Métro Montréal n°2015-12-04 week-end
Métro Montréal n°2015-12-04 week-end
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2015-12-04 de week-end

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (256 x 291) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 14 Mo

  • Dans ce numéro : un but de trop...

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
t b JUSQU'AU 15 DÉC 2015 VENTE D'ENTREPÔT EN LIGNE ! À PARTIR DE 75 $ PRIX NET À PARTIR DE 169 $ PRIX NET Détails et autres modèles  : www.insertech.ca/boutique-web INSERTECH RECOMMANDÉ PAR FRANÇOIS CHARRON, SALUT BONJOUR ! À TVA À PARTIR DE 249 $ PRIX NET Quantités limitées Photos à titre indicatif Prix valides sur la boutique en ligne, du 28 novembre au 15 décembre 2015 LES FÊTES ARRIVENT À GRANDS PAS PROFITEZ DU RABAIS POUR LES GROUPES 10 REPAS ET PLUS, MOITIÉ CUISSES, MOITIÉ POITRINES.5 99$ par repas Valide jusqu’au u 5 janvier 2016 Horaire spécial des fêtes 24 déc. 2015... 11 h à 21 h30 25 déc. 2015... 11 h à 20 h 26 déc. 2015... 11 h à 21 h 31 déc. 2015... 11 h à 21 h30 1er janv. 2016... 11 h à 20 h 2 janv. 2016 16 h à 21 h Hochelaga et centre-ville Est 3050, rue Hochelaga 514 527-2441 Laval et Ahuntsic 54, boul. Cartier Ouest 450 667-9550 Verdun et centre-ville Ouest 5531, rue Verdun 514 769-8516 Rosemont 3397, rue Saint- Zotique 514 722-3591 métr La FAE s’attend à une loi spéciale Éducation. La Fédération autonome de l’enseignement (FAE) s’attend de plus en plus à ce que le gouvernement de Philippe Couillard impose une loi spéciale pour fixer les conditions de travail des 34 000 enseignants qu’elle représente. MARIE-EVE SHAFFER me.shaffer@journalmetro.com « [Le gouvernement] fait obstacle à la libre négociation, car il pose des conditions à coût nul pour l’ensemble du contrat de travail, a affirmé hier le vice-président aux relations de travail de la FAE, Martin Lauzon. En tenant cette position ferme depuis le début de la négociation, le gouvernement nous annonce indirectement qu’il a l’intention de décréter les conditions de travail des enseignants. » « Si jamais le gouvernement va [dans cette direction-là], il va nous trouver sur son chemin », a de son côté mis en garde le président de la FAE, Sylvain Mallette. Ce dernier a fait savoir que le regroupement syndical qu’il dirige a commencé à réfléchir à la façon dont il réagira si la négociation se solde par une loi spéciale. journalmetro.com Week-end 4-6 décembre 2015 8 « Pas normal » « C’est pas normal que le quart des nouveaux enseignants quittent la profession [avant 5 ans]. C’est pas normal, le taux de détresse psychologique. C’est pas le normal, le taux de maladies liées à des troubles psychologiques. » Sylvain Mallette, président de la FAE « On va évaluer tous les moyens juridiques à notre disposition pour contrecarrer une loi spéciale », a dit M. Malette. Celui-ci a également fait savoir que les moyens de pression que les enseignants exercent depuis près d’un an se poursuivront au cours des cinq prochaines années. « Ça va être cinq années d’enfer », a-t-il dit. En attendant, la FAE, qui représente les enseignants œuvrant dans les régions de Montréal, de Laval, de la Montérégie, des Laurentides, de Lanaudière, de l’Estrie et de l’Outaouais, s’est dite disposée à négocier 24 heures sur 24, mais avant tout, elle tient à ce que le gouvernement s’engage à réinvestir en éducation, sans préciser à quelle hauteur. « Nous ne négocierons pas la détérioration des conditions de travail des enseignants que nous représentons et nous ne négocierons pas la diminution des services et des ressources pour les élèves », a déclaré le président de la FAE. La Fédération des syndicats de l’enseignement (FSE) de la CSQ, qui regroupe quelque 65 000 enseignants notamment de la Montérégie, de Lanaudière et des Laurentides, refuse aussi de conclure une entente avec le gouvernement sans qu’il y ait un réinvestissement en éducation. « Une entente pour les enseignants à coût nul sans allégement de la tâche, il n’y en aura pas », a insisté sa présidente, Josée Scalabrini. Cette dernière croit toujours qu’il est possible de trouver un accord avec Québec. Selon elle, pour le moment, il n’y a aucun signe qu’une loi spéciale sera adoptée. Du côté du gouvernement, la loi spéciale ne semble pas être dans les plans. « On poursuit le travail à la table de négociation, a dit Julie White, l’attachée de presse du ministre de l’Éducation. On souhaite toujours avoir une entente négociée. » Une journée de grève sera organisée le 9 décembre prochain par les enseignants membres de la FSE-CSQ, qui fait partie du Front commun. Ceux qui sont affiliés avec la FAE débrayeront de leur côté pendant trois jours, les 9, 10 et 11 décembre. Grand élan de générosité pour la Guignolée La journaliste Marie-Eve Shaffer (photo) et l’équipe de Métro ont récolté des dons hier pour la 15 e édition de la Grande Guignolée des médias. Au dernier décompte, à 16 h 30, 3 347 sacs d’épicerie et 251 216 $ avaient été amassés au total à Montréal. À titre comparatif, 1 004 sacs d’épicerie et 197 287 $ avaient été récoltés à la même heure l’an dernier. Ces dons seront remis à Jeunesse au Soleil, à Moisson Montréal et à la Société de Saint-Vincent de Paul de Montréal./CHANTAL LÉVESQUE/MÉTRO
Un démarrage difficile pour Téo Taxi Transport. Les taxis d’Alexandre Taillefer ne sont pas aussi nombreux sur les routes qu’annoncé initialement par l’ancien dragon, mais l’entreprise assure que tout avance tel que prévu. MATHIAS MARCHAL mathias.marchal@journalmetro.com Pour proposer sa flotte aux 500 clients testeurs d’ici la mi-décembre, Taxelco, propriétaire des taxis électriques Téo, doit s’entendre avec des propriétaires de taxi et louer leurs licences afin de pouvoir opérer sur l’île de Montréal. Si l’on se fie aux données de la Commission du transport du Québec (CTQ), Taxelco n’est jusqu’ici arrivé à louer que 20 de ces licences. Pourtant, lors du lancement, il y a deux semaines, l’entreprise promettait 50 taxis Téo sur les routes montréalaises dès le 26 novembre et 110 véhicules iL eli41%11  : 54 0'Miod:1i'I. Selon les données de la Commission du transport du Québec (CTQ), Taxelco n’est jusqu’ici arrivé à louer que 20 licences. Pourtant, il y a deux semaines, l’entreprise promettait 50 taxis sur les routes montréalaises dès le 26 novembre./ARCHIVES MÉTRO dès le printemps, pour tester son service dans le cadre de son projet pilote de 18 mois. Pourquoi aussi peu que 20 ? « Taxelco propose de louer nos permis à 300 $ par semaine, alors que je pourrais en tirer 800 $ si je louais mon permis au complet, avec mon véhicule. Ça ne marche, pas leur modèle d’affaires », a affirmé à Métro une source qui préfère garder l’anonymat. Cette source souligne que la possibilité offerte à Taxelco de louer uniquement une licence de taxi (sans l’auto) est interdite aux autres chauffeurs de l’industrie, « une injustice ». Jean Vachon, porte-parole de l’entreprise, se fait rassurant. « On arrive à louer une dizaine de nouveaux permis par semaine, ça correspond à notre plan », dit-il, en précisant UNE OFFRE SPÉCIALE PROPULSÉE PAR VOS CONCESSIONNAIRES VOLKSWAGEN DU QUÉBEC L’OFFRE PREND FIN LE 4 JANVIER 2016. Subvention 6,6 M$ Taxelco soumettra une demande de subvention gouvernementale dans le cadre du Programme de soutien à l’électrification des parcs de véhicules de taxi, qui est doté de 6,6 M$. que l’entreprise n’est exploitée que depuis deux semaines. « Ceci dit, c’est vrai que l’offre n’est pas faite pour tous les propriétaires. Pour ceux qui ont déjà remboursé ou presque l’achat de leur permis, notre offre correspond à un taux de retour sur l’investissement situé entre 7% et 8% », ajoute-t-il. Plusieurs chauffeurs contactés par Métro clament en outre que l’inaction gouvernementale face à UberX et le durcissement des règles municipales (code vestimentaire, ouverture des portes aux clients) découragent plusieurs chauffeurs, faisant ainsi le jeu de Taxelco dans ses négociations pour louer leurs permis aux propriétaires de taxi. Autre irritant, les règles entourant les permis spéciaux. À PARTIR DE 209 $/mois Selon un arrêté ministériel datant de juin 2015, Taxelco a en gros le droit d’obtenir 20% de permis supplémentaires afin de pouvoir garder le maximum de véhicules sur la route durant les recharges. Or, si Taxelco n’a jusqu’ici loué que 20 licences de taxi, l’entreprise de M. Taillefer a déjà obtenu 6 permis spéciaux, soit plus que les 20%. « C’est du favoritisme », clame un chauffeur. Guy Mailhot, porte-parole de la CTQ, affirme que les règles sont respectées. « L’arrêté ministériel ne précise pas que la limite du 20% doit être suivie en tout temps. Il précise plutôt que l’entreprise ne peut pas mettre plus de voitures sur la route qu’elle a de permis réguliers », explique-t-il. Du côté du ministère des Transports du Québec, on réfute aussi les affirmations de favoritisme. « Le projet pilote était initialement ouvert à tous, et l’entreprise Taxelco n’a au 2 décembre obtenu aucune aide financière particulière dans le cadre du programme de soutien à la réalisation de ce projet pilote », affirme Mario St-Pierre, porte-parole du MTQ. JETTA 2016 en location48mois * Venez faire l’essai de la Jetta 2016 et de son tout nouveau moteur TSI 1,4L. Ce nouveau 4 cylindres offre davantage de puissance et un couple supérieur pour une accélération plus rapide et des sensations encore plus incroyables. Visitez votre concessionnaire Volkswagen ou offresvw.ca pour les détails. DEUX MENSUALITÉS À NOS FRAIS À LA LOCATION D’UN MODÈLE 2016 SÉLECTIONNÉ ‡ jusqu’à 0 $ acompte 0 $ dépôt de sécurité Vos concessionnaires Volkswagen du Québec ‡ Ce crédit à la location d’une durée limitée (sous réserve de l’approbation du crédit par Volkswagen Finance) sur certains modèles 2016, y compris la Jetta Trendline avec moteur turbo de 1,4L, et s’applique aux deux premiers paiements mensuels jusqu’à concurrence de 500 $ par mois. * Cette offre de location d’une durée limitée est soumise à l’approbation du crédit par Volkswagen Finance et est applicable à la location d’un modèle de base 2016 de Jetta Trendline TSI de 1,4 L à boîte manuelle neuf et non immatriculé dont le PDSF est de 17 600 $. Frais de transport et d’inspection de prélivraison de 1 605 $ inclus. Acompte de 0 $, dépôt de garantie de 0 $ et première mensualité requis à la signature. Frais de 0,15 $ du kilomètre applicables après 16 000 km. Frais liés à l’enregistrement au RDPRM (jusqu’à 46 $), droits et taxes applicables en sus. Le concessionnaire peut louer à prix moindre. L’offre se termine le 4 janvier 2016. PDSF des modèles montrés  : Jetta Highline TSI 2016 de 1,8L, 29 700 $. Modèles montrés à titre indicatif seulement. Visitez vw.ca ou votre concessionnaire pour les détails. Le concessionnaire peut vendre ou louer à prix moindre. Une commande ou un échange entre concessionnaires peut être requis. Les offres sont en vigueur jusqu’au 4 janvier 2016 et peuvent être modifiées ou annulées sans préavis. Visitez vw.ca ou votre concessionnaire pour les détails. « Volkswagen », le logo Volkswagen, « Das Auto et dessin », « Jetta », « Highline » et « Trendline » sont des marques déposées de Volkswagen AG. Volkswagen Canada 2015. 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :