Métro Montréal n°2015-12-02 mercredi
Métro Montréal n°2015-12-02 mercredi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2015-12-02 de mercredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (256 x 291) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 64,9 Mo

  • Dans ce numéro : colocs depuis un siècle.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
-r Cégep André-Laurendeau BACCALAUReAT BACCALAURÉAT INTERNATIONALNOUVEAU Sciences EZMENCEa FRUNEN, humaines Sciences CENCES DE de la A nature Ad mniuuRa Une formation préuniversitaire enrichie et reconnue dans 141 PAYS WWW.CLAURENDEAU.QC.CA/BI_SCH WWW.IBO.ORG métr CAHIER SPÉCIAL ÉDUCATION Anicée Lejeune anicee.lejeune@journalmetro.com journalmetro.com mercredi 2 décembre 2015 Les hauts et les b de la mobilité étu Formation. Selon le proverbe, « le voyage forme la jeunesse ». Si le Canada est une terre d’accueil de choix pour les étudiants étrangers, les jeunes Canadiens, eux, ne sont pas si nombreux à se lancer dans des études universitaires loin de la maison. Même si relativement peu d’étudiants canadiens se lancent dans l’aventure des études à l’étranger, il semble que peu regrettent leur En 2014, il y avait, selon le rapport annuel du Bureau canadien de l’éducation internationale (BCEI) sur l’état de l’éducation internationale au Canada, pas moins de 336 497 étudiants internationaux au pays. En revanche, seulement 3,1% des étudiants canadiens de premier cycle inscrits à temps plein (environ 25 000) ont vécu une expérience à l’étranger en 2012- 2013, d’après l’organisme Universités Canada. Et, toujours selon le même organisme, seulement 2,6% d’entre eux ont obtenu des crédits à l’étranger. Même s’ils ne sont qu’une poignée à se lancer dans l’aventure des études à l’étranger, il semblerait que peu regrettent leur choix. Vincent Pelletier a longtemps réfléchi avant d’organiser sa session d’études en France. « J’étais curieux de découvrir ce qui était proposé ailleurs », relate l’étudiant en urbanisme à l’Université de Montréal. Après plus d’un an de préparation, l’étudiant en 3 e année du baccalauréat est parti en janvier 2015 pour cinq mois d’études à l’Université de Grenoble, et il ne regrette pas sa décision. « C’est une expérience qui te sort de ta zone de confort. Être seul, dans un pays, une ville que tu ne connais pas, c’est un véritable défi personnel que je suis content d’avoir relevé », confie le jeune homme de 22 ans. D’ailleurs, selon Universités Canada, la mobilité des étudiants serait bénéfique pour le développement des étudiants. « Les études à l’étranger transforment les étudiants en citoyens du monde, les sensibilisent à diverses cultures et les aident à développer leur capacité d’adaptation et leur aptitude à résoudre les problèmes », note par courriel Nina Di Stefano, analyste principale, Recherche, politiques et relations internationales à Universités Canada. Ouverture d’esprit Un expérience valorisée professionnellement Si cette expérience est indéniablement positive 24 « C’est intéressant de pouvoir comparer ce qui se fait ailleurs. J’ai un œil nouveau et je suis plus critique quant aux choses que j’apprends. » Vincent Pelletier, étudiant en urbanisme d’un point de vue personnel, elle semble également reconnue sur le marché de l’emploi. « Les diplô-
as diante choix./métro més qui ont étudié et vécu dans une autre province ou un autre pays sont très populaires et leurs compétences sont essentielles à la compétitivité mondiale du Canada, ajoute l’analyste d’Universités Canada. D’ailleurs, 82% des employeurs canadiens sondés en 2014 qui embauchent des diplômés possédant une expérience internationale affirment que ces employés rendent leur entreprise En chiffres Nombre d’étudiants québécois inscrits à l’automne 2014 dans un programme à l’étranger et ayant bénéficié d’une bourse de court séjour selon le cycle. Bourse de court séjour 1er cycle 1119 plus concurrentielle. » Pourtant, bien que 97% des universités canadiennes offrent une expérience à l’étranger, les démarches et la préparation pourraient en décourager plus d’un. « Il n’y avait aucune information ; j’ai dû fouiller parce qu’il y a des échanges universitaires dans tous les programmes », se rappelle Vincent Pelletier. Si les facultés d’enseignement ne semblent pas être les meilleures sources d’information, les étudiants des années précédentes et le Bureau des étudiants internationaux (BEI) sont des points de références de choix. « Pour ce qui est des démarches administratives et du choix des cours, le BEI de l’université a été d’une grande aide, affirme le futur diplômé en urbanisme. Ils se sont également chargés d’envoyer le dossier que j’avais préparé à l’université d’accueil. » Le financement, un frein ? Universités Canada admet que le budget demeure un frein pour les étudiants désireux d’étudier à l’étranger. « Un des plus importants obstacles au départ des étudiants est le manque de fonds ou d’aide financière, indique par écrit M me Di Stefano. Ce ne sont pas tous les étudiants qui disposent des ressources nécessaires pour séjourner dans un autre pays ». Pourtant, 78% des universités canadiennes, qui ont répondu en 2014 à un sondage sur l’internationalisation des universités canadiennes, offrent un soutien financier à la participation des étudiants à des programmes d’études à l’étranger. Cela dit, Vincent Pelletier n’a reçu aucune subvention, puisque la bourse de mobilité Logiq dont il aurait pu bénéficier a été supprimée l’année dernière. « Tout était à mes frais. Mais, hormis le billet d’avion et mes dépenses de loisirs et d’escapades, je trouve que mes dépenses sur place ont été équivalentes à celle que j’ai ici normalement », évalue-t-il. Outre les coûts liés aux études à l’étranger, le sondage d’Universités Canada 2 e cycle 129 TOTAL  : 1275 étudiants * Source  : Ministère de l’Éducation, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, données au 21 mai 2015 MUSITECHNIC FORMATION EN PRODUCTION AUDIO ET MUSICALE 00 MIX o ob MUSIQUE SONORISATION JEUX 514 521-2060 MUSITECHNIC.COM PRÊTS ET BOURSES - DIPLÔME A.E.C. Québecrd 1 il 3 e cycle 27 25 révèle que « la rigidité des programmes d’études et des politiques de transfert de crédits [est perçu comme l’autre] obstacle à l’augmentation de la mobilité étudiante ». TECHNIQUES DE PRODUCTION AUDIO NNC.0F PORTES OUVERTES 3-4 DÉCEMBRE LES Attestation d’Études Collégiales reconnue par le Ministère de l’Enseignement Supérieur (MESRST) Établissement subventionné par le Ministère de la Culture et des Communications Programme de formation technique Hiver 2016 Inscrivez-vous en ligne ! www.dawsoncollege.qc.ca/aec ACCOUNTING PRINCIPLES & RELATED COMPUTER APPLICATIONS (A.E.C. 885 heures) Programme ouvert au public et à la clientèle d’Emploi-Québec Devenez un technicien en comptabilité. Intensif, à temps plein, le jour Cours offert en anglais SANS DROITS DE SCOLARITÉ Ce programme technique vous prépare à un emploi immédiat en comptabilité informatisée Formation continue 4001, boul. de Maisonneuve O., suite 3H.1 Montréal, Qc, H3Z 3G4 Atwater 514 931-8731 poste 3210 POST-PROD PORTES OUVERTES LES 3-4 DÉCEMBRE DE 10H À 18H DE 10H À 18H Programme débute  : Mardi le 29 mars 2016 Date limite d’inscription  : Lundi le 4 janvier 2016 Séances d’information  : - Jeudi le 10 décembre - Mercredi le 16 décembre - Salle 3H.10 à 18h FORMATION  : 12 MOIS Sessions Hiver Inscriptions en cours FORMATION  : 12 MOIS Sessions Hiver Inscriptions en cours FORMATION  : 1 MOIS FORMATION  : 1 MOIS TEMPS PARTIEL - IDÉAL POUR  : Étudiants - Travailleurs - PVT TEMPS PARTIEL - IDÉAL POUR  : Étudiants - Travailleurs - PVT PROGRAMME OFFERT EN FRANÇAIS ET EN ANGLAIS O 888 Maisonneuve Est Montréal - Qc - H2L 4S8 Métro BERRI-UQAM Accès Place Dupuis



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :