Métro Montréal n°2015-12-01 mardi
Métro Montréal n°2015-12-01 mardi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2015-12-01 de mardi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (256 x 291) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 7,6 Mo

  • Dans ce numéro : s'attaquer à la peur que cause le sida.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
MONDE Artur Mas Candidature de nouveau rejetée Les efforts du président intérimaire de la Catalogne, Artur Mas, pour former un gouvernement indépendantiste ont de nouveau été contrecarrés alors que le parti d’extrême gauche CUP s’est opposé pour une troisième fois à sa candidature à la présidence. Le parlement catalan a jusqu’au 10 janvier pour former un gouvernement ou déclencher de nouvelles élections. Les formations indépendantistes craignent que le soutien à la séparation de la Catalogne d’avec l’Espagne ne baisse si un nouveau scrutin est organisé. AP RÉALISE- TOI ! 2000, rue Sainte-Catherine Ouest, Montréal journalmetro.com mardi 1er décembre 2015 « Le Canada est de retour » Paris. Le premier ministre canadien, Justin Trudeau, a assuré que « le Canada est de retour » dans le combat contre le réchauffement climatique, sans pour autant s’engager sur un calendrier précis pour mettre son plan en œuvre, hier à l’ouverture de la COP21 à Paris. Près de 150 chefs d’État et de gouvernement se sont attablés hier pour le premier jour de travail au sommet des Nations unies sur les changements climatiques, dont l’objectif est la conclusion d’un accord universel permettant de maintenir le réchauffement planétaire sous la barre des 2 °C. Faute de temps, M. Trudeau s’est présenté à Paris avec les cibles de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) adoptées par le gouvernement conservateur précédent, soit une baisse de 30% par rapport à 2005 d’ici 2030. Son gouvernement a toutefois laissé savoir que c’était une cible minimale, qui serait éventuellement bonifiée après une rencontre entre le fédéral et les provinces dans 90 jours. Le premier ministre a par ailleurs annoncé que le Canada investira un total de 300 M$ dans le cadre de l’initiative Mission Innovation, une mobilisation d’importants Un accord à léguer IL EST ENCORE TEMPS DE VOUS INSCRIRE RENTRÉE LE 8 FÉVRIER 514 939-2006 collegelasalle.com Guy ou Atwater « Nous sommes là [...] pour é construire un accord dont nos enfants et nos petitsenfants pourront être fiers. » Justin Trudeau, premier ministre du Canada, lors de son allocution à la Conférence des Nations unies pour le climat, hier à Paris. investissements publics et privés pour le développement des énergies propres. Des investisseurs privés comme le fondateur de Microsoft, Bill Gates, et celui de Facebook, Mark Zuckerberg, sont aussi impliqués dans le projet. Les provinces à Paris Plusieurs premiers ministres provinciaux sont également sur place, dont celui du Québec, Philippe Couillard, qui prévoit que les débats seront « assez chauds » entre les différentes provinces quand viendra le temps de calculer les contributions de chacune au plan de lutte contre les émissions de GES. « On compte sur le gouvernement fédéral pour rallier les gens », a-t-il dit. À l’opposé de M. Couillard, Brad Wall, le premier ministre de la Saskatchewan – la province la plus réticente à des mesures vigoureuses de réduction des GES –, a confié être « un peu préoccupé » par l’intention de M. Trudeau de se doter de cibles plus ambitieuses. « Nous devons aussi être soucieux de l’économie », a-t-il dit. LA PRESSE CANADIENNE L’humanité à sauver kr° CUISINE (DEP) « Sur vos épaules repose l’espoir de toute l’humanité. » François Hollande, président de la France, pays hôte de la COP21, qui a pressé tous les pays rassemblés à profiter de la conférence pour s’engager à instaurer des mesures historiques de réduction des gaz à effet de serre. François Hollande « L’avenir de la vie » en jeu Dans son discours d’ouverture, le président français, François Hollande, a accueilli ses homologues avec des mots très forts, les laissant mesurer l’ampleur de leur responsabilité. « Jamais l’enjeu d’une réunion internationale n’avait été aussi élevé. Car il s’agit de l’avenir de la planète, de l’avenir de la vie », a-t-il lancé d’entrée de jeu. L’hôte de la conférence a salué le fait que presque tous les pays du monde ont déposé leur plan d’action de lutte contre les gaz à effet de serre (GES). Mais c’est encore bien peu pour M. Hollande, pour qui « les déclarations d’intention ne suffiront pas. Nous sommes au bord d’un point de rupture. Paris doit être le départ d’une profonde mutation. » AP Collège LaSalle Montréal Admissibilité aux prêts et bourses Cours en français ou en anglais Photo  : Erin Murphy Paris, France Les chefs d’État et de gouvernement de près de 150 pays se sont réunis hier à Paris, dont le premier ministre du Canada Justin Trudeau (en haut), Barack Obama et Xi Jinping (au centre), respectivement présidents des États-Unis et de la Chine./AP COP21 Obama, Poutine et Jinping s’engagent Le président américain, Barack Obama, a dit que la conférence de Paris témoigne de la détermination de la planète à construire un monde meilleur face au terrorisme. Il a également prévenu des conséquences catastrophiques qui nous guettent si les émissions polluantes ne sont pas réduites. Le président russe, Vladimir Poutine, a indiqué que son pays est prêt à réduire ses émissions de gaz à effet de serre (GES) de près du 10 tiers d’ici 15 ans, comparativement aux niveaux de 1990. D’ici 2030, les émissions de GES de la Russie devraient atteindre 70% des niveaux de 1990. Son homologue chinois, Xi Jinping, qui dirige le pays qui émet le plus d’émissions polluantes au monde, a dit qu’un accord devrait comprendre de l’aide aux pays pauvres et reconnaître la différence qui existe entre pays développé et en développement. Il a ajouté que l’accord devrait prévoir le transfert de technologies climatiques aux pays en voie de développement. AP
Vos affaires  : nous en faisons notre affaire. Les forfaits Affaires Fibe de Bell sont supérieurs puisqu’ils incluent encore plus de services et de fonctions dont votre entreprise a besoin, et ce, à un prix très abordable. De plus, vous profitez de notre meilleur réseau, qui ne cesse de s’améliorer en offrant des vitesses plus rapides, davantage de services et une sécurité accrue, pour en faire plus et en profiter plus. Branchez votre entreprise au service Internet et de téléphonie numéro 1 au pays 1 dès aujourd’hui. 84 Vitesses Internet ultrarapides 2 À PARTIR DE 68 $/MOIS pendant 36 mois. Aucuns frais d’installation. Utilisation Internet illimitée Modem Wi-Fi Borne universelle Bell 3 licences Protection Internet de Bell 3 Ligne téléphonique d’affaires avec 9 fonctions d’appel 300 minutes/mois d’appels interurbains au Canada et aux États-Unis 4 Appelez-nous au 1 866 655-4260 ou visitez bell.ca/meilleurforfait. L’offre prend fin le 6 décembre 2015. L’offre est réservée aux nouveaux clients d’affaires au Québec, là où l’accès, la technologie et la visibilité directe le permettent. Cette offre peut être modifiée sans préavis et ne peut être combinée à aucune autre offre. Des frais de résiliation anticipée s’appliquent. Avec un contrat de 36 mois. Les frais d’installation sont annulés. Taxes en sus. D’autres conditions s’appliquent. Internet  : Location de modem Wi-Fi incluse. Sous réserve de votre engagement à respecter les modalités de votre entente de service Internet que vous trouverez à l’adresse bell.ca/modalitesinternetaffaires. Téléphonie d’affaires  : Disponible dans les régions non réglementées par le CRTC. Fibe est une marque de commerce de Bell Canada. (1) Basé sur le nombre d’abonnées. (2) Vitesses de téléchargement pouvant aller jusqu’à 10 Mbit/s et vitesses de partage pouvant aller jusqu’à 1 Mbit/s. La vitesse de l’Internet et la force du signal peuvent varier selon la configuration, le trafic Internet, le serveur, les conditions environnementales ou d’autres facteurs ; visitez bell.ca/internetaffaires. (3) Sous réserve d’exigences techniques minimales ; visitez bell.ca/protectioninternet. (4) S’appliquent aux appels interurbains automatiques à destination du Canada et du territoire continental des États-Unis, y compris l’Alaska et Hawaï ; à l’exception des appels sans frais. Tarif de 0,07 $/min additionnelle. Les appels à certains services de conférence ou de divertissement pour adultes, ou à destination de certaines régions à coût élevé peuvent faire l’objet de restrictions d’utilisation énoncées dans les modalités de service ; rendez-vous à l’adresse bell.ca/modalitesdesservicesaffaires.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :