rondia. À terme, la Ville entend réaliser le plus grand parc municipal du Canada dans l'ouest de l'île. Cet espace vert aura une superficie de plus de 3 000 hectares, ce qui équivaut à huit fois la taille de Central Park, à New York. Le territoire visé englobe entre autres les parcs-nature de l'Anse-à-l'Orme et du Boisde-L'île-Bizard ainsi que des terres agricoles et privées. Legault peu crédible en matière d'environnement Le gouvernement souffre d'un déficit de crédibilité en matière de protection de l'environnement, et le premier ministre François Legault affirme en être bien conscient. En Californie cette semaine, il a cherché à casser cette image d'homme de droite peu soucieux de la crise climatique. LA PRESSE CANADIENNE 175 En tenant compte de cette nouvelle acquisition, la Ville affirme avoir réussi à protéger 175 nouveaux hectares de milieux naturels dans le Grand parc de l'Ouest au cours des derniers mois. « Ça reflète notre vision dans l'ouest de l'île en matière de protection des espaces verts », a commenté à Métro la mairesse de Sainte-Annede-Bellevue, Paola Hawa, qui appuie ce projet. Un parc dans l'Est ? S'il appuie ce projet, Emmanuel Rondia demande à la Ville de ne pas négliger l'est de l'île. « Il y a de grands besoins en matière d'accès à la nature dans l'est de l'île aussi », a-t-il rappelé. « Il ne faut pas tomber dans le piège de la comparaison. Dans l'ouest de l'île, on avait des espaces verts qui sont à l'état naturel. Donc, les protéger, ça allait de soi », a réagi Mme Plante. Logement Une croissance plus forte qu'ailleurs Montréal devrait enregistrer la plus forte croissance des prix de vente des logements de toutes les métropoles canadiennes l'an prochain, selon un rapport. « C'est très surprenant, je ne croyais pas voir de mon vivant que Montréal aurait une croissance plus soutenue que Toronto et Vancouver pendant plusieurs trimestres de suite », s'étonne le directeur général de Royal LePage pour le Québec, Dominic Saint-Pierre. Moins abordable Déjà, en avril, un rapport de l'entreprise soulignait que l'écart se resserre entre le marché immobilier de Toronto et celui de Montréal. la métropole québécoise demeure toutefois beaucoup plus abordable que la Ville reine, où le prix moyen d'une propriété devrait atteindre 883 700 $ l'an prochain. « Montréal est quand même toujours une des grandes villes les plus abordables du monde », rappelle M. Saint- Pierre. Ce dernier concède SUITE DE LA UN Des dizaines de plaintes La décision arrive après plusieurs semaines de controverse. Au début décembre, une plainte a été déposée au Conseil canadien de la magistrature contre la juge en chef de la Cour d'appel, Nicole Duval Hesler, entre autres pour des propos tenus pendant qu'elle entendait les arguments pour et contre la loi 21. C'est l'historien et professeur au Collège Dawson, Frédéric Bastien, qui a déposé la première plainte à contre Mme Duval Hesler au Conseil de la magistrature. Depuis, des dizaines de plaintes ont été envoyées à l'institution pour les mêmes motifs. HENRI otumErrevtarria Le centre-ville de Montreal/JOSIE DESMARAIS/ARCHIVES MÉTRO 5, Selon l'agence immobilière Royal LePage, le prix moyen des propriétés dans le Grand Montréal grimpera de 5,5% l'an prochain, à 457 900 $. toutefois qu'il sera de plus en plus difficile pour les résidants du Grand Montréal d'amasser la somme nécessaire pour s'acheter un logement ZACHARIE GOUDREAULT POLLUTION Investir dans la qualité de l'air Il faudrait attendre 2024 pour avoir une idée claire de l'incidence de la qualité de l'air sur la santé des citoyens. Selon la Direction régionale de la santé publique (DRSP), les dernières études sur la qualité de l'air dans l'est réclamées par la ville de Montréal coûteraient jusqu'à 350 000 $. La DRSP estime qu'un « soutien financier de la part de la Ville serait donc essentiel ». Cette démarche fait suite au rapport qui révélait à l'automne 2018 que des émissions d'arsenic de la compagnie CCR avaient été de 200 à 400% supérieures aux normes fixées par la Communauté métropolitaine de Montréal. LE FLAMBEAU MERCIER-ANJOU 3



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :