Métro Montréal n°2015-12-01 mardi
Métro Montréal n°2015-12-01 mardi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2015-12-01 de mardi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (256 x 291) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 7,6 Mo

  • Dans ce numéro : s'attaquer à la peur que cause le sida.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
,g) E Hôpital pour enfants Luc Poirier devient propriétaire La propriété qui abritait l’Hôpital de Montréal pour enfants passera aux mains du promoteur Luc Poirier, qui a annoncé hier avoir remporté l’appel d’offres de la Ville pour acquérir le site de 1 360 000 pi 2. « Nous en sommes rendus à la recherche de partenaires pour en faire une réussite, et même une fierté pour Montréal », a fait savoir M. Poirier, président des Placements Luc Poirier Ltée. Ce dernier a affirmé sur les ondes du 98,5 FM qu’il songeait à édifier sur le terrain un stade de baseball. MÉTRO Cyberprédateur Les autorités à la recherche de victimes Les policiers de Montréal tentent de retracer des victimes additionnelles d’un cyberprédateur qui a été appréhendé le 12 novembre dernier dans l’Ouest-de-l’Île et accusé de leurre d’enfant de moins de 16 ans. William Mayers, 55 ans, qui utilisait le pseudonyme de « Bill-48 » sur l’internet, s’est fait épingler par une policière du Queensland, en Australie, avec qui il a communiqué durant les mois de mai et juin derniers croyant avoir affaire à une adolescente de 14 ans. LA PRESSE CANADIENNE Notre-Dame-de-Grâce Un cadavre trouvé sur une falaise Un cadavre a été localisé dimanche par des citoyens sur une falaise qui longe la rue Saint-Jacques, dans le quartier de Notre- Dame-de-Grâce, dans le sud-ouest de Montréal. Les policiers ont été alertés. En soirée, des pompiers ont remonté le cadavre afin qu’il soit soumis à une autopsie. Il s’agit du cadavre d’un homme qui pourrait avoir séjourné à cet endroit durant un certain temps. À première vue, rien ne laisse croire que le malheureux ait été victime d’un acte criminel. La falaise est située entre la rue Saint-Jacques et la rue Pullman, en contrebas. LA PRESSE CANADIENNE journalmetro.com mardi 1er décembre 2015 Le nageur Normand Piché devra franchir le détroit de Gibraltar et le détroit du Bosphore, nager dans la mer Rouge et l’océan Pacifique, en plus de se frotter au détroit de Béring./ISABELLE BERGERON/TC MEDIA 100 km à la nage pour relier les cinq continents Normand Piché s’est lancé le défi « un peu fou » de relier les cinq continents à la nage. Pour cela, il devra parcourir 100 km et traverser 10 pays en 80 jours. Avant son départ, en août 2016, il s’envolera prochainement vers le Mexique pour parachever son entraînement. Le résidant de Rosemont–La Petite-Patrie s’apprête à quitter le Parc olympique pour se confronter à l’eau salée des côtes mexicaines. Un palier supplémentaire à franchir dans son entraînement, qui dure depuis maintenant un an. Six jours par semaine, il enchaîne trois heures de nage en piscine. S’ajoutent à cela des sessions de natation en eau vive, principalement en Estrie. Pour réaliser son expédition de près de 300 000 $, M. Piché s’est entouré d’une équipe d’une vingtaine de professionnels, dont sa coach Anastasia Polito. Cinq continents, 10 pays Le parcours n’est pas encore complètement défini, mais M. Piché entend suivre les traces d’autres aventuriers. Il devra franchir le détroit de Gibraltar entre l’Espagne et le Maroc, le Bosphore entre l’Europe et l’Asie, nager dans la mer Rouge, l’océan Pacifique, et se frotter au détroit de Béring et à sa température d’environ 4 °C. La nage en eau froide représente d’ailleurs son principal défi, bien avant les méduses, requins et autres orques qu’il risque de croiser. « La température de l’eau est ce qui m’inquiète le plus, car je suis une personne frileuse ! » lance-t-il. Il se souvient d’ailleurs, sourire aux lèvres, d’un message envoyé par sa coach le 31 octobre. « Elle m’a dit  : « profite bien de ta douche chaude, car c’est la dernière avant un moment. » » Depuis le mois de novembre, il s’astreint à un régime « eau froide ». Dans quelques semaines, il devra passer à des séances de bain en eau froide agrémentée de glace. « Il faut que mon corps s’acclimate petit à petit », ajoute-t-il. À son programme aquatique s’ajoutent également des sessions de préparation physique pour prévenir le plus possible les blessures. STÉPHANIE MAUNAY stephanie.maunay@journalmetro.com Le rêve d’une vie « Je me suis demandé quel était mon rêve. Et, j’ai réalisé que c’était ce que je voulais faire, que c’est comme cela que je voulais vivre ma vie. » Normand Piché Portrait d’un nageur aux rêves de grandeur C’est en prenant connaissant du parcours d’athlètes olympiques lors des Jeux de Sotchi que l’idée a commencé à germer dans l’esprit du Rosemontois. Mais ce n’est qu’en visionnant le documentaire sur Philippe Croizon – un Français amputé des quatre membres qui a relié les cinq continents à la nage en 2012 – que Normand Piché a décidé de se lancer. « Je me suis demandé quel était mon rêve. Et j’ai réalisé que c’était ce que je voulais faire, que c’est comme cela que je voulais vivre ma vie », note-t-il. Le premier pas de ce nageur « récréatif » et triathlète a été de s’inscrire dans un club de natation, pour reprendre contact avec l’élément qu’il affectionne tout particulièrement  : l’eau. « Je n’avais pas nagé dans un club depuis deux ans et demi et l’ampleur du projet me faisait peur. Mais, je me suis dit  : « pense plutôt à la façon de te rapprocher de ton rêve » », poursuit-il. Aller au-delà de l’exploit physique C’est dans le plus grand secret qu’il a donc commencé à avaler les kilomètres en piscine, à l’automne 2014. « Je voulais doucement voir si le désir de nager était présent. Et plus je nageais, plus je me sentais bien, plus je voulais nager », confie-t-il. Après plus de six mois d’entraînement, l’athlète pas se de 5 km de nage par semaine à une moyenne hebdomadaire de 30 km. Mais, boucler son « tour du monde à la nage » n’est pas simplement l’expression d’un désir de se dépasser physiquement. C’est dans un souci environnemental et humanitaire qu’il aborde également sa traversée. « L’eau rejoint et unit tout le monde sur la planète. Il faut la protéger. Quand je vois le monde jeter des déchets dans le fleuve à Montréal, cela vient me chercher », clame celui qui a arrêté de nager dans le fleuve après le déversement. Le manque d’accès à l’eau potable pour plusieurs milliards de personnes sur la planète le touche également. C’est pour cela qu’une campagne de financement sur le site Makeachamp a été lancée pour récolter des fonds dans le but d’apporter de l’eau potable à ceux qui en ont besoin et d’appuyer des projets durables. Un documentaire est aussi prévu, ainsi que 80 conférences dans les écoles secondaires, l’année suivant son retour, pour « expliquer aux jeunes l’importance de croire en ses rêves ». 4
L’ÉTS étudie l’intégration du verre recyclé à l’asphalte Science. L’École de technologie supérieure (ÉTS) a annoncé hier un projet de recherche visant à examiner la possibilité d’intégrer le verre post-consommation dans la production d’asphalte et les structures de chaussée. JEFF YATES jeff.yates@journalmetro.com Le projet, qui doit durer jusqu’en 2018, a comme objectif de consacrer 100 000 tonnes de verre recyclé, soit la moitié du verre récupéré par année au Québec, à ces applications. Les chercheurs espèrent que l’intégration de verre dans la chaussée pourrait allonger la durée de vie des enrobés Financement 450 000 La Société des alcools du Québec (SAQ), le programme de stages Mitacs- Accélération, Éco Entreprises Québec et la Ville de Montréal financent la recherche à hauteur de 450 000 $ sur 3 ans. bitumineux, en améliorant leur capacité de drainage, entre autres. « Nous croyons que le verre sera un meilleur matériau isolant que les agrégats habituels. Cela veut dire que la profondeur du gel l’hiver sera moins importante », a expliqué un des chercheurs, Alan Carter, professeur au département de génie de la construction de l’ÉTS. « Pour le drainage, nous pensons, et cela reste à déterminer, que l’eau coulera plus facilement avec le verre qu’avec les agrégats de pierre », ajoute-t-il. Son collègue Michel Vaillancourt, lui aussi professeur au même département, affirme Netflix. Québecor réclame un meilleur encadrement Le grand patron de Québecor, Pierre Dion, souhaite un encadrement plus strict du service de vidéo sur demande Netflix afin que le « terrain de jeu » soit équitable pour les diffuseurs traditionnels. Si l’entreprise américaine encaisse d’importants revenus au Canada, elle ne facture pas de taxes à ses clients et n’investit pas dans les infrastructures de télécommunications du pays, a-t-il déploré hier devant le Cercle canadien de Montréal. « Les services comme Netflix profitent des infrastructures de fournisseurs comme Vidéotron, Bell, Telus et Rogers sans y verser un sou », a affirmé M. Dion devant un parterre de gens d’affaires. Contrairement à Netflix, les entreprises canadiennes ainsi que les compagnies étrangères qui ont des activités au pays – comme Apple – doivent faire payer aux consommateurs les taxes provinciale et fédérale pour leurs services numériques. Selon le président et chef de la direction du conglomérat québécois, le service de vidéo sur demande « monopolise pas moins de 34% du trafic » sur les réseaux à large bande passante. LA PRESSE CANADIENNE Selon le patron de Québecor, Pierre Dion, Netflix profite des infrastructures de compagnies canadiennes sans y investir d’argent./ARCHIVES MÉTRO Croissance Netflix a connu une croissance fulgurante au cours des dernières années et revendique actuellement près de 70 millions d’abonnés répartis dans quelque 60 pays.compte maintenant plus de quatre millions d’abonnés au Canada, comparativement à 1,1 million en 2011..m1 Un échantillon de verre concassé/JOSIE DESMARAIS/MÉTRO que limiter l’apport d’eau dans les fondations granulaires pourrait réduire les dommages causés par le gel. M. Vaillancourt affirme aussi que l’incorporation de verre permettrait d’utiliser moins de bitume dans la confection de l’asphalte, ce qui réduirait les coûts de ce matériel. Le procédé pourrait aussi réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) lors de la fabrication de l’asphalte pour les mêmes raisons, selon le chercheur. Musée de la paléontologie Une exposition au Biodôme en 2018 Le Musée de la paléontologie et de l’évolution, riche d’une collection de plus de 60 000 fossiles, rêve depuis plusieurs années de se donner un site ouvert au public. Il franchira un pas vers cet objectif en présentant une exposition au Biodôme en 2018. Celle-ci lui permettra de mesurer l’intérêt des visiteurs pour cette science. « L’exposition sera le test ultime, lance le directeur général du musée, Mario Cournoyer. Ça passe ou ça casse. » Ce projet de musée permanent fait partie des initiatives appuyées par le mouvement citoyen Je fais Mtl lancé il y a un an afin de donner un nouvel élan à la métropole. Le musée privé vient de célébrer ses 20 ans. Situé dans l’arrondissement montréalais de Pointe-Saint- Charles, il a été fondé par quelques mordus. Il possède un nombre impressionnant de fossiles déterrés un peu partout au Québec ainsi qu’au Canada et aux États- Unis. Cette collection n’est toutefois pas accessible au public, et l’espace manque pour l’entreposer. TC MEDIA Ce dernier reconnaît que l’idée a déjà été testée aux États- Unis, et que les résultats ont été décevants. « De nombreuses recherches menées à ce sujet depuis le début des années 1970 n’ont pas abouti à des résultats concluants, mais nous avons quand même réfléchi aux impacts positifs, avancet-il, en mentionnant que les chercheurs ont aujourd’hui accès à de nouvelles technologies pour tester les matériaux. Les méthodes d’étude de ces années-là étaient intéressantes, mais n’étaient pas aussi complètes que ce qui est possible aujourd’hui. » Une planche d’essai incorporant 25% de verre a été installée devant les bureaux de la Société des alcools du Québec à Montréal, et d’autres sont prévues en 2016 dans les rues de Saint-Hippolyte et en 2017 dans celles de Montréal. Selon M. Vaillancourt, on peut s’attendre à voir de l’asphalte fabriqué avec du verre recyclé dans un horizon de cinq ans. LE PLUS PETIT TAUX FIXE AU PAYS POUR SÉBASTIEN Provencher PIGISTE Coopérer L’ÉTS teste les propriétés de l’asphalte fabriqué avec du verre recyclé pour savoir si son utilisation sur les routes serait avantageuse./JOSIE DESMARAIS/MÉTRO CARTE VISA OR MODULO MD Taux fixe à 10,9% 1 1% en BONIDOLLARS MD sur vos achats desjardins.com/modulo Desjardins pour créer l'avenir * Marque de commerce de Visa International Service Association et utilisée sous licence. MD  : BONIDOLLARS et Modulo sont des marques déposées de la Fédération des caisses Desjardins du Québec. 1. Taux d'intérêt annuel fixe sujet à changement. 5



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :