Métro Montréal n°2019-12-05 jeudi
Métro Montréal n°2019-12-05 jeudi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2019-12-05 de jeudi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (279 x 286) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 17,5 Mo

  • Dans ce numéro : construire plus en hauteur à Montréal.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
Journée internationale des BÉNÉVOLES Utilisez le mot-clic #MerciBénévoleszoig Aux plus de 2.2 millions de bénévoles du Québec... Aujourd'hui, nous souhaitons souligner votre apport inestimable. Peu importe votre domaine d'implication, sachez que vous faites une différence incroyable dans nos vies. RÉSEAU DE L'ACTION BÉNÉVOLE DU QUÉBEC Du fond du coeur, merci !.I..1/4 14.41.0 teir 044.:-.1411.:11-11.Mt011.0. Ili ACTION BÉNÉVOLE QUÉBEC CONCOURS PHOTO Prenez une photo de la tour du Stade olympique de Montréal qui sera éclairée spécialement pour souligner cette journée. Vous pourriez remporter une carte-cadeau de 100$ de Gosselin photo. Consultez les conditions du concours sur : rabq.ca/concours métr Controverse lfAssociation de droit Lord Reading et Nicole Duval Hesler prennent leurs distances. Les deux parties ont convenu hier soir de reporter l'allocution de la juge en chef de la Cour d'appel qui devait avoir lieu le 10 décembre à Westmount. r 1. 1 HENRI OUELLETTE-VÉZINA houeette-vezina@journalmetro.com La nouvelle tombe trois jours après qu'une plainte a été déposée contre la juge au Conseil canadien de la magistrature (CCM) pour des propos prononcés pendant les audiences de la loi 21 sur la laïcité de l'État. Mme Hesler devait prononcer une conférence intitulée « Comment éviter les conflits d'intérêts à la Cour d'appel » à la synagogue Shaar Hashomayim. Selon le président de Lord Reading, Gregory Azancot, la décision de reporter la conférence découle surtout d'un malentendu. Il soutient que la juge Hesler ignorait que son association avait déposé une intervention dans une « cause en parallèle » pour présenter ses arguments devant la cour, dans un dossier concernant la Loi sur la Laïcité. C'est ce point qui causerait un malaise, la juriste devant justement trancher un litige portant sur cette même loi, ce qui la placerait en conflits d'intérêts. TARIFS D'ÉLECTRICITÉ Legault n'exclut pas le bâillon François Legault a déclaré hier être déterminé à faire adopter le projet de loi 34 sur les tarifs d'électricité avant le ler janvier 2020. Or, la session parlementaire se termine demain. En journaimetro.com Jeudi 5 décembre 2019 4 Duval Hesler une allocution COUR D'APPEL DU QUÉBEC ÉDIFICE ERI1E5T-CORMIER Qteber SC La Cour d'appel du Québec/ZACHARIE GIRIDREAIRVARCHIVES MÉTRO « Nous avons mutuellement décidé de reporter sa présentation devant l'Association. » Gregory Azancot, président de Lord Reading Les effets d'une plainte C'est l'historien Frédéric Bastien, aussi professeur au Collège Dawson et auteur du livre La bataille de Londres, qui a déposé la plainte à l'origine de la controverse entourant Mme Hesler le ter décembre dernier. D'après lui, la juge a manqué à son devoir de réserve en se demandant qui souffre davantage de la loi 21. « Les allergies visuelles de certaines, ou les enseignantes qui perdent la possibilité de s'engager dans la profession qu'elles ont choisie ? » s'était-elle interrogée pendant la séance de la Cour d'appel. L'historien avait aussi condamné la présence de la juriste à l'Association de droit Lord Reading, dédiée à la promotion des intérêts des membres juifs du Barreau du Québec. « Elle aide à financer une organisation qui s'op- mêlée de presse, le premier ministre n'a pas exclu de recourir au bâillon pour forcer l'adoption expéditive du projet de loi. Si ce scénario se concrétise, ce serait un troisième bâillon pour le gouvernement de la Coalition avenir Québec en six mois. LA PRESSE CANADIENNE pose activement à la loi qui est l'objet d'un litige devant son tribunal », a-t-il déploré. L'avis d'un expert Pour le professeur à la Faculté de droit de l'Université Laval Louis-Philippe Lampron, Mme Hesler a très bien fait de se retirer. « L'enjeu ici n'est pas de savoir si elle était en conflit d'intérêts avéré. On est vraiment dans une apparence de conflit d'intérêts », explique-t-il à Métro. L'expert en droits et libertés de la personne se dit d'ailleurs très « étonné » des propos de Mme Hesler dans ce dossier. Si l'incidence légale de ces commentaires est pour l'instant minime, M. Lampron souligne que, « si la juge ne se récuse pas et que le jugement est défavorable, c'est certain que ces propos-là vont être mis de l'avant en appel ».
métr, 1r1 journaimetro.com Jeudi 5 décembre 2019 MC 1E Trump traite Trudeau d' « hypocrite » Sommet de l'OTAN. Entre les dissensions exposées au grand jour et un Trump vexé par un Trudeau « hypocrite », le 700 anniversaire de l'OTAN a ressemblé hier à un rendez-vous manqué, malgré la volonté de cohésion de ses membres face aux défis qui émergent trois décennies après la fin de la Guerre froide. Défis posés par le terrorisme, la Chine et la Russie, opération turque lancée en Syrie sans concertation avec les alliés, insistance américaine à faire payer davantage les alliés  : les sujets difficiles ne manquaient pas lors de la réunion organisée sur un golf de luxe à Watford, dans la banlieue de Londres. Au final, c'est une vidéo Donald Trump et Justin Trudeau, hier à Londres/NICHOLAS KAMM/AFP dans laquelle le premier ministre canadien, Justin Trudeau, semble se moquer avec Emmanuel Macron de Donald Trump lors de la réception donnée mardi soir à Buckingham Palace qui a déclenché l'ire américaine. « Il est hypocrite », a lâché le milliardaire républicain, qui avait déjà eu des échanges tendus avec M. Trudeau après le G7 de 2018. Contrarié, il a annulé sa conférence de presse finale, mais a tenté de faire bonne figure. Il s'est ainsi dit très content de sa saillie, puis a lâché une pique contre Emmanuel Macron, dont le jugement sur l'OTAN, qui serait en état de « mort cérébrale », a fâché tout le monde à l'OTAN. Ces tensions mises à part, l'Alliance, dans une déclaration finale adoptée hier, reconnaît pour la première fois « l'influence croissante et les politiques internationales de la Chine comme des occa- Sous le soleil exactement La sonde Parker, lancée en 2018 à l'assaut des mystères de notre étoile, s'est approchée de son ardente couronne, la couche la plus externe de son atmosphère, découvrant « un monde étonnamment chaotique ». *n' « C'était drôle quand j'ai dit que ce type est hypocrite ! » Donald Trump, président américain, au sujet de Justin Trudeau sions et des défis, auxquels nous devons répondre ensemble en tant qu'Alliance ». Elle dénonce par ailleurs les actions agressives de la Russie et avertit qu'elle restera « une alliance nucléaire aussi longtemps qu'il y aura des armes nucléaires ». Angela Merkel a jugé la réunion « très constructive » malgré les dissensions. « Nous avons convenu aujourd'hui que le terrorisme est le principal ennemi », a-t-elle déclaré. Le sujet a été un des points durs du sommet. Sa définition a opposé vivement Emmanuel Macron et le président turc, Recep Tayyip Erdogan, qui demandait à l'Alliance de considérer comme des terroristes les combattants kurdes alliés à la coalition internationale constituée pour combattre le groupe Etat islamique en Syrie. AGENCE FRANCE-PRESSE Destitution. Procédure justifiée, disent les élus Trois professeurs de droit ont jugé hier que la procédure de destitution intentée contre Donald Trump était justifiée et même nécessaire pour protéger la démocratie américaine, s'attirant les foudres des élus républicains qui les ont accusés de partialité lors d'une audition fleuve au Congrès. Ces experts, invités par la majorité démocrate de la Chambre des représentants, ont été contredits par un confrère, convié lui par les républicains, qui a jugé les preuves « insuffisantes » pour mettre le président en accusation. Donald Trump est dans la tourmente parce qu'il a demandé à l'Ukraine d'enquêter sur Joe Biden, l'un de ses adversaires potentiels à la présidentielle de 2020. AGENCE FRANCE-PRESSE FRANCE Jeudi noir en nerspectiv La France se prépare à une grande grève aujourd'hui, en particulier dans les transports. Les grèvistes entendent forcer le président Macron à aban- « Si on ne peut pas mettre en accusation un président qui utilise son pouvoir à des fins personnelles, nous ne vivons plus dans une démocratie, mais dans une monarchie ou une dictature. » Noah Feldman, professeur de droit à Harvard, devant [a commission judiciaire de [a Chambre des représentants donner son projet de réforme des retraites, un dossier très explosif dans le pays. Cheminots, enseignants, étudiants, policiers, partis d'opposition et « gilets jaunes » appellent à une mobilisation massive. AFP 5



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :