Métro Montréal n°2019-12-11 mercredi
Métro Montréal n°2019-12-11 mercredi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2019-12-11 de mercredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (279 x 286) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 22,9 Mo

  • Dans ce numéro : des batteries recyclées à Montréal.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
journaimetro.com métr rilL111). Mercredi décembre 2019 MUSIQUE Décès de la chanteuse de Roxette La chanteuse du groupe suédois Roxette, Marie Fredriksson, voix des tubes It Must Have Been Love et Tire Look, est décédée des suites d'un cancer, a annoncé hier son gérant. Marie Fredriksson, 61 ans, était soignée depuis 2002 pour une tumeur cérébrale. En rémission, elle était repartie en tournée et avait retrouvé les studios en 2010, mais, six ans plus tard, ses médecins lui avaient conseillé de prendre du repos. Formé en 1986 par Marie Fredriksson et le guitariste Per Gessle, Roxette a vendu près de 80 millions d'albums, rejoignant la liste des groupes suédois de renommée mondiale comme ABBA, Ace of Base, The Cardigans ou Europe. AGENCE PRANCE-PRESSE JUSTICE Bill Cosby débouté en appel La condamnation de Bill Cosby pour agression sexuelle a été confirmée hier en appel par la Cour supérieure de Pennsylvanie, douchant les espoirs du comédien américain d'annuler sa condamnation. Condamné en septembre 2018 à une peine minimum de trois ans de prison, Bill Cosby, qui est depuis en détention, a encore la possibilité de saisir la Cour suprême de Pennsylvanie, la plus haute juridiction de l'État Le créateur du Cosby Show avait été reconnu coupable par un tribunal d'avoir agressé sexuellement Andrea Constand, une femme qu'il avait invitée à son domicile en 2004.up Alexis Bernatchez et son numéro de diabolo sur glace/JOSIE DESMRAIS/MÉTRO « Ses compétences sur la glace, son énergie et sa personnalité pleine d'humour ont décidé le metteur en scène à choisir Alexis et personne d'autre pour ce rôle. » Patricia Ruel, directrice de création au Cirque du Soleil nrneedaenni nia I `e eq.nnfct cf Igloofest a confirmé hier le retour de Kaytranada sur la scène du festival. Le producteur montréalais de renommée mondiale sera en action sur la place Jacques-Cartier le ter février prochain. Son nom s'ajoute notamment à celui de Loud, qui se produira au cours d'une soirée 100% rap local le 30 janvier. MÉTRO Une étoile sur glace Scèn Patineur, jongleur et clown à ses heures, le jeune Rimouskois Alexis Bernatchez brille sous les projecteurs du Cirque du Soleil dans son nouveau spectacle, Axel. CHLOÉ MACHILLOT cmachillot@journalmetro.com Il y incarne le personnage de Quartz, alter ego héroïque et clownesque du personnage principal. Un rôle pas si différent de sa personnalité, qui met en lumière ses performances d'athlète et son talent pour la comédie, cultivé depuis qu'il est tout petit ! Métro est allé le rencontrer en pleine répétition. Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ? Je suis un artiste de 25 ans qui vient de la région, qui a tout laissé derrière lui pour faire du cirque et qui est bien content d'être ici [au Cirque du Soleil] au final. J'ai quitté Rimouski à 19 ans pour aller faire l'École de cirque de Québec. À 22 ans, j'ai exercé en tant que travailleur autonome, puis, cette année, le Cirque du Soleil m'a approché. J'ai tout de suite dit oui ! Quels sont vos plus vieux souvenirs sur des patins ? Tout ce dont je me souviens, c'est de beaucoup d'ecchymoses ! Mais je me suis relevé, j'avais envie d'être là. J'ai continué puis, après un certain temps, je ne suis plus tombé, je suis devenu à l'aise, beau et bon. Puis le Cirque du Soleil m'a engagé. Comment se passe votre premier emploi au Cirque du Soleil ? On a commencé la création du spectacle début juin et on est en représentations depuis septembre. Pour atteindre le niveau requis pour ce show, je me prépare depuis des années. Patinage, jonglerie, jeu de clown  : ça fait au moins sept ans que je m'entraîne tous les jours. Pouvez-vous nous parler de votre personnage dans le spectacle Axel ? Quartz est l'alter ego d'Axel [le personnage principal], c'est Axel lui-même qui se dessine en superhéros. Il n'est pas stupide, mais un peu maladroit, et prend tout avec humour. Il sait qu'il est fort, comme un superhéros, mais il se met tout le temps dans des situations fâcheuses et finit sur le cul, avant de s'en sortir, évidemment, mais on ne veut pas tout révéler ! En quoi étiez-vous fait pour ce rôle ? Je suis super à l'aise sur scène, un vrai showman. J'aime faire rire le public ; c'est le côté clownesque qui caractérise bien le personnage de Quartz. Et je dois préciser que j'ai ce caractère dans la « vraie » vie aussi. Bon, je ne fais pas des niaiseries 24 heures sur 24, mais disons 22 heures sur 24 ! C'est donc assez facile pour moi d'incarner un personnage aussi clownesque. Et puis, je peux évidemment y ajouter mon grain de sel ; c'est très fluide, très naturel, et j'espère que le public ressent combien j'y prends plaisir. Avez-vous toujours voulu faire le clown ? Quand j'étais jeune, j'avais un problème de bégaiement. Alors, je cherchais comment vaincre ça et je me suis rendu compte qu'avec l'humour, ça se passait mieux, j'étais moins gêné. Puis, à force de faire le clown, je me suis dit que j'aimerais en faire mon métier. Au début, c'était plus une échappatoire pour communiquer sans avoir peur de p-p-p-parler, parce que j'étais bègue, mais au final, c'est juste devenu ma personnalité. À quoi ressemble votre quotidien d'artiste pour le Cirque du Soleil ? Quand on ne voyage pas pour la tournée, j'essaie de jongler et de patiner tous les jours. Je fais aussi de l'entraînement en salle quotidiennement. Et je travaille ma flexibilité. Ce sont des exercices préventifs pour éviter de me faire mal, car notre corps est soumis à divers risques de blessures. Pour le reste, c'est juste des activités banales, mais je fais toujours attention à mon hygiène de vie. Avoir assez de sommeil et une bonne alimentation, c'est primordial. Quelle est l'ambiance au sein de la troupe d'Axe ! ? On a une belle équipe de gens qui sont contents d'être ici. Ça se sent et ça donne le goût de se lever le matin pour aller travailler. Il faut dire que quand tu fais du cirque, tu es là parce que c'est ta passion. Si tu n'aimes pas ce que tu fais, si t'as pas envie d'être sur scène, le public va le remarquer. Donc, le fait qu'on soit tous réunis autour de la même passion donne une ambiance très agréable. Axel Au Centre Bell Du 19 au 29 décembre 8
Fanny et Alexandre, d'Ingmar Bergman/COLLABORATION SPÉCIALE Offrir le meilleur du septième art Idées-cadeaux Qu'il soit de fiction ou documentaire, le cinéma est destiné à faire vivre des émotions fortes. Offrez des moments cathartiques à vos proches grâce à ces grands classiques du septième art. MARYSE DERAÎCHE mderaiche@journatmetro.com La dolce vita Le maestro Federico Fellini vous propose un film dramatique italien mettant en vedette Marcello Mastroianni et Anita Ekberg. Gagnant de la Palme d'or du Festival de Cannes de 1960, La dolce vita raconte l'histoire d'un journaliste à potins à la recherche de l'amour et du bonheur. Une course folle de sept jours et sept nuits dans Rome. Le sacrifice Tourné en moins de deux mois en Suède, Le sacrifice, du réalisateur russe Andreï Tarkovski, raconte l'histoire d'Alexander (Erland Joseph- son). Alors qu'une guerre nucléaire mondiale est déclenchée, Alexander fait le voeu à Dieu de renoncer à ce qui lui est le plus cher et de ne plus prononcer une parole si tout redevient comme avant. Fanny et Alexandre Cette oeuvre d'Ingmar Bergman a d'abord été un film télévisé divisé en 4 parties totalisant 312 minutes. Il a ensuite été offert en salle en version de 188 minutes. Le film dépeint la vie d'un jeune garçon, Alexandre, et de sa soeur Fanny au sein d'une famille aisée, les Ekdahl. Les deux enfants subissent le remariage de leur mère avec un prédicateur tyrannique. Trilogie de la vie Le décameron, Les contes de Canterbury et Les mille et une nuits composent un triptyque débauché. Dans cette oeuvre, le réalisateur Pier Paolo Pasolini défie la culture de consommation et célèbre le corps humain non corrompu, tout en commentant les moeurs et les hypocrisies sexuelles et religieuses de son époque. La nuit américaine Le réalisateur François Truffaut se met lui-même en scène dans ce long métrage qui raconte l'histoire de CULTUILi. 9 4'Ferrand (François Truffaut), un cinéaste qui fait face à une panoplie d'imprévus au cours du tournage de son film. Les parallèles entre la vie réelle et les rôles des acteurs sont permanents ; c'est un film dans un film. Le charme discret de la bourgeoisie Comédie française du réalisateur surréaliste espagnol Luis Bufiuel, Le charme discret de la bourgeoisie dénonce les conventions et la bienséance de la bourgeoisie à l'occasion d'un repas entre trois notables, repas qui n'a jamais lieu pour des raisons tout aussi absurdes les unes que les autres. Le décalogue Ce que le réalisateur polonais Krzysztof Kidlowski vous propose avec Le décalogue, c'est une suite de 10 films d'environ 55 minutes chacun. Inspirés du décalogue biblique, les films, produits par la télévision polonaise, mettent en scène des habitants d'un même quartier en périphérie de Varsovie, résidant pour la plupart dans le même immeuble. Tous ces films sont proposés en DVD ou en Blu-ray. 41.M."-.1M - Pagagez la nouvelles Joignez-vous à la communauté du journal Métro ! lisez-nous, aimez-nous et suivez-nous sur nos plateformes sociales. T métre.t "Je journalmetro.com



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :