Métro Montréal n°2015-11-30 lundi
Métro Montréal n°2015-11-30 lundi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2015-11-30 de lundi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (256 x 291) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 8,3 Mo

  • Dans ce numéro : rescapé des cartels mexicains.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
Pages : 1  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
1
métro Montréal LE QUOTIDIEN LE PLUS LU SUR L’ÎLE DE MONTRÉAL MONTRÉAL La COP21 ouvre dans un climat de tensions Des manifestants ont été arrêtés à Paris hier à la veille de l’ouverture officielle de la conférence. page 9 Lundi 30 novembre 2015 LE TRICOLORE journalmetro.com AU FÉMININ RESCAPÉ des cartels mexicains page 4 DR BOCHI PODIATRE DRDUPIED.COM 514 931 6111 CENTRE-VILLE  : 1826 SHERBROOKE OUEST VILLERAY  : 8415 ST-DENIS Société Menacé de mort et poursuivi par la mafia au Mexique, Jesus Cancino, qui a bénéficié de l’asile politique et vit aujourd’hui à Montréal, raconte pour la première fois son histoire à visage découvert./ISABELLE BERGERON\TC MEDIA « Bien des femmes victimes de violence conjugale ne connaissent pas les ressources » Un organisme veut sensibiliser ces femmes qui pensent ne pas avoir droit à de l’aide. page 5 Notre rencontre avec les Canadiennes de Montréal, qui ont confirmé ce week-end leur très bon début de saison. page 24 Des entreprises réclament la fin d’un moratoire Pointe-aux-Trembles. Des entreprises se sont regroupées au sein d’une coalition pour s’opposer au moratoire de la Ville de Montréal touchant les environs de la raffinerie de Suncor, jugée dans une zone à risque. SAMANTHA VELANDIA samantha.velandia@tc.tc Dites bye bye aux champignons malvenus TRAITEMENT AU LASER GAMIQ DIX ANS DE MUSIQUE DANS LA MARGE Notre compte rendu du dixième Gala alternatif de la musique indépendante da du Québec. pages 14-15 15 Ambiance « Les gens ont soudainement peur de venir travailler. Cela fait près de 50 ans que nous sommes ici, et nous n’avons jamais eu de problème à ce niveau. » Francine Gagnon, propriétaire de l’entreprise Transformateur fédéral Plusieurs de leurs travailleurs craignent pour leur sécurité depuis que la Ville a imposé en 2014 un moratoire sur la construction dans un secteur se trouvant dans un rayon de 610 m des trois réservoirs de butane de la raffinerie, à l’angle des boulevards Saint- Jean-Baptiste et Métropolitain. La décision de la Ville se base sur une recommandation du Centre de sécurité civile, qui s’inquiète de l’ampleur des dégâts que pourrait causer un accident. Mais les industries qui s’y trouvaient déjà avant le moratoire opèrent comme d’habitude. Selon le regroupement, 950 travailleurs se rendent quotidiennement dans la zone à proximité des réservoirs de butane. « Le fait de savoir que nous sommes dans une zone jugée à haut risque inquiète les gens, a expliqué à TC Media Francine Gagnon, propriétaire de l’entreprise Transformateur fédéral. C’est difficile pour tout le monde, mais il faut venir travailler pareil. » Selon elle, l’ambiance est lourde depuis que le moratoire a été rendu public, il y a quelque temps, dans les médias. Nicola D’Elia, de la compagnie de produits architecturaux Colico, a dit se sentir « agacé » par « toute l’incertitude que la Ville crée avec ce moratoire ». « Ma secrétaire m’a demandé si elle devait continuer à venir travailler au bureau ou si c’était trop dangereux. C’est difficile de les rassurer quand on ne sait pas nous-même ce qui se passe autour de nous », a confié M. D’Elia. Il ajoute que les sirènes de la raffinerie, qui retentissent normalement dans le cadre de ses opérations, sont soudainement devenues inquiétantes pour les employés. « Il n’y a pas de raison d’avoir peur » page 3 avant après Marie-Philip Poulin



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :