Métro Montréal n°2015-11-25 mercredi
Métro Montréal n°2015-11-25 mercredi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2015-11-25 de mercredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (256 x 291) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 14,6 Mo

  • Dans ce numéro : déraciner la collusion et la corruption.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
journalmetro.com métr CAHIER SPÉCIAL BOUFFE 2 mercredi 25 novembre 2015 Noël à la sauce… À l’image des tables du Québec, où dinde et tourtières sont les plats traditionnels du temps des Fêtes, chaque pays a son menu et ses recettes pour célébrer Noël. Métro a fait voyager ses papilles – sans quitter Montréal – pour découvrir les traditions culinaires du 24 décembre aux Philippines, au Brésil et en Pologne. … PHILIPPINE Aux Philippines, pour entamer les festivités entourant la Nochebuena (le réveillon de Noël), on se rend à la messe de minuit en grignotant des petits encas achetés sur le bord de la route. « Tout au long de l’année, on y vend des bibinka, ces gâteaux de farine de riz et de noix de coco cuits dans une feuille de banane, et des brochettes de porc mariné », raconte David Pendon, copropriétaire du restaurant philippin le Junior. Ce n’est que vers 1 h du matin que le souper du réveillon débute. Influencé par les cuisines espagnole et chinoise, le menu philippin est composé d’une multitude de mets. « Parmi les traditions, il y a le méchoui de cochon de lait, souligne le restaurateur. Et le palabok, sorte de sauce bolognaise crémeuse au porc et aux épices, est un autre classique philippin. » Le souper est un buffet. Quant aux desserts, ils occupent une place toute particulière. « Ils représentent un moment fort de la soirée ! » s’exclame David Pendon. Les amis et la famille plus élargie déambulent de SUR LA TABLE Au menu du réveillon de Noël philippin, on retrouve entre autres  : hamonado lumpias queso de bola cassava lait de coco et de leche f) ANICÉE LEJEUNE anicee.lejeune@journalmetro.com maison en maison pour goûter les desserts. « La salade de fruits style années 1970, avec du lait condensé, est un indémodable. Et le tsokolate, un chocolat chaud fait d’une tablette de chocolat noir fondu auquel on ajoute du lait condensé, est un autre classique. » Pour accompagner le repas et se rafraîchir durant cette nuit chaude et humide de décembre, on peut déguster la bière Saint-Miguel, une pilsner locale. S’offrir des cadeaux n’est pas coutume aux Philippines. « Noël repose sur le temps passé en famille. On danse, on joue au poker, mais il n’y a jamais d’échange de cadeaux », conclut David Pendon. Maligayang Pasko ! Junior 1964, rue Notre-Dame Ouest www.juniorsnackbar.com PALABOK INGRÉDIENTS Pour 4 ou 5 personnes chicharon) PRÉPARATION Faire bouillir les nouilles pendant 2 minutes. Les égoutter et réserver. Faire bouillir les œufs pendant 12 minutes. Les peler et les râper. Réserver. Pour la crème de champignons  : Couper les champignons et un oignon. Les faire revenir dans une casserole jusqu’à ce que les oignons soient translucides. Ajouter deux tasses d’eau. Porter à ébullition. Mélanger jusqu’à l’obtention d’une purée. Faire un roux avec du beurre et de la farine. Ajouter le roux à la purée, puis ajouter la crème 35%. David Pendon/MARIO BEAUREGARD/MÉTRO Pour la sauce  : Dorer le porc avec un oignon coupé en dés. Rectifier l’assaisonnement avec du sel, du poivre et la sauce « patis ». Mélanger la poudre d’annatto avec un ¼ de tasse d’eau et chauffer au micro-ondes. Ajouter la crème de champignons, ainsi que le mélange d’annatto et d’eau à la viande et aux oignons. Ajouter la moitié du sac pilé de chicharon à la préparation. Pour la présentation  : Placez les nouilles cuites dans un bol et verser la sauce sur les nouilles. Garnir avec les crevettes, les œufs durs, le reste de chicharon pilées et les oignons verts.
… BRÉSILIENNE Les Brésiliens commencent les célébrations du 24 décembre en allant à la messe qui est célébrée à 22h. De retour de l’église, et après la distribution des cadeaux, on commence à manger. Traditionnellement, le réveillon a lieu chez la grand-maman qui, toute la journée, s’est affairée derrière les fourneaux. Le traditionnel buffet de Noël où se côtoient les plats et les desserts n’impose aucun ordre de service. « Les familles sont nombreuses, alors on ne mange pas assis autour de la table, mais plutôt debout ou assis là où on peut, notre assiette sur nos genoux », raconte Lisya Saïd, propriétaire du restaurant Angà qui propose un menu traditionnel brésilien pour le temps des Fêtes. Chacun est libre de picorer comme il veut  : on peut aussi bien commencer par une part de pavê [un dessert traditionnel], pour ensuite déguster un morceau de dinde farcie au manioc ou encore attraper du pain et y glisser une tranche de jambon. L’empreinte laissée par la colonisation, l’esclavage et la présence de peuples autochtones est perceptible Alexandre Campello Leal et Lisya Saïd/YVES PROVENCHER/MÉTRO e dans la diversité des plats servis. D’ailleurs, le barbecue, si populaire dans ce pays, est délaissé pendant les festivités. Un des vestiges surprenants de l’époque coloniale est l’edam. Ce fromage hollandais importé par les Portugais est très prisé à Noël. « Plus on approche du réveillon et plus le Queijo do Reino, [le « fromage du royaume »] se fait rare dans les épiceries fines », confie Alexandre Campello Leal, le chef du Angà. Et comme le mois de décembre est une des périodes des plus chaudes de l’année, le repas est souvent arrosé de vin ou de bière. « On retrouve également la cachaça, une eau-de-vie à base de canne à sucre, qui sert entre autres pour les caïpirinhas », présice Lisya Saïd. Feliz natal ! Angà 3425, rue Saint-Denis www.restoanga.com SUR LA TABLE Au menu du réveillon de Noël brésilien, on retrouve entre autres  : peru recheado pavê rabanada DINDE À LA MAMIE LUCY I INGRÉDIENTS Pour 6 personnes Pour la dinde PRÉPARATION 3 Pour la farofa de Noël Pour la farofa  : Faire revenir le bacon dans le beurre, ajouter l’oignon et le poivron. Ajouter tous les autres ingrédients et garder la chapelure pour la fin. Mélanger pendant 5 minutes à feu doux. Pour la dinde  : Nettoyer la dinde si nécessaire. La frotter avec de la lime, puis la laver avec de l’eau. Dans un bol verser le vin blanc, le Coca-Cola, le sel, le poivre, les fines herbes, l’ail, l’huile de canola, la sauce soya, la sauce Worcestershire, le laurier et le persil. Mélanger le tout et faire mariner la dinde dans le mélange pendant 24 heures. Farcir la dinde avec la farofa et fermer le trou avec un oignon. Badigeonner la dinde avec du beurre, l’envelopper dans du papier d’aluminium. Mettre un pouce d’eau chaude dans une plaque à cuisson et y déposer la dinde (faire attention pour ne pas mettre trop d’eau). Pour chaque kilo de dinde, il faut calculer 1 heure et demie de cuisson. Pour les deux premières heures, faire cuire à 480 o F (250 o C), puis réduire le feu à 355 o F (180 o C). Après 5 heures de cuisson, au total, enlever le papier d’aluminium et laisser dorer pendant une heure. Il faut 6 heures de cuisson pour une dinde de 4 kg. Une fois que le papier d’aluminium a été enlevé, humidifier la dinde avec le liquide qui reste dans la plaque. On peut décorer la dinde avec des raisins, des morceaux d’ananas et de mangue, des fruits secs ainsi que des noix.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :