Métro Montréal n°2019-12-02 lundi
Métro Montréal n°2019-12-02 lundi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2019-12-02 de lundi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (279 x 286) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 16,4 Mo

  • Dans ce numéro : la grogne des Algériens ne faiblit pas.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
journaimetro.comrnétr" Lundi 2 décembre 2019 AC'LALITÉ 111 La révolution du sourire ne faiblit pas à Montréal Manifestion Des Algériens de Montréal se sont rassemblés hier pour la 42'semaine à la Place du Canada pour dénoncer la corruption en Algérie et les élections du 12 décembre. À plus de 6 000 km de leur patrie, ils se rassemblent pour faire valoir leur parole. Métro a rencontré ces militants de la révolution du sourire. LEASAVICisavic@journaimetro.com La date du scrutin présidentiel a été officiellement fixée au 12 décembre par le chef de l'État par intérim Abdelkader Bensalah. En avril, le président de 82 ans Abdelaziz Bouteflika avait démissionné de ses fonctions sous la pression de la rue, qui a réaffirmé sa détermination à se débarrasser du « système ». Azzedine Mihoubi, Abdelmajid Teb- Les Algériens de Montréal sont toujours mobilisés./PABLO ORTIZ/METRO boune, Abdelkader Bengrina, Ali Benflis et Abdelaziz Belaïd sont les cinq candidats à l'élection présidentielle. À moins de deux semaines du scrutin, le mouvement de contestation rejette ces élections, qui seraient organisées par un système corrompu. Plusieurs manifestants estiment qu'elles ne sont pas légitimes étant donné que les candidats sont tous liés à l'ancien président Bouteflika. Alia Farhat est retournée en Algérie cet été pour marcher cinq fois avec les manifestants d'Alger. Arrivée au Canada en 2000, cette informaticienne dit avoir vu des camarades égorgés, emprisonnés et tués. Elle pense que c'est par la paix et le sourire que l'Algérie pourra surprendre le monde. « Aujourd'hui, les cerveaux algériens ont quitté le pays. Un pays dont on enlève les cerveaux et l'élite est un pays condamné à rester entre les mains de cette mafia qui tue en direct), a-t-elle confié à Métro, réclamant aussi que le gouvernement libère les détenus. Kamel Mokfeti, lui aussi Des bacs de recyclage dans les lieux publics Alors que la Ville s'est fixé des cibles ambitieuses de réduction des déchets, de nombreux lieux publics ne disposent toujours pas de bacs de recyclage. Une situation à laquelle la Ville entend s'attaquer dans les prochaines années grâce à un budget d'un demi-million de dollars. beim « Nous voulons alerter l'opinion internationale. Aidez-nous à pratiquer la démocratie chez nous. » Kamel Mokfeti, militant de la révolution du sourire impliqué dans les manifestations, affirme que « le sytème doit tomber ». Selon Karima Aïnenas, plusieurs médias ne parlent pas de la corruption des élections. « Les élections concoctées pour le 12 décembre 2019 vont servir à régénérer un système rejeté par un peuple », dit la Montréalaise, qui compte manifester quotidiennement jusqu'au 12 décembre. D'après elle, plusieurs chaînes prorévolution, dont AMAL TV et El Magharibia TV, ont été censurées en Algérie. Les manifestants organiseront une chaîne humaine devant le consulat de l'Algérie à Montréal et l'ambassade d'Ottawa à partir du jour du vote par anticipation, le 7 décembre, jusqu'au 12 décembre. Environ 60 000 Algériens ou Canadiens d'origine algérienne vivent au Québec, selon les chiffres de l'Institut canadien de la statistique. TLMEP. Valérie Plante explique sa stratégie SAMI BOUABDELLAH sbouabdeliah@journalmetro com La mairesse de Montréal, Valérie Plante, balaie du revers de la main les critiques entendues concernant son budget dépassant 6 G$, à l'effet qu'elle soit « dépensière ». « Je suis stratégique », a répliqué, hier, sur le plateau de Tout le monde en parie, celle qui écoute du reggae et travaille dans sa voiture plutôt que d'entendre les commentaires à la radio de son ancien collègue Luc Ferrandez. « Faire un budget, c'est un exercice d'une année ; ça prend énormément de temps », a dit l'élue, qui affirme être constamment « en rattrapage » sur les années pré cédentes, notamment en matière d'investissements dans les transports collectifs. Mme Plante se dit « fière » de son budget et de ses réalisations, notamment celle d'avoir obtenu 150 M$ de Québec pour les infrastructures. De retour d'Ottawa, où elle a rencontré Justin Trudeau, Mme Plante affirme avoir défendu « l'importance d'investir massivement dans le transport collectif », notamment son projet de ligne rose. Appelée à revenir sur les multiples pannes et incidents dans le métro ces dernières Valérie Plante était hier à Tout le en parle. KARINE DUFOUR/RADIO-CANADA « Je fais ce qui doit être fait pour que notre ville soit prospere. » Valérie Plante, mairesse de Montréal semaines, la mairesse soutient que la plupart sont attribuables à des « erreurs humaines ». Elle souhaite installer dans le métro des « portes palières » pour empêcher des gens de se retrouver sur les rails. Pour ce qui est des autobus de la STM, la mairesse dit souhaiter que les usagers aient une expérience positive. « Le fait d'avoir commandé 300 autobus il y a 2 ans, ça va renflouer la flotte », a-t-elle mentionné lors de cette dernière émission de la saison. Deux plaintes déposées contre la juge Duval-Hesler Nouveau rebondissement dans la contestation de la loi 21. Deux plaintes ont été déposées au Conseil de la magistrature contre la juge en chef de la Cour d'appel, Nicole Duval-Hesler, notamment pour des paroles prononcées pendant qu'elle entendait les arguments pour et contre la loi sur la laïcité. La première plainte a été déposée jeudi par Frédéric Bastien, historien et professeur au Collège Dawson. D'après lui, la juge en chef a manqué à son devoir de réserve et devrait se récuser. « Qui souffre davantage, ceux qui ont des allergies visuelles ou les femmes qui portent le voile ? » avait demandé la juge Hesler au procureur général du Québec, Me Éric Cantin, lors de l'audience de la cause le 26 novembre dernier. La magistrate avait également répondu au procureur que la féministe en elle avait de la difficulté à le suivre, lors de son plaidoyer. Pour Frédéric Bastien, ces propos sont condamnables, car ils constituent « l'expression d'une opinion politique ». Dans une publication Facebook dimanche matin, M. Bastien a dénoncé les propos de la juge comme étant déplacés. « [Ce genre de propos] assimile les partisans de la Loi sur la laïcité de l'État à des gens malades », dit-il. L'ex-candidate du Parti québécois dans Gouin, Louise Mailloux, a aussi porté plainte contre la juge. « À la suite de Frédéric Bastien, je viens de soumettre une plainte au conseil de la magistrature concernant la juge en chef Nicole Duval- Hesler dans la cause où elle a entendu l'appel concernant la loi 21, le 26 novembre dernier. La juge a manqué à son devoir de réserve et fait preuve de partialité, ce qui est inacceptable. » Lors de la conférence de gestion à la Cour d'appel le 21 août dernier, la juge en chef a souligné que l'effet de l'application de l'article 33 sur le droit garanti par l'article 28 de la Charte canadienne des droits et libertés n'avait pas été abordé par le juge de première instance, Michel Yergeau. L'article 28 garantit l'égalité des droits entre les hommes et les femmes. LIMA SAVIC La loi sur la laïcité continue de faire des remous./GETTY IMAGES 2
Les maternelles 4 ans ne font tou'ours pas l'unanimité. Immo (Maternelles 4 ans. « La claque de trop », dit la FSSS SAMI BOUABDELLAH sbouabdellah@journalmetro.com Les travailleuses des Centres de la petite enfance (CPE) et des services de garde en milieux familiaux régis et subventionnés font face à d'importants défis, et l'ajout des maternelles 4 ans partout au Québec risque d'être « la claque de trop », déplore la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS). Services aux enfants menacés, manque de personnel sur les listes de rappel, sentiment d'être « dévalorisé »  : le syndicat affilié à la Confédération des syndicats nationaux (CSN) dresse un portrait sombre de la réalité du milieu des services de garde éducatifs. Déjà « amoché par des années d'austérité », le réseau de services de garde éducatifs risque d'être « déstabilisé » avec l'ajout des maternelles 4 ans, avertit le syndicat. La CSN déplore que le gouvernement n'ait pas « la bonne cible » avec son projet, puisque « 70% des enfants actuellement dans les maternelles 4 ans proviennent des CPE et du réseau des services de garde éducatifs ». « On était en faveur du déploiement des maternelles 4 ans dans les milieux défavorisés parce que ce sont ces milieuxlà qui sont mis sous la loupe pour aider les enfants qui ont des fragilités. On était d'accord avec cette partie-là », explique Louise labrie, repiésentunW du secteur CPE à la FSSS-CSN. Toutefois, le déploiement des maternelles 4 ans donne lieu à « une concurrence [avec les CPE] qui ne fonctionne pas », se désole-t-elle. « Les travailleuses et les responsables de garde en milieu familial se sentent complètement délaissées par les gouvernements successifs. » Louise Labrie, représentante du secteur CPE à la FSSS-CSN Par ailleurs, tout ne serait pas rose dans le monde des maternelles 4 ans. Mme Labrie affirme avoir « des échos sur le terrain » selon lesquels le ratio de 2 éducateurs pour 17 enfants ne serait pas respecté. Sondage « inquiétant » La CSN a dévoilé hier les résultats d'un sondage interne réalisé auprès de « 2 700 personnes provenant du secteur des services de garde éducatifs ». Un total de « 44 X » des répondants affirment que le débat sur les maternelles 4 ans « affecte leur moral », alors que 72% des répondants en milieu familial régi et subventionné affirment que la pénurie de remplaçantes les affecte personnellement. « Ilya des jeunes qui viennent travailler quelque temps et qui se retirent de la profession parce que les salaires et les conditions ne sont pas au rendez-vous », affirme Mme Labrie. La CSN salue le retour du tarif unique dans les services de garde subventionnés, mais souhaite que le gouvernement prenne « d'autres mesures afin de rassurer les parents, le personnel et les futures étudiantes » pour « consolider> les CPE et aider les responsables des services de garde éducatifs à l'enfance. ÉLECTRICITÉ La porte est ferme. selon Ford Le premier ministre François Legault a beau être un « excellent vendeur », l'Ontario n'achètera pas l'électricité du Québec. La porte est « actuellement » fermée, selon ce qu'a laissé entendre dimanche son homologue Doug Ford, à Mississauga, dans la région de Toronto. Il s'est exprimé à ce sujet en marge d'une conférence de presse où il a annoncé qu'il allait miser imer,.4 I 4 - Usine de Saint-Esprit Journaliers de production recherchés Entrevue garantie, apportez votre CV ! Le jeudi, 5 décembre 2019 De 9 h à 15 h CLE de Montréal-Nord 5872, boulevard Léger, bur. 200 Montréal (Québec) H1G 5X5 Avec la participation financière de  : sur de petits réacteurs modulaires, en collaboration avec les premiers ministres Scott Moe, de la Saskatchewan, et Blair Higgs, du Nouveau- Brunswick. LA PRESSE CANADIENNE PRISON L'isolement nréuantif aboli Le Service correctionnel du Canada a annoncé l'entrée en vigueur des unités d'intervention structurée (UIS) dans les prisons. Ces unités doivent remplacer l'isolement préventif, communément appelé « le trou », dans les établissements correctionnels fédéraux. Le nouveau modèle sera soumis à une surveillance externe indépendante. PC ACTUALITÉ 3 ITINÉRANCE Royal-Victoria ouvre ses portes Le protocole hivernal a été lancé à Montréal et, pour une deuxième année de suite, la métropole pourra compter sur une unité de débordement à l'ancien hôpital Royal-Victoria afin de s'assurer que les personnes dans le besoin ont un endroit où dormir au chaud lorsque tous les refuges sont pleins. Des services psychosociaux y seront aussi offerts. PC I liQuébec On nourrit le monde



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :