Métro Montréal n°2015-12-03 jeudi
Métro Montréal n°2015-12-03 jeudi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2015-12-03 de jeudi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (256 x 291) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 16,4 Mo

  • Dans ce numéro : plus d'experts, moins d'élus pour gérer les sociétés de transport.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
métr journalmetro.com jeudi 3 décembre 2015 Plus d’experts, moins d’élus dans les CA des sociétés de transport Les sociétés municipales de transport pourraient être chapeautées par des conseils d’administration (CA) composés majoritairement d’experts indépendants plutôt que d’élus, comme c’est le cas à l’heure actuelle. C’est du moins l’intention du ministre des Transports, Robert Poëti, qui souhaite inclure des dispositions à cet effet dans son projet de loi 76 sur la gouvernance des transports en commun dans la région métropolitaine. Actuellement, le conseil d’agglomération ou le conseil de ville de Montréal est responsable de nommer les élus qui siègent au CA de la STM./ARCHIVES MÉTRO EXCLUSIF « Je vais permettre, dans ce projet de loi, aux neuf sociétés de transport existantes de se doter d’un conseil d’administration [composé] aux deux tiers d’experts indépendants, a-t-il indiqué en entrevue à Métro. Je ne l’ai pas mis dans le projet de loi, mais il me semble que certaines sociétés veulent faire cela ou auraient intérêt à le faire. » M. Poëti n’a pas précisé le mécanisme qui permettra aux sociétés de transport d’être administrées par une majorité d’experts indépendants. Il a confié être en réflexion sur plusieurs aspects de son projet de loi, qui a été étudié en commission parlementaire la semaine dernière. Le projet de loi 76 vise entre autres à remplacer l’Agence métropolitaine de transport (AMT) par deux nouveaux organismes, soit l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM), qui sera responsable de la planification et de la tarification, et le Réseau de transport métropolitain (RTM), qui sera responsable de l’exploitation des trains et des lignes de bus. Il est pour le moment prévu que ces organismes seront administrés par des conseils d’administration constitués aux deux tiers par des experts indépendants, comme le prévoit la Loi sur la gouvernance des sociétés d’État. Or, les sociétés municipales de transport sont actuellement dirigées par des conseils d’administration qui réunissent une majorité d’élus. Dans la région de Montréal, ces derniers sont nommés par le conseil d’agglomération ou le conseil de ville, dans le cas MARIE-EVE SHAFFER me.shaffer@journalmetro.com Réaction « C’est très inquiétant pour les Montréalais. » Luc Ferrandez, chef de Projet Montréal, qui craint que la métropole perde son influence en matière de transport en commun avec le projet de loi 76 de la Société de transport de Montréal (STM) et du Réseau de transport de Longueuil (RTL), et par la Ville pour ce qui est de la Société de transport de Laval (STL). Des représentants des usagers complètent la composition de ces conseils d’administration. Après une analyse de tous les procès-verbaux des séances des conseils d’administration de la STL, de la STM et du RTL tenues depuis le début de l’année, il appert que la presque totalité des décisions qui y sont prises le sont à l’unanimité. À de très rares occasions, à Laval et à Longueuil, les décisions sont prises à la majorité. À titre de président de la Communauté métropolitaine de transport, le maire de Mont réal, Denis Coderre, a souligné l’apport des élus au sein des sociétés de transport lors de la commission parlementaire sur le projet de loi 76, notamment en termes d’imputabilité et de représentativité. Il a du même coup demandé qu’une majorité d’élus administrent le futur RTM. Le ministre Poëti a avoué y réfléchir. Il a toutefois précisé que la présence majoritaire des experts au sein de l’ARTM était « non négociable ». Projet Mont réal a dit craindre que la nécessité de nommer des experts entraîne des nominations partisanes. Analyse Ce qu’en pensent les experts Analyse des séances des conseils d’administration des sociétés de transport depuis janvier Nombre de réunions* Durée moyenne Nombre moyen de questions du public aux séances ordinaires STL 14, dont 4 séances extraordinaires 15 minutes 0 STM 17, dont 8 séances extraordinaires 45 minutes 8 RTL 10, dont 1 séance extraordinaire 30 minutes 2 Michel Nadeau, directeur général de l’Institut de la gouvernance d’organisations privées et publiques L’absence d’opposition dans un conseil d’administration n’est pas le signe d’une bonne gouvernance, d’après M. Nadeau. « Si vous cherchez toujours des décisions consensuelles, vous vous confinez à l’immobilisme, a-t-il mentionné. Évidemment, il ne faut pas prendre des positions à 51% contre 49%. Il faut avoir les deux tiers ou les trois quarts des votes. » M. Nadeau propose plutôt que les élus soient responsables de définir les grandes orientations des sociétés de transport au sein d’un comité lié au conseil municipal et que des gestionnaires et des usagers, qui siègent aux conseils d’administration, prennent en main les affaires courantes. « Actuellement, à Laval, à Montréal et à Longueuil, il y a des élus qui prennent beaucoup de décisions sur l’huile à graissage pour les roues arrière des autobus, a dit M. Nadeau. Pour l’élu, ce n’est pas évident. Ce sont des discussions très concrètes et très pratiques, que des gestionnaires pourraient avoir. » Gérard Beaudet, professeur d’urbanisme à l’Université de Montréal M. Beaudet est d’avis qu’une plus grande présence d’experts indépendants dans les conseils d’administration des sociétés de transport serait pertinente. « Les experts ont une distance vis-à-vis les sensibilités politiques qui empêchent parfois que les vrais enjeux soient traités », a-t-il expliqué. M. Beaudet s’attend toutefois à une levée de boucliers des élus, comme cela a été le cas des maires des couronnes, qui argueront que « les processus décisionnels leur échapperont ». Florence Junca-Adenot, professeur d’études urbaines à l’UQAM « On mérite d’avoir un équilibre entre des experts et des élus », a pour sa part avancé M me Junca-Adenot. Elle a expliqué que des voix s’éléveront pour une présence soutenue d’élus, puisque des fonds publics sont engagés, alors que d’autres seront en faveur d’une majorité d’experts en mesure de mieux répondre aux besoins des usagers. MARIE-EVE SHAFFER * LES CA SE RÉUNISSENT CHAQUE MOIS À DATE FIXE À L’OCCASION DE SÉANCES ORDINAIRES. À CELA S’AJOUTENT DES SÉANCES EXTRAORDINAIRES, QUI ONT PARFOIS LIEU AU TÉLÉPHONE. TOUTES CES ASSEMBLÉES SONT PUBLIQUES, PRÉCISE LA LOI SUR LES SOCIÉTÉS DE TRANSPORT. MÉTRO A TOUTEFOIS CONSTATÉ QU’IL N’Y A EU AUCUNE QUESTION DU PUBLIC LORS DES SÉANCES EXTRAORDINAIRES DE LA STM ET DE LA STL DEPUIS JANVIER. 4
Inspecteur viral. Une page Facebook pour le premier anniversaire Une année et 122 mythes déboulonnés plus tard, l’inspecteur viral, Jeff Yates, lance une page Facebook et une capsule vidéo. Exaspéré par toute la désinformation qui circule en ligne, particulièrement sur les réseaux sociaux, notre journaliste Jeff Yates a eu envie, il y a un an jour pour jour, de lancer un blogue où il débusquerait les imposteurs du Web. Depuis que l’Inspecteur viral sévit, ce sont 122 histoires virales qui ont été démenties (99%) ou confirmées (1%). Vous êtes rigoureux, vous Jeff Yates, alias l’Inspecteur viral/JOSIE DESMARAIS/MÉTRO n’êtes pas conspirationniste et vous aimez remettre vos amis à leur place quand ils publient des infos bidon sur leur mur ? La page Facebook et la capsule vidéo de l’Inspecteur viral sont pour vous ! MÉTRO C’est jour de guignolée ! C’est aujourd’hui que les médias sortent dans les rues pour amasser des fonds pour leur 15 e Grande Guignolée. Métro ne fait pas exception, et des membres de son personnel seront au coin du boulevard René- Lévesque Ouest et de la rue Peel pour récolter vos dons. Hier, les porte-parole de l’événement, Philippe Laprise, Marc Hervieux, Bob le Chef, Cathy Gauthier (photo), Rita Lafontaine, Stefano Faita, Rémi-Pierre Paquin, Vincent Graton et Virginie Coossa ont cuisiné des repas à partir de denrées retrouvées dans les paniers de Noël./CHANTAL LÉVESQUE/MÉTRO AUSSITÔT TROUVÉ. AUSSITÔT LIVRÉ. Pour réchauffer les veillées PLUS D’IDÉES CADEAUX EN PAGE 23 MAGASINEZ SUR NOTRE BOUTIQUE EN LIGNE Magasiner.jeancoutu.com 5 Le Hobbit  : La Bataille des Cinq Armées Rejouer Protez de conseils d’experts dès aujourd’hui aux magasins suivants  : LAVAL Carrefour Laval 450 681-3344 MONTRÉAL Place Versailles 514 353-8847 le drame. Votre émission est déjà commencée ou vous l'avez manquée ? Rejouez des émissions diffusées dans les 30 dernières heures, incluant des émissions en cours, seulement avec Bell 1. Obtenez Télé Fibe, Internet Fibe 25 et la téléphonie résidentielle à un prix mensuel abordable de 147,85 $. Abonnez-vous dès aujourd'hui et profitez de cette offre spéciale pendant les 6 premiers mois*  : 79 90$/MOIS *S’applique à des périodes de facturation complètes 2. Installation professionnelle gratuite 5. 2 Inclus dans votre forfait  : L'enregistreur Partout chez vous inclus 3 La meilleure technologie Wi-Fi pour la maison L'utilisation Internet illimitée Interurbains illimités au Québec 4 LAVAL Centre Laval 450 680-2355 MONTRÉAL-NORD Place Bourassa 514 322-3202 la vie est Bel I MONTRÉAL 5355, rue des Jockeys 514 739-7777 ST-LAURENT Place Vertu 514 335-2355 À jour en date du 10 novembre 2015. L'offre prend fin le 31 décembre 2015. Offert aux nouveaux clients résidentiels du Québec, là où l'accès et la technologie le permettent. Toute partie du programme Forfait de Bell peut être modifiée, annulée ou résiliée en tout temps. Bell n'est pas tenue de fournir la réduction du Forfait pendant toute la durée d'un contrat à terme pour des services admissibles, y compris les services admissibles aux réductions ; voir bell.ca/detailsforfait. Modifiable sans préavis et ne peut être combinée avec aucune autre offre. Des taxes et d'autres conditions s'appliquent. Pour certaines offres, le client doit choisir la facturation électronique et créer un profil Mon Bell. Internet Fibe  : Sujet au respect des modalités de votre convention de service Internet publiées à bell.ca/conventions. Location du modem obligatoire ; frais uniques de location de modem crédités pour les nouveaux clients. Internet Fibe 25  : sans l'utilisation Internet illimitée  : Utilisation 150 Go/mois ; 3 $/Go additionnel (max. 100 $/mois). Téléphonie  : Non disponible là où réglementé par le CRTC. Des frais de zone de service (3 $/mois) peuvent s'appliquer ; voir bell.ca/fraispourzonedeservice. (1) Disponible avec certains contenus/chaînes, à l'exclusion des réseaux américains et du contenu non local, et sous réserve de certaines restrictions de visionnement. (2) Réservé aux nouveaux clients continuellement abonnés à un forfait Télé Fibe, Internet et Téléphonie. Le tarif mensuel promotionnel de 79,90 $ dans un forfait est calculé en appliquant un crédit promotionnel au prix courant commesuit  : Télé Fibe forfait À la carte 30  : Tarif mensuel de 61,95 $, plus des frais de service numérique de 3 $, moins le crédit de 57,95 $/mois pour 6 périodes de facturation complètes, moins le rabais du forfait de 7 $/mois ; Fibe 25  : tarif mensuel de 57,95 $, plus 10 $/mois pour l'utilisation Internet illimitée, moins le crédit de 10 $/mois pour l'utilisation Internet illimitée, pour 6 périodes de facturation complètes ; et Téléphonie résidentielle de départ  : tarif mensuel de 33,95 $, moins le rabais de 12 $/mois, plus 6,95 $/mois pour les interurbains illimités au Québec, moins le rabais de 6,95 $/mois. Le prix promotionnel s'appliquera à votre première période de facturation complète de 30 jours et à chaque période de facturation complète par la suite, pour la durée de votre promotion. Votre période de facturation peut ne pas débuter le jour où vous souscrivez à nos services. Le tarif mensuel courant s'applique donc aux services rendus avant votre première période de facturation complète de 30 jours ou si Bell met fin à vos services pendant une période de facturation de30 jours. Tous les prix sont modifiables. (3) Location à 0 $ basée sur des frais mensuels de 15 $ moins un crédit mensuel de 15 $. Réservé aux nouveaux clients de Bell Télé avec un abonnement continu à trois services admissibles de Bell ; voir bell.ca/forfait. Bell demeurera le propriétaire du récepteur. Vous pouvez résilier la location à tout moment si vous retournez le récepteur. Les récepteurs peuvent être neufs ou remis à neuf au choix de Bell. (4) Réservé aux nouveaux clients qui sont continuellement abonnés à 3 services admissibles de Bell. S'applique aux appels directs sortants provenant de et se terminant à l'intérieur de la province, à l'exclusion des appels sans frais. (5) Télé Fibe  : inclut l'installation du modem, de l'enregistreur Partout chez vous et de jusqu'à 2 récepteurs HD ; voir bell.ca/installationtelefibe. Frais d'installation de 50 $ pour chaque enregistreur additionnel. Internet  : des conditions s'appliquent ; voir bell.ca/installationtotale. Téléphonie résidentielle  : inclut une prise au point de branchement du service lorsque aucune n'est présente. Installation inclut une prise au point de branchement du service (si aucune) ; 75 $/1re prise additionnelle, 50 $/chaque prise subséquente. Fibe est une marque de commerce de Bell Canada.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :